Niveaux de dose encore trop élevés dans le bâtiment réacteur n°2

TEPCo a envoyé un robot mesurer les niveaux de dose dans le bâtiment réacteur n°2 avant de lancer les travaux de retrait du combustible usé de la piscine. A cette fin, un trou avait été percé en mai dernier, avec quelques images mises en ligne.

Les niveaux de dose en 19 points, principalement à proximité de l’ouverture, restent trop élevés pour y envoyer des travailleurs : ils atteignent 59 mSv/h alors la limite de dose est de 50 mSv par an. La compagnie doit encore déterminer sa stratégie pour reprendre ces combustibles usés, même si elle maintient un début des opérations en 2023.

Retrait des combustibles usés du réacteur n°3 reporté suite à une panne

Le tableau de contrôle du pont roulant devant retirer les combustibles de la piscine de refroidissement du réacteur n°3 est tombé en panne suite à une erreur de voltage, selon TEPCo. Il doit être changé et le début des opérations pourrait être reporté d’un mois ou deux.

Il y a 556 assemblages dans cette piscine et le retrait devrait commencer cette année.

Plan de démantèlement de l’usine de retraitement de Tôkaï-mura approuvé

En septembre 2014, la Japan Atomic Energy Agency (JAEA) avait décidé d’arrêter définitivement son usine de retraitement de Tôkaï-mura, dans la province d’Ibaraki. Il s’agit de la première usine japonaise de retraitement, terminée en 1977 et mise en service en 1981. L’Agence avait ensuite soumis, en juin 2017, une demande d’autorisation de démantèlement à l’Autorité de Régulation Nucléaire, qui vient de donner son accord.

Les travaux de démantèlement devraient durer environ 70 ans et coûter 987 milliards de yens (environ 7,6 milliards d’euros) qui seront payés, pour l’essentiel, par l’Etat. Cette somme ne prend pas en compte la maintenance du site sur une durée aussi longue. L’usine a été mise en service en 1981. On a donc 70 ans de démantèlement pour un fonctionnement inférieur à 30 ans, ce n’est pas très profitable.

L’usine de remplacement, à Rokkashô-mura, dans la province d’Aomori, accuse déjà 24 années de retard. Evidemment, le plan de démantèlement ne dit rien sur la gestion à long terme des déchets engendrés.

Cette usine a seulement traité 1 140 tonnes de combustibles usés. Il y aurait 310 fûts de déchets vitrifiés de haute activité et 360 m3 de déchets liquides sur le site qui doivent encore être vitrifiés. Etant donnés les délais pour exécuter toutes ces tâches, la JAEA devra renforcer la résistance aux séismes de ses bâtiments.

La JAEA a aussi en charge le démantèlement du surgénérateur Monju, qui a été arrêté à cause d’une culture de sûreté insuffisante. L’histoire de l’Agence n’est pas très glorieuse. Il y a de quoi être inquiet pour l’avenir.

TEPCo annonce enfin l’arrêt définitif de Fukushima daï-ni

La centrale nucléaire de Fukushima daï-ni, avec ses 4 tranches, est à une douzaine de kilomètres au Sud de la centrale accidentée de Fukushima daï-ichi. Elle aussi été fortement secouée par le séisme et noyée par le tsunami, mais il n’y a pas eu d’accident grave car il y avait de l’électricité disponible à moins de 10 km.

TEPCo n’avait, jusqu’à présent, rien décidé quant à son sort, même si elle avait envisagé, en mars 2017, d’arrêter définitivement le réacteur n°1. L’assemblée régionale a adopté une motion demandant son arrêt définitif. Tomioka et Naraha, où la centrale est située, ont fait de même, tout comme les 57 autres communes de la province. Même le gouvernement est pour son arrêt !

Le 14 juin, le président de la compagnie, Tomoaki Kobayakawa, a informé le gouverneur de Fukushima, Masao Uchibori, de son intention d’arrêter définitivement la centrale nucléaire de Fukushima daï-ni. Enfin ! Le président de TEPCo et le gouverneur se sont accordés pour dire que cela permettra de lutter contre les rumeurs néfastes. Toujours aussi ridicule comme déclaration. En revanche, le président de TEPCo n’a pas expliqué pourquoi il a fallu 7 ans pour prendre cette décision.

Le réacteur n°1 a été mis en service en 1982 et le n°4 en 1987. Ils ont donc plus de 30 ans alors que la durée d’exploitation est limitée à 40 ans. Chaque tranche a une puissance de 1 100 MWe.

TEPCo avait 17 réacteurs avant la catastrophe nucléaire : 10 à Fukushima (6 à daï-ichi et 4 à daï-ni) et 7 à Niigata (Kashiwazaki-Kariwa). Elle a donc déjà perdu plus de la moitié de son parc et il n’est pas sûr qu’elle puisse redémarrer ses 7 réacteurs restants.

Quand cet arrêt définitif sera officiel, le nombre de réacteurs nucléaires au Japon ne sera plus que de 35, contre 54 avant la catastrophe. Cela fait donc un total de 19 tranches arrêtés définitivement. D’autres pourraient suivre. Il n’y a que 7 réacteurs en activité.

Comment retirer le corium ?

Comment retirer le corium, ce mélange hautement radioactif de combustible et débris fondus, tout en limitant les rejets radioactifs ? C’est la difficulté à laquelle est confrontée TEPCo. Selon le Fukushima Minpo, la compagnie envisage d’utiliser un bras articulé qui irait rechercher, petit bout par petit bout, le corium et autres débris radioactifs qui jonchent l’enceinte de confinement. Elle devrait commencer par les débris les plus petits. Les débris les plus gros devront d’abord être coupés ou cassés avant d’être extraits afin de maintenir une ouverture la plus petite possible. La technologie doit encore être développée.

TEPCo a déjà inséré des robots pour filmer l’intérieur de l’enceinte de confinement des réacteurs 1 à 3, où il y a eu fusion du cœur. Au début, TEPCo envisage de prendre le même chemin pour accéder aux débris, via une ouverture sur le côté, afin de maintenir au mieux le confinement.

Le niveau de l’eau dans le réacteur n°3 est très élevé. Il faudra peut-être le drainer avant. Quant au réacteur n°1, le débit de dose à proximité de l’ouverture atteint les 630 mSv/h. La compagnie pourrait s’installer ailleurs.

Bien entendu, personne ne sait ce qu’il sera fait de ces déchets très radioactifs par la suite.

Visite virtuelle de la centrale de Fukushima daï-ichi

TEPCo a mis en ligne une visite virtuelle de la centrale de Fukushima daï-ichi. Les commentaires sont en japonais uniquement pour le moment. Même si vous ne comprenez pas la langue, les images sont très impressionnantes et parlent d’elles-mêmes.

En bas à gauche de l’écran, la position est indiquée, tout comme le débit de dose ambiant. A proximité du réacteur n°1, il y a 39,5 µSv/h ! Idem, derrière le réacteur n°2. Cependant, les valeurs affichées ne varient pas beaucoup au cours du déplacement. Ce doit donc être des valeurs moyennes.

La route n°2 montre les réacteurs n°1 et 2. La route n°3, les réacteurs n°2, 3 et 4. On voit notamment que les sols ont été entièrement bétonnés pour réduire les infiltrations d’eau de pluie et les infiltrations dans les sous-sols depuis les nappes phréatiques.

La route n°4 revient sur les réacteurs 2 et 3. Pour ce dernier, on voit encore les conséquences de l’explosion hydrogène.

La route n°5 nous emmène dans le réacteur n°5, qui n’a pas été accidenté. Ce n’est pas possible dans les réacteurs 1 à 4 car le débit de dose y est trop élevé.

La route n°6 montre les installations de traitement de l’eau contaminée et la route n°7, les cuves avec l’eau radioactive.

La route n°8 nous emmène vers les installations de gel du sol tout autour des réacteurs accidentés, mais l’on ne voit pas grande chose. La route 9, au centre de crise.

La route n°10 prétend montrer les déchets radioactifs, mais ne montre pas grande chose.

Les travaux à la centrale de Fukushima daï-ichi coûtent 1,7 milliard d’euros par an

Pour la première fois depuis le début de la catastrophe, TEPCo et l’agence gouvernementale créée en soutien ont estimé le coût annuel des travaux en cours à la centrale de Fukushima daï-ichi et ont annoncé 220 milliards de yens (1,7 milliard d’euros) par an pour les trois prochaines années. Jusqu’à maintenant, TEPCo s’était refusée de rendre publics ces chiffres.

Selon l’agence Kyodo reprise par le Japan Times, pour l’année fiscale 2018, qui commence le 1er avril, ces 220 milliards de yens comprennent notamment :

  • 70 milliards de yens (534 millions d’euros) pour la gestion de l’eau contaminée ;
  • 30 milliards de yens (230 millions d’euros) pour retirer les combustibles usés des piscines ;
  • 4 milliards de yens (30 millions d’euros) en R&D pour trouver un moyen de retirer le corium des réacteurs accidentés.
  • Par ailleurs, 30 milliards de yens sont provisionnés pour faire face à des imprévus.

Plan de démantèlement du surgénérateur Monju approuvé

L’Autorité de Régulation Nucléaire vient d’approuver le plan de démantèlement du surgénérateur Monju situé dans la province de Fukui. Cela devrait prendre 30 ans et coûter plus de 375 milliards de yens (2,9 milliards d’euros). Encore plus s’il faut renforcer la résistance aux séismes.

Rappelons que ce type de réacteur est refroidi au sodium liquide qui s’enflamme spontanément à l’air et explose au contact de l’eau. Le plan ne détaille pas l’extraction des 760 tonnes de sodium. On ne sait pas non plus ce qu’il sera fait du combustible nucléaire. Il devrait rester longtemps sur le site de la centrale.

Il n’a fonctionné que durant 10 mois depuis sa mise en service en 1994 et il a été arrêté définitivement suite aux graves défaillances en matière de sûreté de son exploitant.

Monju a déjà coûté plus 1 000 milliards de yens (7,6 milliards d’euros) aux contribuables japonais. Cela va donc dépasser les 10 milliards d’euros avec le démantèlement. Tout ça pour rien !

La France remet l’Ordre national du Mérite au directeur général en charge du démantèlement de la centrale de Fukushima

Le 14 mars 2018, Laurent Pic, ambassadeur de France au Japon, a remis à Naohiro Masuda, directeur général en charge du démantèlement de la centrale de Fukushima, les insignes de Chevalier de l’Ordre national du Mérite. A voir sur le site de l’Ambassade.

Naohiro Masuda était directeur de Fukushima daï-ni en mars 2011, qui a pu échapper à la catastrophe nucléaire car de l’électricité sur le réseau était disponible à 9 kilomètres. Un câble a été tiré en urgence pour relancer le refroidissement des réacteurs et éviter, ainsi, la fusion du cœur des réacteurs.

Début du retrait des débris sur le réacteur n°1

TEPCo a commencé à retirer les débris qui jonchent le sommet du réacteur n°1 afin de pouvoir accéder à la piscine de combustible. Il y en aurait environ 1 500 tonnes. Comme pour le réacteur n°3, cela doit se faire à l’aide d’engins télécommandés car le niveau de dose sur place interdit le travail humain. Deux photos sont en ligne sur le site de TEPCo.

Suite au scandale du rejet de poussières radioactives lors du retrait des débris sur le réacteur n°3, la compagnie insiste sur les mesures de prévention mises en place cette fois-ci. Promis, elle arrêtera le chantier s’il y a trop de poussières.

Il faudra ensuite reconstruire un nouveau bâtiment réacteur. Le retrait des 392 assemblages de la piscine ne devrait pas commencer avant 2023, avec trois ans de retard.