41ème bilan sur les cancers de la thyroïde à Fukushima : 4 nouveaux cas

Les autorités régionales de Fukushima ont mis en ligne les documents de la 41ème réunion du comité de suivi sanitaire qui inclut la campagne de dépistage des cancers de la thyroïde chez les jeunes de la province. Les résultats détaillés sont ici en japonais. Une traduction officielle en anglais des principales données devrait être bientôt disponible et le blog Fukushima voices devrait proposer son propre résumé en anglais. Pour en savoir plus, lire ou relire notre revue de littérature scientifique sur le sujet.

Les données publiées lors du 40ème rapport sont ici, à titre de comparaison. Les nouvelles données sont à la date du 30 septembre 2020 et sont synthétisées dans ce document en japonais.

Tous les jeunes de Fukushima, qui avaient moins de 18 ans lors de la catastrophe nucléaire ou qui étaient encore dans le ventre de leur mère, sont concernés (nés entre le 2 avril 1992 et le 1er avril 2012). Avec un dépistage tous les deux ans par échographie, certains jeunes en sont à leur 5ème examen médical. Après 20 ans, le dépistage suivant se fait à l’âge de 25 ans. Il n’y a pas eu d’évolution dans les données des 3 premières campagnes.

Lors de la quatrième campagne de dépistage, dont les résultats sont détaillés ici en japonais, 3 nouveaux cas de cancer suspecté sont apparus, pour atteindre un total de 30 cas. Parmi eux, 25 ont été confirmés par une intervention chirurgicale, soit 9 de plus que la dernière fois. Ce sont tous des carcinomes papillaires. A noter que sur une population cible de 294 242 jeunes, il y a eu 181 130 examens médicaux avec résultats connus, soit 61.6%.

Les autorités de la province de Fukushima publient aussi les données relatives à la cinquième campagne de dépistage qui a débuté en avril 2020. Sur une population cible de 252 828 jeunes, il n’y a eu, au 30 septembre 2020, que 3 070 examens médicaux, avec 2 138 résultats connus. Il n’y a pas encore eu d’examen complémentaire.

Pour les jeunes qui avaient moins de 18 ans au moment de l’accident et qui ont maintenant plus de 25 ans, les résultats détaillés en japonais sont ici. Il y a 8 cas de cancer suspecté, soit de plus que lors de la dernière mise à jour, dont 6 confirmés par chirurgie, soit 2 de plus.

On arrive donc à un total de 256 cas de cancers de la thyroïde suspectés chez les jeunes de Fukushima, dont 213 ont été confirmés lors d’une intervention chirurgicale. Il n’y a toujours qu’un seul cas qui s’est révélé être bénin après l’intervention (première campagne).

Le nombre de cas nouveaux, qui n’ont été détectés qu’à partir de la seconde campagne de dépistage (140), est plus élevé que le nombre de cas détectés lors de la première campagne (116), qui peut inclure des cancers qui existaient déjà avant la catastrophe nucléaire. Les cancers apparus à partir de la deuxième campagne se sont développés rapidement puisqu’ils n’avaient pas été détectés deux ans auparavant. Et, il y a toujours 8 cas de cancer de la thyroïde chez des enfants de Fukushima qui avaient 5 ans ou moins au moment de la catastrophe nucléaire. Alors que l’on ne peut pas exclure qu’une partie de ces cancers soient radio-induits, comme nous l’avons expliqué, les autorités n’avancent que le dépistage comme explication de l’augmentation du nombre de cas détectés.

Le tableau ci-dessous synthétise les données issues du dépistage officiel. Le taux de dépistage diminuant au fur et à mesure des campagnes, le nombre de cas réels est forcément plus élevé. De fait, les cas de cancer détectés en dehors du programme de suivi ne sont pas comptés, même si l’intervention chirurgicale a eu lieu à l’université de médecine de Fukushima, en charge du suivi… Enfin, le dépistage gouvernemental n’a lieu que dans la province de Fukushima alors que les provinces voisines ont aussi été touchées par les retombées radioactives. Les cas de cancer de la thyroïde qui pourraient y apparaître échappent aussi aux données officielles.

  Dépistages avec résultat Examens complémentaires terminés Cytoponctions Nombre de cancers suspectés Nombre de cancers confirmés
Première campagne 300 472 2 091 547 116 101
Deuxième campagne 270 529 1 826 207 71 54
Troisième campagne 217 920 1 060 78 31 27
Quatrième campagne 181 130 868 74 30 25
Cinquième campagne 2 138 0 0 0 0
Plus de 25 ans 5 907 211 16 8 6
Bilan des campagnes de dépistage du cancer de la thyroïde chez les jeunes de Fukushima au 30 septembre 2020

Ce rapport en japonais mentionne qu’au 31 décembre 2018, 180 des patients ont été opérés de la thyroïde à l’Université de médecine de Fukushima. Sur ces 180 patients, 161 ont été adressés suite à au programme de dépistage de la thyroïde et 19 ont été adressés par d’autres sources. Ce qui signifie que ces 19 cas, qui représentent environ 10% des interventions, ne sont pas pris en compte dans les données ci-dessus.

Sur ces 180 cas, 175 étaient des carcinomes papillaires, 2 des carcinomes folliculaires, 1 un carcinome peu différencié et 2 autres types de cancers de la thyroïde. Une thyroïdectomie totale a été réalisée dans 8,9 % des cas et une unilobectomie dans 91,1 % des cas. Le nombre de cas à très faible risque qui auraient pu bénéficier d’un suivi non opératoire était très faible. Le rapport mentionne aussi que des métastases des ganglions lymphatiques ont été trouvées dans 72 % des cas, une invasion du tissu périthyroïdien dans 47 % des cas et des métastases pulmonaires dans 1,7 % des cas.

Plan d’évacuation inadéquats autour de Tôkaï-mura

Environ 940 000 personnes vivent dans un rayon de 30 km autour de la centrale de Tôkaï-mura située dans la province d’Ibaraki. Le réacteur n°2 ne peut être exploité que si un plan d’évacuation de ces personnes est mis en place. En mars dernier, la justice japonaise a suspendu les opérations de remise en service de cette unité, estimant que les plans d’urgence n’étaient pas réalistes.

Le Maïnichi a utilisé une procédure d’accès aux documents administratifs pour obtenir un compte-rendu de réunion qui révèle que les hébergements d’urgence ne sont pas adaptés. La requête des fonctionnaires territoriaux de la province d’Ibaraki à leurs homologues des provinces voisines était de sécuriser 2 m2 par personne hébergée. Mais pour faire le calcul, la surface totale du bâtiment – un gymnase ou une école – a été simplement été divisée par deux pour en déduire sa capacité d’accueil. Cela signifie que les couloirs, placards, toilettes… ont été comptés comme des surfaces pouvant accueillir des personnes déplacées !

443 000 personnes pourraient être accueillies dans la province d’Ibaraki en cas d’accident. Pour les 517 000 autres, il fallait trouver un hébergement d’urgence dans les provinces voisines de Fukushima, Tochigi, Chiba, Gunma et Saïtama. Les fonctionnaire territoriaux d’Ibaraki ont donc simplement fourni leur propre formulaire d’évaluation du nombre de places à leurs homologues des autres provinces.

Lors d’une réunion, qui a eu lieu le 26 septembre 2014, certaines personnes se sont étonnées de cette méthode d’évaluation, mais les responsables d’Ibaraki ont expliqué qu’il s’agissait d’une estimation grossière. Une autre s’est interrogée sur ce qui allait se passer si une école pouvant accueillir 1 000 personnes suivant ce calcul n’avait qu’une cinquantaine de places de parking dans la cour. La réponse a été qu’ils verraient plus tard pour les parkings.

La province d’Ibaraki voulait terminer son plan d’urgence pour mars 2015 et a donc pressé ses voisins de fournir les informations demandées rapidement. Elle a tenu les délais, mais le plan est bâclé…

TEPCo ne connaît pas le contenu d’environ 4000 fûts de déchets radioactifs

Sur les 85 469 conteneurs de déchets radioactifs accumulés à la centrale de Fukushima daï-ichi depuis le début de la catastrophe, TEPCo ne connaît pas l’inventaire de 4 011, remplis avant novembre 2017. Elle va donc formuler un plan d’investigation… Selon le Maïnichi, la compagnie a reconnu qu’un de ces fûts fuyait à cause de la corrosion. Et quand des représentants de la Région sont venu inspecter la centrale, ils ont aussi découvert quatre fûts dont TEPCo ignorait tout. Et, il y avait 1,5 mSv/h au contact de l’un d’entre eux !

L’Asahi revient sur la fuite d’un conteneur rouillé qui a eu lieu début mars et a déclenché une alarme contrôlant l’eau de ruissellement. Elle avait, semble-t-il, été en contact de la matière noirâtre et collante très contaminée. Il se trouve qu’au même moment, 270 conteneurs étaient déplacés et l’un était rouillé, avec un trou au fond.

Officiellement, les conteneurs avec des déchets de moyenne activité et forte activité sont entreposés sous abri et ceux avec des déchets de faible activité, à l’extérieur. Ces derniers devraient être déménagés dans une nouvelle installation d’ici… mars 2029.

TEPCo ne sait ce qu’elle fera de ses déchets radioactifs. A cause d’eux, la remédiation du site devrait prendre un siècle, comme nous l’avions mentionné dans le bilan pour le dixième anniversaire.

Même en rejetant l’eau tritiée en mer, TEPCo devra augmenter ses capacités de stockage

TEPCo va manquer de place à partir de 2022 pour ses cuves remplies d’eau contaminée sur le site de la centrale de Fukushima daï-ichi et la solution retenue par les autorités est le rejet en mer, comme cela a finalement été officiellement annoncé en avril dernier. Mais, comme le souligne l’Asahi, un simple calcul permet de montrer que cela ne suffira pas et que la quantité d’eau stockée va continuer à augmenter. Il faudra donc trouver de la place autour de la centrale.

La contamination résiduelle de l’eau qui va être rejetée, en supposant que TEPCo l’a correctement traitée cette fois-ci, est dominée par le tritium, de l’hydrogène radioactif que l’on peut difficilement séparer. La concentration moyenne est de 620 000 Bq/L et le stock total dans les cuves de 780 TBq (source). Or, l’autorisation de rejet annuelle est de 22 TBq. En supposant que les autorités ne comptent pas les rejets en tritium via les nappes phréatiques et que cette autorisation soit entièrement utilisée pour l’eau des cuves, TEPCo ne pourra se débarrasser que de 35 000 m3 par an, ou 97 m3 par jour pendant une trentaine d’années. C’est moins que la quantité journalière d’eau qui s’accumule.

En effet, sur son portail dédié à l’eau contaminée, TEPCo table sur une augmentation moyenne de 150 m3 par jour jusqu’en 2022 :

La quantité d’eau qui s’accumule dépend des précipitations et, ces derniers temps, les données hebdomadaires publiées font état d’une augmentation qui varie de 719 à 2 300 m3 par semaine, soit de 100 à plus de 300 m3 par jour.

Même avec le rejet en mer, le stockage va donc continuer à augmenter et TEPCo devra trouver de la place. La concentration de 620 000 Bq/L n’est qu’une moyenne et l’on imagine que TEPCo va commencer par l’eau la moins contaminée afin de se débarrasser de plus grands volumes au début. Il se peut aussi que l’autorisation de rejet soit relevée, une fois les rejets commencés. Mais, il y a de fortes chances pour que TEPCo doive trouver des terrains autour de sa centrale pour y mettre des cuves…

Le stock d’eau dans les cuves au 15 avril 2021 est, selon le portail, de 1 255 771 m3. Une grande partie a été traitée, mais mal traitée, et la contamination résiduelle dépasse les concentrations maximales autorisées pour un rejet en mer. Dans un document mis en ligne le 27 avril (copie), TEPCo vient de redéfinir sa terminologie pour qualifier l’eau entreposée dans les cuves. Ainsi, l’expression “eau traitée par ALPS” est désormais réservé à l’eau qui a été correctement traitée et dont la contamination résiduelle des 62 radioéléments retirés et du carbone-14 ne dépasse pas les concentrations maximales autorisées. Au 31 décembre 2020, cette eau représentait un volume de 323 900 m3 sur un total de 1 156 800 m3, soit à peine 28% ! Quant à l’eau qui doit être traitée une deuxième fois, majoritaire, elle n’a pas de nom officiel… Mais dans la suite du document, TEPCo parle d'”eau traitée par ALPS, etc”. Tout est dans le “etc” ! Cela doit faire partie des subtilités de la communication.

La dépendance de Fukui à l’argent du nucléaire s’accroît

La province de Fukui est celle qui a le plus grand nombre de réacteurs nucléaires au Japon. Kansaï Electric y a exploité 11 tranches de production d’électricité, JAPCo, 2, auxquelles il faut ajouter les réacteurs expérimentaux Monju et Fugen. Voir l’état des lieux du parc japonais. Depuis la catastrophe de Fukushima, 6 réacteurs ont été mis à l’arrêt définitif et 4 remis en service.

Et comme en France, la saturation des piscines d’entreposage des combustibles usés laisse peu de marge à la compagnie Kansaï Electric qui s’est engagée à construire une piscine d’entreposage centralisée en dehors de la province de Fukui. Mais elle peine à trouver un site d’accueil malgré les aides financières à la clé et n’a pas pu respecter l’échéance de décembre 2020 (comme EDF !). Elle envisage maintenant un entreposage mutualité avec d’autres compagnies d’électricité, à Mutsu, dans la province d’Aomori, contre l’avis du maire de la commune, mais cela semble satisfaire les élus locaux de Fukui prompts à favoriser le redémarrage des réacteurs, alors que leur accord était conditionné à l’entreposage.

Selon le Maïnichi, certains élus du district de Nishiura de Tsuruga se sont même proposés d’accueillir l’entreposage sur leur commune afin de bénéficier encore plus de la manne financière du nucléaire !

Le 23 avril, l’assemblée régionale a donc donné son accord à la remise en service de 3 réacteurs qui ont plus de 40 ans, suite à l’avis favorable de l’autorité de régulation nucléaire. Il s’agit de Takahama 1 et 2, et de Mihama 3. Le gouverneur de Fukui lui a emboîté le pas le 28 avril, sans mentionner les problèmes d’entreposage. Comme les communes concernées sont aussi d’accord, la remise en service des réacteurs ne devrait plus trop tarder. Ce seront les premiers réacteurs de plus de 40 ans à redémarrer. Les scandales de corruption qui ont secoué Kansaï Electric ont aussi vite été oubliés ! Ailleurs, les élus sont moins enthousiasmes qu’à Fukui… Ainsi, la commune de Mito n’a pas donné son accord à la remise en service de la centrale voisine de Tôkaï-mura, aussi âgée de plus de 40 ans.

Selon l’Asahi, un engagement du gouvernement à verser 2,5 milliards de yens supplémentaires sur 5 ans par centrale avec des réacteurs âgés a permis de convaincre les élus de Fukui… Le ministre de l’industrie était venu présenter cette nouvelle aide financière devant l’assemblée régionales le 6 avril dernier, toujours selon l’Asahi, car cette dernière regrettait l’absence de mesures de “revitalisation de l’économie”. Drôle de conception de la “vitalité économique” !

Kansaï Electric n’a, cependant, pas terminé l’installation des mesures de protection contre les attaques terroristes et l’échéance du 9 juin pour Takahama ne sera probablement pas tenue. Elle devra arrêter tous les réacteurs de cette centrale. L’échéance est en octobre 2021 pour Mihama, avec les mêmes problèmes de retard…

Autorisation de démanteler Fukushima daï-ni

L’Autorité de régulation nucléaire a donné son accord au plan de démantèlement des quatre réacteurs de la centrale de Fukushima daï-ni, située à 12 km au Sud de celle de Fukushima daï-ichi. Les travaux dureront jusqu’en 2065, selon TEPCo et devraient lui coûter 282,2 milliards de yens (plus de 2 milliards d’euros), sans prendre en compte la gestion des combustibles usés (environ 10 000 assemblages). La compagnie va construire un entreposage à sec pour ces derniers, en attendant que le pays trouve une solution pour leur stockage.

Le riz de Fukushima a encore du mal à se vendre

Les consommateurs boudent encore le riz cultivé à Fukushima et un peu plus de 60% de la production est écoulée dans les restaurants, les bentô… C’est plus que la moyenne nationale qui est de 40%, selon le ministère de l’agriculture. La crise sanitaire et les fermetures de restaurants ont réduit les débouchés et le riz de Fukushima, plus dépendant, a plus souffert. Plutôt que de baisser les prix, la fédération des agriculteurs de Fukushima, qui rassemble environ 2 000 producteurs, a préféré donner les surplus à des organisations caritatives.

Le Maïnichi rapporte qu’une tonne de riz de Fukushima a été livrée à des associations qui fournissent des repas gratuits aux enfants d’Ôsaka où la fermeture des écoles a entraîné une augmentation de la demande.

111ème versement financier pour TEPCo

TEPCo annonce avoir reçu le 111ème versement financier de la part de la structure gouvernementale de soutien qui lui avance de l’argent pour les indemnisations : 6,4 milliards de yens (49 millions d’euros au cours actuel). Rappelons que cet argent est prêté sans intérêt.

En prenant en compte ce versement et les 188,9 milliards de yens venant de l’Act on Contract for Indemnification of Nuclear Damage Compensation, TEPCo a reçu un total de 10 034,4 milliards de yens (77 milliards d’euros au cours actuel) et cela ne suffira pas. A noter que la somme totale affichée par TEPCo ne colle pas avec ce qui a été annoncé le mois dernier. Il y a 21 milliards de yens en plus.

Le communiqué de TEPCo est accompagné d’un tableau avec les sommes versées au titre des indemnisations, mais sans explications. Le total s’élève à 10 018,1 milliards de yens (77 milliards d’euros).

Le Japon suspend la pêche du sébaste noir

Les autorités japonaises viennent de suspendre la pêche au sébaste noir (kurosoï en japonais), après qu’un spécimen dépassant la contamination maximale autorisée ait été pêché au large de Minami-Sôma. C’est la première fois en 14 mois qu’une telle mesure est prise.

Le spécimen pêché le 1er avril (!) avait une contamination en césium de 270 Bq/kg alors que la limite autorisée est de 100 Bq/kg. D’autres sébastes dépassant la limite avaient aussi été capturés en février dernier. Comme les pêcheurs appliquent une limite plus stricte, fixée à 50 Bq/kg, ils avaient déjà suspendu la commercialisation de cette espèce.

Les dernières restrictions sur la pêche avaient été levées en février 2020 et les pêcheurs de Fukushima avaient capturé 3 tonnes de sébastes noirs en 2020, soit moins de 1% de leur prises.

Sans surprise, le gouvernement choisit le rejet en mer pour l’eau

Sans surprise, le gouvernement japonais a choisi le rejet en mer pour l’eau contaminée accumulée depuis 10 ans dans des cuves à la centrale de Fukushima daï-ichi. Cela faisait quelques mois voire des années qu’il procrastinait. Comme nous le rappelions dans notre bilan chiffré publié à l’occasion du dixième anniversaire de la catastrophe nucléaire, TEPCo a accumulé plus d’1,2 million de mètres cube et le stock augmente chaque jour. La place devrait commencer à manquer sur le site de la centrale en 2022. Et comme il faut 2 ans pour construire une installation de rejet et instruire le dossier d’autorisation, le calendrier est tendu.

A l’origine, les autorités voulaient laisser passer les Jeux olympiques, mais ils ont été reportés d’un an. Il y a surtout les difficultés internes puisque l’opposition au rejet est très forte localement. Aussi bien les coopératives de pêche que les élus locaux sont contre. En juin 2020, 17 communes de Fukushima avaient aussi pris position contre, tout comme l’industrie de la pêche. Même Baskut Tuncak, rapporteur spécial de l’ONU depuis 2014 sur les implications pour les droits humains de la gestion et de l’élimination écologiquement correcte des substances et déchets dangereux, s’en est mêlé dans une tribune. Lors de la consultation publique, 4 011 avis ont été déposés et quasiment tous étaient opposés au rejet. 

Cette eau aurait dû être décontaminée par la station de traitement ALPS qui filtre 62 radioéléments, mais TEPCo a mal travaillé et 72% du stock a une concentration résiduelle qui dépasse les autorisations de rejet en mer. Ce n’est qu’en septembre 2018 que la compagnie l’a reconnu, lors de réunions publiques pour expliquer… le rejet en mer. Depuis, la compagnie s’est engagée à reprendre de traitement de cette eau de façon à avoir une contamination résiduelle pour ces 62 radioéléments dans les limites autorisées. Les premiers tests effectués à l’automne 2020 étaient concluants, mais ne concernaient qu’un tout petit volume. Combien de temps il faudra pour tout reprendre ? Pas de communication sur le sujet.

Officiellement, après un traitement correct, il ne resterait plus que du tritium, de l’hydrogène radioactif qui est très difficile à filtrer puisqu’il entre dans la composition de la molécule d’eau. Dans les faits, il y a d’autres radioéléments dans cette eau qui ne sont pas filtrés et qui seront rejetés, comme TEPCo l’a reconnu très récemment : c’est le cas notamment du carbone-14 et du technétium-99. Ils seront rajoutés au bilan des éléments rejetés pour vérifier la conformité avec les autorisations de rejet.

En ce qui concerne le tritium, qui est le radioélément le plus abondant dans l’eau après traitement, le stock s’élèverait à 860 TBq dans les cuves ce qui est largement plus que la limite annuelle de rejet fixée à 22 TBq. TEPCo veut donc étaler ses rejets sur une trentaine d’années pour respecter cette limite. Il y a encore du tritium dans les combustibles usés et dans les sous-sols des réacteurs. Le rejet pourrait donc prendre plus longtemps. Un des arguments avancés pour le rejet en mer est la fragilité des cuves en cas de séisme, mais même avec rejet, il faudra qu’elles tiennent des décennies. 

Du tritium des nappes phréatiques s’écoule en mer actuellement, soit directement, soit via les pompages mis en place par TEPCo. En amont des réacteurs, au pied des cuves, le but est de réduire les flux afin de limiter les infiltrations dans les sous-sols des réacteurs. En aval, le but est de réduire les rejets radioactifs en mer.  Le niveau de contamination résiduelle est évalué avant rejet. Est-ce que ces rejets seront pris en compte dans le total ?

A titre de comparaison, l’autorisation de rejet en mer de l’usine Orano de La Hague est, pour le seul tritium, de 18 500 TBq et les rejets effectifs de ces dernières années variaient entre 11 400 et 13 200 TBq par an. Le stock dans les cuves représente environ un mois de rejet à La Hague… Le Japon ne pouvait pas reculer sur le rejet en mer, car il veut toujours démarrer sa propre usine de retraitement, à Rokkashô-mura, même si elle a déjà accumulé 25 années de retard. La valeur cible pour les rejets en tritium y est de 9 700 TBq par an (source).

A noter que la limite de 22 TBq/an pour les rejets en mer à Fukushima est inférieure à l’autorisation de rejet des installations françaises le long de la Loire. Pour Chinon, par exemple, la limite de rejet dans le fleuve est de 80 TBq/an (source). Et ce tritium se retrouve dans l’eau du robinet en aval, comme l’a montré l’ACRO

Par ailleurs, la concentration moyenne en tritium dans les cuves est de 730 000 Bq/L et dépasse donc la concentration maximale autorisée pour les rejets en mer, qui est de 60 000 Bq/L. TEPCo va donc diluer cette eau avant rejet de façon à avoir une concentration inférieure à 1 500 Bq/L. C’est cette limite qui est utilisée actuellement pour l’eau des nappes phréatiques car le tritium n’est pas le seul radioélément contaminant.

La contamination résiduelle avant rejet n’est pas bien connue et TEPCo a refusé tout contrôle indépendant. Aucune étude d’impact détaillée du rejet n’a été produite en dix ans et encore moins discutée. Il faut croire TEPCo et les autorités sur parole. La défiance de la population et des pêcheurs est donc légitime. Le communiqué de TEPCo sur la décision gouvernementale est un modèle de langue de bois qui ne répond à aucune des inquiétudes. Le seul impact négatif reconnu est sur la réputation (les fameuses “rumeurs néfastes”) que la compagnie s’engage à indemniser… Mettre en ligne une photo de l’eau décontaminée ne suffira pas !

Les autorités ne sont pas en reste. L’agence de la reconstruction a lancé une campagne d'”information”, à quelques millions de yens, avec le tritium, représenté comme un personnage à l’apparence inoffensive, pour lutter contre les “rumeurs néfastes” :

Il fallait oser ! Encore plus débilisant que la plante en pot du ministère de l’environnement avec de la terre radioactive mise en avant il y a un an. Mais, devant le tollé, l’agence de la reconstruction a dû retirer ses vidéo et plaquette de son site Internet, selon le Japan Times (voir le communiqué en japonais). C’est pour se laisser le temps de préparer cette campagne que le gouvernement a tant tardé à décider ?

Mise à jour du 16 avril 2021 :

Alors que 3 experts de l’ONU critiquent, dans un communiqué de presse, la décision japonaise de rejeter en mer, l’eau contaminée, TEPCo prend plusieurs engagements dans une note (copie). Même s’il y a beaucoup de bla-bla, TEPCo s’engage notamment à traiter l’eau autant de fois que nécessaire pour passer sous les concentrations maximales autorisées, à faire un contrôle avant rejet et à en publier les résultats. Elle parle aussi, pour la première fois, de contrôle par un tiers, sans en dire plus sur qui fera les mesures. La compagnie va aussi étendre sa surveillance de l’environnement en impliquant des tiers, mais en se focalisant sur le tritium, alors qu’il y a de nombreux autres radioéléments qui mériteraient d’être aussi contrôlés.

TEPCo dit aussi qu’en 2025, la quantité d’eau qui s’infiltre dans les sous-sols, se contamine et s’accumule sera réduite à environ 100 m3 par jour, sans dire comment elle va s’y prendre.

Un autre document, plus court, reprend les engagements de la compagnie.

Mise à jour du 22 avril 2021 :

La plaquette d'”information” (copie) a été rééditée et le tritium est désormais représenté par un T cerclé…

Avant :

Après :

Denstu, la principale agence de communication du Japon, très proche du parti libéral démocrate, au pouvoir, s’est surpassée ! Son slogan : “Champions for meaningful progress” (sic).