Cancers de la thyroïde : interview de Hisako Sakiyama

La dernière livraison du Asia-Pacific Journal publie une interview passionnante de Hisako Sakiyama, qui a été chercheuse et membre de la commission d’enquête parlementaire sur la catastrophe nucléaire de Fukushima (NAIIC). Elle a aussi fondé, avec Ruiko Muto, le Fonds 3.11 pour les enfants atteints d’un cancer de la thyroïde en 2016. Cette interview, menée en juin 2018 par Katsuya Hirano et Hirotaka Kasai, a été mise à jour en août 2020. Nous reprenons ici, en français, des extraits relatifs aux cancers de la thyroïde.

Hirano : Au début, certains chercheurs ont […] affirmé que le nombre de cas [de cancers de la thyroïde] augmente simplement en raison d’un dépistage plus systématique avec des échographies, de sorte que le nombre élevé de cas est dû à la nouvelle technologie de dépistage et n’est pas lié à l’exposition aux radiations de la catastrophe nucléaire. Dites-moi ce que vous en pensez.

Sakiyama : Lors de la première campagne de dépistages, 116 enfants au total, sur les quelque 300 000 enfants testés, ont été suspectés d’avoir un cancer de la thyroïde. C’est un taux de cancer de la thyroïde des dizaines de fois supérieur à la normale sur une période de deux ans. Pourtant, ces chercheurs continuent de rejeter le lien entre cette incidence exceptionnellement élevée de cancer de la thyroïde chez les enfants et l’exposition aux radiations, et insistent sur le fait qu’elle est le résultat d’un “dépistage massif”.

En fait, alors que seulement 10 % de la première série de dépistages avait été effectuée, le Dr Yamashita Shunichi avait déjà remarqué que les taux de cancer avaient augmenté, avec 3 cas confirmés et 10 cas suspects. Il a donc dû trouver une explication à ces résultats. Il a annoncé que cela était dû à “l’effet du dépistage massif” et non à une épidémie. Je crois que l’annonce a été faite le 11 mars 2013, lors d’une réunion annuelle de la NRC (Commission américaine de régulation nucléaire) aux États-Unis.

Hirano : Ce qui signifie que le Dr Yamashita et ses collègues ont œuvré dès le début pour établir un discours, même dans les instances internationales, selon lequel la catastrophe de Fukushima n’avait pas d’impact sanitaire.

Sakiyama : Exactement. C’était une discussion dont l’issue était prévisible. La décision avait déjà été prise avant même que les projections n’aient commencé. Même après qu’il soit devenu évident que les taux d’incidence du cancer de la thyroïde dans les zones touchées étaient plusieurs dizaines de fois supérieurs à la moyenne nationale, ils ont insisté sur le fait que cela était dû aux effets du dépistage systématique.

Cependant, au cours de la deuxième campagne de dépistages, ils ont commencé à voir certains résultats qui n’étaient pas normaux et qui ne pouvaient pas être expliqués par l’effet du dépistage systématique. À ce moment, certains de ces experts médicaux ont commencé à exprimer des inquiétudes quant à la possibilité d’un “sur-diagnostic”. Par “sur-diagnostic”, ils entendent l’examen de cas qui, autrement, ne provoqueraient pas de symptômes ou de décès au cours de la vie normale d’un patient. Mais ces inquiétudes ne venaient pas des cliniciens, mais d’épidémiologistes tels que le Dr Tsugane Shoichiro, directeur du Centre de recherche pour la prévention et le dépistage du cancer, Centre national du cancer du Japon, et le Dr Shibuya Kenji, professeur invité du département de politique de santé mondiale de l’École supérieure de médecine de l’Université de Tokyo.

Le Dr Tsugane a déclaré qu’en général, le cancer de la thyroïde a un pronostic approprié, mais qu’en sur-diagnostiquant les enfants, ils pourraient être soumis à des opérations chirurgicales inutiles. Cela finirait par leur laisser non seulement des cicatrices au cou, mais aussi entraîner une stigmatisation suite au fait qu’ils ont développé un cancer dû à une exposition aux radiations. Il a averti que cela affecterait probablement leur éligibilité à l’assurance cancer, et qu’ils pourraient être victimes de discrimination lors de leur mariage ou dans d’autres contextes pour avoir été exposés à des radiations. Il a fait valoir que l’examen des enfants n’avait que peu d’intérêt et a suggéré de réduire les dépistages du cancer de la thyroïde à Fukushima. En fait, c’est la politique officielle qui va maintenant dans cette direction avec la réduction de l’ensemble des dépistages de la thyroïde.

D’autre part, le Dr Suzuki Shinichi, professeur de chirurgie de la thyroïde à l’université médicale de Fukushima, qui a opéré la plupart des patients atteints d’un cancer de la thyroïde à l’université, a réfuté l’accusation de sur-diagnostic. Il a présenté à la Société japonaise de chirurgie thyroïdienne des preuves que parmi les 145 patients opérés, environ 78% avaient des métastases ganglionnaires et environ 45% présentaient une croissance invasive. Sur la base de ces faits, il a déclaré qu’un sur-diagnostic est peu probable.

Hirano : Il semble qu’ils s’approprient un discours sur la discrimination et les préjugés afin de confondre la question des radiations et du cancer, et de tout balayer sous le tapis.

Sakiyama : Exactement. Comme vous le savez, le Dr Yamashita est malheureusement une figure influente au sein de l’Association de la thyroïde. Au début, il disait qu’il était nécessaire de procéder à des dépistages du cancer de la thyroïde, mais aujourd’hui, il est devenu l’une des voix les plus fortes qui plaident pour une réduction du programme.

Une réunion internationale d’experts a eu lieu l’année dernière à Fukushima, et après cette réunion, le Dr Yamashita et le Dr Niwa, président de la Fondation pour la recherche sur les effets des rayonnements, ont fait une recommandation au gouverneur de la préfecture de Fukushima. Dans leur rapport intérimaire, les docteurs Yamashita et Niwa ont déclaré qu’il était difficile de trouver un lien entre les cancers découverts lors des dépistages et l’exposition aux radiations. Ils ont suggéré de réduire les dépistages, de ne pas les arrêter complètement mais de rendre la participation “volontaire”.

Une des justifications de ce choix est la théorie dite de la cancérogenèse des cellules thyroïdiennes du fœtus qui a été présentée par le Dr Takano Tōru de l’Université d’Osaka. Selon lui, les jeunes enfants développent un risque plus élevé de cancer de la thyroïde parce que les cellules tumorales de la thyroïde sont dérivées directement des cellules fœtales de la thyroïde, qui n’existent que chez les fœtus et les jeunes enfants, et que les cellules fœtales possèdent des caractéristiques cancéreuses ; cependant, les tumeurs de ces cellules fœtales immatures chez les jeunes diminuent pendant la petite enfance et cessent complètement de croître après l’âge moyen. Le pronostic est donc excellent et le processus ne progresse pas pour provoquer des décès par cancer.

Au contraire, a-t-il poursuivi, si vous développez un cancer de la thyroïde à un âge moyen ou avancé, les cellules tumorales subissent une prolifération soudaine, qui peut entraîner la mort par cancer. Il conclut donc que le cancer de la thyroïde chez les jeunes enfants ne doit pas être diagnostiqué.

Je ne savais pas grand-chose sur le cancer de la thyroïde, mais comme le Dr Takano parlait de sa nouvelle théorie avec tant d’assurance, je l’ai beaucoup étudiée. Ce que j’ai découvert, c’est que le Dr Takano est la seule personne qui défende réellement cette théorie de la cancérogenèse des cellules thyroïdiennes du fœtus. Pourtant, il n’a publié aucun article sur l’isolement et la caractérisation des cellules thyroïdiennes fœtales.

Kasai : Vous voulez dire qu’il est le seul au monde ?

Sakiyama : Oui, mais il est tellement sûr de lui dans sa théorie qu’il prétend que le problème est que tout le monde a pris du retard sur ses nouvelles découvertes scientifiques. Mais si vous proposez cette théorie, vous devez d’abord trouver une cellule fœtale, puis la caractériser. C’est la voie qu’un chercheur devrait suivre, mais il ne semble pas le faire. J’ai vérifié ses articles, et ils semblent tous hypothétiques. Si on imagine une première chose, on peut alors imaginer qu’il y autre chose, et donc que la cancérogenèse des cellules thyroïdiennes du fœtus existe. Il n’existe aucune preuve expérimentale.

Hirano : Voulez-vous dire qu’en l’absence de toute preuve expérimentale, il soutient que les examens de la thyroïde, qui jouent un rôle crucial dans la surveillance de la santé des enfants, devraient être réduits ?

Sakiyama : Exactement. Et une personne comme lui a été nommée membre du comité de suivi régional pour l’étude sanitaire à Fukushima.

Je suis sûre que vous avez entendu le Dr Yamashita dire aux habitants de Fukushima de sourire et de se détendre lors d’une réunion publique juste après l’accident nucléaire. Il a dit à son auditoire : “Les radiations n’affectent pas les gens qui sont heureux et souriants. Les effets des radiations vous parviennent si vous vous en inquiétez. Cette théorie a été prouvée par des expériences sur des animaux “

Hirano : Oui, je sais qu’il a été critiqué dans les médias pour sa désinvolture. Une telle remarque dédaigneuse était inacceptable, ont-ils dit.

Sakiyama : C’est exact. Malheureusement, cela ne s’est pas arrêté là. Tout récemment, M. Takano a donné une conférence à Osaka, et elle a été mise en ligne sur YouTube, alors je l’ai regardée. Vous ne croiriez pas ce que j’ai entendu dans la vidéo. Au début de la conférence, le Dr Takano a mentionné la remarque du Dr Yamashita et l’a félicité pour cela. “Le professeur Yamashita sait vraiment quoi dire.” Quand j’ai entendu cela, je n’avais plus de mots. […]

Hirano : Ce qui m’a toujours semblé étrange, c’est que le Dr Yamashita s’est rendu à Tchernobyl plus d’une centaine de fois et qu’il a été très impliqué dans les projets d’aide médicale là-bas, bien avant la catastrophe nucléaire de Fukushima. Comme vous l’avez mentionné, il est considéré comme l’autorité numéro un au Japon en matière de santé radiologique. Il est difficile de comprendre qu’une personne comme lui, qui a vu de ses propres yeux les effets de l’accident de Tchernobyl sur la santé, ait été aussi active pour tenter de dissimuler les risques sanitaires liés à l’exposition aux radiations.

Même à Tchernobyl, les effets sur la santé humaine ont été dissimulés dès le début, et certains ont utilisé l’idée d’un sur-diagnostic pour minimiser les risques. Il aurait été témoin de tout cela.

Sakiyama : Exactement.

Hirano : Il a dû constater qu’il y avait une forte augmentation des cas de cancer de la thyroïde après la catastrophe, et que les gouvernements de l’Ukraine et des pays voisins étaient obligés d’admettre que les différents problèmes de santé découlaient de l’accident. Cependant, en ce qui concerne Fukushima, le Dr Yamashita utilise les mêmes méthodes que celles utilisées par l’Union soviétique pour continuer à cacher ces problèmes. Que pensez-vous de cela du point de vue d’un scientifique ?

Sakiyama : Je ne pense pas qu’il adopte une position de scientifique. J’ai le sentiment qu’il a abandonné la science. Beaucoup de gens me demandent pourquoi le Dr Yamashita agit comme il le fait et quelles sont ses intentions, mais je leur dis que les gens qui prennent la science au sérieux et qui valorisent l’éthique n’ont pas de réponse à cette question.

Je me souviens cependant qu’il a dit un jour qu’il avait du mal à dire “non” à tout ce que le gouvernement central voulait.

Hirano : Oh, je me souviens aussi de ça. Il a dit quelque chose comme : “En tant que Japonais, je ne peux pas dire non (au gouvernement)”.

Sakiyama : C’est probablement une des raisons pour lesquelles il reste fidèle au gouvernement central. Il a dit à son public que la vérité absolue est du ressort du gouvernement. Il est actuellement vice-président de l’université de médecine de la province de Fukushima, il semble donc probable qu’il continuera à dissimuler une chose après l’autre et qu’il se contentera de suivre ce que dit le gouvernement.

Kasai : Je crois donc que vous dites qu’une sorte d’hypothèse, ou une pseudo-hypothèse, sur l’évolution du cancer de la thyroïde est apparue, qui s’écarte des méthodes fondamentales de la science et de la médecine, et qui est diffusée à la société d’une manière qui s’écarte des règles normales ? En outre, vous dites également que cette discussion semble avoir pris une dimension politique.

Sakiyama : C’est vrai. Elle a été exploitée à des fins politiques.

Kasai : Pourtant, lorsqu’ils donnent des explications au grand public, ils se servent de leurs statuts d’expert en sciences médicales.

Sakiyama : C’est vrai.

Kasai : Ainsi, les citoyens ordinaires comme nous, sont informés par les médias que les experts dans ce domaine disent ceci ou cela et en viennent à penser “oh, il a été scientifiquement prouvé que les radiations sont sans danger, ou ne sont pas dangereuses” et “20 mSv/an est sans crainte”. C’est ainsi que nous sommes parvenus à un consensus social sur les risques liés aux radiations.

Sakiyama : Absolument. Je ne comprends pas pourquoi ils le font et quelles sont leurs motivations. Le Dr Yamashita avait déjà un statut social très élevé en tant que vice-président de l’université de Nagasaki. Mais il était évident qu’il a menti au sujet d’un garçon de 4 ans qui avait développé un cancer de la thyroïde. Il a d’abord décidé de ne pas rendre l’affaire publique, mais lorsque nous l’avons annoncé, il a finalement avoué.

En fait, un journaliste l’a interviewé et lui a demandé pourquoi il voulait cacher l’affaire. Le Dr Yamashita a répondu : “Je ne peux rien dire à moins que cela ne soit annoncé officiellement”. Mais même en disant cela, il avait officiellement annoncé qu’il n’y avait pas de cas de cancer chez les enfants de 5 ans et moins.

Hirano : Il s’est manifestement contredit.

Sakiyama : C’est ridicule, n’est-ce pas ? Au moment de la rédaction du rapport intérimaire, il était devenu évident qu’un enfant de 5 ans avait été atteint d’un cancer de la thyroïde immédiatement après l’accident. Il a cependant ignoré ce cas et a décidé d’annoncer qu’il n’y avait aucun cas de cancer chez les enfants de 5 ans ou moins. Il a utilisé cette affirmation comme base pour rejeter le lien entre le cancer de la thyroïde et les radiations à d’autres experts […].

Hirano : Les gens de Fukushima ne connaissent pas [ces résultats du dépistage du cancer de la thyroïde] ?

Sakiyama : Non, ils ne les connaissent pas. J’ai visité un centre de repos l’année dernière, et j’y ai rencontré une dizaine de mères. Vous pouvez supposer que ces familles, qui ont envoyé leurs enfants dans un endroit comme celui-ci, sont susceptibles d’être particulièrement préoccupées par les radiations, mais étonnamment, aucune des mères ne connaissait la forte prévalence du cancer de la thyroïde chez les enfants. J’étais juste choquée.

J’ai essayé de comprendre pourquoi, et je me suis rendu compte que les habitants de Fukushima s’informent principalement auprès de sources d’information locales, comme les journaux Fukushima Minpō (福島民報) et Fukushima Minyū (福島民友), et Fukushima TV ou d’autres chaînes de télévision locales, qui ne prennent pas ces informations comme des sujets majeurs.

Hirano : Les médias locaux ne rapportent pas de tels faits ?

Sakiyama : C’est exact. Ces mères m’ont également dit qu’elles avaient caché à leurs voisins et même à leurs proches qu’elles envoyaient leurs enfants dans un centre de réhabilitation. Elles avaient peur d’être critiquées ou étiquetées comme étant trop sensibles à l’exposition aux radiations, alors elles ont simplement dit aux gens qu’elles partaient en vacances, sans mentionner la récupération du tout.

J’ai également été surpris lorsque nous sommes allés à la mairie de Kôriyama pour voir si notre organisation, le 3.11 Fund for Children with Thyroid Cancer, pouvait laisser des formulaires de demande à la réception. En fait, la ville de Kôriyama compte le plus grand nombre de cas de cancer de la thyroïde chez les enfants, avec d’autres comme Iwaki. Mais les responsables de la ville de Kôriyama n’en avaient aucune idée. Lorsque nous leur avons parlé du nombre croissant de cas de cancer, ils ont été choqués, voire paniqués.

[…]

Hirano : Il existe également des points chauds radioactifs en dehors de la province de Fukushima, notamment à Chiba, Ibaraki, Tochigi, Gunma, Iwaté et Miyagi. Pensez-vous que les gens, en particulier les parents de jeunes enfants, devraient s’inquiéter du risque d’exposition aux radiations ? Le gouvernement n’a pris aucune mesure pour les protéger, n’est-ce pas ?

Sakiyama : Non, il n’en a pas pris. Ils se sont concentrés exclusivement sur Fukushima et ont laissé toutes les autres provinces livrées à elles-mêmes.

Dans l’année qui a suivi l’accident, des préfectures comme Gunma, Ibaraki, Iwaté et Tochigi ont convoqué un conseil consultatif. Chaque province a convoqué des experts et les a laissés discuter de la question de savoir s’ils devaient également procéder à des dépistages du cancer de la thyroïde. Mais ces experts sont arrivés à la conclusion que le dépistage n’était pas nécessaire, et leur décision a été communiquée au ministère de l’environnement. La décision finale a été prise lors de la “conférence d’experts” organisée sous l’égide du ministère de l’environnement, présidée par le Dr Nagataki Shigenobu, professeur émérite de l’université de Nagasaki.

Toutefois, comme les mères des petites communautés de ces provinces étaient nombreuses à s’inquiéter, certaines municipalités ont apporté leur soutien à des opérations de dépistage. Il n’existe qu’un faible nombre d’exemple. La plupart des dépistages sont effectués par des bénévoles d’associations à but non lucratif et d’ONG avec l’aide de médecins inquiets, mais ce qu’ils font n’est qu’un programme d’examen de la thyroïde à petite échelle.

Ils ont trouvé une personne atteinte d’un cancer de la thyroïde dans la préfecture d’Ibaraki.

[…]

Hirano : Vous avez donc été témoin des dissimulations répétées et avez réalisé l’incompétence du gouvernement en matière d’aide aux victimes. Avez-vous lancé le “Fonds 3.11 pour les enfants atteints du cancer de la thyroïde”, en raison de l’urgence de la crise ?

Sakiyama : Oui.

Hirano : Une autre chose que vous avez mentionnée plus tôt et qui me revient à l’esprit est la façon dont l’exposition aux radiations est devenue une cible de stigmatisation dans l’esprit du public, ce qui oblige les habitants de Fukushima à garder le silence sur leurs problèmes de santé. Ce genre de pression sociale crée une situation où ils doivent continuer à se rendre en secret dans les centres de réhabilitation, et ils hésitent même à se faire dépister pour le cancer.

Je crois savoir que vous vouliez soulager un peu cette pression pour les personnes qui s’inquiètent pour leur santé et leur traitement du cancer, en apportant un soutien financier par le biais du “3.11 Fund for Children”, qui est une organisation indépendante à but non lucratif, pour que les gens aient réellement accès au dépistage. Est-ce bien le cas ?

Sakiyama : C’est exact. Nous avons organisé de nombreuses réunions et conférences, mais nous avons remarqué que nous avions tendance à toujours avoir le même public lors de ce genre d’événements. Puis nous avons commencé à chercher un moyen d’atteindre ceux qui ont besoin d’aide, et nous avons réalisé que les enfants atteints d’un cancer de la thyroïde et leurs familles ont souvent été isolés parce qu’ils ne savaient pas où aller et comment obtenir de l’aide. Ils sont également accablés par les frais médicaux liés aux examens répétés et aux visites à l’hôpital, et certains patients auront besoin de soins médicaux tout au long de leur vie. Nous avons tous convenu que ce sont les personnes que nous voulons vraiment aider et nous avons cherché un moyen de les atteindre.

Nous avions le sentiment que les réunions et les conférences ne nous menaient nulle part, alors nous avons parlé avec plusieurs personnes et avons eu l’idée de donner de l’argent. Au début, nous étions mal à l’aise à l’idée de donner de l’aide sous forme d’argent, mais c’est la seule option pour aider ceux qui ont tendance à être isolés.

Hirano : Vous avez dit qu’il y a en fait huit cas supplémentaires de cancer de la thyroïde chez les enfants, en dehors des 199 enfants et jeunes adultes chez qui on a officiellement diagnostiqué un cancer de la thyroïde ou une suspicion de malignité. Ces personnes ont-elles contacté l’organisation par elles-mêmes pour demander de l’aide après avoir entendu parler du “Fonds 3.11 pour les enfants” ?

Sakiyama : Je crois que oui. Nous avons publié une annonce d’une page entière sur le “3.11 Fund for Children with Thyroid Cancer” dans le journal Fukushima Minpō (福島民報), qui a coûté près d’un million de yens. Les gens nous ont alors contactés, et depuis lors, la NHK suit nos activités. Chaque fois que nous organisons une conférence de presse, elle est diffusée à l’échelle nationale, de sorte que nous avons reçu de nombreuses demandes de renseignements et de candidatures à la suite de la couverture médiatique. Par exemple, une grand-mère qui regardait les nouvelles de la NHK a demandé à bénéficier du fond pour son petit-fils qui avait développé un cancer de la thyroïde.

Au fait, les personnes qui en sont venues à se méfier de l’université de médecine de Fukushima ne veulent pas y subir leur dépistage, donc bien sûr, elles ne seront pas comptabilisées dans les statistiques officielles. Ainsi, même si l’université de médecine de Fukushima publie le nombre de cas de cancer qu’ils voient, nous n’avons toujours pas le vrai décompte.

[…]

Sakiyama : Dans l’ensemble, les personnes chez qui on a diagnostiqué un cancer de la thyroïde ne semblent pas être en colère contre le gouvernement central ou TEPCO, qui sont responsables de la catastrophe nucléaire. Au contraire, ils ont essayé de se cacher du public.

L’autre jour, des membres de Friends of the Earth sont venus d’Allemagne nous rendre visite, alors je leur ai demandé ce qu’ils en pensaient. Ils m’ont dit que si c’était en Allemagne, les patients atteints du cancer de la thyroïde seraient très en colère, c’est certain, et qu’ils engageraient des poursuites pour obtenir une indemnisation.

J’aimerais vraiment leur dire qu’ils sont les victimes et qu’ils ne devraient pas avoir honte d’avoir eu un cancer de la thyroïde. C’est le gouvernement central et TEPCO qui devraient avoir honte et être tenus responsables. Malheureusement, c’est le contraire, car la plupart des victimes vivent encore dans l’ombre de la catastrophe nucléaire.

Traduit avec l’aide de www.DeepL.com

Fukushima et la liberté d’expression

Selon l’Asahi, les guides qui accueillent les visiteurs au musée de la catastrophe, qui a ouvert le 20 septembre dernier à Futaba, n’ont le droit de critiquer ni TEPCo, ni le gouvernement. Les 29 guides sont des victimes de la catastrophe ou des personnes formées. Chaque visite guidée dure une heure et est payée 3 500 yens.

Lors des formations qui ont eu lieu cet été, le manuel distribué indiquait qu’il fallait éviter de “critiquer ou diffamer certaines organisations, personnes ou autres installations”. Et si un visiteur interroge le guide à propos de ses sentiments sur la responsabilité de TEPCo, la réponse doit être évasive et le visiteur renvoyé vers le personnel du musée. Chaque guide doit aussi mettre par écrit son propos et le soumettre à la direction du musée qui le corrige. Et si jamais ils critiquent une organisation, leur présentation sera immédiatement arrêtée et ils ne pourront plus jamais être guide dans ce musée.

Certains guides se sont offusqués : en tant que victimes, ils devraient pouvoir critiquer TEPCo et le gouvernement, qui sont responsables de la catastrophe nucléaire. Un autre guide a vu son script corrigé après avoir mentionné cette responsabilité. Pourtant, les rapports d’enquête officiels ont pointé la responsabilité de TEPCo et du gouvernement. Ne pas pouvoir le mentionner dans un musée dédié à la catastrophe nucléaire est scandaleux.

Par ironie du calendrier, le Canard Enchaîné a publié, ce même jour, un article sur le licenciement d’une chercheuse de l’IRSN qui travaillait sur les conséquences de la catastrophe de Fukushima et qui n’acceptait pas de voir ses travaux censurés par sa hiérarchie. En réaction, l’ACRO a quitté le Comité d’orientation des recherches (COR) de cet Institut. La lettre de démission est sur le site de l’association et reprise ci-dessous.

Selon le Canard Enchaîné, le supérieur hiérarchique direct de Christine Fassert, la chercheuse licenciée, « voulait imposer des changements, voire censurer des mots et des phrases [d’un] article, » afin d’« écarter les critiques envers la gestion post-accidentelle du gouvernement japonais, et du secteur nucléaire civil en général », et de « minimiser et relativiser le risque lié à l’exposition aux radiations ».

Cet évènement est très inquiétant car il montre que l’IRSN n’est pas disposé à accepter des résultats de recherches qui remettent en cause ses préjugés. Et quand on est en charge de la sûreté nucléaire, c’est particulièrement grave. Ce n’est pas la seule personne à avoir subi la rigidité de cet institut, mais c’est la première fois que cela conduit à un licenciement, ce qui est scandaleux.

Nous avons déjà souligné, par deux fois, en juillet 2018 et en mars 2019, l’originalité des travaux de Christine Fassert, socio-anthropologue, spécialiste des risques à l’IRSN, qui travaillait sur la confiance, dans le cadre du projet Shinrai en partenariat avec Sciences Po et l’université Tôkyô Tech. Au Japon, comme en France, elle est allée, avec ses collègues japonais, à la rencontre de tous les protagonistes et a interrogé aussi bien des fonctionnaires que des experts indépendants, comme on peut le voir dans cette présentation (copie).

A l’IRSN, on préfère s’intéresser aux personnes qui montrent qu’il est possible de vivre dans les territoires contaminés. Et le paradigme dominant est qu’il faut éviter d’évacuer et faire revenir au plus vite les personnes évacuées, passant outre les directives de l’ONU sur les personnes déplacées à l’intérieur de leur pays qui leur garantissent protection, le droit de choisir entre le retour et une réinstallation, ainsi que leur pleine participation aux décisions (voir notre rapport de 2016 : Fukushima, retour à l’anormale ?). C’est aussi flagrant dans les programmes de recherche européens auxquels l’IRSN participe, où la réduction des incertitudes dans la modélisation des retombées radioactives doit permettre d’éviter d’évacuer inutilement des populations (voir page 58 de cette présentation, par exemple), alors que les défauts dans la modélisation à Fukushima ont aussi conduit à ne pas évacuer des personnes qui auraient dû l’être ! C’est le cas pour les territoires contaminés qui vont jusqu’à une quarantaine de kilomètres vers le Nord-Ouest. L’ordre d’évacuer n’est arrivé que le 22 avril 2011 alors que la catastrophe a débuté le 11 mars 2011.

Dans la pratique, l’IRSN, n’a pas hésité à travailler et à mettre en avant un chercheur peu scrupuleux, comme nous l’avons rapporté en janvier 2019, mais qui disait ce que l’institut voulait entendre. C’est aussi l’objet des “dialogues” de Fukushima soutenus par l’IRSN montrés dans le webdocumentaire “Kotoba” (qui signifie “mot” et pas “dialogue”) : pas de déchets radioactifs, pas de malade, pas de résidents qui ne veulent pas rentrer… Juste quelques petits soucis, mais en douze “dialogues”, tout est réglé ! Le bilan de ces dialogues par l’IRSN est une affligeante liste de banalités. C’est inquiétant pour la gestion post-accidentelle en cas d’accident en France.

Christine Fassert, quant à elle, est aussi allée à la rencontre des personnes qui sont parties et qui ne veulent pas revenir, donnant une visibilité à une catégorie de populations que tout le monde veut ignorer, alors qu’elle est la plus nombreuse. Le projet a aussi examiné les écueils d’une communication sur le risque radiologique essentiellement « rassurante », la difficulté du rôle des experts en radioprotection en prise directe avec le public, la tension entre une politique gouvernementale d’évacuations et de retours pensée par les élites tokyoïtes et la mise en œuvre de ces directives par les maires dans la région de Fukushima… Que des sujets qui n’entraient pas dans le cadre étroit de ce qui était attendu. Alors, c’était le cadre ou elle !

Message de démission expédié le 18 septembre 2020 aux membres du COR :

Madame la Présidente,

Suite au licenciement d’une chercheuse de l’IRSN, je souhaite démissionner du COR. Si l’IRSN n’est pas capable d’accepter des voix singulières en interne, il ne peut pas s’ouvrir à la société.

Dans son avis sur le post-accident, le COR, avait souligné, pour le volet « populations et gouvernance » : « Le GT pense qu’il serait important de mener des recherches sur ce sujet en prenant en compte les avis de toutes les catégories de population. Les auto-évacués échappent au suivi officiel au Japon et à la plupart des études et recherches auxquelles l’IRSN participe. Le retour d’expérience ne peut pas se limiter à la seule population qui souhaite rester sur place ou rentrer, peu représentative de l’ensemble des populations affectées par un accident nucléaire grave. L’IRSN gagnerait à élargir le champ de ses études et recherches ou à se rapprocher d’autres programmes impliquant toutes les personnes affectées par la catastrophe, y compris celles qui ne souhaitent pas rester sur place ou rentrer. »

En cas d’accident nucléaire en France, l’IRSN ne pourra pas choisir parmi les populations affectées. La participation de toutes les parties prenantes sera nécessaire. La chercheuse licenciée est justement la seule personne de l’institut qui s’intéressait à toutes les catégories de population, le programme des « dialogues » n’ayant sélectionné que des personnes en accord avec le paradigme dominant à l’IRSN.

J’ai déjà eu l’occasion plusieurs fois, au sein du COR, d’interroger et d’alerter sur la liberté de publier et de communiquer des chercheurs de l’IRSN, en vain. Jamais le COR n’a accepté d’en débattre.

Depuis le début du COR, j’ai œuvré pour plus d’ouverture et la prise en compte des demandes de la société. J’ai participé à quasiment tous les GT et j’en ai présidé deux. Mais je crains que tout ce travail ait été vain et que l’IRSN ne soit pas prêt à s’ouvrir sincèrement. Dans ces conditions, je ne vois pas d’autre solution que de démissionner du COR.

Bien à vous,

David Boilley

Des ordres d’évacuation vont être levés sans décontamination à la condition qu’il n’y ait pas de retour

Article initialement daté du 27 août et mis à jour

Les autorités japonaises ont levé tous les ordres d’évacuer, sauf dans les territoires les plus contaminés, classées en zones dites de retour difficile. A Futaba et Ôkuma, les deux communes les plus touchées car la centrale de Fukushima daï-ichi est sur leur territoire, le centre, classé en zone de retour difficile, a été décontaminé pour leur permettre de pouvoir continuer à exister.

Pour lever ses ordres d’évacuer, le gouvernement a fixé plusieurs conditions : que les travaux de décontaminations soient terminés, que l’exposition externe ne dépasse pas 20 mSv/an, que les infrastructures et services aient été rétablis et qu’une consultation ait eu lieu. Mais, à la demande de la commune d’Iitaté, il a revu ces conditions.

L’accès au district de Nagadoro de cette commune reste interdit à cause des niveaux élevés de contamination, alors que l’ordre d’évacuer a été levé ailleurs. Il y avait très peu de résidents avant la catastrophe nucléaire. Comme nous l’avons déjà mentionné, les élus veulent y créer un “parc de réhabilitation” et ont donc demandé l’autorisation d’y accéder.

Selon le Maïnichi, avant de donner une réponse favorable, le gouvernement a consulté l’Autorité de régulation nucléaire. Les nouvelles conditions pour lever l’ordre d’évacuer sans effectuer de travaux de décontamination, outre le fait que les résidents ne se réinstallent pas chez eux, sont que les doses annuelles d’exposition aux rayonnements ne dépassent pas 20 millisieverts, que les doses individuelles soient contrôlées à l’aide de dosimètres et que des informations soient fournies pour limiter l’exposition. Pour l’Autorité de régulation les conditions sont essentiellement les mêmes qu’avant et elle a donné son accord.

C’est une façon d’entériner le non-retour des populations dans certaines zones, sans le reconnaître.

Les autorités veulent aussi y faire des essais de “recyclage” des terres contaminées à partir de mars 2021. Comme l’explique de Fukushima Minpo, repris par le Japan Times, le projet remonte à 2016, et après un an de négociations, la commune a cédé. De la terre issue de travaux de décontamination devrait donc être apportée sur 186 hectares afin de les transformer en terre arable.

Les 5 autres communes qui ont une partie de leur territoire classé en zone de retour difficile, ne veulent pas que ces nouvelles mesures soient appliquées sur leur territoire. Elles craignent que le gouvernement les poussent à suivre l’exemple d’Iitaté, ne sachant pas quels sont les plans gouvernementaux en dehors des centres réhabilités. Dans un éditorial, le Maïnichi demande à ce que la décision pour Nagadoro ne soit pas généralisée.

Le dernier bilan officiel du ministère de l’environnement sur les travaux de décontamination et la gestion des déchets engendrés est ici en anglais.

Le gouvernement envisage de lever les derniers ordres d’évacuer avant la fin des travaux de décontamination

Les ordres d’évacuer ont été levés partout, sauf dans les zones dites de retour difficile, où l’exposition externe pouvait dépasser 50 mSv/an au début de la crise. Cela concerne encore sept communes. La décontamination y est beaucoup plus complexe et ne suffit pas à abaisser suffisamment les niveaux d’exposition. Alors, selon l’Asahi, le gouvernement japonais veut y lever les ordres d’évacuer avant même d’avoir terminé les travaux de réhabilitation, à la condition que les habitants ne reviennent pas !

Actuellement, il y a trois conditions à satisfaire avant de lever un ordre d’évacuer : l’exposition externe doit être passée sous la valeur de 20 mSv/an (ce seuil est très élevé en comparaison du seuil de 1 mSv/an utilisé ailleurs, où il n’y a pas eu d’accident) ; les infrastructures et les services comme les routes, l’eau, l’électricité doivent avaoir été rétablis et les travaux de décontamination doivent être terminés ; enfin, des discussions doivent avoir eu lieu avec l’équipe municipale. Pour accélérer le processus dans les derniers territoires évacués, le gouvernement envisage de revoir certaines règles dans les zones où l’exposition externe est passée naturellement sous la barre de 20 mSv/an.

L’ordre d’évacuer pourrait y être levé avant même que les travaux de décontamination aient été effectués, à la condition que personne n’y réside et que la commune en fasse la demande ! Les ministères de l’industrie et de l’environnement se seraient déjà mis d’accord et l’Autorité de régulation nucléaire seraient chargée d’y établir les règles de protection.

C’est la commune d’Iitaté qui aurait fait une telle demande en février dernier. L’ordre d’évacuer est maintenu dans le district de Nagadoro, toujours classé en zone dite de retour difficile. La commune aimerait qu’il soit partiellement levé en 2023. Les 11 foyers concernés n’ont aucune intention de retourner vivre chez eux, même si cet ordre est levé.

La commune aimerait créer un parc dans la zone la plus contaminée. Iitaté n’est pas seule commune concernée par ces difficultés. C’est une façon d’entériner le non-retour des populations dans certaines zones, sans le reconnaître puisque l’ordre d’évacuation sera levé là où il n’y a plus personne à évacuer.

L’héritage de Tchernobyl et la voie navigable transeuropéenne E40

Les retombées radioactives de la catastrophe de Tchernobyl ont pollué de vastes territoires en Ukraine, Biélorussie et Russie. 34 ans plus tard, le réacteur accidenté est confiné sous une arche pour un siècle et la zone d’exclusion a été transformée en une vaste « réserve radio-écologique ». La principale stratégie mise en œuvre est d’attendre la lente décroissance de la radioactivité.

Les récents incendies de forêt sont venus rappeler que la radioactivité n’est pas confinée dans les territoires abandonnés. La rivière Pripiat, qui traverse la zone d’exclusion et passe au pied du réacteur accidenté avant de se jeter dans le Dniepr, charrie aussi continuellement des radioéléments. En aval, plus de 8 millions d’Ukrainiens boivent l’eau du Dniepr et jusqu’à 20 millions mangent des aliments irrigués avec l’eau de ce fleuve. Les années avec de fortes inondations dans la zone d’exclusion (une fois tous les 4 ans environ), les niveaux d’exposition des habitants augmentent de façon significative.

C’est dans ce contexte que l’ACRO a évalué l’impact radiologique de la voie navigable transeuropéenne E40, qui vise à relier la Mer Noire à la Mer Baltique via le Dniepr et le Pripiat, à la demande de la société zoologique de Francfort et du collectif « Save Polesia ». Le rapport est disponible en français et en anglais sur notre site Internet : http://acro.eu.org

Carte du projet de voie fluviale E40, extraite de savepolesia.org. © pg-webstudio.de

Aujourd’hui, la contamination est dominée par le césium-137, le strontium-90 et divers isotopes du plutonium hautement toxique. L’américium-241, le noyau fils du plutonium-241, est également très toxique et sa contribution croissante devrait dominer l’impact radiologique à l’avenir.

La voie navigable intérieure E40 projetée, qui devrait passer à proximité de la centrale nucléaire de Tchernobyl et traverser la zone d’exclusion, aura nécessairement un impact radiologique sur les travailleurs de la construction et de la maintenance, ainsi que sur la population en aval qui dépend de l’eau des rivières Pripiat et Dniepr. Bien que ce projet nécessite de grands travaux tels que la construction d’un barrage et l’alignement du cours de la rivière dans sa partie la plus contaminée, aucune étude d’impact radiologique n’est disponible. Les principes de la CIPR en matière de radioprotection et les conventions d’Aarhus et d’Espoo exigent pourtant des études environnementales et radiologiques, une justification du projet et la participation des parties prenantes et du grand public au processus de décision.

L’étude de l’ACRO montre que les travaux de construction pour la partie de la voie navigable E40 qui traverse la zone d’exclusion de Tchernobyl et passe à proximité de la centrale nucléaire ne sont pas réalisables. L’exposition estimée des travailleurs serait trop élevée pour être acceptée. En outre, le bassin de refroidissement de Tchernobyl, fortement contaminé, et les stockages temporaires de déchets radioactifs dans la plaine d’inondation de la rivière Pripiat n’ont pas encore été démantelés, ce qui empêche tout travail de construction. L’AIEA recommande également une liste d’autres mesures de protection qui restent à mettre en œuvre.

La partie de la voie navigable E40 qui se trouve en amont de la zone d’exclusion de Tchernobyl serait alors inutile, car sans connexion avec le Dniepr. Cela signifie également que les travaux d’aménagement qui consistent en la construction de plusieurs barrages et l’alignement des méandres de la rivière Pripiat pour accepter les navires de classe V ne sont pas justifiés.

Enfin, la portion de la voie E40 allant de la mer Noire au réservoir de Kiev nécessite principalement des travaux de dragage réguliers. L’étude de faisabilité mentionne 68 000 m3 de travaux de dragage par an dans le réservoir de Kiev, qui stocke du césium-137 dans ses sédiments de fond. Une telle activité est contraire aux recommandations de l’AIEA de laisser les sédiments en place car elle augmentera la dose des personnes qui dépendent de l’eau du réservoir de Kiev pour leur approvisionnement en eau et en nourriture.

En conclusion, l’ACRO partage l’avis du collectif « Save Polesia » : ce projet de voie navigable aura un impact environnemental et sanitaire inacceptable. Il n’est pas justifié et doit être abandonné. Elle appelle l’Union européenne à cesser tout soutien à ce projet.

Ce travail ne serait pas possible sans votre soutien :
partiellement déductible des impôts.
Même une petite somme est la bienvenue

Radiation impacts of the E40 waterway from Frankfurt Zoological Society on Vimeo.

La parade de la flamme olympique annulée avec le report des JO

La flamme olympique devait partir de J-Village le 26 mars et parader durant 3 jours dans la province de Fukushima. TEPCo avait même préparé une belle présentation de ses travaux de décontamination du parking de J-Village. Des associations avaient alerté sur les niveaux résiduels le long du parcours de la flamme.

Mais la pandémie de COVID-19 a entraîné le report d’un an des JO de Tôkyô et de la parade. Cela ne sera peut-être pas suffisant car le coronavirus sera probablement toujours présent.

La flamme olypique sera exposée pendant un mois à J-Village, qui a servi de base arrière à TEPCo au début de la catastrophe. Puis, elle sera exposée à Tôkyô en mai.

Rétablissement de la ligne Jôban à travers à zone la plus contaminée

Comme prévu, la partie de la ligne de chemin de fer Jôban, qui traverse la zone la plus contaminée, dite de retour difficile, a été rétablie. Elle fait 20,8 km, dont 13,6 en zone de retour difficile. Le premier train a circulé devant les médias alors que les ordres d’évacuer devant les 3 gares de la zone viennent d’être levés. Initialement, une cérémonie était prévue, mais elle a été annulée à cause du COVID-19.

Carte de l’Asahi.

Il y avait 34 000 habitants dans les 3 communes concernées (Futaba, Ôkuma et Tomioka) avant la catastrophe nucléaire. Seulement 1 943 étaient de retour au 1er mars 2020.

Toute la ligne Jôban, qui relie Tôkyô à Sendaï, dans la province voisine de Miyagi, sur 344 km en longeant souvent la côte, a rouvert.

Le ministère de l’environnement japonais a trouvé la solution pour lutter contre les rumeurs néfastes

C’est bien connu, il n’y a pas de problème à Fukushima, la “situation est sous contrôle”, comme l’avait déclaré le premier ministre japonais devant le comité olympique. Il n’y a que des rumeurs néfastes !

Opposition au rejet dans l’océan de l’eau contaminée : rumeurs néfastes. Opposition à la réutilisation des terres contaminées issues de la décontamination : rumeurs néfastes. Faible taux de retour des populations : rumeurs néfastes.

Le ministère de l’environnement japonais a trouvé la solution : mettre une plante en pot avec de la terre radioactive à son siège de Tôkyô (source : lien direct, copie). Comme il l’affirme, “c’est l’un des efforts de démonstration du recyclage pour éliminer les idées fausses à l’égard de Fukushima” (This is one of the recycling demonstration efforts to eliminate misconception toward Fukushima).

Ces pots pourraient être mis en vente. L’industrie nucléaire se fera sûrement une joie de pouvoir les offrir. Cela fera plus écolo que des goodies fabriqués en Chine. On attend avec impatience des aquarium avec de l’eau contaminée des cuves…

Bon, il y a juste 16 millions de mètres cube de terre et 1,2 million de mètres cube d’eau à écouler ainsi…

Fukushima en forme olympique : bilan chiffré pour le 9ième anniversaire

A l’approche du neuvième anniversaire de la catastrophe nucléaire à la centrale de Fukushima, voici un bilan chiffré effectué à partir des médias, des sites officiels et des 2 600 articles de ce site. Des mises à jour seront faites régulièrement.

Les chiffres clé publiés à l’occasion du huitième anniversaire sont ici.

Avant de commencer, un haïku cité par Le Monde :

Fukushima

la lune d’hiver

sur une ville morte

Bonne lecture…

Situation des réacteurs

En janvier 2020, TEPCo a mis en ligne une vidéo en anglais pour vanter les progrès à la centrale accidentée de Fukushima daï-ichi qui n’a pas grand intérêt. Mais elle permet d’avoir des images du site. Le dernier bilan du ministère de l’industrie (METI) est ici en anglais.

En 2017, TEPCo avait publié une carte de sa centrale avec le débit de dose ambient. Il y a aussi cette carte au plus près des réacteurs. Il n’y en a pas de nouvelle sur le site Internet de la compagnie.

Réacteur n°4

La cuve était vide le 11 mars 2011 et il n’y a pas eu de fusion du cœur, mais une explosion hydrogène a détruit le bâtiment réacteur. Depuis décembre 2014, la piscine de combustible du réacteur a été vidée et les travaux sont arrêtés car il n’est plus menaçant.

La carte avec quelques valeurs de débit de dose ambiant date de 2016.

Réacteur n°3

Il y a eu une fusion du cœur et une explosion hydrogène a détruit le bâtiment réacteur. Tous les débris de la partie haute ont été retirés à l’aide d’engins télécommandés. Un nouveau bâtiment avec un toit, de forme cylindrique, a été construit. Le retrait des combustibles a débuté en avril 2019, avec 4 ans de retard par rapport au planning initial, avant d’être suspendues jusqu’en juillet. Puis, les opérations se sont révélées être plus compliquées que prévu, car, selon TEPCo, douze assemblages neufs étaient endommagés. Ils sont dans la zone où la grue était tombée lors de l’accident. Ce n’est que le 25 janvier dernier, que TEPCo a fini de retirer tous les combustibles neufs. Elle a ensuite débuté le retrait des combustibles usés. A la date du 6 février, TEPCo en avait retiré 18.

Il y avait 566 assemblages dans cette piscine (52 neufs, tous retirés et 514 usés). La page dédiée de TEPCo est ici en anglais. Une vidéo de présentation des opérations, ici en anglais.

Il y aurait entre 188 et 394 tonnes de corium dans ce réacteur, avec une valeur nominale à 364 tonnes pour le réacteur n°3. Ce dernier contient du combustible MOx, à base de plutonium. Pour en savoir plus.

En décembre 2019, l’autorité de régulation nucléaire a mis en ligne une vidéo qu’elle a prise lors d’une inspection à l’intérieur du bâtiment réacteur n°3. Les images datent du 12 décembre 2019. Pour des explications, voir l’article dédié.

La carte avec quelques rares valeurs de débit de dose ambiant date de 2016.

Réacteur n°2

Il y a eu fusion du cœur, mais le bâtiment réacteur est entier. TEPCo n’a pas commencé à retirer les combustibles usés de la piscine. La compagnie a envoyé plusieurs robots dans l’enceinte de confinement afin de localiser le corium, ce mélange de combustible fondu et de débris. Il y aurait entre 189 et 390 tonnes de corium dans ce réacteur, avec une valeur nominale à 237 tonnes. Pour en savoir plus.

TEPCo avait envoyé un robot au contact du corium en février 2019. Les images étaient impressionantes :

Les autorités et TEPCo maintiennent un début des opérations de retrait du corium en 2021, avec des tests en 2020. Pour ce faire, TEPCo envisage d’insérer un bras articulé dans l’enceinte de confinement et de retirer petit morceau par petit morceau de l’ordre d’un gramme à la fois. La compagnie espère pourvoir ensuite retirer plusieurs kilogrammes par jour, comme l’explique le Maïnichi.

TEPCo a aussi débuté le démantèlement de la cheminée de rejet commune aux réacteurs 1 et 2. D’une hauteur de 120 m, elle est très contaminée suite aux rejets radioactifs qui ont eu lieu lors de l’accident. Son démantèlement est donc complexe.

Enfin, le retrait des combustibles usés de la piscine du réacteur n°2 a pris du retard : ce sera désormais aux alentours de 2024 et 2026. Ce serait dû aux niveaux de dose ambiant dans le bâtiment réacteur. Juste au dessus du cœur, un robot envoyé par l’autorité de régulation nucléaire a mesuré jusqu’à 683 mSv/h.

La carte avec quelques valeurs de débit de dose ambiant date de 2016.

Réacteur n°1

Il y a eu une fusion du cœur et une explosion hydrogène a détruit le bâtiment réacteur. Ce bâtiment avait été recouvert d’une nouvelle structure en 2011, qui a été entièrement démantelée en novembre 2016. TEPCo a commencé à retirer les débris de la partie haute du réacteur, pour, ensuite, reconstruire une nouvelle structure afin de vider la piscine de combustibles. Depuis, la compagnie est peu prolixe sur l’avancement des travaux.

TEPCo a aussi débuté le démantèlement de la cheminée de rejet commune aux réacteurs 1 et 2. D’une hauteur de 120 m, elle est très contaminée suite aux rejets radioactifs qui ont eu lieu lors de l’accident. Son démantèlement est donc complexe.

En revanche, le retrait des combustibles usés de la piscine du réacteur n°1 a pris du retard : ce sera au mieux, 2027, voire 2028. La première date envisagée pour commencer ce retrait était 2018… Le gouvernement espère que le retrait des combustibles des 6 réacteurs sera terminé en mars 2032 (4 741 assemblages).

Il y aurait entre 232 et 357 tonnes de corium dans ce réacteur, avec une valeur nominale à 279 tonnes. Pour en savoir plus.

L’envoi d’un robot dans l’enceinte de confinement a aussi pris du retard.

La carte avec quelques valeurs de débit de dose ambiant date de 2016. Cela monte jusqu’à 24 mSv/h alors que la limite pour les travailleurs est de 20 mSv par an !

Réacteurs 5 et 6

Les réacteurs 5 et 6 étaient partiellement déchargés le 11 mars 2011 et un générateur diesel de secours était encore fonctionnel, ce qui a permis d’éviter la fusion du cœur. Ces réacteurs sont maintenant entièrement déchargés et vont être démantelés.

Eau contaminée

L’eau contaminée qui continue à s’accumuler est l’autre grand défi auquel doit faire face TEPCo, même si, en 2013, le premier ministre avait déclaré devant le comité international olympique que la situation est sous contrôle.

Résumé de la situation

Le combustible qui a fondu et percé les cuves doit toujours être refroidi. A cette fin, TEPCo injecte environ 70 m3 d’eau par jour dans chacun des réacteurs 1, 2 et 3 (source). Cette eau se contamine fortement au contact du combustible fondu et s’infiltre dans les sous-sols des bâtiments réacteur et turbine où elle se mélange à l’eau des nappes phréatiques qui s’y infiltre.

Au début de la catastrophe, les infiltrations s’élevaient à environ 400 m3 par jour, qui se contaminaient et qu’il fallait entreposer dans des cuves. Inversement, l’eau des sous-sols, fortement contaminée, fuyait vers la nappe puis l’océan.

Pour réduire les infiltrations d’eau souterraine, TEPCo pompe dans la nappe phréatique en amont des réacteurs, avant que cette eau soit contaminée et la rejette directement dans l’océan. Elle a aussi construit une barrière tout le long du littoral et pompe aussi les nappes phréatiques au pied des réacteurs. Une partie de cette eau est partiellement décontaminée et rejetée dans l’océan. Une autre partie, trop contaminée, est mélangée à l’eau pompée dans les sous-sols des réacteurs pour être mise dans des cuves après traitement, en attendant une meilleure solution.

La dernière barrière mise en place est le gel du sol tout autour des 4 réacteurs accidentés, sur 1,4 km dans le but de stopper les infiltrations. Après de nombreux déboires, le gel est terminé depuis novembre 2017. Elle a permis de réduire les infiltrations, mais pas de les stopper. La mise en place du mur gelé a coûté 34,5 milliards de yens (265 millions d’euros) aux contribuables auxquels il faut ajouter plus d’un milliard de yens (8 millions d’euros) par an pour l’électricité.

Depuis, les infiltrations ne sont plus que de l’ordre de 100 m3/j (source). C’est beaucoup plus en cas de fortes pluies.

Flux et stocks

TEPCo pompe l’eau contenue dans les sous-sols des bâtiments réacteur et turbine des 4 réacteurs accidentés pour éviter les débordements. Comme cette eau est très contaminée, elle est traitée puis entreposée dans des cuves sur le site de la centrale. Une partie est réinjectée pour le refroidissement. Le dernier bilan fait état d’un surplus à stocker de 90 m3/j. C’est monté à plus de 600 m3/j lors du passage des typhons en octobre 2019. Le stock s’accroît de 50 000 à 60 000 m3 par an (source).

TEPCo retire 62 radioéléments, mais il reste notamment le tritium, de l’hydrogène radioactif, qu’il est difficile de séparer. La compagnie a portail internet dédié au problème de l’eau contaminée, oups, traitée, sur lesquel il n’y a pas énormément d’information.

TEPCo publie régulièrement un point sur ses stocks et flux. Dans le dernier en date, il est dit que la compagnie a déjà traité complètement ou partiellement plus de 2,2 millions de mètres cube d’eau. Le stock d’eau traité, quant à lui, s’élève à la moitié environ : 1 111 921 m3, auxquels il faut ajouter 66 153 m3 pour lesquels, seul le strontium a été retiré. Il y a aussi environ 11 470 m3 dans les sous-sols et 13 660 m3 dans d’autres bâtiments. La somme dépasse les 1,2 millions de mètres cube.

Selon le portail, il y a un millier de cuves sur le site : 863 sont utilisées pour de l’eau complètement traités (avec ALPS), 111 sont avec de l’eau partiellement traitée dans laquelle seuls le strontium et le césium ont été filtrés. TEPCo estime ne plus avoir de place sur le site de sa centrale pour mettre de nouvelles cuves à partir de 2022. Cela permettra au Japon de laisser passer les JO de l’été 2020…

Que faire de cette eau ?

Que faire de cette eau traitée ? Après avoir envisagé plusieurs pistes peu réalistes, les autorités restreignent petit à petit les pistes au rejet dans l’océan, ce qui n’est pas une surprise. Lors de la dernière annonce, en décembre 2019, la piste du rejet dans l’atmosphère via l’évaporation était gardée, pour la forme. Voir le rapport en anglais du groupe de travail dédié au devenir de cette eau, daté du 10 février 2020, pour plus de détails. Le gouvernement japonais a déjà informé une vingtaine d’ambassades de ses projets.

Officiellement il resterait plus que du tritium (hydrogène radioactif) dans l’eau traitée, qu’il est difficile de séparer et stocker. Toutes les installations en fonctionnement normal le rejette. En France, on en retrouve dans l’eau potable de plus de 10% de la population, comme l’ACRO l’a révélé.

Le ministère de l’industrie, dans son dernier bilan, mentionne une concentration moyenne de 730 000 Bq/L, ce qui est plus que la limite autorisée, fixée à 60 000 Bq/L. Sur la dernière courbe de ce document de TEPCo, la concentration en tritium a pu atteindre plusieurs millions de becquerels par litre. Tout le stock dépasse la limite de rejet, sans exception, mais, il suffit de diluer, comme cela est fait en fonctionnement normal.

Le problème est plutôt du côté du stock total. Selon le dernier bilan du ministère de l’industrie, il y aurait 860 TBq de tritium dans les cuves (1 TBq = 1012 Bq). Comme la centrale de Fukushima daï-ichi n’est pas autorisée à rejeter plus de 22 TBq de tritium par an, il faudra 20 ans, en tenant en compte la décroissance radioactive, pour tout rejeter en respectant cette limite, qui n’est jamais évoquée dans la communication officielle… Mais, la plus grande partie du tritium se trouve encore dans le combustible. En 2014, TEPCo estimait qu’il en restait encore 2 500 TBq, qui vont continuer à contaminer l’eau de refroidissement tant qu’il faudra refroidir les coriums…

A titre de comparaison, l’autorisation de rejet en mer de l’usine Areva de La Hague est, pour le seul tritium, de 18 500 TBq et les rejets effectifs de ces dernières années variaient entre 11 600 et 13 400 TBq par an. Le stock de tritium dans les cuves de Fukushima représente donc deux semaines et demi de rejets à La Hague. Le stock total, avec ce qui reste dans les combustibles, 2 mois… De quoi rendre jalouses les autorités japonaises, qui se font un malin plaisir de rappeler les rejets en tritium de nombreuses autres installations nucléaires de par le monde (page 13 du dernier bilan du ministère de l’industrie) :

Cette carte ne mentionne aucun rejet au Japon ! En particulier, elle ne parle pas des rejets attendus de l’usine de retraitement japonaise de Rokkashô-mura. La valeur cible y est de 9 700 TBq par an pour le tritium (source). Mais, l’usine n’a jamais démarré…

Le problème principal est qu’il ne reste pas que le tritium dans l’eau traitée. En 2018, TEPCo a fini par admettre que 80% du stock d’eau traitée avait une contamination résiduelle qui dépasse, en concentration, les autorisations de rejet en mer pour plusieurs autres radioéléments. La concentration en strontium, particulièrement radio-toxique, peut atteindre 600 000 Bq/L, ce qui est environ 20 000 fois plus que la limite autorisée. Environ 161 000 m3 auraient une concentration de l’ordre de 10 à 100 fois la limite, auxquels il faut ajouter 65 000 autres mètres cube, avec jusqu’à 20 000 fois la limite, selon TEPCo. Un nouveau traitement est donc nécessaire.

Le dernier bilan du ministère de l’industrie, fait état que la part du stock à traiter une deuxième fois est de 72%. Cette baisse s’explique par l’augmentation du volume total. Le rapport du groupe de travail dédié au devenir de cette eau dit clairement qu’il ne peut pas être affirmé que l’eau traitée est purifiée. Il recommande un nouveau traitement de cette eau et un contrôle par un tiers. Mais, comme nous l’avons rapporté, selon le journal britannique The Telegraph, le gouvernement japonais refuse toute mesure indépendante de l’eau qu’il souhaite rejeter dans l’océan. TEPCo se justifie en disant que le niveau de contamination résiduel fait qu’il n’est pas possible de la transporter en dehors du site sans des procédures de protection strictes.

Selon un sondage, 57% des habitants de la province de Fukushima sont opposés au rejet dans l’océan.

Contamination des nappes phréatiques et de l’océan

L’eau des nappes phréatiques sous le site de la centrale est contaminée. Au niveau du “bypass”, en amont des réacteurs, sous les cuves, là où TEPCo pompe pour rejeter l’eau en mer, il y a du tritium, à des niveaux pouvant atteindre 1 300 Bq/L dans le puits n°10 (source). Pour les autres puits, c’est ici. Le mélange des eaux des différents puits conduit à un niveau de tritium de 120 Bq/L avant rejet (source). C’est bien en dessous e la concentration maximale autorisée.

Au pied des réacteurs, la pollution radioactive est beaucoup plus forte. Dans ce tableau, la contamination bêta totale (hors tritium) atteint 160 000 Bq/L. Ce doit être essentiellement du strontium.

Dans les sous-sols des réacteurs, ce tableau donne une concentration en césium-137 de 41 millions de becquerels par litre (attention, le tableau est en Bq/cm3). Après traitement, il reste encore de l’ordre de 300 Bq/L. Pour le strontium, la valeur d’entrée n’est pas indiquée, mais après traitement, il reste encore 22 000 Bq/L ! Le tritium, qui n’est pas filtré est à 880 000 Bq/L.

Pour l’océan, ce tableau de l’Autorité de régulation nucléaire japonaise, met en évidence un impact de la centrale de Fukushima signé par la présence de césium-134 qui a une demi-vie de 2 ans. En revanche, les niveaux sont très faibles. On retrouve une faible contamination en césium-137 plus au large, à des niveaux toujours très faibles (source). Il y a des données encore plus éloignées. Le lessivage des sols contaminés contribue aussi. Ce document contient d’autres données datées de janvier 2020.

Travailleurs à la centrale accidentée

Données

Les données officielles sont ici en anglais sur le site internet du ministère du travail. Le nettoyage du site ainsi que le bétonnage et l’asphaltage ont permis de réduire l’exposition des travailleurs. Les mesures de protection nécessaires en fonction du zonage sont ici.

Du 11 mars 2011 au 31 mars 2016, 46 956 travailleurs ont été exposés aux rayonnements ionisants sur le site de la centrale accidentée de Fukushima daï-ichi, dont 42 244 sous-traitants. Ce sont les sous-traitants qui prennent les doses les plus élevées, avec une moyenne qui varie de 0,51 à 0,56 mSv par mois entre Janvier et Février 2016. C’est entre 0,18 et 0,22 pour les salariés de TEPCo.

• Le 1er avril 2016, TEPCo a remis tous les compteurs à zéro. Ainsi, 174 travailleurs qui avaient dépassé la limite de dose de 100 mSv sur 5 ans peuvent revenir. Depuis cette date, et jusqu’au 31 décembre 2019, 22 356 personnes ont été exposées aux rayonnements ionisants à la centrale de Fukushima daï-ichi, dont, 90% de sous-traitants qui ont pris 95% de la dose collective de 130 hommes.sieverts. La dose moyenne annuelle sur cette période est de 1,55 mSv. La dose la plus forte reçue est de 79,9 mSv et c’est un sous-traitant qui l’a prise (source).

Il y a eu entre 6 667 et 6 910 personnes exposées aux rayonnements ionisants par mois entre octobre et décembre 2019, dont environ 85% de sous-traitants. La dose moyenne mensuelle est d’environ 0,35 mSv. La dose mensuelle la plus forte du trimestre est de 12,12 mSv en décembre 2019. Sur ce même trimestre, les sous-traitants ont pris 95% de la dose collective de 6,9 hommes.sieverts.

TEPCo donne des résultats pour les doses à la peau et au cristallin, ainsi que la répartition des doses par classe d’âge et par mois.

Le dernier bilan du ministère du travail sur les violations du droit du travail à la centrale de Fukushima daï-ichi et sur les chantiers de décontamination est ici en anglais. Il concerne l’année 2018.

Travailleurs étrangers

Le Japon est en pénurie de main d’œuvre dans plusieurs secteurs et a introduit un nouveau visa pour faire venir des personnes qualifiées dans un nombre limités de domaines. En avril 2019, TEPCo avait incité ses sous-traitants à bénéficier de cette opportunité. Mais, le ministère du travail, de la santé et des affaires sociales a appelé TEPCo à la prudence en lui rappelant que les travailleurs étrangers bénéficient du même niveau de protection que les travailleurs japonais face aux rayonnements ionisants et à ce qu’ils doivent connaître suffisamment bien la langue pour pouvoir comprendre les instructions. La compagnie a finalement renoncé (source).

Maladies professionnelles

Pour les maladies professionnelles, pas de changement depuis l’an dernier : deux cas de cancer de la thyroïde ont été reconnus comme étant d’origine professionnelle parmi les travailleurs à la centrale accidentée (premier cas et deuxième cas). Il y a aussi trois leucémies (premier, deuxième et troisième cas) et un décès. 16 travailleurs en tout auraient fait une demande de reconnaissance de maladie professionnelle et 5 dossiers auraient déjà été rejetés.

Cartographie de la pollution radioactive

• La dernière cartographie aérienne de la pollution radioactive autour de la centrale accidentée de Fukushima daï-ichi effectuée par les autorités date de novembre 2019 et est disponible en ligne sur le site dédié.

• L’Autorité de régulation nucléaire publie aussi des données sur les débits de dose ambiants, mais elles ne sont plus mises à jours, pour la plupart. Voici quelques données sélectionnées :

Carte officielle de la province de Fukushima avec des débits de dose ambiants.

Cette carte donne les débits de dose mesurés dans tout le pays. Elle est mise à jour toutes les heures.

• Le “soil project” propose une carte basée sur des prélèvements de sols effectués par le réseau de stations de mesure et de laboratoires indépendants. Chikurin, le laboratoire monté au Japon avec le soutien financier et technique de l’ACRO est membre de ce réseau.

Lien vers la carte.

• Safecast : cette organisation utilise un radiamètre “maison” branché sur un smartphone pour mesurer le débit de dose ambiant. La carte regroupant les données est ici.

Décontamination et déchets radioactifs

Décontamination

Les travaux de décontamination sont terminés depuis mars 2018, sauf dans les zones dites de retour difficile. Pas grand chose de neuf, donc. Une carte en japonais du ministère de l’environnement permet d’accéder à quelques données sur les travaux effectués.

Pour les zones de retour difficile, ce sont de petits îlots qui sont décontaminés, essentiellement pour des raisons idéologiques. C’est aussi le cas à proximité des gares le long de la ligne Jôban. La ligne devrait être entièrement rouverte en mars 2020 après la réhabilitation de la portion de 20,8 km située entre Tomioka et Namié. Le gouvernement va lever l’ordre d’évacuer à proximité des gares d’Ôno, à Ôkuma et de Futaba. Les dates sont le 4 mars 2020 pour Futaba, le 5 mars 2020 pour Ôkuma et le 10 mars pour Tomioka. Le train devrait reprendre du service à partir du 14 mars 2020.

Le parcours de la flamme olympique devrait aussi traverser des zones reconquises, à partir du 26 mars. Voir le site des JO. Mais, certains points chauds sur le parcours ont fait parer d’eux. Des données officielles de débit de dose ambiant sont dans ce tableau en anglais. Le seuil à partir duquel des travaux de décontamination doivent être engagés est de 0,23 µSv/h. Il correspond à 1 mSv/an, si l’on passe l’année sur place (voir nos explications). Ce seuil est dépassé le long du parcours de la flamme. Cette exposition aux rayonnements ionisant n’est justifiée par aucun bénéfice.

Un article scientifique de revue, en libre accès, fait le point sur la décontamination au Japon. Il se base sur une cinquantaine de publications scientifiques et ne prend pas en compte la littérature grise, à savoir les rapports officiels que l’on peut trouver en ligne sur les sites internet de différents ministères ou organisations internationales. Il n’apporte pas d’information nouvelle. Cependant, l’article précise que la gestion des déchets est responsable de 50% du coût total de la décontamination.

La page officielle du ministère de l’environnement est ici en anglais.

Déchets issus de la décontamination

Les immenses volumes de déchets engendrés par les travaux de décontamination continuent de poser des problèmes insolubles. Voir le cahier d’acteur sur le sujet, que nous avons écrit pour le débat national sur le plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR) qui a eu lieu l’an dernier.

A noter que le typhon Hagibis, qui a frappé le Japon à l’automne 2019, a emporté 91 sacs de déchets radioactifs, selon un bilan officiel. 40 n’ont pas été retrouvés.

Dans son dernier bilan, daté de décembre 2019, le ministère de l’environnement fait état de 17 millions de mètres cubes de sols contaminés accumulés. Ces déchets ont vocation à être entreposés pendant 30 ans sur un site de 16 km2 (1 600 ha) qui entoure la centrale de Fukushima daï-ichi, en zone de retour difficile (voir le site Internet officiel). Le gouvernement aurait acheté ou loué 88,5% des terrains.

Le transport se fait par camion de 10 tonnes essentiellement, qui protégés par une bâche avec une affiche verte à l’avant, comme sur cette photo prise par Chikurin, le laboratoire que l’ACRO a soutenu au Japon. En 2018, c’était environ 1 000 camions par jour ! Et entre 2 000 et 2 400 en 2019 !

Selon le ministère de l’environnement, 5,2 millions de mètres cube ont déjà été transportés vers ce site, ce qui ne représente que 37,2% des 14 millions de mètres cube prévus. La moitié environ a été transportée en 2019. Le gouvernement espère toujours avoir quasiment fini en mars 2022 (fin de l’année fiscale 2021). Extrait de la communication officielle :

Après, au bout de 30 ans, les autorités envisagent un “recyclage” de ces sols pour la construction de routes, digues… Cette politique fait l’objet d’une forte opposition, y compris parmi les experts officiels. Une consultation sur Internet vient d’avoir lieu sur le sujet. Il est étonnant que d’énormes moyens soient déployés pour rassembler les déchets et les isoler du mieux possible, avant de les disperser dans tout le pays. La logique nous échappe. Deux projets tests sont en cours à Minami-Sôma et Iitaté.

Selon un sondage, 80% des habitants de la province de Fukushima ne croient pas à l’engagement du gouvernement de reprendre les déchets au bout de 30 ans.

Pour lutter contre les rumeurs néfastes relatives au “recyclage” des terres contaminées, le ministère de l’environnement japonais a trouvé la solution : mettre une plante en pot avec de la terre radioactive au ministère à Tôkyô ! Heureusement, le ridicule ne tue pas.

Les déchets organiques, quant à eux, sont incinérés dans une vingtaine d’incinérateurs répartis dans toute la province de Fukushima :

Certains étaient dédiés aux déchets ménagers avant la catastrophe nucléaire et d’autres ont été construits spécialement. Les cendres seront mises en fûts bétonnés et stockées dans ce qui s’appelait le “Fukushima Eco Tech Clean Center”, un centre d’enfouissement de déchets industriels qui a été nationalisé depuis. Les autres déchets spéciaux y seront aussi stockés.

De nombreux autres déchets, comme des boues de station d’épuration radioactives ou des cendres d’incinérateurs de déchets ménagers sont toujours en attente de solution dans de nombreuses provinces. A l’incinérateur d’Iwaki sud, les cendres sont simplement entreposées dans la cour :

Zones évacuées et personnes déplacées

Le gouvernement avait introduit la limite d’évacuation la plus haute des recommandations internationales pour évacuer les populations : 20 mSv/an, même pour les bébés et les enfants qui sont plus sensibles aux radiations (voir nos explications sur les doses limites et normes). Il maintient cette même limite pour le retour alors que les recommandations internationales demandent une diminution progressive pour revenir à la limite normale qui est de 1 mSv/an.

Zonage

Les derniers ordres d’évacuer ont été levés au 1er avril 2017 à l’exception des zones dites de retour difficile où l’accès est interdit. En avril 2019, les autorités japonaises ont levé l’ordre d’évacuer dans deux districts d’Ôkuma, une des deux communes qui accueillent la centrale nucléaire accidentée de Fukushima daï-ichi. Les habitants concernés pouvaient déjà passer la nuit chez eux depuis un an afin de préparer leur retour, à condition de s’inscrire. Seulement 48 personnes l’avaient fait. Un sondage de janvier 2018 montrait que seulement 12,5% de la population accepteraient de rentrer. Un nouvel hôtel de ville y a ouvert en mai 2019. Il n’est qu’à 8 km de la centrale accidentée et a coûté 2,74 milliards de yens (22,3 millions d’euros). Le gouvernement japonais ne lésine pas sur les moyens pour reconquérir les territoires évacués… Mais l’argent ne fait pas tout. On ne rebâtit pas une communauté sans les populations. Les autorités japonaises semblent l’avoir oublié.

La dernière carte des zones évacuées, datée d’avril 2019 est ici sur le site du ministère de l’économie (copie).

Commune Date de la levée de l’ordre d’évacuation
Tamura 1er avril 2014
Kawauchi 1er octobre 2014 pour une partie, puis 14 juin 2016
Naraha 5 septembre 2015
Katsurao 12 juin 2016
Minamisôma 12 juillet 2016
Iitate village 31 mars 2017
Kawamata village 31 mars 2017
Namie town 31 mars 2017
Tomioka town 1er avril 2017

Retour des populations

La triple catastrophe qui a frappé la province de Fukushima a accéléré le déclin de la population, comme on peut le voir sur ce graphe (extrait de cette page en japonais) :

En janvier 2020, le nombre officiel de personnes toujours déplacées en dehors de la province de  Fukushima était 31 022 (source). Les critères pour compter une personne déplacée ou pas ne sont pas clairs.

Les personnes originaires de zones où l’ordre d’évacuer a été levé et les “auto-évacuées” ne sont plus prises en compte dans ce décompte, car elles ne bénéficient de plus aucune aide. Cela ne signifie pas que les personnes déplacées sont rentrées. En effet, en août 2014, l’Agence de reconstruction, avait demandé aux administrations de toutes les provinces japonaises de ne compter que les personnes qui désiraient retourner chez elles. Et d’ajouter que s’il était difficile d’estimer leur désir, il ne fallait pas compter les personnes qui s’étaient réinstallées en achetant un logement ou en bénéficiant d’un logement du parc public. Chaque province applique à sa façon ces instructions et les critères ne sont pas homogènes. Ces chiffres, donnés à l’unité près, sont donc à prendre avec recul.

Le taux de retour dans les zones où les ordres d’évacuer ont été levés reste faible et la population totale diminue. La dépopulation des zones rurales a commencé avant la catastrophe nucléaire. Cette dernière a fortement accéléré le processus.

Selon les médias japonais, le taux de retour global est de 28%. Voici les données par commune :

  • Namié : 1 227 résidents sur 17 152 habitants enregistrés, soit 7% (source). Ils étaient 21 434 au 11 mars 2011 (source). Au 31 janvier 2020, 20 283 personnes originaires de Namié étaient encore déplacées, dont 14 127 dans la province de Fukushima et 6 156 en dehors (source). Fiche d’information en japonais ;
  • Iitaté : 1 408 résidents sur 5 467 habitants enregistrés, soit 26% (source). Ils étaient 6 509 au 11 mars 2011 (source). Au 31 janvier 2020, 4 054 personnes originaires de Namié étaient encore déplacées, dont 3 824 dans la province de Fukushima et 230 en dehors (source) ;
  • District d’Odaka (小高) à Minami-Sôma : 3 650 résidents sur  7 403 habitants enregistrés, soit 49% (source). Ils étaient 12 842 avant la catastrophe. A Haramachi, c’est 561 sur 717. Page avec les statistiques démographiques de Minami-Sôma ;
  • Kawamata, district de Yamakiya (山木屋) : 351 résidents sur 760 personnes enregistrées, soit 46% (source). Ce tableau fait état de 710 personnes encore déplacées, dont 120 dans la commune et 188 en dehors de Fukushima ;
  • Naraha : 3 932 résidents sur 6 816 personnes enregistrées, soit 57,7% (source et données). Elles étaient 8 011 au 11 mars 2011 (source) ;
  • Tomioka : 1 205 résidents (source) sur 12 673 personnes enregistrées (source), soit 9,5%. Elles étaient 15 960 au 11 mars 2011 (source). La répartition de 9 122 personnes déplacées est ici. La plupart sont à Iwaki et Kôriyama ;
  • Katsurao : 330 résidents sur 1 408 personnes enregistrées, soit 23% (source). Elles étaient 1 567 au 11 mars 2011 (source). La destination des 974 personnes toujours déplacées est aussi donnée ici. La plupart sont à Miharu et Kôriyama ;
  • Kawauchi : la page d’accueil de la commune ne donne que le nombre de personnes enregistrées 2 566 résidents. Elles étaient 3 038 personnes au 11 mars 2011 (source). Les seules statistiques démographiques ne permettent pas de connaître le nombre de résidents présents ;
  • Futaba :  7 140 (source) habitants le 11 mars 2011 et zéro retour puisque la commune est classées en zone dite de retour difficile. Le nombre de personnes enregistrées dans la commune mois après mois est ici en japonais : elles sont 5 900 en janvier 2020 ;
  • Ôkuma : le nombre de personnes enregistrée est de 10 302 (source). C’était 11 505 (source) le 11 mars 2011. Le nombre de retour n’est pas donné, mais il est très faible, voire nul. La destination de 8 947 personnes est donnée. Sur cette même page, il est question de 63 logements dans la commune.

Impact sanitaire

• Décès directs : Le nombre total de décès directs dus à la triple catastrophe, s’élève à 15 899 (9 543 à Miyagi, 4 675 à Iwaté, 1 614 à Fukushima et 67 dans les autres provinces). C’est deux de plus que l’an dernier, car deux corps ont pu être identifiés. Il y a aussi 2 529 disparus.

• Décès post-accidentels : Les derniers chiffres officiels de la province de Fukushima (lien direct, copie), qui datent du 21 février 2020 font état de 1 605 décès directs dus à la triple catastrophe et de 2 disparus. Il y a aussi 2 303 décès indirects dus à des suicides ou à une dégradation des conditions de santé suite à l’évacuation.

Pour les trois provinces les plus affectées par le séisme et le tsunami, à savoir Iwaté, Miyagi et Fukushima, le nombre de décès indirects était de 3 739 au 30 septembre 2019. Un quart concernait des personnes avec handicap, selon l’agence de presse Kyodo qui a contacté 42 communes. La part des personnes handicapées est de 7% au Japon et celle des personnes de plus de 65 ans, de 14%. Ces statistiques pointent la nécessité d’améliorer la prise en charge des personnes handicapées en cas de catastrophe.

• Cancers de la thyroïde : L’université médicale de Fukushima effectue une campagne de dépistage par échographie des cancers de la thyroïde chez les jeunes de Fukushima. Ce suivi s’effectue tous les 2 ans jusqu’à l’âge de 18 ans. Puis, un nouveau contrôle est prévu à partir de 25 ans.

Les derniers résultats sont ici sur notre site : On arrive à un total de 237 cas de cancers de la thyroïde suspectés chez les jeunes de Fukushima, dont 186 ont été confirmés lors d’une intervention chirurgicale. Il n’y a toujours qu’un seul cas qui s’est révélé être bénin après l’intervention (première campagne).

Dépistages avec résultat Examens complémentaires terminés Cytoponctions Nombre de cancers suspectés Nombre de cancers confirmés
Première campagne 300 472 2 091 547 116 101
Deuxième campagne 270 540 1 826 207 71 52
Troisième campagne 217 904 1 050 74 30 24
Quatrième campagne 125 491 418 29 16 8
Plus de 25 ans 4 239 127 10 4 1

Rappelons que, selon le fond de soutien des enfants ayant un cancer de la thyroïde, créé en 2016, il y aurait au moins 17 cas supplémentaires, non pris en compte dans les données officielles : 16 d’entre eux auraient été diagnostiqués lors de contrôles effectués par les parents en dehors de la province de Fukushima, et un cas avait déjà oublié par le passé. L’un d’entre eux avait moins de 5 ans au moment de la catastrophe nucléaire. Evidemment, il y a probablement d’autres cas non recensés.

A ces chiffres, on peut ajouter les 4 cas découverts à Marumori, au Sud de la province voisine de Miyagi.

Coût de la catastrophe

Coût total estimé

Les chiffres officiels relatifs au coût de la catastrophe ont été revus à la hausse en décembre 2016 pour atteindre 21 500 milliards de yens (175 milliards d’euros) et n’ont pas changé depuis. Cela inclut le démantèlement des réacteurs de Fukushima daï-ichi, à hauteur de 8 000 milliards de yens (65 milliards d’euros), 7 900 milliards de yens (64 milliards d’euros) pour les indemnisations, près de 4 000 milliards de yens (32,5 milliards d’euros) pour la décontamination et 1 600 milliards de yens (13 milliards d’euros) pour le centre d’entreposage temporaire des déchets radioactifs. Pour en savoir plus.

Cette somme ne comprend pas le coût du stockage des déchets issus du démantèlement de la centrale accidentée ni la création d’un îlot décontaminé dans les zones dites « de retour difficile » dont le seul but est la non disparition des villages concernés.

En 2019, Japan Center for Economic Research estime que la facture pourra dépasser les 80 000 milliards de yens (640 milliards d’euros au cours actuel). La note explicative est en japonais seulement. Sur le coût total de 81 000 milliards de yens (648 milliards d’euros), 51 000 milliards (408 milliards d’euros) sont dédiés au démantèlement de la centrale accidentée. A comparer au 8 000 milliards de yens estimés par le ministère de l’économie. L’indemnisation des victimes devrait coûter 10 000 milliards de yens (80 milliards d’euros) selon le think tank et la décontamination 20 000 milliards de yens (160 milliards d’euros).

Si l’eau contaminée était simplement rejetée en mer après dilution, la facture totale pourrait être réduite de 40 000 milliards de yens (320 milliards d’euros) selon le think tank, pour atteindre 41 000 milliards de yens (328 milliards d’euros). La facture totale pourrait encore être abaissée à 35 000 milliards de yens (280 milliards d’euros) si les réacteurs accidentés n’étaient pas démantelés, mais mis sous un sarcophage, comme à Tchernobyl. Mais cette solution reporte sur les générations futures les coûts du démantèlement et ne résout pas le problème des eaux souterraines qui s’infiltrent et se contaminent.

Le gouvernement détient toujours 50,1% des parts de TEPCo.

Indemnisations

En janvier dernier, les autorités avaient déjà prêté 9 340,1 milliards de yens (78 milliards d’euros) à TEPCo pour que la compagnie puisse indemniser les victimes de la catastrophe nucléaire et cela ne suffira pas. Les intérêts sont à la charge des contribuables.

L’indemnisation du stress psychologique s’est terminée un an après l’évacuation pour les personnes originaires d’un point chaud situé au-delà des zones d’évacuation. Les habitants originaires des zones dites de retour difficile ont reçu l’équivalent de douze années d’indemnisation et pour les autres, originaires des zones où l’ordre d’évacuer a été levé, l’indemnisation s’est arrêtée au bout de 7 ans. Un adulte a reçu 1,2 million de yens par an (environ 10 000 euros). Il y a eu aussi une compensation pour la perte des biens et des revenus, qui varie d’une famille à l’autre.

De nombreuses personnes ne sont pas satisfaites par les indemnisations reçues et réclament plus. En septembre 2011, les autorités japonaises ont mis en place une commission de conciliation chargée d’arbitrer les contentieux. Ses avis ne sont pas contraignants, mais TEPCo avait alors annoncé vouloir les respecter. Mais, dans les faits, TEPCo refuse de nombreux arbitrages et la commission a clôt de nombreux dossiers non réglés : 72 entre 2013 et 2017 (tous des employés de TEPCo et leur famille), 18 en 2018 et déjà un en 2019. Le groupe le plus important qui avait saisi, en vain, cette commission est constitué de 16 000 habitants de Namié, commune qui a été entièrement évacuée.

Plus de 10 000 Japonais ont porté plainte contre le gouvernement et parfois aussi contre l’Etat afin de bénéficier d’une meilleurs indemnisation. Il y a une trentaine de plaintes collectives. TEPCo a été condamnée de nombreuses fois à mieux indemniser les victimes et le gouvernement aussi.

Parc nucléaire japonais

Avant la catastrophe de Fukushima, le Japon comptait 54 réacteurs de production d’électricité plus des réacteurs de recherche. Une carte datant de 2010 est disponible ici.

Actuellement, 6 réacteurs ont été détruits ou endommagés par la catastrophe nucléaire à Fukushima daï-ichi, 16 arrêtés définitivement. Le Japon ne compte donc plus que 32 réacteurs nucléaires pour la production d’électricité : 16 ont leur dossier de sûreté validé et 9 ont été remis en service, dont 4 qui utilisent du combustible MOx. Mais, Ikata-3 vient à nouveau d’être suspendu par la justice. Il n’y a donc plus que 8 réacteurs autorisés à fonctionner, dont 3 utilisent du MOx.

Aucune remise en service de réacteur n’a en lieu en 2019 et aucune ne devrait avoir lieu en 2020. Le nucléaire japonais est bloqué. Par ailleurs, l’Autorité de régulation nucléaire a refusé de laisser un délai supplémentaire aux compagnies d’électricité pour la mise en place de mesure de protection contre les attaques terroristes. Quatre réacteurs devront être arrêtés en 2020, le temps de faire les travaux : Sendaï-1 et -2, puis Takahama-3 et -4. D’autres arrêts suivront en 2021 (voir la liste ici). A priori, 7 des 9 reacteurs remis en service devront être arrêtés pour les mêmes raisons.

Les compagnies d’électricité japonaises ont déjà dépensé 5 380 milliards de yens (45 milliards d’euros) pour améliorer la sûreté de leurs installations, avec un piètre résultat.

Pour voir le détail du parc japonais, c’est par ici.

Selon un sondage, 56% des Japonais s’opposent à la remise en service des réacteurs nucléaires arrêtés après le 11 mars 2011 et 29% y sont favorables. Dans la province de Fukushima, 69% s’y opposent et 11% y sont favorables.

• Le surgénérateur Monju a été arrêté définitivement. Il n’a fonctionné que 250 jours depuis sa mise en service en 1994. Une fuite de sodium avait entraîné son arrêt en 1995. La culture de sûreté y est défaillante (source).

• Les autorités n’ont pas encore abandonné l’usine de retraitement située à Rokkashô-mura dans la province d’Aomori dont la mise en service cumule déjà 24 années de retard depuis 1997, année de la première date de mise en service prévue (source). Le démarrage est désormais annoncé pour 2021 et le coût a été multiplié par 4.

Son dossier de sûreté est quasiment validé par l’Autorité de régulation nucléaire. Mais, même si cette usine démarre, elle devra tourner au ralenti car il n’y a pas de débouché pour le plutonium extrait. En effet, le gouvernement japonais s’est engagé à ne pas en extraire plus qu’il ne pouvait en consommer.

Les premiers déchargements de combutible MOx de l’histoire du Japon ont eu lieu en janvier 2020, dans les réacteurs d’Ikata-3 et Takahama-3.

• Faute de débouchés sur le marché intérieur, le Japon avait fait de l’exportation de sa technologie nucléaire une priorité pour sauver son industrie. Mais tous les projets de centrale nucléaire dans un pays étranger ont été abandonnés ou suspendus face aux coûts exorbitants.

• Dans ce contexte, le Japon développe le charbon chez lui et à l’étranger. Il projette de construire 22 centrales à charbon sur 17 sites dans les 5 prochaines années. Cinq pourraient être mises en service en 2020. L’addiction au charbon a commencé bien avant la catastrophe de Fukushima, qui n’a fait qu’accélérer le processus. Les énergies fossiles produisent environ les quatre cinquièmes de l’électricité du pays. Le reste vient essentiellement de des barrages électriques dont la part est de 16%. La part du nucléaire stagne à 3%.

Selon la coalition “coal exit”, trois banques japonaises, Mizuho, Mitsubishi et Sumitomo-Mitsui dominent le soutien financier au charbon à travers le monde. A elles seules, elles ont couvert 32% des prêts accordés pour la construction de nouvelles centrales thermiques au charbon depuis 2017.

Les engagements du Japon lors de la COP21, bien que modestes, pourraient ne pas être tenus.

Autres rapports et synthèses publiés à l’occasion du neuvième anniversaire

• Greenpeace International : Radioactivity on the move 2020: Recontamination and weather-related effects in Fukushima (communiqué, rapport en anglais, photos et vidéos), 9 mars 2020

• IRSN : données clés sur les conséquences environnementales et le retour des populations dans les territoires évacués et bilan de la surveillance sanitaire et des études épidémiologiques conduites chez les habitants de la préfecture de Fukushima

• Fukuleaks/SimplyInfo: The 9th Anniversary Annual Report

Rapport de Greenpeace sur la contamination radioactive à Fukushima

Greenpeace International vient de publier, à l’occasion du neuvième anniversaire de la catastrophe nucléaire, un rapport en anglais sur la contamination à Fukushima : Radioactivity on the move 2020: Recontamination and weather-related effects in Fukushima (communiqué, rapport en anglais, photos et vidéos).

L’organisation a fait des relevés de débit de dose ambiant et trouve toujours de nombreux points chauds dans des zones où l’ordre d’évacuer a été levé. Par ailleurs, pour certains points, le niveau a augmenté depuis l’an dernier. Cela pourrait être dû aux typhons qui ont frappé la région à l’automne dernier. Des sacs de déchets radioactifs avaient été emportés.

Elle demande au gouvernement japonais de revoir sa politique de retour dans les territoires contaminés.