Dossier de sûreté de l’usine de retraitement de Rokkashô sur le point d’être validé

L’Autorité de Régulation Nucléaire (NRA) devrait valider le dossier de sûreté post-Fukushima de l’usine de retraitement de Rokkashô-mura dans la province d’Aomori. Le site devrait résister aux risques sismiques et volcaniques.

La NRA avait suspendu l’instruction du dossier suite à des scandales et à la découverte de fuites. Rappelons que la mise en service de cette usine était initialement prévu pour 1997 et qu’il y a déjà un retard cumulé de 24 années. Le démarrage est désormais annoncée pour 2021 et le coût a été multiplié par 4.

L’usine peut extraire jusqu’à 8 tonnes par an de plutonium des combustibles usés japonais pour en faire du combustible MOx. Mais, pour des raisons de prolifération, le Japon s’est engagé récemment à ne pas extraire plus de plutonium qu’il ne peut en consommer dans ses réacteurs. Et comme le stock de plutonium est de 47 tonnes et qu’il n’y a que 3 réacteurs en fonctionnement chargés avec du MOx, cette usine est inutile. En effet, il faudrait de 16 à 18 réacteurs pour consommer les 8 tonnes annuelles de plutonium sous forme de MOx.

Retards pour le retrait des combustibles de la piscine du réacteur n°3

TEPCo a pris du retard dans son programme de retrait des combustibles de la piscine du réacteur n°3 et elle s’est fait tancer par l’Autorité de Régulation Nucléaire (NRA). Rappelons qu’il y a eu une panne sur un tableau de commande en juin 2018. La compagnie invoque des problèmes de contrôle qualité des équipements.

Il y a 566 assemblages usés dans cette piscine et les travaux auraient dû commencer en novembre 2018. Mais ce calendrier ne sera pas tenu. La NRA estime qu’il y a un vrai problème de gouvernance et de contrôle chez TEPCo qui vient du sommet de la hiérarchie.

Rappelons que seule la piscine du réacteur n°4 a été vidée jusqu’à présent. Comme il n’y a pas eu de fusion du cœur dans ce réacteur, car il était entièrement déchargé, le débit de dose a permis l’intervention d’êtres humains. Ce n’est pas le cas pour les réacteurs 1, 2 et 3.

Nouveau report de la date de mise en service du nouveau réacteur de J-Power à Ôma

Electric Power Development Co, alias J-Power, construit à Ôma, dans la province d’Aomori, un nouveau type de réacteur qui doit fonctionner à 100% au MOx. Un tel réacteur est unique au monde. Le chantier a été lancé en 2008, mais la catastrophe nucléaire de 2011 à Fukushima a tout arrêté. Le taux d’avancement est inférieur à 40%.

Le constructeur, Hitachi, espérait reprendre les travaux de construction cette année, mais il vient d’annoncer un report à 2020. Le démarrage n’aura donc pas lieu avant 2026. Il a revu le référentiel de sûreté afin de satisfaire aux nouvelles exigences et a soumis son dossier en 2014. L’instruction prend plus de temps qu’initialement prévu.

Ce nouveau report a aussi des conséquences sur le démarrage de l’usine de retraitement de Rokkashô-mura, qui accuse déjà 24 années de retard. Elle doit extraire le plutonium nécessaire au combustible MOx. Mais le Japon vient de décider de limiter l’extraction à ce qui peut être consommé. Même avec ce réacteur, aucune raison de mettre en service l’usine.

En effet, ce réacteur doit consommer environ 1,1 tonne de plutonium par an, contre 0,4 tonne pour un réacteur classique chargé partiellement au MOx. Seulement 4 réacteurs classiques utilisent du MOx actuellement au Japon. Rappelons que le stock japonais de plutonium s’élève à 47 tonnes. Mais pour l’affichage, pour maintenir le projet d’extraire le plutonium, il faut des perspectives d’utilisation. Alors, le réacteur d’Ôma, comme la surgénération à plus long terme, servent à entretenir le mythe du recyclage.

Rappelons que des habitants de Hakodaté et la commune située sur l’île de Hokkaïdô, ont saisi la justice pour demander l’arrêt du chantier. Ils ne sont qu’à 23 km du réacteur, de l’autre côté du détroit de Tsugaru.

Gestion des forêts contaminées à Fukushima : tout raser pour faire de la biomasse

Les forêts de Fukushima n’ont pas été décontaminées car elles couvrent 70% de la province et l’industrie forestière est exsangue. De nouveaux débouchés sont donc envisagés pour relancer cette industrie : la génération d’électricité avec de la biomasse.

Grâce aux tarifs de rachat de l’électricité d’origine renouvelable, l’investissement dans la biomasse est très rentable. La technologie est simple, les usines vites construites et le retour sur investissement n’est que de trois à quatre ans. Cela intéresse donc fortement les investisseurs et les projets sur multiplient. Le seul frein, c’est le combustible. Il n’y a pas tant de sources que cela : le Japon peut soit importer le bois, mais cela va contribuer à la déforestation de pays d’Asie du Sud Est, soit brûler des déchets, mais l’efficacité n’est pas si bonne et les ressources restent limitées, ou développer une industrie locale.

C’est là que les intérêts de Fukushima et du syndicat de producteurs d’électricité à partir de biomasse se rejoignent. L’idée est de raser les forêts en espérant qu’elles seront moins contaminées lors de leur régénération. Et comme c’est subventionné, tout le monde y gagne, sauf le contribuable.

Voilà ce que cela donne à Tamura, dans la province de Fukushima :

Vous trouvez cela choquant ? Ne vous inquiétez pas, vous vous y habituerez, selon le président du syndicat des producteurs. C’est comme les champs agricoles, qui sont nus en hiver. C’est ce qu’il aurait déclaré lors de la dernière assemblée générale ! Évidement, il faut plus d’années pour que cela repousse et la forêt cultivée n’a rien à voir avec une forêt naturelle. Et avec l’érosion des sols, il n’est même pas sûr que cela repousse.

Le bois est transformé en copeaux et transporté par camions dans tout le Japon. Des associations commencent à se mobiliser sur cette thématique et étudient l’impact radioactif des rejets car les filtres utilisés sont que de simples filtres à manche, comme de gros sacs d’aspirateurs, et non des filtres de haute efficacité.

Manipulation de cendres radioactives sans protection ni information suffisantes

Les déchets organiques issus de la décontamination sont incinérés pour réduire les volumes (voir notre reportage sur l’industrie du déchet), et les cendres sont fortement radioactives et leur manipulation doit se faire avec précautions.

Un ancien employé d’un incinérateur d’Iitaté accuse son employeur de ne pas l’avoir assez protégé. Il craint pour sa santé et a porté plainte.

Selon le blog qui rapporte l’affaire, il a travaillé un an et 4 mois à partir d’août 2016. Son masque ne protégeait que la moitié du visage et non sa totalité comme exigé par la réglementation et il ne portait pas d’habits de protection. Ses demandes d’être mieux protégé auraient été ignorées par son employeur.

Selon les documents mis en ligne, la contamination des cendres a atteint 160 000 Bq/kg.

Ce serait la première plainte d’un employé d’un incinérateur de déchets radioactifs.

Début du retrait des combustibles du surgénérateur Monju

La Japan Atomic Energy Agency (JAEA) a commencé à retirer le combustible nucléaire du surgénérateur Monju. Cela devrait durer jusqu’en 2022 pour enlever les 530 barres du cœur et de la piscine.

Chaque barre mesure 4,2 m de long et a une épaisseur de 11 cm. Elle est retirée de la piscine de sodium, nettoyée puis mise dans un emballage avant d’être placé dans une piscine avec de l’eau. Le principal danger vient du sodium qui s’enflamme à l’air et explose dans l’eau. Il faut un jour pour retirer une barre et il y en a 160 dans la piscine.

Pour les 370 barres qui sont dans le réacteur, le retrait ne commencera pas avant l’année prochaine. Rappelons que la JAEA n’avait jamais envisagé de retirer le sodium du cœur… Chaque barre retirée doit être remplacée par une barre factice pour que le sodium reste au même niveau.

Sur les 55 personnes impliquées dans cette tâche extrêmement périlleuse, seule une dizaine ont une expérience avec ce type de réacteur très particulier. Et seulement deux barres ont été retirées jusqu’à présent. Les premiers essais avec des barres de contrôle ont été plus compliqués que prévu : il y avait de la buée sur les caméras de contrôle. Le sodium de la piscine est maintenu à 200°C pour être liquide. La barre doit donc être refroidie, ce qui provoqué de la buée.

Bien évidemment, rien n’est prévu pour le moment pour la gestion à long terme de ces combustibles riches en plutonium.

La JAEA devrait aussi vidanger le sodium du circuit secondaire du réacteur d’ici la fin de l’année. Pour le circuit primaire contenant du sodium radioactif, il faut attendre le retrait complet des barres de combustible et le développement d’une technologie dédiée.

Encore une fuite d’eau à l’usine de retraitement de Rokkashô-mura

L’usine de retraitement de Rokkashô-mura, dans la province d’Aomori, accumule les déboires et sa mise en service, prévue pour 2021, accuse déjà 24 années de retard. Cette fois-ci, c’est une fuite d’eau qui vient d’être découverte, au niveau de tuyaux liés à une piscine d’entreposage. Après inspection, l’exploitant a trouvé une vingtaine de points de corrosion et un trou, mais, officiellement, sans impact sur la sûreté de la piscine.

Ce ne sont pas les premières fuites et les inspections se poursuivent.

Le Japon va limiter l’extraction du plutonium à ce qui peut être consommé

Pressé par les Etats-Unis de réduire son stock de plutonium, le Japon, qui a un stock de près de 47 tonnes, cherche des solutions. La Japan Atomic Energy Commission (JAEC) vient donc de réviser, pour la première fois en 15 ans, sa politique sur le sujet. Si l’usine de Rokkashô-Mura dans la province d’Aomori devrait démarrer un jour, elle ne sera autorisée à extraire que la quantité de plutonium qui peut être consommé.

La règle précédente, qui date de 2003, stipulait que le Japon ne devait pas extraire le plutonium sans perspective d’utilisation. L’industrie nucléaire a toujours des perspectives, même si elles ne sont pas réalistes… La nouvelle règle stipule clairement la volonté de réduire le stock de plutonium, mais ne fixe aucune limite ni calendrier. Elle dit juste que le niveau actuel ne doit pas être dépassé.

Cette décision aura un impact sur la politique de retraitement. L’usine de Rokkashô accuse déjà 24 années de retard pour sa mise en service qui n’aura pas lieu avant 2021. Elle permettrait d’extraire 8 tonnes de plutonium par an, à pleine capacité et il faut 16 à 18 réacteurs pour consommer ce plutonium sous forme de MOx. Or, actuellement, seulement 10 réacteurs sont autorisés à utiliser ce combustible et 4 ont été remis en service (Takahama 3 et 4, Genkaï 3 et Ikata 3, suspendu par la justice depuis). Ces trois réacteurs consomment environ une tonne de plutonium chaque année. Et comme le stock de plutonium est de 47 tonnes, il n’y a donc pas besoin de cette usine avant longtemps. Mais comme elle n’est pas fonctionnelle et qu’elle doit démontrer qu’elle satisfait aux nouvelles règles de sûreté, tout cela reste très virtuel pour le moment.

Si la décision de la JAEC est lourde de conséquence pour le retraitement, cette dernière ne va pas jusqu’à recommander d’abandonner cette voie sans avenir et réviser entièrement sa politique nucléaire. Cela permettrait pourtant de clarifier les choses et de repartir sur de bonnes bases. Mais, comme pour la politique énergétique, le Japon préfère les plans irréalistes aux débats francs et ouverts.

Vidéos de TEPCo sur les progrès réalisés

TEPCo a mis en ligne deux vidéos sur les progrès réalisés à la centrale de Fukushima daï-ichi.

La première en anglais, donne un aperçu général des travaux de sécurisation du site. Les images du tout début de la catastrophe sont toujours aussi impressionnantes. Tout se passe bien et le mot “radioactivité” n’est utilisé que quand il y a une solution, comme pour les débris le long du littoral, qui ont été retirés depuis et pour l’eau qui est traitée. La phrase de conclusion est de la belle langue de bois : “Nous allons continuer à démanteler de façon sûre”, comme si tout avait été fait de façon sûre jusqu’à maintenant…

La deuxième vidéo, sous-titrée en anglais, traite de l’eau contaminée. Cette vidéo n’explique pas le traitement de l’eau radioactive, ni de ce qui est envisagé pour le million de mètres cubes d’eau accumulée. La seule donnée, est que la quantité d’eau accumulé quotidiennement a été divisée par 4.

Reconduction du pacte américano-japonais concernant le plutonium

En juillet 1988, les Etats-Unis et le Japon avaient signé un pacte autorisant ce dernier à enrichir l’uranium et extraire le plutonium des combustibles usés. D’une durée de 30 ans, ce pacte a été reconduit tacitement le 16 juillet 2018.

Chaque partie peut désormais se retirer avec un préavis de 6 mois, ce qui rend la situation instable pour le Japon, qui est le seul pays ne possède pas l’arme atomique à pouvoir extraire le plutonium. Mais, comme nous l’avons signalé récemment, le Japon a des problèmes avec son plutonium qui s’accumule sans réelle perspective de voir le stock se réduire rapidement.