Décontamination des territoires évacués : quel bilan ?

A Tchernobyl, les autorités soviétiques ont abandonné de vastes territoires et le réacteur accidenté. L’Europe a financé la construction d’une arche gigantesque destinée à limiter l’impact d’un effondrement dans le bâtiment réacteur pendant au moins un siècle. Des centaines de travailleurs interviennent toujours dans la zone, chaque jour et la pollution radioactive continue de se disséminer. La Pripyat, qui traverse la zone d’exclusion, déverse la pollution radioactive dans le Dniepr qui sert à l’alimentation en eau potable de Kiev et à l’irrigation des cultures de toute la plaine jusqu’à la Mer Noire. Les épisodes réguliers d’inondation provoquent des pics de contamination de l’eau et le projet dément de voie navigable transeuropéenne E40 devrait aggraver l’impact radiologique, comme l’ACRO l’a montré.

A l’inverse, les autorités japonaises se sont lancées dans une politique de reconquête totale : les réacteurs accidentés vont être démantelés et les territoires contaminés rendus à leurs habitants. Et donc un vaste programme de décontamination a été lancé. Même pour les zones dites de retour difficile, des oasis décontaminés seront créés pour que les communes les plus affectées ne soient pas rayées de la carte. Il est important de garder à l’esprit que seules les zones habitées et agricoles ont été décontaminées. Ni les forêts, ni les montagnes, qui couvrent environ 70% de la province de Fukushima, ne le seront. Malgré ces restrictions, les travaux auraient déjà coûté 5 600 milliards de yens (43 milliards d’euros au cours actuel) pour un faible taux de retour des populations dans les zones où les ordres d’évacuer ont été levés, comme on peut le lire dans le bilan chiffré effectué pour le 10ème anniversaire. Parmi les raisons invoquées pour ne pas revenir, il y a la contamination résiduelle qui est trop élevée.

Dans les zones évacuées, c’est le ministère de l’environnement qui a la responsabilité des travaux et, selon cet article du Japan Times, il n’a pas l’habitude de mener à bien de grands projets. Il a donc chargé des majors du BTP de coordonner les travaux, sans véritable contrôle. Ce type de travail génère normalement une marge bénéficiaire de 5 %, mais dans ce cas, elle était d’environ 10 %. En conséquence, il y a eu des détournements de fonds car le ministère de l’environnement manquait de personnel pour contrôler. Et le gouvernement a toujours refusé de lui allouer plus de contrôleurs, sous prétexte que la décontamination n’était qu’un projet à court terme.

Toujours selon le Japan Times, le ministère avait prévu de ne construire que deux incinérateurs pour brûler les déchets organiques, mais les autorités locales ont déclaré qu’elles n’autoriseraient l’incinération que des déchets collectés à l’intérieur de leurs frontières, si bien que le ministère a fini par construire 16 incinérateurs dans la seule province de Fukushima (lire notre reportage sur le sujet). Et bien qu’ils aient été construits pour durer 20 ans, la moitié d’entre eux ont depuis été démantelés afin d’apaiser les inquiétudes locales, de sorte que dans de nombreuses régions, les travaux n’ont pas été achevés. Ainsi, le coût de l’incinération des déchets a fini par être plus de cinq fois supérieur à l’estimation initiale.

Quant aux sols contaminés, qui ne peuvent pas être incinérés, ils sont transportés vers un site d’entreposage de 16 km2 tout autour de la centrale accidentée, situé sur les communes de Futaba et d’Ôkuma. Ces déchets doivent être retirés du centre d’entreposage avant 2045, selon la loi, car le gouvernement a promis que tout le monde pourrait rentrer, à condition de vivre assez longtemps… Le stock de déchets attendu sur le site d’entreposage est de 14 millions de mètres cube. Difficile de trouver un ou plusieurs sites définitifs en dehors de Fukushima, comme prévu par la loi. Le gouvernement veut donc “recycler” 80% environ de ce stock, quand la contamination en césium-137 sera passée sous le seuil de 8 000 Bq/kg, en utilisant ces sols pour la construction de routes, digues, etc…

Après avoir dépensé des milliards d’euros pour collecter cette pollution et la rassembler sur un site unique, les autorités japonaises vont donc dépenser des milliards en plus pour la redisperser. Drôle de logique !

Le gouvernement devrait publier d’ici mars 2025 des directives sur les sites où ces sols peuvent être utilisés et sur la manière de les gérer. En revanche, il n’a fait aucune mention du processus de sélection des sites candidats pour le stockage définitif des 20% les plus contaminés, sous le prétexte que l’on ne connaît toujours pas les quantités exactes.

Des expériences sont en cours sur l’utilisation des terres radioactives. C’est le cas notamment dans le district de Nagadoro d’Iitaté, qui est toujours classé en zone de retour difficile. Selon le Maïnichi, 430 000 tonnes de sols radioactifs devraient y être étendus sur 34 ha de terres agricoles. Depuis 2018, le ministère de l’environnement y mène aussi des expériences sur la réhabilitation de l’agriculture en y plantant des légumes, des fleurs et des céréales. Jusqu’à maintenant les céréales étaient détruites, mais le gouvernement envisage de les mettre sur le marché car la contamination est inférieure à la limite maximale admissible, fixée à 100 Bq/kg.

Ailleurs, la réutilisation des sols contaminés n’est pas gagnée puisque, comme le souligne l’Asahi qui a interrogé les gouverneurs, aucune autre province du Japon n’accepte pour le moment. Les gouverneurs de Yamagata, Yamanashi, Nagasaki, Kagoshima et Okinawa sont contre toute réutilisation sur leur territoire. Le gouverneur de Shizuoka y est opposé pour les terrains agricoles et celui de Shiga pour la construction de routes. Tous les autres gouverneurs sont restés prudents, invoquant des doutes sur la sécurité du sol ou préférant ne pas répondre…

Huit gouverneurs ont rejeté l’idée d’accueillir le centre de stockage définitif. Les autres n’ont pas voulu se prononcer, au prétexte que le processus de sélection du site n’est pas connu.

Rejet de l’eau contaminée dans l’océan : le Japon va demander l’aide de l’AIEA

Le Japon s’est finalement décidé à accepter la proposition de l’AIEA à l’aider à faciliter le rejet dans l’océan de l’eau partiellement décontaminée qui s’accumule à la centrale de Fukushima daï-ichi. Le ministre de l’industrie a demandé à l’Agence de l’ONU d’évaluer, de manière “scientifique et objective”, l’impact du rejet et d’informer le monde des résultats obtenus.

Au tout début de la catastrophe, l’AIEA n’avait rien trouvé à redire quand le Japon avait initialement fixé le niveau de la catastrophe en cours à 5 sur l’échelle internationale INES qui en compte 7. Elle n’avait transmis aucune information pertinente, se contentant de relayer la parole des autorités japonaises. Son rapport de 2020 sur l’eau contaminé ne faisait qu’avaliser tout ce que propose le gouvernement japonais sans apporter de proposition. L’AIEA ne proposait même pas l’idée de faire des analyses indépendantes.

Le gouvernement japonais a demandé à l’AIEA d’évaluer les méthodes, la gestion et les installations avant le rejet, et qu’ils assurent le contrôle de la qualité et la surveillance de l’environnement une fois les rejets commencés. Pas un mot, semble-t-il, sur le fait que 72% du stock n’ait pas été traité correctement et qu’il faudra le reprendre.    

Bon, même si rien n’est encore officiellement annoncé, c’est un pas de plus du gouvernement vers le rejet en mer. Il a pris beaucoup de retard car la place va manquer en 2022 et il faut du temps pour construire les installations de rejet. A moins que les travaux aient déjà commencé.

Pour un point sur l’eau contaminée, lire notre dernier bilan chiffré de la catastrophe nucléaire.

Fukushima+10 : Contamination radioactive de la poussière d’aspirateur – une étude du laboratoire citoyen Chikurin

En attendant la mise en place du laboratoire citoyen d’analyse de la radioactivité, l’ACRO a, lors des deux premières années de la catastrophe nucléaire, effectué de nombreuses mesures dans des échantillons envoyés du Japon. Tous les résultats sont en ligne. Parmi les échantillons très variés analysés, il y a eu, notamment, des poussières d’aspirateur.

A l’occasion du dixième anniversaire de la catastrophe de Fukushima, le laboratoire citoyen Chikurin a effectué une nouvelle campagne d’analyse de la contamination radioactive des poussières d’aspirateur dans 153 maisons. Tous les résultats sont en ligne en japonais. Cette étude est en complément d’autres projets de surveillance citoyenne de la radioactivité auxquels Chikurin est aussi associé :
– la cartographie de la contamination des sols par le réseau Minna no data
– le relevé des débits de dose ambiants par le Fukuichi Environmental Radiation Monitoring Project.
Ce projet a pour but d’évaluer la contamination intérieure en mesurant la concentration en césium dans la poussière des aspirateurs domestiques, 10 ans après l’accident nucléaire. L’exposition des habitants par inhalation de ces poussières vient s’ajouter aux autres expositions à la radioactivité.

Les résultats sont disponibles dans ce tableau en japonais où les sites sont classés du plus contaminé au moins contaminé. Ils peuvent aussi être visualisés sur cette carte qui indique la zone proche de la maison, de sorte que les personnes ne puissent pas être identifiées :

 

Les maisons numérotés 1, 3 et 7 dans le tableau sont situées dans la zone dite de retour difficile et personne n’y habite depuis 2011. Les résultats sont donnés à titre indicatif. La contamination la plus élevée, dans la maison 1, est de 45 000 Bq/kg.

Dans 5 maisons habitées, situées dans les quartiers Haramachi de Minamisôma et Komiya d’Iitaté-mura, la contamination dépasse 8 000 Bq/kg, qui est le seuil fixé après la catastrophe à partir duquel un déchet doit être géré comme un déchet radioactif. Le niveau le plus élevé, dans la maison n°2 située à Minami-Sôma, est de 29 000 Bq/kg.

Le seuil de libération fixé à 100 Bq/kg pour des matériaux issus du démantèlement des installations nucléaires est dépassé pour des poussières prélevées dans des maisons situées dans les provinces de Fukushima, Ibaraki, Niigata, Chiba, Miyagi, Iwaté et Tôkyô.

Les maisons 29 et 30, situées respectivement dans les provinces d’Ibaraki et de Niigata, ont une contamination de l’ordre de 1 100 Bq/kg, qui est élevée par rapport aux autres maisons environnantes. Mais dans les deux cas, les habitants sont originaires de Minami-Sôma et ont probablement emporté des poussières radioactives lors de leur déménagement et de leurs allées et venues.

Ces poussières domestiques peuvent être inhalées par les habitants et rester bloquées dans les alvéoles pulmonaires. En effet, seule une faible partie du césium est soluble. Comme décrit dans ce document en japonais, des linges en lin ont été déposés en haut de placards ou armoires dans des maisons pour collecter de la poussière. Ils ont ensuite été rincés, et l’eau de rinçage filtrée, avant d’être analysée pour déterminer la part soluble du césium dans les poussières. Il en ressort qu’environ 75 % ou plus du césium de la poussière à l’intérieur n’est pas soluble dans l’eau. Cela signifie qu’il y a une forte possibilité que du césium non soluble reste dans les alvéoles pulmonaires pendant une longue période lorsque de petites particules de poussière domestique sont inhalées.

Chikurin demande que cette voie d’exposition soit prise en compte et conteste la façon dont les doses sont évaluées pour permettre le retour dans les zones évacuées.

Deux synthèses sur l’évolution de la contamination radioactive à Fukushima

Un article de revue synthétise les connaissances acquises sur la contamination de l’environnement terrestre à Fukushima et son évolution. Il est en accès payant, mais l’IRSN en a mis une version gratuite en ligne.

L’AIEA a aussi publié une synthèse des connaissances sur les transferts des radioéléments dans l’environnement de Fukushima. Le document est en libre accès ici.

L’industrie de la pêche à Fukushima fermement opposée au rejet en mer de l’eau partiellement décontaminée

Alors que le gouvernement s’apprête à annoncer le rejet en mer de l’eau partiellement décontaminée, les coopératives de pêche de Fukushima sont contre et elles le font savoir. Elles craignent pour leurs ventes. Lors de la dernière des 7 réunions entre le gouvernement et les pêcheurs, qui a eu lieu à Tôkyô, le 8 octobre, les représentants des pêcheurs ont réitéré leur position en soulignant qu’elle était unanime et qu’il n’y avait pas de compromis possible.

L’industrie de la pêche souffre encore des conséquences de la catastrophe nucléaire. En 2019, elle a capturé un total de 3 600 tonnes, ce qui représente 14% du niveau d’avant la catastrophe. Et, comme nous l’avons mentionné, les pêcheurs veulent reprendre la pêche de toutes les espèces à partir d’avril 2021.

Ces consultations, débutées en avril 2020, ont permis d’auditionner 43 personnes, représentatives de 29 organisations. Le gouvernement doit maintenant décider, mais il n’y a pas de suspense : ce sera le rejet en mer. Reste à savoir quand et comment il va l’annoncer.

Les coopératives de pêche envisagent une reprise complète de leurs activités à partir d’avril 2021

Lors d’une réunion à Iwaki le 29 septembre, la fédération régionale des coopératives de pêche de Fukushima s’est fixé comme objectif la reprise de l’ensemble des opérations de pêche commerciale en avril prochain. Les contrôles effectués à l’issue de captures test a permis de lever toutes les interdictions, y compris pour les poissons plats, comme les raies, dont l’alimentation dépend des fonds marins, plus contaminés.

Le calendrier de reprise en fonction des zones de pêche devrait être précisé au début 2021. Cependant, La zone proche de la centrale de Fukushima daï-ichi pourrait être évitée encore un certain temps. Il faut aussi consolider les circuits de commercialisation.

Les pêcheurs sont très inquiets du projet de rejet en mer de l’eau contaminée contenue dans les cuves à la centrale de Fukushima daï-ichi. Lors de l’assemblée générale de juin, la fédération a approuvé une résolution spéciale demandant une “objection absolue” au rejet dans l’océan.

Le Fukushima Minpo, qui relate l’information, rappelle aussi les principales dates depuis la catastrophe nucléaire :
• 15 mars 2011 : La fédération régionale des coopératives de pêche de Fukushima décide de suspendre la pêche côtière.
• 7 avril 2011 : Début de la surveillance de la contamination dans l’environnement pour les fruits de mer.
• 22 juin 2012 : Le gouvernement ordonne la limitation de la commercialisation de 36 espèces de poissons et lève l’interdiction pour les jeunes lançons.
• Le 25 juin 2012 : Première livraison de poissons capturés lors d’opérations de test.
• 28 août 2013 : La pêche expérimentale est suspendue et reportée en raison de la découverte de fuites radioactives à la centrale nucléaire de Fukushima daï-ichi.
• 24 septembre 2013 : Reprise de la pêche expérimentale et suspension volontaire des opérations dans la zone maritime située dans un rayon de 20 km autour de l’usine.
• 28 février 2017 : Zone de pêche restreinte réduite à un rayon de 10 km de l’usine.
• 25 février 2020 : Le gouvernement lève l’interdiction d’expédition de la raie commune, permettant la commercialisation de toutes les espèces de poissons.

CODIRPA : vers une reconnaissance du risque de contamination de l’eau potable en cas d’accident nucléaire grave

En juillet 2019, l’ACRO alertait sur la contamination en tritium de l’eau du robinet de plus de 6 millions de d’habitants de la métropole, dont environ 4 millions rien qu’en Ile de France. En cas d’accident grave sur une des centrales nucléaires sur la Seine, la Vienne ou la Loire, il n’y aura pas que le tritium rejeté et ce sont des millions de personnes qui risquent d’être privées d’eau potable. L’ACRO demandait que la pollution radioactive soit prise en compte dans les plans « ORSEC eau potable » qui doivent être établis pour le 31 décembre 2020 au plus tard et qu’ils fassent l’objet d’une consultation du public.

En début d’année 2020, l’ACRO a publié une étude montrant qu’en Ukraine, l’eau potable de 8 millions d’habitants est toujours polluée par les retombées radioactives de la catastrophe en Tchernobyl, qui a eu lieu en 1986. En cas d’accident en France, les conséquences risquent d’être tout aussi durables. Il est donc important de s’y préparer.

Dans un courrier daté du 18 juin 2020 adressé au président de l’Autorité de sûreté nucléaire, le Premier ministre donne un nouveau cadre au comité directeur pour la gestion de la phase post-accidentelle d’un accident nucléaire ou d’une situation d’urgence radiologique (Codirpa) mis en place en juin 2005. Durant la période 2020-2024, le Codirpa devra notamment prendre en compte « un rejet de substances radioactives dans les milieux aquatiques, qu’ils soient marins, lacustres ou fluviaux ». C’est une belle victoire pour l’ACRO !

En revanche, rien ne semble avoir avancé du côté des plans « Orsec eau potable » alors que l’échéance approche !

Le courrier du premier ministre demande aussi une révision du plan national de réponse à une accident radiologique ou nucléaire majeur. Espérons que la société civile sera associée et consultée cette fois-ci, conformément aux recommandations internationales qui sont ignorées par les autorités qui ne retiennent que ce qui les arrange.

L’héritage de Tchernobyl et la voie navigable transeuropéenne E40

Les retombées radioactives de la catastrophe de Tchernobyl ont pollué de vastes territoires en Ukraine, Biélorussie et Russie. 34 ans plus tard, le réacteur accidenté est confiné sous une arche pour un siècle et la zone d’exclusion a été transformée en une vaste « réserve radio-écologique ». La principale stratégie mise en œuvre est d’attendre la lente décroissance de la radioactivité.

Les récents incendies de forêt sont venus rappeler que la radioactivité n’est pas confinée dans les territoires abandonnés. La rivière Pripiat, qui traverse la zone d’exclusion et passe au pied du réacteur accidenté avant de se jeter dans le Dniepr, charrie aussi continuellement des radioéléments. En aval, plus de 8 millions d’Ukrainiens boivent l’eau du Dniepr et jusqu’à 20 millions mangent des aliments irrigués avec l’eau de ce fleuve. Les années avec de fortes inondations dans la zone d’exclusion (une fois tous les 4 ans environ), les niveaux d’exposition des habitants augmentent de façon significative.

C’est dans ce contexte que l’ACRO a évalué l’impact radiologique de la voie navigable transeuropéenne E40, qui vise à relier la Mer Noire à la Mer Baltique via le Dniepr et le Pripiat, à la demande de la société zoologique de Francfort et du collectif « Save Polesia ». Le rapport est disponible en français et en anglais sur notre site Internet : http://acro.eu.org

Carte du projet de voie fluviale E40, extraite de savepolesia.org. © pg-webstudio.de

Aujourd’hui, la contamination est dominée par le césium-137, le strontium-90 et divers isotopes du plutonium hautement toxique. L’américium-241, le noyau fils du plutonium-241, est également très toxique et sa contribution croissante devrait dominer l’impact radiologique à l’avenir.

La voie navigable intérieure E40 projetée, qui devrait passer à proximité de la centrale nucléaire de Tchernobyl et traverser la zone d’exclusion, aura nécessairement un impact radiologique sur les travailleurs de la construction et de la maintenance, ainsi que sur la population en aval qui dépend de l’eau des rivières Pripiat et Dniepr. Bien que ce projet nécessite de grands travaux tels que la construction d’un barrage et l’alignement du cours de la rivière dans sa partie la plus contaminée, aucune étude d’impact radiologique n’est disponible. Les principes de la CIPR en matière de radioprotection et les conventions d’Aarhus et d’Espoo exigent pourtant des études environnementales et radiologiques, une justification du projet et la participation des parties prenantes et du grand public au processus de décision.

L’étude de l’ACRO montre que les travaux de construction pour la partie de la voie navigable E40 qui traverse la zone d’exclusion de Tchernobyl et passe à proximité de la centrale nucléaire ne sont pas réalisables. L’exposition estimée des travailleurs serait trop élevée pour être acceptée. En outre, le bassin de refroidissement de Tchernobyl, fortement contaminé, et les stockages temporaires de déchets radioactifs dans la plaine d’inondation de la rivière Pripiat n’ont pas encore été démantelés, ce qui empêche tout travail de construction. L’AIEA recommande également une liste d’autres mesures de protection qui restent à mettre en œuvre.

La partie de la voie navigable E40 qui se trouve en amont de la zone d’exclusion de Tchernobyl serait alors inutile, car sans connexion avec le Dniepr. Cela signifie également que les travaux d’aménagement qui consistent en la construction de plusieurs barrages et l’alignement des méandres de la rivière Pripiat pour accepter les navires de classe V ne sont pas justifiés.

Enfin, la portion de la voie E40 allant de la mer Noire au réservoir de Kiev nécessite principalement des travaux de dragage réguliers. L’étude de faisabilité mentionne 68 000 m3 de travaux de dragage par an dans le réservoir de Kiev, qui stocke du césium-137 dans ses sédiments de fond. Une telle activité est contraire aux recommandations de l’AIEA de laisser les sédiments en place car elle augmentera la dose des personnes qui dépendent de l’eau du réservoir de Kiev pour leur approvisionnement en eau et en nourriture.

En conclusion, l’ACRO partage l’avis du collectif « Save Polesia » : ce projet de voie navigable aura un impact environnemental et sanitaire inacceptable. Il n’est pas justifié et doit être abandonné. Elle appelle l’Union européenne à cesser tout soutien à ce projet.

Ce travail ne serait pas possible sans votre soutien :
partiellement déductible des impôts.
Même une petite somme est la bienvenue

Radiation impacts of the E40 waterway from Frankfurt Zoological Society on Vimeo.

Le ministère de l’environnement japonais a trouvé la solution pour lutter contre les rumeurs néfastes

C’est bien connu, il n’y a pas de problème à Fukushima, la “situation est sous contrôle”, comme l’avait déclaré le premier ministre japonais devant le comité olympique. Il n’y a que des rumeurs néfastes !

Opposition au rejet dans l’océan de l’eau contaminée : rumeurs néfastes. Opposition à la réutilisation des terres contaminées issues de la décontamination : rumeurs néfastes. Faible taux de retour des populations : rumeurs néfastes.

Le ministère de l’environnement japonais a trouvé la solution : mettre une plante en pot avec de la terre radioactive à son siège de Tôkyô (source : lien direct, copie). Comme il l’affirme, “c’est l’un des efforts de démonstration du recyclage pour éliminer les idées fausses à l’égard de Fukushima” (This is one of the recycling demonstration efforts to eliminate misconception toward Fukushima).

Ces pots pourraient être mis en vente. L’industrie nucléaire se fera sûrement une joie de pouvoir les offrir. Cela fera plus écolo que des goodies fabriqués en Chine. On attend avec impatience des aquarium avec de l’eau contaminée des cuves…

Bon, il y a juste 16 millions de mètres cube de terre et 1,2 million de mètres cube d’eau à écouler ainsi…

Plus d’interdiction de pêche en mer à Fukushima

Les autorités japonaises ont levé les dernières restrictions concernant la pêche en mer au large de Fukushima, au-delà d’un rayon de 20 km de la centrale nucléaire accidentée. Comme les sédiments retiennent le césium, certains poissons plats, qui vivent au fond, ne pouvaient pas être mis sur le marché. Un spécimen avait dépassé la limite de 100 Bq/kg en janvier 2019. Cela ne s’est pas reproduit depuis.

Pour rappel, les concentrations maximales admissibles introduites par les autorités japonaises sont ici en anglais. Elles avaient été abaissées le 1er avril 2012.

Des restrictions demeurent sur des poissons de rivière et de lac (liste en japonais), ainsi que sur des produits agricoles, de la cueillette et de la chasse (liste en japonais).