88ième versement financier pour TEPCo

TEPCo annonce avoir reçu le 88ème versement financier de la part de la structure gouvernementale de soutien qui lui avance de l’argent pour les indemnisations : 6,0 milliards de yens (49 millions d’euros au cours actuel). Rappelons que cet argent est prêté sans intérêt.

En prenant en compte ce versement et les 188,9 milliards de yens venant de l’Act on Contract for Indemnification of Nuclear Damage Compensation, TEPCo a déjà reçu un total de 9 008,8 milliards de yens (73,4 milliards d’euros au cours actuel) si l’on prend en compte le présent versement et cela ne suffira pas.

Le communiqué de TEPCo est accompagné d’un tableau avec les sommes versées au titre des indemnisations, mais sans explications. 64,5% sont allés aux entreprises et propriétaires, le reste aux individus évacués. La somme reçue par les propriétaires n’a pas évolué depuis la dernière fois. C’est la part des entreprises qui augmente le plus.

87ième versement financier pour TEPCo

TEPCo annonce avoir reçu le 87ème versement financier de la part de la structure gouvernementale de soutien qui lui avance de l’argent pour les indemnisations : 17,3 milliards de yens (140 millions d’euros au cours actuel). Rappelons que cet argent est prêté sans intérêt.

En prenant en compte ce versement et les 188,9 milliards de yens venant de l’Act on Contract for Indemnification of Nuclear Damage Compensation, TEPCo a déjà reçu un total de 9 002,8 milliards de yens (72,6 milliards d’euros au cours actuel) si l’on prend en compte le présent versement et cela ne suffira pas.

Le communiqué de TEPCo est accompagné d’un tableau avec les sommes versées au titre des indemnisations, mais sans explications. 60,6% sont allés aux entreprises et propriétaires, le reste aux individus évacués.

Complément au 86ième versement financier

Le 22 mars dernier, TEPCo annonçait avoir reçu le 86ième versement financier de la part de la structure gouvernementale de soutien qui lui avance de l’argent pour les indemnisations, à un niveau exceptionnellement élevé : 197,6 milliards de yens (1,6 milliards d’euros au cours du moment). C’est 10 fois plus que le mois précédent. La compagnie vient d’annoncer un versement complémentaire de 19,9 milliards de yens (160 millions d’euros). Le 86ième versement est donc de 217,5 milliards de yens (1,74 milliard d’euros) !

En prenant en compte ce versement et les 188,9 milliards de yens venant de l’Act on Contract for Indemnification of Nuclear Damage Compensation dont il n’est plus fait mention, TEPCo a déjà reçu un total de 8 985,5 milliards de yens (72 milliards d’euros au cours actuel) si l’on prend en compte le présent versement et cela ne suffira pas. Rappelons que cet argent est prêté sans intérêt.

Le communiqué de TEPCo est accompagné d’un tableau avec les sommes versées au titre des indemnisations, mais sans explications. Le total est de 8 962,0 milliards de yens (presque 72 milliards d’euros). La part pour chaque catégorie n’a pas beaucoup changé depuis la dernière fois.

Malgré sa situation financière, TEPCo veut faire une donation à la commune de Higashi-dôri

Selon l’Asahi, TEPCo devrait faire une donation de 200 millions de yens (1,6 millions d’euros) à la commune de Higashi-Dôri dans la province d’Aomori. La compagnie devait construire un réacteur nucléaire dans cette commune et venait tout juste d’obtenir un feu vert en janvier 2011, quelques mois avant la catastrophe. Le village, qui avait anticipé les revenus à venir, a dû se serrer la ceinture. TEPCo a donc proposé une donation pour cette année fiscale qui se termine le 31 mars et a indiqué être prête à renouveler l’opération l’an prochain.

Il y a quelques jours, toujours selon l’Asahi, Tôhoku Electric, a aussi proposé une donation d’environ 400 millions de yens sur 2 ans. La compagnie a une centrale nucléaire dans la commune, à l’arrêt.

Ces donations sont partiellement déductibles des impôts.

Dans le cas de TEPCo, c’est particulièrement choquant, car elle a déjà reçu plus de 72 milliards d’euros de prêts sans intérêts et a déjà été condamnée 11 fois à mieux indemniser les victimes de la catastrophe nucléaire… Mais il semble lui rester de l’argent pour maintenir ses anciennes pratiques clientélistes. A noter qu’elle ne fait pas de donation aux communes de Fukushima.

TEPCo condamnée à mieux indemniser des habitants d’Iitaté

42 personnes de 14 foyers d’Iitaté ont saisi la justice car ils estimaient ne pas avoir été assez indemnisés par TEPCo. Les 100 000 euros mensuels pour couvrir (800€) pour compenser la souffrance psychologique ne permettait pas de faire face aux frais induits par l’évacuation obligatoire. Ils avaient demandé 1,68 milliards de yens (13,5 millions d’euros) en tout.

La justice a estimé que l’indemnisation n’était pas suffisante pour 13 plaignants répartis dans 7 foyers et a condamné TEPCo à leur verser de 330 000 yens (2 650€) à 3,52 millions de yens (28 000€) chacun. Ces sommes ont été calculées en fonction de la situation de chacun afin de compenser la séparation de la famille, la prise en charge de soins ou l’âge avancé des plaignants.

La majorité des 42 plaignants ne sont pas rentrés à Iitaté bien que l’ordre d’évacuer a été levé en mars 2017. Selon le Japan Times, les plaignants sont déçus du jugement et espèrent recevoir plus.

C’est la 11ième fois que TEPCo est condamnée à mieux indemniser des personnes déplacées.

TEPCo et l’Etat japonais condamnés à indemniser des personnes déplacées

25 personnes originaires de Fukushima, qui se sont réinstallées dans la province d’Ehimé sur l’île de Shikoku, avaient saisi la justice pour être mieux indemnisées. Elles réclamaient un total de 137,5 millions de yens (1,1 million d’euros) avec comme argument principal que cette catastrophe aurait pu être évitée si des mesures préventives avaient été prises pour protéger la centrale suite à la réévaluation des risques de séisme et de tsunami en 2006. Elles estiment que l’indemnisation reçue est insuffisante au regard du préjudice subi qui a séparé les familles et coupé les liens avec la communauté. Elles ont demandé 5,5 millions de yens (44 000 €) par personne pour couvrir le stress, la perte de biens et le déménagement.

La cour de Matsuyama a estimé que l’argument relatif à la prévention de l’accident était recevable et a accordé une indemnisation à 23 des 25 plaignants. Les deux personnes non indemnisées n’étaient pas nées lors de la catastrophe. L’Etat et TEPCo devront payer un total de 27 millions de yens (217 000€).

C’est la dixième fois que TEPCo est condamnée et l’Etat la sixième fois dans des affaires similaires. Il y a une trentaine de plaintes déposées.

Le ministère de l’économie veut subventionner l’énergie nucléaire

Selon l’Asahi, le ministère de l’économie du Japon étudie l’introduction d’une subvention à l’électricité d’origine nucléaire. En effet, l’introduction d’exigences de sûreté plus strictes pèse sur la compétitivité de l’énergie nucléaire. La subvention devrait être introduite à la fin 2020 et est présentée comme un soutien à une énergie qui ne pollue pas… Après Fukushima, il fallait oser !

Fin 2020, les compagnies revendant de l’électricité devront proposer une offre avec un minimum de 44% d’origine non fossile. Comme les énergies renouvelables ne sont pas encore assez développées, les revendeurs devront acheter de l’électricité nucléaire à un tarif plus élevé pour la soutenir. Ce sont, bien évidemment, les clients qui payeront in fine.

Il faut rappeler que le gouvernement prévoit dans sa programmation de l’énergie que le nucléaire devrait produire entre 20 et 22% de l’électricité d’ici 2030, ce qui est complètement irréaliste. Il n’y arrivera pas avec le parc actuel.

Et dire que l’énergie nucléaire a toujours été présentée comme étant bon marché ! Au Etats-Unis, en 1954, elle avait même été présentée comme étant si bon marché qu’il n’y aura pas besoin de compteurs. De fait, elle a toujours été subventionnée. Quelle compagnie privée pourrait attendre 24 ans la mise en service d’une usine de traitement des combustibles usés ou investir à perte des milliards d’euros dans la surgénération ? Sans parler du coût des conséquences d’un accident grave largement supporté par les contribuables.

86ième versement financier pour TEPCo

TEPCo annonce avoir reçu le 86ème versement financier de la part de la structure gouvernementale de soutien qui lui avance de l’argent pour les indemnisations. Il s’agit d’une somme particulièrement élevée en ce dernier mois de l’année fiscale : 197,6 milliards de yens (1,6 milliards d’euros au cours actuel). C’est 10 fois plus que le mois dernier. Rappelons que cet argent est prêté sans intérêt.

TEPCo avait réclamé 217,5 milliards de yens et le complément devrait être versé en avril, pour la nouvelle année fiscale.

En prenant en compte ce versement et les 188,9 milliards de yens venant de l’Act on Contract for Indemnification of Nuclear Damage Compensation, TEPCo a déjà reçu un total de 8 965,6 milliards de yens (72 milliards d’euros au cours actuel) si l’on prend en compte le présent versement et cela ne suffira pas.

Le communiqué de TEPCo est accompagné d’un tableau avec les sommes versées au titre des indemnisations, mais sans explications. Sur un total de 8 594,3 milliards de yens (69 milliards d’euros) versés, 60% sont allés aux entreprises et propriétaires, soit 5 123 milliards de yens (41 milliards d’euros), 36% aux individus qui ont dû évacuer, même si ce n’est pas indiqué, soit 3 117,6 milliards de yens (25 milliards d’euros). Le reste, 4% ou 353,7 milliards de yens (2,8 milliards d’euros), est allé aux auto-évacués ou évacués “volontaires”.

TEPCo, exsangue financièrement, prend le risque de financer le réacteur Tôkaï-2

TEPCo et d’autres compagnies d’électricité ont finalement pris le risque de financer les travaux de renforcement de la sûreté du réacteur Tôkaï-2 situé dans la province d’Ibaraki. Ce réacteur, très ancien et vétuste, a été noyé par le tsunami et il y a presque un million d’habitants dans un rayon de 30 km. Mais il a été autorisé à fonctionner 60 ans si des travaux sont effectués. La facture s’élèverait à 300 milliards de yens (2,4 milliards d’euros), le double de l’estimation initiale.

Comme les médias japonais l’avaient déjà annoncé au début du mois, TEPCo, actionnaire de l’exploitant, la Japan Atomic Power Co (JAPCo), garantit 190 milliards de yens (1,5 milliard d’euros). C’est maintenant officiel et cela représente à peu près les 2/3 de la somme totale. Les autres contributeurs sont Tôhoku Electric, Chûbu Electric, Kansaï Electric et Hokuriku Electric.

Il n’est pas sûr que les élus locaux acceptent la remise en service de ce réacteurs. Ces compagnies ont donc pris des risques énormes. Dans le cas de TEPCo c’est encore plus grave car la compagnie rechigne à indemniser les victimes de l’accident nucléaire et ne survit que grâce à l’aide de l’Etat, actionnaire majoritaire. In fine, ce sont donc les contribuables qui financent indirectement la remise en service de ce réacteur. TEPCo a déjà reçu 70 milliards d’euros de prêts sans intérêts pour payer les indemnisations.

Selon l’Asahi, qui rapporte les estimations récentes de la JAPCo, il en coûtera 120 milliards de yens d’ici 2022 pour remettre en service ce réacteur. TEPCo, qui devrait acheter 80% de l’électricité générée par ce réacteur, payera le même pourcentage des dépenses, à savoir 96 milliards de yens (762 millions d’euros). Le reste sera pris en charge par Tôhoku Electric qui achètera 20% de la production électrique.

Puis, entre janvier 2023 et mars 2024, il faudra encore 180 milliards de yens pour exploiter le réacteurs. JAPCo va emprunter cette somme auprès des banques grâce aux garanties des autres compagnies d’électricité. TEPCo et Tôhoku Electric vont garantir respectivement 96 et 24 milliards de yens. Les autres compagnies, qui ne vont pas bénéficier de la production de Tôkaï-2, vont aussi mettre la main à la poche sous le prétexte qu’elles rachetaient la production de Tsuruga-2, l’autre réacteur de la JAPCo situé dans la province de Fukui. Ce dernier étant sur une faille sismique considérée comme active ne devrait jamais redémarrer.

Si Tôkaï-2 ne redémarre pas, la JAPCo qui n’a plus de réacteur fera faillite et ce sont les compagnies actionnaires qui seront mises en difficultés.

Etude sur les conséquences sociales de l’accident nucléaire

Le programme de recherche Shinraï, qui veut dire confiance en japonais, de l’IRSN, vient de rendre public son deuxième rapport, en anglais. Le premier rapport est sorti en juillet 2018.

Comme le note le communiqué de l’IRSN, l’originalité de l’analyse est de s’appuyer sur une approche pluridisciplinaire et sur une enquête de terrain approfondie, ce qui est plutôt rare. Les “recherches” sur le post-accident sont généralement menées dans le cadre de projets européens et ne rassemblent que des experts entre eux. Parfois, on invite des habitants des territoires contaminés par les accidents de Tchernobyl et de Fukushima, soigneusement choisis. Le physicien Ryûgo Hayano, dont nous avons déjà parlé suite à son utilisation de données personnelles sans autorisation, est fréquemment invité car il dit ce que les autorités veulent entendre. La dernière invention de ces groupes est un “serious game” qui ne peut donner que des réponses convenues et irréalistes sans confrontation à la réalité du terrain.

Cette étude dénote donc par rapport à ce que publie habituellement l’IRSN. En particulier, elle s’intéresse aux Japonais, majoritaires, qui ne rentrent pas dans les territoires où l’ordre d’évacuer a été levé, même s'”ils n’intéressent pas la radioprotection” comme on peut l’entendre dans d’autres projets. Cette étude remet aussi en cause certains principes sur lesquels repose l’approche internationale de la gestion post-accidentelle présente, par exemple, dans la publication 111 de la Commission internationale de protection radiologique (CIPR). Elle montre que la méthode verticale et autoritaire de gestion des territoires contaminés, adoptée par le Japon, ne marche pas. La situation est bien plus complexe et les réponses ne peuvent être que diverses pour faire face à la variété des situations auxquelles font face les populations.