Démantèlement du restaurant “sushis atomiques” de Tomioka

Le restaurant “sushis atomiques” de Tomioka symbolisait l’emprise du nucléaire sur la région. La ville a été entièrement évacuée lors de la catastrophe nucléaire et peu de personnes sont revenues depuis (voir le bilan pour les 9 ans de la catastrophe). Le restaurant, abandonné, a été démoli. C’est plus simple que pour une centrale nucléaire…

Selon l’Asahi, le nom du restaurant proviendrait d’une chaîne basé à Nagoya. Le propriétaire a continué à payer le loyer dans l’espoir que la présence du bâtiment du restaurant contribuerait à entretenir les souvenirs de la catastrophe. Une fois l’ordre d’évacuation levé en avril 2017 pour la plus grande partie de Tomioka, il s’est alors accroché au restaurant, avec l’idée que sa vue rappellerait aux habitants de retour la façon dont les choses étaient avant et pendant la catastrophe. Mais il y a un an, alors que la reconstruction de Tomioka avançait, il a finalement décidé de le démolir.

Le propriétaire, qui s’est réinstallé à Iwaki, déclare au Asahi : “Je voulais dire aux gens qu’une fois qu’un accident se produit, l’endroit devient invivable. Je me sens un peu seul, mais je crois que le restaurant a rempli son rôle”. Il avait cru au “mythe de la sûreté nucléaire” propagé par le gouvernement central et les exploitants.

Rejet de l’eau contaminée en mer : 17 communes de Fukushima s’y opposent

La gestion de l’eau contaminée est l’un des principaux casse-têtes de TEPCo et des autorités japonaises. Voir notre bilan récent effectué à l’occasion du neuvième anniversaire de la catastrophe nucléaire et le portail dédié de TEPCo. Après un traitement partiel, cette est entreposée dans des cuves, sans que cela puisse être pérenne. La place devrait commencer à manquer à partir de l’été 2022. L’option qui a la faveur du gouvernement est le rejet dans l’océan. Selon l’Autorité de régulation nucléaire, l’instruction et la préparation du rejet pourrait prendre deux ans. Il est donc temps de décider.

Officiellement, il ne reste plus que du tritium (hydrogène radioactif) après un traitement qui a consisté à retirer 62 radioéléments, mais en fait, TEPCo doit reprendre 72% du stock dont les concentrations résiduelles dépassent les autorisations de rejet en mer. Ce rejet pourrait s’étaler sur une trentaine d’années. Une consultation a lieu jusqu’au 15 juillet 2020.

Selon le Fukushima Minpo, qui a mené l’enquête, 17 conseils municipaux de Fukushima sur 59 ont déjà voté une résolution critiquant la politique gouvernementale. Elles s’opposent au rejet et demandent une implication plus forte pour rétablir la réputation de la province. Namié, par exemple, s’oppose au rejet en mer, alors que Nishigo et Miharu s’opposent aussi au rejet atmosphérique. Beaucoup demandent que cette eau reste dans des cuves.

Minami-Sôma et Daté sont en train de mener des consultations et n’ont pas encore pris position. 11 autres communes devrait délibérer prochainement. Ainsi, 30 communes en tout, devraient prendre position sur ce sujet.

Les 17 communes qui ont déjà délibéré sont Aizuwakamatsu, Iwaki, Kitakata, Sôma, Nihonmatsu, Koori, Kawamata, Minamiaizu, Aizubange, Yugawa, Kaneyama, Nishigo, Ishikawa, Miharu, Namie, Shinchi et Iitaté.

Les 11 communes qui prévoient de prendre position sont Kôriyama, Ôtama, Kagamiishi, Nishiaizu, Shôwa, Nakajima, Samégawa, Tamakawa, Hirata, Furudono, Ono.

Cent-unième versement financier pour TEPCo

TEPCo annonce avoir reçu le 101ème versement financier de la part de la structure gouvernementale de soutien qui lui avance de l’argent pour les indemnisations : 33,1 milliards de yens (275 millions d’euros au cours actuel). Rappelons que cet argent est prêté sans intérêt.

En prenant en compte ce versement et les 188,9 milliards de yens venant de l’Act on Contract for Indemnification of Nuclear Damage Compensation, TEPCo annonce avoir reçu un total de 9 564,4 milliards de yens (80 milliards d’euros au cours actuel), en incluant le présent versement et cela ne suffira pas.

CODIRPA : vers une reconnaissance du risque de contamination de l’eau potable en cas d’accident nucléaire grave

En juillet 2019, l’ACRO alertait sur la contamination en tritium de l’eau du robinet de plus de 6 millions de d’habitants de la métropole, dont environ 4 millions rien qu’en Ile de France. En cas d’accident grave sur une des centrales nucléaires sur la Seine, la Vienne ou la Loire, il n’y aura pas que le tritium rejeté et ce sont des millions de personnes qui risquent d’être privées d’eau potable. L’ACRO demandait que la pollution radioactive soit prise en compte dans les plans « ORSEC eau potable » qui doivent être établis pour le 31 décembre 2020 au plus tard et qu’ils fassent l’objet d’une consultation du public.

En début d’année 2020, l’ACRO a publié une étude montrant qu’en Ukraine, l’eau potable de 8 millions d’habitants est toujours polluée par les retombées radioactives de la catastrophe en Tchernobyl, qui a eu lieu en 1986. En cas d’accident en France, les conséquences risquent d’être tout aussi durables. Il est donc important de s’y préparer.

Dans un courrier daté du 18 juin 2020 adressé au président de l’Autorité de sûreté nucléaire, le Premier ministre donne un nouveau cadre au comité directeur pour la gestion de la phase post-accidentelle d’un accident nucléaire ou d’une situation d’urgence radiologique (Codirpa) mis en place en juin 2005. Durant la période 2020-2024, le Codirpa devra notamment prendre en compte « un rejet de substances radioactives dans les milieux aquatiques, qu’ils soient marins, lacustres ou fluviaux ». C’est une belle victoire pour l’ACRO !

En revanche, rien ne semble avoir avancé du côté des plans « Orsec eau potable » alors que l’échéance approche !

Le courrier du premier ministre demande aussi une révision du plan national de réponse à une accident radiologique ou nucléaire majeur. Espérons que la société civile sera associée et consultée cette fois-ci, conformément aux recommandations internationales qui sont ignorées par les autorités qui ne retiennent que ce qui les arrange.

La Suède étend les zones de préparation à l’urgence nucléaire

Suite à la catastrophe nucléaire de Fukushima, l’Autorité de sûreté nucléaire et de radioprotection suédoise a fini par revoir ses plans d’urgence. En 2017, elle a publié des recommandations qui viennent d’être adoptée par le gouvernement et seront appliquées au 1er juillet 2020. Il était temps, alors que l’on s’approche du 10ème anniversaire de la catastrophe nucléaire japonaise.

Il y a d’abord une zone réflexe d’un rayon de 5 km environ dans laquelle il y aura évacuation prioritaire. Dans la zone d’urgence d’un rayon de 25 km, il faut aussi se préparer à évacuer. De l’iode sera distribué à toute la population dans ce rayon. La population sera aussi informée des risques et des mesures de protection. La Suède a aussi introduit une zone élargie d’un rayon de 100 km où des mesures de protection pourraient être appliquée en cas d’accident grave. Une mise à l’abri et la distribution d’iode après l’accident doivent y être possibles. Le déplacement des populations dépendra des retombées radioactives.

Le communiqué dit que la Suède va respecter les exigences internationales qui prennent en compte le retour d’expérience de la catastrophe de Fukushima. Mais il lui faut encore mettre en place ces mesures (stock d’iode, instruments de mesure, plans d’urgence…).

Il est à noter que le rapport définissant les zones de préparation à l’urgence nucléaire est accompagné d’annexes présentant les installations nucléaires, les scénarios d’accident et des calculs de dispersion de la pollution radioactive. En France, les plans d’urgence et les distances retenues ne sont pas justifiés et expliqués.

KEPCo va porter plainte contre ses cadres dirigeants impliqués dans un scandale de corruption

La compagnie Kansaï Electric, ou KEPCo, a porté plainte contre 5 de ses anciens dirigeants, en réaction à l’investigation interne qui a fait suite au scandale de corruption. Selon le résultat de cette enquête, la corruption aurait entraîné 1,27 milliards de yens (11 millions d’euros) de dommages à la compagnie. Mais les dommages réclamés sont de 1,94 milliards de yens.

Parmi les dommages estimés par la commission d’enquête, composée d’anciens magistrats externes à la compagnie, il y a, notamment, pour plus de 360 millions de yens en relation à des ordres de construction inappropriés, 879 millions yens liés à la perte de l’accès à des commandes publiques depuis que le scandale a éclaté et 284 millions de yens en publicité “pour retrouver la confiance”.

KEPCo a puni 93 employés qui ont accepté des cadeaux de la part d’Eiji Moriyama, ancien maire adjoint de Takahama, dans la province de Fukui, qui est décédé. Le total de ses “cadeaux” atteint 360 millions de yens (3 millions d’euros). En échange, KEPCo a passé des marchés avec des compagnies liées à ce monsieur. L’argent provenait des compagnies qui bénéficiaient ainsi des commandes de KEPCo…

La plainte vise Makoto Yagi, ancien président (chairman) de Kansai Electric, Shigeki Iwané, ancien président, Hideki Toyomatsu, ancien vice-président exécutif, Ryohei Shirai, ancien directeur et Shosuke Mori, ancien conseiller. La compagnie leur reproche leur incapacité à exercer pleinement leur contrôle.

La plainte est déposée quelques jours avant l’assemblée générale des actionnaires, programmée le 25 juin 2020, qui s’annonce houleuse. En effet, KEPCo savait mais n’a rien fait pour mettre fin au scandale. Quand le service des impôts a découvert l’affaire, la compagnie a tardé à la rendre publique. Et elle a commencé par minimiser son ampleur, comme si ces “cadeaux” étaient normaux.

Avant leur démission, la seule défense des cadres corrompus avait été de dire qu’il avaient peur de l’ancien maire adjoint, connu pour ses colères. C’est un peu léger pour une des principales compagnies du pays, qui exploite des centrales nucléaires en plus !

TEPCo a couvert la piscine de combustibles du réacteur n°1 pour la protéger des chutes de débris

TEPCo a publié des photos et une vidéo de ses opérations en vue de protéger la piscine du réacteur n°1 de la chute de débris lors du démantèlement du bâtiment réacteur. La compagnie va ensuite retirer la charpente métallique au dessus de la piscine et construire un nouveau bâtiment réacteur, à l’instar de ce qui a été fait pour les réacteurs n°3 et 4.

La couverture consiste en des sacs gonflables qui couvrent la piscine qui doivent protéger les combustibles dont le retrait n’est pas prévu avant 2027 – 2028.

Inspection de la piscine de combustibles du réacteur n°2

TEPCo a envoyé un robot inspecter la piscine de combustible du réacteur n°2. Et comme à chaque fois qu’un robot est impliqué, la compagnie communique pour vanter la technologie mise en œuvre. On a même droit à des photos et des vidéos !

TEPCo espère commencer à vider cette piscine entre 2024 et 2026. Elle contient 615 assemblages. Le bâtiment réacteur n’a pas été abîmé par une explosion hydrogène, contrairement aux réacteurs 3 et 4 où le retrait des combustibles a débuté ou est fini. Mais les niveaux de débit de dose y sont très élevés, ce qui complique les opérations.

Le 12 mai dernier, TEPCo a commencé par présenter le robot et les tests effectués : voir la page avec les photos et vidéo, ainsi que le document explicatif en anglais qui ne comprend pas grand chose d’intéressant.

Les investigations dans la piscine du réacteur n°2 ont commencé le 10 juin 2020 : voir la page avec les photos et vidéo, ainsi que le document explicatif en anglais. Pas d’endommagement particulier détecté en ce premier jour.

Le deuxième jour d’investigations a aussi donné lieu à des photos et une vidéo, ainsi qu’à un document explicatif en anglais. Là encore, pas de problème particulier détecté. La compagnie va maintenant analyser les images enregistrées pour détecter d’éventuels dommages.

Dernières données sur les cancers de la thyroïde : 5 cas confirmés supplémentaires

En mai dernier, les autorités régionales de Fukushima ont mis en ligne les derniers résultats à la date du 31 décembre 2019 de leur campagne de dépistage du cancer de la thyroïde chez les jeunes de la province. Il s’agit du 38ième rapport. Les résultats détaillés sont ici en japonais. Une traduction officielle en anglais des principales données devrait être bientôt disponible et le blog Fukushima voices devrait proposer son propre résumé en anglais.

Les données publiées lors du 37ième rapport sont ici, à titre de comparaison.

Avec un dépistage tous les deux ans par échographie, les jeunes de moins de 18 ans qui participent en sont déjà à leur 4ième examen médical. Après 18 ans, le dépistage suivant se fait à l’âge de 25 ans. Les autorités japonaises préparent la cinquième campagne de dépistage qui a pris du retard à cause de la covid-19. Les résultats présentés lors de cette 38ième session sont à la date du 31 décembre 2019. Ils sont résumés dans ce document en japonais. Il n’y a pas de changement relatif aux deux premières campagnes de dépistage. Pour les plus de 25 ans, ce sont toujours les données au 30 septembre qui sont affichées. Pas de changement donc, par rapport à la dernière fois.

Pour la troisième campagne de dépistage, qui a débuté le 1er mai 2016, les derniers résultats détaillés font apparaître 2 cas supplémentaires de cancers de la thyroïde confirmés après une intervention chirurgicale, par rapport à la dernière fois. Voir le tableau ci-dessous pour plus de détail.

La quatrième campagne de dépistage, dont les résultats détaillés sont ici, fait apparaître 3 cas supplémentaires confirmés par chirurgie. Voir tableau.

On arrive donc à un total de 237 cas de cancers de la thyroïde suspectés chez les jeunes de Fukushima, dont 191 ont été confirmés lors d’une intervention chirurgicale. Il n’y a toujours qu’un seul cas qui s’est révélé être bénin après l’intervention (première campagne).

Dépistages avec résultat Examens complémentaires terminés Cytoponctions Nombre de cancers suspectés Nombre de cancers confirmés
Première campagne 300 472 2 091 547 116 101
Deuxième campagne 270 529 1 826 207 71 52
Troisième campagne 217 908 1 058 77 30 26
Quatrième campagne 148 993 503 34 16 11
Plus de 25 ans 4 239 127 10 4 1

Rappelons que, selon le fond de soutien des enfants ayant un cancer de la thyroïde, créé en 2016, il y aurait au moins 17 cas supplémentaires, non pris en compte dans les données officielles : 16 d’entre eux auraient été diagnostiqués lors de contrôles effectués par les parents en dehors de la province de Fukushima, et un cas avait déjà oublié par le passé. L’un d’entre eux avait moins de 5 ans au moment de la catastrophe nucléaire. Evidemment, il y a probablement d’autres cas non recensés.

A ces chiffres, on peut ajouter les 4 cas découverts à Marumori, au Sud de la province voisine de Miyagi.

Réacteur n°3 : lente progression du retrait des combustibles usés

Sans changement depuis le 6 février dernier, la page dédiée au retrait des combustibles de la piscine du réacteur n°3 a été mise à jour ce 10 juin 2020 : le nombre d’assemblages de combustibles usés retirés est désormais de 102 sur 514. C’était 18 sur 514 le 6 février 2020.