Les microparticules riches en césium perdent leur radioactivité à haute température

Nous avons déjà mentionné à plusieurs reprises ces microparticules vitreuses riches en césium rejetées lors de l’accident nucléaire à la centrale de Fukushima daï-ichi. Et, comme nous l’avons déjà signalé, elles peuvent facilement être remises en suspension et inhalées. Elle restent alors plus longtemps dans les poumons et peuvent avoir un impact sanitaire plus pénalisant. La télévision publique japonaise avait consacré un documentaire.

Selon une étude récente, disponible en libre accès, une fois chauffées à haute température dans un incinérateur, le césium radioactif a tendance à se désorber, ce qui entraîne une baisse significative de sa concentration. Pour cela, les auteurs ont chauffé entre 600 et 1 000°C six microparticules et ont mesuré leur radioactivité et ont trouvé qu’il y avait une baisse à partir de 600°C et qu’elle avait presque disparu à 1 000°C. Voir la figure ci-dessous extraite de l’article :

Cela signifie que lors de l’incinération des déchets organiques issus de la décontamination, le césium contenu dans ces microparticules est libéré et n’est pas piégé dans les cendres.

Les microparticules vitreuses, riches en césium, sont plus abondantes que prévu

Les rejets radioactifs lors de l’accident grave à la centrale de Fukushima daï-ichi n’ont pas été seulement sous forme gazeuse. Une partie de la contamination de l’environnement est due à des microparticules vitreuses (autres articles à ce sujet), particulièrement riches en césium et autres éléments radioactifs. Sous cette forme, l’impact sanitaire et sur la contamination à long terme pourrait être beaucoup plus grave. Mais, comme on ne sait pas grand chose à leur propos, les recherches sur le sujet se poursuivent.

Ces microparticules ont été découvertes dans les filtres à air, dans les sols et sur des plantes. Deux articles scientifiques viennent de paraître à ce sujet et apportent de nouvelles informations.

La première étude n’est pas en accès libre, mais l’article est à l’ACRO et un communiqué de presse donne les principaux résultats. Elle confirme la présence d’uranium et d’autres radioéléments toxiques dans les microparticules vitreuses, d’une taille inférieure à 5 µm, découvertes dans les retombées de la catastrophe de Fukushima. Ces microparticules, contenant du combustible nucléaire, ont été trouvées dans le premier centimètre de sol de rizières de la zone évacuée, situées à Ôkuma, à environ 4 km de la centrale accidentée, et d’une ferme aquicole abandonnée à 2 km.

L’étude montre que les particules contenant du combustible sont encapsulées ou attachées aux particules vitreuses riches en césium. Leur composition donne des indications sur le scénario de fusion du cœur. Et, comme nous l’avons déjà signalé, avec une telle taille, ces microparticules peuvent facilement être remises en suspension et inhalées. Elle restent alors plus longtemps dans les poumons et peuvent avoir un impact sanitaire plus pénalisant.

La deuxième étude n’est pas en accès libre, non plus, mais est aussi à l’ACRO. Un communiqué de presse en anglais est disponible. Les auteurs ont utilisé une technique largement répandue dans les laboratoires, l’autoradiographie, pour quantifier simplement l’activité de ces microparticules riches en césium dans des échantillons de sols. Elle a été testée sur quatre échantillons provenant de rizières situées de 4 à 40 km de la centrale accidentée. Il apparaît que ces microparticules sont présentes dans tous les échantillons et que la quantité de césium qui y est piégée est plus grande qu’attendu, de 8,53 à 31,8%. Cette étude confirme qu’une fraction significative du césium rejeté l’a été sous forme de microparticules vitreuses (voir d’autres articles à ce sujet). Les auteurs appellent à des études plus étendues sur la présence de cette forme de pollution dans l’environnement.

Rappelons que la télévision publique japonaise avait consacré un documentaire à ces microparticules.

Enfin, une troisième étude publiée récemment traite de la pollution en plutonium. Elle est aussi en accès payant, et disponible à l’ACRO. Un communiqué de presse en français rapporte les principaux résultats. L’étude montre que la distribution spatiale des dépôts de plutonium dans les sols de la région de Fukushima suit globalement celle du césium. Par contre, lorsque les sols de la région sont érodés par les puissants typhons auxquels le Japon est fréquemment exposé, le plutonium issu de la centrale accidentée de Fukushima est exporté préférentiellement par les rivières jusqu’à l’Océan Pacifique, car il est concentré à la surface des sols. De plus, l’analyse des sédiments de rivière au fil des années a mis en évidence une diminution de moitié de la concentration en plutonium entre 2011 et 2014. Une baisse similaire est observée pour la contamination en césium qui peut s’expliquer par l’érosion importante et l’export sédimentaire générés par les typhons, les glissements de terrain et les travaux de décontamination menés dans la région.

La seule exception à cette baisse générale est observée à l’aval de la première zone de la région à avoir été décontaminée, pour laquelle on observe bien une très forte baisse des teneurs en césium (jusqu’à 90 %) mais aussi une augmentation de la part du plutonium émis en 2011 passant de 12 à 39 %, le reste étant dû aux essais nucléaires atmosphériques des années 1960. Là encore, les auteurs évoquent les microparticules vitreuses comme explication possible.

Tchernobyl : un quart des 20 000 cas de cancer de la thyroïde pourraient être dû à la radioactivité, selon l’ONU

A la veille du 32ième anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, l’UNSCEAR, qui est le Comité scientifique des Nations Unies sur les effets des radiations, vient de publier un livre blanc dédié à l’évaluation des données sur les cancers de la thyroïde dans les régions affectées par les retombées radioactives de cette catastrophe.

Le communiqué de presse de l’ONU annonce qu’un quart des 20 000 cas de cancer de la thyroïde enregistrés entre 1991 et 2015 chez les personnes qui avaient moins de 18 ans en 1986, sont “probablement” dus aux fortes doses de radiation reçues lors de la catastrophe nucléaire. Cela fait donc environ 5 000.

En 2008, l’UNSCEAR comptait 6 848 cas de cancer de la thyroïde entre 1991 et 2005 chez les moins de 18 ans en 1986. Il ajoutait que la forte augmentation de l’incidence chez les moins de 10 ans est associée à l’accident nucléaire. Cette augmentation a commencé à être observée environ 5 ans après l’accident et a persisté jusqu’en 2005.

Le nombre de 20 000 cas sur la période 1991 – 2015 est donc environ 3 fois plus grand que le nombre de cas sur la période 1991 – 2005. Ces chiffres ne concernent que les personnes originaires des zones non-évacuées de la Biélorussie, de l’Ukraine et des quatre oblasts les plus contaminés de la Fédération de Russie, qui avaient moins de 18 ans en 1986. Et, selon le livre blanc, 7 à 50% pourraient dus aux radiations, avec une valeur nominale à 25%. Pour les détails du calcul, voir le livre blanc. Ce n’est pas très précis pour une démarche qui prétend fournir un rapport faisant autorité.

Baisse des suicides liés à la catastrophe nucléaire

Les autorités japonaises comptent le nombre de suicides liés à la triple catastrophe. Le lien est établi par la police à partir du message laissé ou du témoignage des proches. Sur la synthèse publiée en 2015, on voyait clairement que le nombre de suicides liés au tsunami dans les provinces d’Iwaté et de Miyagi était en baisse. Ce n’est pas le cas à Fukushima, où il stagne, voire augmente :

En 2016, le nombre de suicides liés à la catastrophe est retombé à 7 à Fukushima, avant de remonter à 12 en 2017.

Depuis mars 2011, le nombre total de suicides liés à la catastrophe est de 99 à Fukushima, 53 à Miyagi et 48 à Iwaté.

Cancer de la thyroïde chez les jeunes de Fukushima : 160 cas confirmés

Avant de présenter les nouveaux résultats, revenons sur la dernière publication du 25 décembre 2017. Nous avions annoncé 4 nouveaux cas de cancer de la thyroïde confirmés par la chirurgie chez les jeunes de Fukushima, qui avaient moins de 18 ans au moment de la catastrophe. Ils concernaient tous les 4 des enfants dont le cancer a été détecté lors de la troisième campagne de dépistage par échographie. En fait, il y avait aussi un cinquième cas confirmé par la chirurgie chez un enfant dont le cancer avait été détecté lors de la deuxième campagne de dépistage.

Étonnamment, ce cinquième cas avait aussi échappé à Fukushima Voices qui fait aussi un suivi. Les résultats détaillés remis à jour de la deuxième campagne n’ont pas été publiés. Il fallait consulter le bilan global en japonais pour découvrir ce cinquième cas. Il n’est pas sur la page en anglais publiée plus tard.

Le bilan au 30 septembre 2017 est donc de 193 cas de cancer de la thyroïde suspectés (115 lors de la première campagne, 71 lors de la seconde et 7 lors de la troisième), dont 159 confirmés après une intervention chirurgicale (101 lors de la première campagne,  51 lors de la seconde et 7 lors de la troisième). Les autres enfants sont en observation. Il y a toujours un cas supplémentaire qui s’est révélé être bénin après chirurgie.

Le 5 mars 2018, l’université médicale de Fukushima a présenté un nouveau bilan à la date du 31 décembre 2017. Il n’est disponible qu’en japonais pour le moment, mais Fukushima Voices traduira les principaux résultats en anglais. La traduction officielle partielle en anglais sera aussi disponible ici.

Un bilan détaillé de la troisième campagne de dépistage est présenté :

  • 191 669 jeunes ont subi une échographie de la thyroïde, soit 48,1% des 336 654 habitants de Fukushima qui avaient moins de 18 au moment de la catastrophe, soit 56,9%.
  • Parmi eux, 179 038 ont reçu les résultats de l’examen.
  • 1 199 jeunes ont dû ou doivent subir des examens complémentaires.
  • 31 examens complémentaires ont conduit à une cytoponction.
  • Il y a 10 cas de cancers de la thyroïde suspectés à l’issue de ces examens, soit 3 de plus que la dernière fois (6 garçons et 4 filles).
  • Il y a 7 patients qui ont subi une intervention chirurgicale qui a confirmé le diagnostic, comme la dernière fois. Ce sont tous des cancers papillaires.

Le bilan des trois campagnes de dépistage donne :

Première campagne Deuxième campagne Troisième campagne
Dépistage avec résultat

300 473

270 515

179 038
Examens complémentaires 2 090 1 788 573
Cytoponctions 542 205 31
Nombre de cancers suspectés 116 71 10
Nombre de cancers confirmés 101 52 7

On arrive donc à un total de 197 cas de cancer suspectés, dont un cas s’est révélé bénin après l’intervention chirurgicale et 160 cas de cancer avéré. Le nouveau cas confirmé par chirurgie depuis la dernière publication a été dépisté lors de la deuxième campagne. Quant aux trois nouveaux cas suspectés, ils ont été détecté lors de la troisième campagne de dépistage par échographie.

Ces données ne concernent que la province de Fukushima. Les retombées radioactives ont dépassé les frontière de cette province, mais il n’y a ni dépistage ni suivi ailleurs.

A noter, que selon un fond de soutien, un cas de cancer de la thyroïde a échappé aux statistiques officielles (source). Selon ce même fond qui a effectué un suivi de 84 enfants ayant déclaré un cancer de la thyroïde, 8 d’entre eux ont dû subir une deuxième intervention chirurgicale après une rechute. Ils avaient entre 6 et 15 ans au moment de l’accident. Il réclame des statistiques officielles sur le nombre de rechutes.

Droits humains au Japon : fin de la revue périodique par le Haut commissariat de l’ONU et engagements du Japon

L’examen périodique universel du Japon par le Haut Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU est terminé. Après les contributions des ONG dont nous avons déjà parlé, ce fut le tour des pays membres. Le rapport des discussions est disponible en ligne sur le site de l’ONU dans plusieurs langues dont le français. Le gouvernement japonais, quant à lui, a mis en ligne ses réponses en anglais.

En ce qui concerne les seuls problèmes liés à la catastrophe nucléaire :

  • L’Autriche a demandé de “continuer d’apporter un appui aux évacués volontaires des zones fortement irradiées de Fukushima, en les aidant sur les plans financier, du logement et des autres composantes de la vie quotidienne, et en mettant en place une surveillance médicale régulière des personnes touchées, en particulier de celles qui étaient enfants au moment de l’accident” (161.214). Le Japon a répondu qu’il acceptait cette recommandation en précisant qu’il y satisfait déjà. Pourtant, les “évacués volontaires” ne bénéficient plus de soutien de l’Etat.
  • Le Portugal a demandé d’“appliquer les Principes directeurs relatifs au déplacement de personnes à l’intérieur de leur propre pays à tous ceux qui ont été touchés par la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi, afin de garantir la pleine participation, dans des conditions d’égalité, des femmes et des hommes à la prise de décisions concernant leur réinstallation” (161.215). Là encore, le Japon a répondu qu’il acceptait cette recommandation en précisant qu’il continuerait à faire des efforts pour garantir les intentions des principes directeurs. C’est loin d’être la cas, comme nous l’avons expliqué dans notre rapport pour les 5 ans de la catastrophe.
  • L’Allemagne a demandé de “respecter le droit des personnes vivant dans la région de Fukushima, en particulier des femmes enceintes et des enfants, au plus haut niveau de santé physique et mentale, notamment en ramenant la dose maximale de radiation admissible à 1 millisievert (mSv) par an, et en continuant d’apporter un appui aux évacués et aux résidents” (161.216). Rappelons que la limite utilisée pour les évacuations et le retour est de 20 mSv/an, à savoir la valeur la plus haute des recommandations internationales. Le Japon a accepté cette recommandation sans commentaire. Il a bien annoncé vouloir respecter la limite de 1 mSv/an, mais à long terme, sans fixer de calendrier. Comme nous l’avons déjà rapporté, il cherche à changer la méthode de calcul pour arriver à 1 mSv/an…
  • Le Mexique a demandé de “garantir l’accès aux services de santé à ceux qui ont été touchés par l’accident nucléaire de Fukushima, ainsi qu’aux générations de rescapés de l’utilisation d’armes nucléaires” (161.217). Le Japon a accepté en précisant que tout le monde avait accès aux soins au Japon grâce à l’assurance santé et que les victimes des bombes nucléaires bénéficient d’un soutien supplémentaire.

Il est peu probable que le Japon change sa politique vis à vis des victimes de la catastrophe nucléaire. En effet, dans ses réponses écrites auxquelles l’ACRO a eu accès, le Japon défendait sa politique actuelle, quitte à avoir une interprétation bien à lui des règles internationales de radioprotection.

Par exemple, le Japon, continue d’affirmer que la limite d’évacuation de 20 mSv/an correspond à la limite basse des recommandations internationales de la CIPR. Mais la recommandation en question ne concerne que la phase d’urgence. Or, l’ordre d’évacuer basé sur cette limite a été issu en avril 2011, plus d’un mois après le début de la catastrophe et les populations avaient encore un mois pour partir. Ce n’est plus de l’urgence ! Dans ce cas, il faut appliquer les recommandations pour ce que la CIPR qualifie de “situation existante”. Et 20 mSv/an est alors la valeur haute ! Il est ironique de voir le gouvernement japonais critiquer continuellement les “rumeurs infondées” alors que ses règles ne sont pas fondées sur les recommandations internationales en matière de radioprotection…

Chiffres clés pour le septième anniversaire

A l’approche du septième anniversaire de la catastrophe nucléaire à la centrale de Fukushima, voici quelques chiffres clé tels qu’ils apparaissent dans les médias et les sites officiels. Cet article sera mis à jour au fur et à mesure de leur apparition. Une version antérieure de cet article a été traduite en anglais par Hervé Courtois.

Les chiffres clés publiés à l’occasion du sixième anniversaire sont ici.

Situation des réacteurs

Les travaux visent essentiellement à sécuriser les réacteurs accidentés qui sont encore menaçants. A proximité, les débits de dose sont tels que le temps de séjour doit être très limité, ce qui complique les travaux.

Réacteur n°4

La cuve était vide le 11 mars 2011 et il n’y a pas eu de fusion du cœur, mais une explosion hydrogène a détruit le bâtiment réacteur. Depuis décembre 2014, la piscine de combustible du réacteur a été vidée et les travaux sont arrêtés car il n’est plus menaçant.

Les quelques débits de dose disponibles à l’intérieur du bâtiment réacteur sont ici exprimés en mSv/h, sachant que les limites sont en mSv/an. Ils datent de 2016.

Réacteur n°3

Il y a eu une fusion du cœur et une explosion hydrogène a détruit le bâtiment réacteur. Tous les débris de la partie haute ont été retirés à l’aide d’engins télécommandés. Un nouveau bâtiment en en cours de finition. La construction du toit, de forme cylindrique, est terminée. Le retrait des combustibles devrait débuter cette année et se terminer en 2019.

Les premières images prises à l’intérieur de l’enceinte de confinement ont conduit à réviser le scénario de fusion du cœur.

Les quelques débits de dose disponibles à l’intérieur du bâtiment réacteur sont ici exprimés en mSv/h, sachant que les limites sont en mSv/an. Ils datent de 2016.

Il y aurait entre 188 et 394 tonnes de corium dans ce réacteur, avec une valeur nominale à 364 tonnes pour le réacteur n°3. Ce dernier contient du combustible MOx, à base de plutonium. Pour en savoir plus.

Réacteur n°2

Il y a eu fusion du cœur, mais le bâtiment réacteur est entier. TEPCo n’a pas commencé à retirer les combustibles usés de la piscine. La compagnie a envoyé plusieurs robots dans l’enceinte de confinement afin de localiser le corium, ce mélange de combustible fondu et de débris.

Plusieurs séries d’images ont été mises en ligne par la compagnie. Celles prises en janvier 2017 ont été analysées et remises en ligne en décembre 2017. On y voit un trou béant juste sous la cuve, fort probablement dû au passage du combustible fondu. Celles obtenues en janvier 2018 au fond de l’enceinte montrent ce que TEPCo pense être du corium et des fragments d’assemblage de combustible.

Les débits de dose à l’intérieur de l’enceinte de confinement sont létaux en quelques minutes. Les derniers résultats publiés suite à l’exploration de janvier 2018 sont assez surprenant : pas plus élevés à proximité de ce que TEPCo pense être du corium, mais plus élevés à l’extérieur.

Les quelques débits de dose disponibles à l’intérieur du bâtiment réacteur sont ici exprimés en mSv/h, sachant que les limites sont en mSv/an. Ils datent de 2016.

Il y aurait entre 189 et 390 tonnes de corium dans ce réacteur, avec une valeur nominale à 237 tonnes. Pour en savoir plus.

Réacteur n°1

Il y a eu une fusion du cœur et une explosion hydrogène a détruit le bâtiment réacteur. Ce bâtiment avait été recouvert d’une nouvelle structure en 2011, qui a été entièrement démantelée en novembre 2016. TEPCo a commencé à retirer les débris de la partie haute du réacteur, pour, ensuite, reconstruire une nouvelle structure afin de vider la piscine de combustibles.

Les débits de dose à l’intérieur du bâtiment réacteur sont ici exprimés en mSv/h, sachant que les limites sont en mSv/an. Ils datent de 2016.

Il y aurait entre 232 et 357 tonnes de corium dans ce réacteur, avec une valeur nominale à 279 tonnes. Pour en savoir plus.

Réacteurs 5 et 6

Les réacteurs 5 et 6 étaient partiellement déchargés le 11 mars 2011 et un générateur diesel de secours était encore fonctionnel, ce qui a permis d’éviter la fusion du cœur. Ces réacteurs sont maintenant entièrement déchargés et vont être démantelés.

Contamination de la centrale

Les derniers débits de dose sur le site de la centrale publiés par TEPCo datent de février 2017 :

L’eau souterraine reste aussi contaminée. Chiffres à venir.

Eau contaminée

Le combustible qui a fondu et percé les cuves doit toujours être refroidi. A cette fin, TEPCo injecte 72 m3 d’eau par jour dans chacun des réacteurs 1, 2 et 3 à cette fin (source). Cela fait un total de 216 m3/j. Cette eau se contamine fortement au contact du combustible fondu et s’infiltre dans les sous-sols des bâtiments réacteur et turbine où elle se mélange à l’eau des nappes phréatiques qui s’y infiltre.

Au début de la catastrophe, les infiltrations s’élevaient à environ 400 m3 par jour, qui se contaminaient et qu’il fallait entreposer dans des cuves. Inversement, l’eau des sous-sols, fortement contaminée, fuyaient vers la nappe puis l’océan.

Pour réduire les infiltrations d’eau souterraine, TEPCo pompe en amont des réacteurs, avant que cette eau soit contaminée et la rejette directement dans l’océan. Elle a aussi construit une barrière tout le long du littoral et pompe les nappes phréatiques au pied des réacteurs. Une partie de cette est partiellement décontaminée et rejetée dans l’océan. Une autre partie, trop contaminée, est mélangée à l’eau pompée dans les sous-sols des réacteurs pour être mise dans des cuves après traitement, en attendant une meilleure solution.

La dernière barrière mise en place est le gel du sol tout autour des 4 réacteurs accidentés, sur 1,4 km dans le but de stopper les infiltrations. Après de nombreux déboires, le gel est terminé depuis novembre 2017, mais l’effet reste limité. Même l’Autorité de Régulation Nucléaire, la NRA, doute sérieusement de l’efficacité de cette technique qu’elle considère désormais comme secondaire.

La mise en place du mur gelé a coûté 34,5 milliards de yens (265 millions d’euros) aux contribuables auxquels il faut ajouter plus d’un milliard de yens (8 millions d’euros) par an pour l’électricité.

Il y a un an, lors de notre précédent bilan, TEPCO pompait quotidiennement 135 m3 d’eau contaminée dans les sous-sols des bâtiments réacteurs et turbine, en plus de celle qu’elle injectait pour le refroidissement et 62 m3 des nappes phréatiques, ce qui faisait un total de 197 m3 qui s’accumulaient quotidiennement dans des cuves après traitement (source). C’est plus en cas de pluie, voire beaucoup plus lors des typhons.

Maintenant que le gel du sol est terminé, ces flux se sont réduits. Selon le dernier bilan publié par la compagnie, 75 m3 d’eau souterraine s’infiltrent quotidiennement dans les sous-sols des réacteurs auxquels il faut ajouter 15 m3 par d’eau souterraine pompée trop contaminée pour être traitée directement avant rejet en mer. Cela fait donc un total de 90 m3 par jour. Ces valeurs correspondent à une semaine sans pluie. En cas de fortes précipitations, c’est beaucoup plus, même si TEPCo a asphalté et bétonné tous les sols afin de limiter les infiltrations (source).

L’eau pompée dans les sous-sols est traitée puis entreposée dans des cuves sur le site de la centrale. TEPCo retire 62 radioéléments, mais il reste notamment le tritium, de l’hydrogène radioactif, qu’il est difficile de séparer. La compagnie annonce avoir déjà traité 1 891 070 m3 d’eau contaminée, ce qui a généré 9 219 m3 de déchets liquides très radioactifs et 597 m3 de boues radioactives. Une partie de cette est utilisée pour le refroidissement et le reste est stocké dans des cuves. Selon la compagnie, le stock d’eau traitée ou partiellement traitée s’élève à 1 037 148 m3 auxquels il faut ajouter 35 010 m3 d’eau dans les sous-sols des bâtiments réacteur et turbine (source). Il y a près d’un millier de cuves pour garder cette eau qui occupent presque tout le site de la centrale.

Que faire de cette eau traitée ? Après avoir envisagé plusieurs pistes peu réalistes, il ne reste que le rejet en mer. La concentration en tritium serait d’un à cinq millions de becquerels par litre, ce qui est plus que la limite autorisée, fixée à 60 000 Bq/L. Mais, il suffit de diluer, comme cela est fait en fonctionnement normal. Le problème est plutôt du côté du stock total, estimé à 3,4 PBq (3,4 milliards de millions de becquerels), ce qui représente de l’ordre de 150 années de rejet à la limite autorisée.

A titre de comparaison, l’autorisation de rejet en mer de l’usine Areva de La Hague est, pour le tritium, de 18,5 PBq et les rejets effectifs de ces dernières années variaient entre 11,6 et 13,4 PBq par an. Le stock de tritium de Fukushima représente donc 3 mois et demi de rejets à La Hague. De quoi rendre jalouses les autorités japonaises !

En revanche, on ne connait pas la concentration des autres radioéléments après filtrage. filtrés. C’est pourtant important pour faire une étude d’impact avant rejet. Toyoshi Fuketa, le président de l’Autorité de Régulation Nucléaire, a demandé à ce qu’une décision soit prise cette année, en précisant que le rejet en mer est la seule solution. La préparation du rejet devrait prendre deux à trois ans, selon lui, et TEPCo va rapidement manquer de place (source).

Travailleurs

A la centrale nucléaire de Fukushima daï-ichi

Du 11 mars 2011 au 31 mars 2016, 46 956 travailleurs ont été exposés aux rayonnements ionisants sur le site de la centrale accidentée de Fukushima daï-ichi, dont 42 244 sous-traitants. Ce sont les sous-traitants qui prennent les doses les plus élevées, avec une moyenne qui varie de 0,51 à 0,56 mSv par mois entre Janvier et Février 2016. C’est entre 0,18 et 0,22 pour les salariés de TEPCo.

Il y a aussi 1 203 personnes qui ont une limite plus élevée pour pouvoir continuer à pénétrer sur le site. Leur dose moyenne cumulée depuis le début de l’accident est de 36,49 mSv et la valeur maximale de 102,69 mSv.

• Le 1er avril 2016, TEPCo a remis tous les compteurs à zéro. Ainsi, 174 travailleurs qui avaient dépassé la limite de dose de 100 mSv sur 5 ans peuvent revenir. Depuis cette date, jusqu’au 31 décembre 2017, 18 348 personnes ont travaillé en zone contrôlée, dont 16 456 sous-traitants (90%). Impossible de savoir combien d’entre eux ont déjà été exposés lors des cinq premières années. Durant cette période, les sous-traitants ont pris une dose moyenne cumulée de 4,29 mSv, avec un maximum à 60,36 mSv, alors que les employés de TEPCo ont pris une dose moyenne cumulée de 1,79 mSv avec un maximum à 22,85 mSv. Les sous-traitants ont ainsi pris 95,4% de la dose collective cumulée qui est de 74 hommes.sieverts (source).

TEPCo a mis en ligne de nombreuses autres données sur les doses prises, avec des répartitions par âge, année… Lien direct vers la page en anglais.

TEPCo a réduit les primes de risques versées aux intervenants car les débits de dose ont baissé sur le site. Ce sujet serait l’un des principaux griefs du personnel engagé sur place. Elle pouvait atteindre 20 000 yens (150 €) par jour, même si, pour les sous-traitants, cette prime était ponctionnée à chaque niveau de sous-traitance, pour être réduite, parfois, à moins de la moitié. En mars 2016, TEPCo a divisé le site de la centrale accidentée en 3 zones, rouge, jaune et verte, en fonction du niveau de risque. Mais pour de nombreux intervenants, ce zonage n’a pas de sens : des débris de la zone rouge sont transférés dans la zone verte. Les poussières soulevées par les engins ne respectent pas les délimitations… Ainsi, les sous-traitants font porter des équipements de protection comme des masques dans la zone verte, même si TEPCo ne l’exige pas (source).

Sur les chantiers de décontamination

Dans les zones évacuées, c’est le gouvernement qui est maître d’œuvre des chantiers de décontamination et dans les zones non évacuées, ce sont les communes. Le bilan mensuel du ministère de l’environnement (source, page 16) fait état de :

  • 13 millions de décontamineurs dans les zones évacuées et
  • 17 millions de décontamineurs dans les zones non évacuées selon les données transmises par les communes.

Ces chiffres sont complètement irréalistes. Il s’agit probablement du nombre de contrats signés. Ce qui signifie que les autorités ne connaissent pas le nombre de décontamineurs et qu’elles ne connaissent donc pas les doses individuelles.

Un suivi dosimétrique individuel a été introduit en novembre 2013 pour les décontamineurs (source en japonais) qui travaillent en zone évacuée et qui sont soumis aux mêmes limites de dose que les travailleurs du nucléaire (explications en anglais). Les données pour l’année 2016 font état de 36 000 décontamineurs. On est loin des millions de décontamineurs rapportés par le ministère de l’environnement. La majorité d’entre eux (87%) a reçu une dose inférieure à 1 mSv/an et la dose la plus élevée est comprise en 7,5 et 10 mSv. Il y a aussi des données par nombre de chantiers ou par zone.

Les données les plus récentes en anglais, datées du 8 janvier 2018, concernent la période octobre 2016 – septembre 2017. Les doses sont rapportées par période de 3 mois alors que les limites sont annuelles. Il est donc difficile d’interpréter ces chiffres. S’il apparaît que la très grande majorité des décontamineurs ont reçu moins de 1 mSv sur 3 mois, on ne sait pas combien sont sous cette limite sur un an. La dose moyenne annuelle est, quant à elle, de 0,5 mSv.

Autres personnes exposées

Je n’ai pas trouvé de données officielles quant aux doses prises par les personnes qui ont continué à travailler en zone évacuée ou les nombreux policiers qui gardent les accès aux zones interdites et y patrouillent.

Cartographie de la pollution radioactive

• La dernière cartographie aérienne de la pollution radioactive autour de la centrale accidentée de Fukushima daï-ichi effectuée par les autorités date de novembre 2016 et est disponible en ligne sur le site dédié.

Les environs immédiats de la centrale nucléaire n’ont pas été recontrôlés, semble-t-il.

• Le “soil project” propose une carte basée sur des prélèvements de sols effectués par le réseau de stations de mesure et de laboratoires indépendants. Chikurin, le laboratoire monté au Japon avec le soutien financier et technique de l’ACRO est membre de ce réseau.

Liens vers la carte en anglais et en japonais.

• Cartes du “Projet de mesure de la radioactivité environnementale autour de Fukuichi (Fukushima daiichi)” : Ces cartes ont été traduites en français par l’association Nos Voisins lointains 3.11.

• Safecast : cette organisation utilise un radiamètre “maison” branché sur un smartphone pour mesurer le débit de dose ambiant. La carte regroupant les données est ici.

Décontamination

La décontamination des zones évacuées est sous la responsabilité du gouvernement. Ailleurs, là où l’exposition externe pouvait dépasser 1 mSv/an, ce sont les communes qui doivent s’en occuper. Voir le dernier bilan publié par le ministère de l’environnement.

Dans la zone évacuée, la décontamination est terminée, sauf dans la partie classée en “zone de retour difficile” où l’exposition externe pouvait dépasser 50 mSv/an. La décontamination n’a eu lieu que dans les zones habitées et agricole, pas dans les forêts. Le ministère annonce 22 000 habitations décontaminées, 1 600 ha de routes, rues, voies…, 8 500 ha de terrains agricoles et 5 800 ha de forêt à proximité des zones résidentielles.

Dans les zones non évacuées, 104 communes étaient initialement concernées, à Fukushima, Iwaté, Miyagi, Ibaraki, Tochigi, Gunma, Saïtama et Chiba et c’est passé à 92 par la simple décroissance radioactive. Les travaux de décontamination sont terminés dans 89 d’entre elles et restent à faire dans 3 autres. Le ministère annonce 418 582 habitations décontaminées à Fukushima et 147 656 dans les autres provinces, 11 958 équipements publics à Fukushima et 11 803 dans les autres provinces. Il est aussi question de 18 403 km de routes, rues, voies à Fukushima et 5 399 dans les autres provinces, 31 043 ha de terrains agricoles à Fukushima et 1 588 ha dans les autres provinces.

Pour les zones dites de retour difficile, le gouvernement va décontaminer un centre à Futaba et Ôkuma afin de pouvoir affirmer qu’il n’a abandonné aucune commune. La fin des travaux est prévue pour 2022. Qui va revenir après 11 années d’évacuation ? Pour Namié, dont une partie est aussi classée en zone de retour difficile, les travaux de décontamination vont débuter en mai 2018 afin de pouvoir lever l’ordre d’évacuer en mars 2023 ! Cela représente 660 hectares, qui couvrent 3,7% de la commune. Ces travaux en zone très contaminée vont engendrer une exposition des décontamineurs aux rayonnements ionisants. Comme il n’y a pas de seuil d’innocuité, le premier principe de la radioprotection impose la justification de ces expositions et cela n’a pas été fait.

Le ministère de l’environnement a budgété 2 600 milliards de yens (20 milliards d’euros) jusqu’en 2016 pour financer les travaux de décontamination. La moitié est pour les zones évacuées, sans prendre en compte la zone dite de retour difficile et l’autre moitié pour les zones non évacuées.

Déchets radioactifs issus de la décontamination

Voir notre reportage de l’été 2016 sur le problème des déchets issus de la décontamination. Les déchets organiques sont incinérés et les cendres doivent être stockés comme des déchets industriels. Les sols, quant à eux, doivent être entreposés pour 30 ans sur un site de 16 km2 autour de la centrale de Fukushima daï-ichi, le temps de trouver une solution définitive.

• Selon le ministère de l’environnement (source), la décontamination des zones évacuées a engendré 8 400 000 m3 de déchets contenant des sols radioactifs auxquels s’ajoutent environ  7 200 000 m3 dans les zones non évacuées (6 800 000 m3 à Fukushima et 400 000 m3 dans les autres provinces concernées).

• En ce qui concerne le site d’entreposage des sols contaminés de 16 km2 (1 600 hectares) d’une capacité de 22 millions de mètres cubes, le gouvernement n’a réussi à louer ou acheter que 48,4% de la surface, sachant que 21% des terrains appartenaient déjà au gouvernement ou aux communes (source). C’était 18% il y a un an (source).

Ce site n’accueillera que les déchets de Fukushima. Le ministère annonce avoir transféré 404 773 sacs d’un mètre cube environ sur ce site en 2017. On est encore loin des millions de mètres cubes, mais cela a nécessité 67 146 transports en camion. Et il faudra autant de transports pour les reprendre dans 30 ans… Le volume total entreposé pour le moment est de 633 889 m3.

Pour en savoir plus sur ce site d’entreposage.

• Pour les déchets radioactifs des autres provinces, les autorités privilégient l’enfouissement même si elles peinent à trouver des sites (source).

• En attendant, il y a des déchets partout, à perte de vue. Voir les photos de l’ACRO et les vidéos de Greenpeace.

Zones évacuées et personnes déplacées

• Les derniers ordres d’évacuer ont été levés au 1er avril 2017 et il reste surtout les zones dites de retour difficile où l’accès est interdit.

• En janvier 2018, 75 206 personnes étaient encore officiellement déplacées par la triple catastrophe (séisme, tsunami et accident nucléaire), dont 40 349 dans les trois provinces les plus touchées (Fukushima, Miyagi et Iwaté). Et 13 564 d’entre elles vivaient encore dans des logements préfabriqués, peu confortables.

En Octobre 2017, le nombre de personnes déplacées à Fukushima était officiellement de 54 579, dont 34 870 en dehors de la province (source). Ils étaient 164 865 en mai 2012. Il faut noter cependant, que les « auto-évacués », qui ont quitté des zones contaminées de leur propre chef, sans y être obligés par les autorités, ne sont plus pris en compte dans ce décompte, car ils ne bénéficient de plus aucune aide.

• Le taux de retour dans les zones où les ordres d’évacuer ont été levés est inférieur à 20% et plus de la moitié sont des personnes âgées. Plus précisément :

  • Namié : 490 personnes résidentes sur 17 954 habitants, soit 2,7% (source) ;
  • Iitaté : 505 résidents sur 6 509 habitants, soit 7,8% (source) ;
  • Tamura : 3 338 résidents sur 4 497 personnes originaires des zones évacuées (74%) et une population totale de 41 662 personnes (source) ;
  • district d’Odaka à Minami-Sôma : 2 469 résidents sur 12 842 avant la catastrophe, soit 19% (source) ;
  • Kawamata : 278 résidents sur 15 877 personnes enregistrée au 11 mars 2001, soit 1,8% (source) ;
  • Naraha : 2 105 résidents sur 8 011 personnes enregistrée au 11 mars 2001, soit 26% (source) ;
  • Tomioka : 376 résidents sur 15 960 personnes enregistrée au 11 mars 2001, soit 2,3% (source) ;
  • Katsurao : 209 résidents sur 1 567 personnes enregistrées au 11 mars 2011, soit 13% (source).

Par ailleurs, à Hirono, située entre 20 et 30 km de la centrale nucléaire, il y a 4 041 résidents sur 5 490 personnes enregistrées au 11 mars 2011, soit 74% (source). De nombreux travailleurs du nucléaire s’y sont installés.

• Quatre communes vont rouvrir des établissements scolaires combinant écoles élémentaires et collèges au 1er avril prochain, un an après la levée des ordres d’évacuer, mais selon le Maïnichi, seulement 4% des enfants devraient être de retour. Les villes de Namié et Tomioka vont maintenir des établissements en dehors de leur commune, là où les personnes déplacées se sont réfugiées, tandis que les villages d’Iitaté et Katsurao n’auront plus qu’un seul établissement scolaire sur le territoire de la commune car les personnes déplacées sont à moins d’une heure de route.

A Iitaté, il y avait 482 enfants scolarisés avant la catastrophe et seulement 75 devraient être de retour à la rentrée prochaine. Mais 90% d’entre eux n’habiteront pas Iitaté et viendront tous les jours par bus. Pour Katsurao, c’est 18 enfants qui seront de retour alors qu’ils étaient 83 avant la catastrophe. A Tomioka, seulement 16 enfants devraient être scolarisés sur le territoire de la commune alors qu’ils étaient 1 204 avant l’accident. A Namié, c’est 10 en 2018 contre 1 440 avant 2011.

Pour ces quatre communes, l’école est au cente de leur programme de revitalisation et tout sera gratuit, y compris la cantine et les excursions scolaires. Mais cela ne semble pas suffisant.

Selon le Yomiuri, si l’on prend en compte les zones où l’ordre d’évacuer a été levé et les établissements scolaires déjà rouverts, on arrive à un total de 531 enfants qui seront scolarisés dans 9 communes à partir de la rentrée prochaine. C’est à peine 8,6% du nombre d’enfants qui y étaient scolarisés avant la catastrophe nucléaire. Il n’y aura que 156 enfants en maternelle dans ces 9 communes, soit 7,8% de l’effectif précédant l’évacuation. Et c’est 0,5% dans les communes où l’école va rouvrir le 1er avril prochain.

Voici les taux de retour dans les écoles rapportés par le Yomiuri :

Vont rouvrir en 2018
Ont rouvert
Katsurao Yamakiya (Kawamata) Namié Iitaté Tomioka Miyakojimachi (Tamura) Kawauchi Naraha Odaka (Minami-Sôma)
16,1% 15,2% 0,5% 14,1% 1,1% 47,4% 38,6% 14,9% 11,5%

Impact sanitaire

• Décès : Selon la police, le nombre de victimes est de 15 895, dont 15 825 dans les trois provinces les plus touchées par le séisme et le tsunami, à savoir, Iwaté, Miyagi et Fukushima. Concernant ces dernières, 99,6% d’entre elles ont été identifiées. Plus de 50% avaient plus de 65 ans. 90,4% sont mortes noyées et 0,9% brûlées dans un incendie. La cause du décès demeure inconnue pour 703 victimes et il y a 2 539 disparus. Source. Il s’agit là des décès directs auxquels il faut ajouter 3 647 décès indirects liés à la triple catastrophe.

• Cancers de la thyroïde : L’université médicale de Fukushima effectue une campagne de dépistage par échographie des cancers de la thyroïde chez les jeunes de Fukushima. Les derniers résultats sont ici sur notre site. Cela a permis de découvrir un total de 197 cas de cancer de la thyroïde, dont 160 confirmés après chirurgie et un qui s’est révélé bénin après chirurgie.

Le bilan des trois campagnes de dépistage donne :

Première campagne Deuxième campagne Troisième campagne
Dépistage avec résultat

300 473

270 515

179 038
Examens complémentaires 2 090 1 788 573
Cytoponctions 542 205 31
Nombre de cancers suspectés 116 71 10
Nombre de cancers confirmés 101 52 7

A noter, que selon un fond de soutien, un cas de cancer de la thyroïde a échappé aux statistiques officielles (source). Selon ce même fond qui a effectué un suivi de 84 enfants ayant déclaré un cancer de la thyroïde, 8 d’entre eux ont dû subir une deuxième intervention chirurgicale après une rechute. Ils avaient entre 6 et 15 ans au moment de l’accident. Il réclame des statistiques officielles sur le nombre de rechutes.

Coût de la catastrophe

Les chiffres officiels relatifs au coût de la catastrophe ont été revus à la hausse en décembre 2016 pour atteindre 21 500 milliards de yens (175 milliards d’euros) et n’ont pas changé depuis. Cela inclut le démantèlement des réacteurs de Fukushima daï-ichi, à hauteur de 8 000 milliards de yens (65 milliards d’euros), 7 900 milliards de yens (64 milliards d’euros) pour les indemnisations, près de 4 000 milliards de yens (32,5 milliards d’euros) pour la décontamination et 1 600 milliards de yens (13 milliards d’euros) pour le centre d’entreposage temporaire des déchets radioactifs. Pour en savoir plus.

Cette somme ne comprend pas le coût du stockage des déchets issus du démantèlement de la centrale accidentée ni la création d’un îlot décontaminé dans les zones dites « de retour difficile » dont le seul but est la non disparition des villages concernés.

La facture de la catastrophe nucléaire pourrait être de 50 000 à 70 000 milliards de yens (420 à 580 milliards d’euros), ce qui est 3 fois plus élevé que l’estimation gouvernementale, selon une étude du Japan Center for Economic Research (source).

TEPCo a déjà reçu un total de 8 070,5 milliards de yens (62 milliards d’euros au cours actuel) d’avance pour les indemnisations. Cet argent est prêté sans intérêt (source).

Le gouvernement détient toujours 50,1% des parts de TEPCo.

Parc nucléaire japonais

• Il y avait 54 réacteurs nucléaires de production d’électricité au Japon qui fournissaient environ 30% de l’électricité du pays.

Les réacteurs 1 à 4 de la centrale de Fukushima daï-ichi ont été détruits et les 5 et 6 arrêtés définitivement.

Un nouveau référentiel de sûreté a été introduit en juillet 2013 et aucun réacteur ne satisfaisait aux nouvelles exigences. Il a fallu revoir la sûreté, investir dans dans le renforcement de la tenue aux séismes et faire valider le tout. Depuis, 8 autres réacteurs ont été arrêtés définitivement, car leur remise en service coûte trop cher : Tsuruga 1 (Fukui), Genkaï 1 (Saga), Shimané 1, Ikata 1 (Ehimé), Mihama 1 et 2 (Fukui) et Ôï 1 et 2 (Fukui).

Le parc nucléaire japonais n’est donc plus officiellement constitué que de 40 réacteurs nucléaires. D’autres arrêts définitifs devraient suivre, comme les 4 réacteurs de Fukushima daï-ni noyés par le tsunami ou à Tsuruga à cause d’une faille sismique.

14 réacteurs nucléaires ont reçu une autorisation de remise en service, mais seulement 5 ont redémarré depuis la mise en place du nouveau référentiel de sûreté. Ikata 3 a été arrêté depuis, sur ordre de la justice, à cause du risque volcanique (source). Quatre réacteurs (Ôï 3 et 4 et Genkaï 3 et 4) ont vu leur redémarrage retardé suite à un scandale chez Kôbé Steel (source). Pour trois autres réacteurs (Mihama 3 et Takahama 1 et 2) qui ont plus de 40 ans, la remise en service n’est pas pour tout de suite car il y a beaucoup de travaux de renforcement de la sûreté prévus.

TEPCo a reçu un feu vert de l’autorité de régulation nucléaire pour Kasiwazaki-Kariwa 6 et 7, mais il lui faut obtenir l’accord des autorités locales et ce n’est pas gagné car le gouverneur de Niigata est contre (source). Se pose le problème, en particulier, de savoir si TEPCo a la culture de sûreté suffisante pour exploiter des réacteurs nucléaires après ce qui s’est passé à la centrale de Fukushima daï-ichi (source).

Il ne reste actuellement que 4 réacteurs nucléaires en activité au Japon : Takahama 3 et 4 exploités par Kansaï Electric à Fukui et Sendaï 1 et 2 exploités par Kyûshû Electric à Kagoshima.

• Le surgénérateur Monju a été arrêtés définitivement. Il n’a fonctionné que 250 jours depuis sa mise en service en 1994. Une fuite de sodium avait entraîné son arrêt en 1995. La culture de sûreté y est défaillante (source).

• Les autorités n’ont pas encore abandonné l’usine de retraitement située à Rokkashô-mura dans la province d’Aomori dont la mise en service cumule déjà 24 années de retard depuis 1997, année de la première date de mise en service prévue (source).

Cette usine est supposée séparer le plutonium pour le recycler dans le parc nucléaire actuellement à l’arrêt, à l’exception de 4 réacteurs. Elle n’est pas utile.

• Le charbon couvre maintenant 30% de la production d’électricité au Japon et cela augmente encore. Si tous les projets aboutissent, cela devrait atteindre 40%… alors que décembre 2017 marquait les 20 ans du protocole de Kyôto. Les engagements du Japon lors de la COP21, bien que modestes, pourraient ne pas être tenus.

Voir Fukushima

Blog montrant des photos d’Iitaté-mura avant et après la catastrophe nucléaire. La commune, classée parmi les 100 plus beaux villages du Japon, a été entièrement évacuées. L’ordre d’évacuation a été levé en 2017 sur un grande partie de son territoire.

• RMC découverte a diffusé un documentaire sur les premiers jours de la catastrophe nucléaire japonaise auquel nous avons participé. Il se base sur la reconstitution que nous avons faite sur ce site internet.

Ce documentaire peut être regardé en replay jusqu’au 14 mars 2018.

En Belgique, il sera diffusé jeudi 8 mars à 22h25 sur La Une et sur La Trois le 12/03 à 23h20 et le 15/03 à 10h55.

Rapports publié à l’occasion du 7ième anniversaire

• Greenpeace a publié un nouveau rapport accompagné de deux vidéos :

SimplyInfo.org Fukushima 7th Anniversary Report

Note de synthèse de l’IRSN, avec un point sur l’état des installations et un autre sur l’évolution du zonage post-accidentel.

L’IRSN affirme que les autorités japonaises ont pris des mesures de prise d’iode lors de la phase d’urgence. Ce n’est pas correct. L’ordre du gouvernement central de distribuer la prophylaxie à l’iode n’est jamais parvenu aux autorités locales et seuls quelques maires ont pris l’initiative de distribuer de l’iode.

Synthèse en anglais effectuée par le ministère des affaires étrangères du Japon

Quand la NRA discute de l’avenir des territoires contaminés, elle propose de changer les normes pour faciliter la reconstruction

L’autorité de régulation nucléaire a étudié la situation dans les zones dites de retour difficile et le verbatim est en ligne en japonais uniquement. Les discussions, aussi disponibles en vidéo, s’apparentent à une conversation de pause café. Voir la page de la réunion.

Les experts commencent à regarder une carte de la contamination basée sur des relevés effectués à partir d’une voiture et à pied. Quelques points chauds en bord de route sont pris en compte et sont représentés par des triangles. La valeur la plus élevée atteint 8,48 µSv/h à Futaba, ce qui est très élevé. Que la NRA se contente de quelques relevés alors qu’il y a de nombreux autres résultats de mesure disponibles est pour le moins surprenant. Presque sept années depuis le début de cette catastrophe, il n’existe aucune synthèse officielle de toutes les données de la contamination qui intègrerait les mesures citoyennes au plus proche des préoccupations des populations. A noter qu’un réseau de laboratoires indépendants auquel appartient Chikurin, le laboratoire fondé avec le soutien de l’ACRO, a sa base de données commune.

Se contenter de quelques relevés effectués le long des routes et rues n’est pas suffisant : quid des terrains agricoles, jardins, aires de jeu… La variété des situations et des expositions éventuelles doit être évaluée sérieusement avec les personnes potentiellement concernées.

Comme les niveaux de pollution restent élevés et que la décontamination est peu efficace, certains commissaires de la NRA proposent de revoir le calcul de dose. Comme nous l’avons expliqué dans un article dédié, les normes internationales sont en sievert par an, et la mesure sur le terrain est en sievert par heure. Pour passer de l’un à l’autre, il faut considérer un budget temps. Le modèle fixé au début de l’accident pour effectuer le calcul entre les deux suppose que les résidents passent 8 heures par jour à l’extérieur et qu’à l’intérieur, le débit de dose est réduit de 60%. Ainsi, la limite de dose en situation normale, fixée au niveau international à 1 millisievert (mSv) par an correspond ainsi à un débit de dose moyen de 0,23 microsievert (µSv) par heure. Ce calcul est certes conservateur, mais la limite de 1 mSv n’est pas une limite d’innocuité, mais une limite à ne pas franchir. Il faut rester bien en dessous. Viser 1 mSv/an avec un calcul conservateur permet de s’assurer  que les doses réellement reçues seront bien inférieures.

Des commissaires veulent remettre en cause ce calcul sous le prétexte que les personnes équipées de dosimètres ont enregistré des doses à 15% de celles obtenues par calcul. Et donc on peut accepter un débit de dose plus élevé. Là encore, cette affirmation ne repose sur aucune étude sérieuse : il s’agit d’un chiffre moyen et l’on doit protéger tout le monde. Les tests ont été effectués sur des personnes volontaires qui font attention à leur exposition, d’autant plus que leur dose est enregistrée et surveillée. Rien ne permet d’affirmer que toute la population se comportera de la même façon. Enfin, comme nous l’avons expliqué dans le rapport pour les 5 ans de la catastrophe les dosimètres et les radiamètres de terrain ne mesurent pas la même chose. Il y a 30 à 40% d’écart entre les deux. Et cela n’avait jamais été expliqué aux personnes concernées, comme nous l’avions révélé en janvier 2015, ce qui avait déplu à l’IRSN.

Le seul problème pour ces commissaires, qui proposent de passer à 0,8 voir 1 µSv/h au lieu de 0,23 µSv/h, c’est l’acceptabilité sociale du changement de méthode de calcul ! Avec aussi peu de sérieux dans l’évaluation et l’argumentation, pas étonnant que le public n’ait pas confiance.

Cette volonté de changer de thermomètre est un aveu d’échec. Ce qu’il y a d’inquiétant dans cette histoire, c’est que la NRA soit plus préoccupée par la reconstruction que par la protection des populations concernées. Jamais, il n’est question des enfants qui sont plus sensibles aux radiations par exemple.

Rappelons que la limite de 1 mSv/an est un objectif à long terme, sans calendrier précis, fixé par les autorités japonaises et que la politique de retour est basée sur une limite 20 fois plus élevée, qui correspond à la valeur haute des recommandations de la CIPR relatives à ce qui est généralement nommé “une situation existante”, à savoir une pollution difficile à réduire. 20 mSv se traduisent par une limite de 3,8 microsieverts par heure (µSv/h) par la même méthode de calcul.

L’enjeu de la proposition de la NRA concerne donc la limite pratique à très long terme. Dit autrement, cela signifie accélérer la fin de la catastrophe en changeant la limite acceptable ou réduire les exigences en terme de décontramination. Selon nos informations, ce sujet est à l’ordre du jour du prochain “National Radiation Council” du MEXT, à savoir le ministère en charge des sciences et technologies.

Il y a fort à parier qu’une fois le calcul changé, il va être appliqué à la limite haute de 3,8 µSv/h qui ne fera pas plus 20 mSv/h, mais peut-être 5 mSv/an. Ainsi les autorités auront réduit la limite apparente pour le retour des populations sans rien changer sur place par une simple modification des règles de calcul !

Les US Marines déboutés de leur plainte contre TEPCo et GE

157 US Marines ont saisi la justice américaine pour obtenir de TEPCo et General Electric (GE), le constructeur de la centrale nucléaire de Fukushima daï-ichi, la création d’un fond d’indemnisation de 5 milliards de dollars afin de couvrir les frais médicaux découlant des dommages physiques, moraux et financiers qu’ils disent avoir subis. Ils viennent d’être déboutés par la justice de Californie par manque de juridiction adéquate. La décision est accessible ici.

Ces marines avaient participé à l’opération “Tomodachi” d’aide aux victimes du tsunami et on été exposés aux retombées radioactives lors qu’ils croisaient au large de la centrale accidentée à bord du USS Ronald Reagan. Plus de 420 Marines ont saisi la justice dans plusieurs “class-actions”.

4 cas de cancer de la thyroïde supplémentaires chez les jeunes de Fukushima

L’université médicale de Fukushima a publié les derniers résultats de sa campagne de dépistage des cancers de la thyroïde chez les jeunes de Fukushima. Ils peuvent être téléchargés ici en japonais. Une traduction officielle en anglais devrait être bientôt disponible ici. Le site Fukushima Voices devrait aussi traduire en anglais les principaux résultats.

Les résultats précédents sont ici sur notre site. La présente publication donne les résultats détaillés au 30 septembre 2017 de la troisième campagne de dépistage :

  • 161 881 jeunes ont subi une échographie de la thyroïde, soit 48,1% des 336 640 habitants de Fukushima qui avaient moins de 18 au moment de la catastrophe.
  • Parmi eux, 147 892 ont reçu les résultats de l’examen.
  • 923 jeunes ont dû ou doivent subir des examens complémentaires.
  • 22 examens complémentaires ont conduit à une cytoponction.
  • Il y a 7 cas de cancers de la thyroïde suspectés à l’issue de ces examens, comme la dernière fois (4 garçons et 3 filles).
  • Ces 7 patients ont subi une intervention chirurgicale qui a confirmé le diagnostic. Ce sont tous des cancers papillaires. Ils n’étaient que trois à avoir été opérés la dernière fois.

Il n’y a pas eu de changements relatifs pour les première et deuxième campagnes de dépistage : 101 cas de cancer confirmés après chirurgie pour la première et 50 pour la seconde auxquels il faut ajouter les cancers dépistés qui n’ont pas entraîné de chirurgie (14 pour la première campagne et 21 pour la seconde).

On arrive donc à un total de 193 cas de cancer de la thyroïde, dont 158 confirmés après chirurgie. Il y a toujours un cas qui s’est révélé bénin après chirurgie.

Cela fait donc quatre cas de cancer de la thyroïde confirmés supplémentaires par rapport à la dernière fois. Le Maïnichi fait état de 5 cancers confirmés supplémentaires, sans plus de précision et 159 cas de cancer confirmés.

Les autorités continuent à nier le lien avec la radioactivité, sans apporter de preuve.