Rétractation de deux articles scientifiques controversés

Deux articles scientifiques publiés en 2017 avaient fait polémique car des données sur des doses prises par des habitants de Daté avaient été utilisées sans leur consentement. Et les auteurs s’étaient trompé dans leur interprétation, comme nous l’avions rapporté en janvier 2019. Les deux articles scientifiques en question ont finalement été rétractés durant l’été 2020 par leurs auteurs. Cela aura pris du temps, mais la polémique est définitivement close. Voici les liens vers le premier et le deuxième articles rétractés avec l’avertissement de l’éditeur et le billet de retractation watch.

L’erreur d’interprétation des données a induit une sous-estimation de la dose reçue sans que cela ne choque les auteurs, puisque c’était conforme à leur a priori idéologique. Une sur-estimation les aurait alerté ! Et comme l’explique ce billet, un troisième article scientifique était prévu par ces mêmes auteurs sur la relation entre la dose externe et la dose interne reçues par les habitants de Daté, mais il n’a jamais été publié car les résultats ne correspondaient pas à ce qui était attendu. On peut donc avoir des doutes sur la qualité scientifique des autres articles de ces auteurs concernant la catastrophe de Fukushima.

Un autre problème est que l’un des deux auteurs des articles rétractés, Ryûgo Hayano, était fréquemment invité et mis en avant par l’IRSN et le CEPN car il disait que ces deux organismes voulaient entendre… Il a notamment été invité à des rencontres lycéennes à Cherbourg en Cotentin en mars 2019, en connaissance de cause puisque la polémique sur ses articles avait déjà éclaté ! Et d’un autre côté, l’IRSN n’a pas hésité à licencier une chercheuse car les résultats de ses recherches à Fukushima ne cadraient pas avec les préjugés de ses supérieurs hiérarchiques.

Cancers de la thyroïde : interview de Hisako Sakiyama

La dernière livraison du Asia-Pacific Journal publie une interview passionnante de Hisako Sakiyama, qui a été chercheuse et membre de la commission d’enquête parlementaire sur la catastrophe nucléaire de Fukushima (NAIIC). Elle a aussi fondé, avec Ruiko Muto, le Fonds 3.11 pour les enfants atteints d’un cancer de la thyroïde en 2016. Cette interview, menée en juin 2018 par Katsuya Hirano et Hirotaka Kasai, a été mise à jour en août 2020. Nous reprenons ici, en français, des extraits relatifs aux cancers de la thyroïde.

Hirano : Au début, certains chercheurs ont […] affirmé que le nombre de cas [de cancers de la thyroïde] augmente simplement en raison d’un dépistage plus systématique avec des échographies, de sorte que le nombre élevé de cas est dû à la nouvelle technologie de dépistage et n’est pas lié à l’exposition aux radiations de la catastrophe nucléaire. Dites-moi ce que vous en pensez.

Sakiyama : Lors de la première campagne de dépistages, 116 enfants au total, sur les quelque 300 000 enfants testés, ont été suspectés d’avoir un cancer de la thyroïde. C’est un taux de cancer de la thyroïde des dizaines de fois supérieur à la normale sur une période de deux ans. Pourtant, ces chercheurs continuent de rejeter le lien entre cette incidence exceptionnellement élevée de cancer de la thyroïde chez les enfants et l’exposition aux radiations, et insistent sur le fait qu’elle est le résultat d’un “dépistage massif”.

En fait, alors que seulement 10 % de la première série de dépistages avait été effectuée, le Dr Yamashita Shunichi avait déjà remarqué que les taux de cancer avaient augmenté, avec 3 cas confirmés et 10 cas suspects. Il a donc dû trouver une explication à ces résultats. Il a annoncé que cela était dû à “l’effet du dépistage massif” et non à une épidémie. Je crois que l’annonce a été faite le 11 mars 2013, lors d’une réunion annuelle de la NRC (Commission américaine de régulation nucléaire) aux États-Unis.

Hirano : Ce qui signifie que le Dr Yamashita et ses collègues ont œuvré dès le début pour établir un discours, même dans les instances internationales, selon lequel la catastrophe de Fukushima n’avait pas d’impact sanitaire.

Sakiyama : Exactement. C’était une discussion dont l’issue était prévisible. La décision avait déjà été prise avant même que les projections n’aient commencé. Même après qu’il soit devenu évident que les taux d’incidence du cancer de la thyroïde dans les zones touchées étaient plusieurs dizaines de fois supérieurs à la moyenne nationale, ils ont insisté sur le fait que cela était dû aux effets du dépistage systématique.

Cependant, au cours de la deuxième campagne de dépistages, ils ont commencé à voir certains résultats qui n’étaient pas normaux et qui ne pouvaient pas être expliqués par l’effet du dépistage systématique. À ce moment, certains de ces experts médicaux ont commencé à exprimer des inquiétudes quant à la possibilité d’un “sur-diagnostic”. Par “sur-diagnostic”, ils entendent l’examen de cas qui, autrement, ne provoqueraient pas de symptômes ou de décès au cours de la vie normale d’un patient. Mais ces inquiétudes ne venaient pas des cliniciens, mais d’épidémiologistes tels que le Dr Tsugane Shoichiro, directeur du Centre de recherche pour la prévention et le dépistage du cancer, Centre national du cancer du Japon, et le Dr Shibuya Kenji, professeur invité du département de politique de santé mondiale de l’École supérieure de médecine de l’Université de Tokyo.

Le Dr Tsugane a déclaré qu’en général, le cancer de la thyroïde a un pronostic approprié, mais qu’en sur-diagnostiquant les enfants, ils pourraient être soumis à des opérations chirurgicales inutiles. Cela finirait par leur laisser non seulement des cicatrices au cou, mais aussi entraîner une stigmatisation suite au fait qu’ils ont développé un cancer dû à une exposition aux radiations. Il a averti que cela affecterait probablement leur éligibilité à l’assurance cancer, et qu’ils pourraient être victimes de discrimination lors de leur mariage ou dans d’autres contextes pour avoir été exposés à des radiations. Il a fait valoir que l’examen des enfants n’avait que peu d’intérêt et a suggéré de réduire les dépistages du cancer de la thyroïde à Fukushima. En fait, c’est la politique officielle qui va maintenant dans cette direction avec la réduction de l’ensemble des dépistages de la thyroïde.

D’autre part, le Dr Suzuki Shinichi, professeur de chirurgie de la thyroïde à l’université médicale de Fukushima, qui a opéré la plupart des patients atteints d’un cancer de la thyroïde à l’université, a réfuté l’accusation de sur-diagnostic. Il a présenté à la Société japonaise de chirurgie thyroïdienne des preuves que parmi les 145 patients opérés, environ 78% avaient des métastases ganglionnaires et environ 45% présentaient une croissance invasive. Sur la base de ces faits, il a déclaré qu’un sur-diagnostic est peu probable.

Hirano : Il semble qu’ils s’approprient un discours sur la discrimination et les préjugés afin de confondre la question des radiations et du cancer, et de tout balayer sous le tapis.

Sakiyama : Exactement. Comme vous le savez, le Dr Yamashita est malheureusement une figure influente au sein de l’Association de la thyroïde. Au début, il disait qu’il était nécessaire de procéder à des dépistages du cancer de la thyroïde, mais aujourd’hui, il est devenu l’une des voix les plus fortes qui plaident pour une réduction du programme.

Une réunion internationale d’experts a eu lieu l’année dernière à Fukushima, et après cette réunion, le Dr Yamashita et le Dr Niwa, président de la Fondation pour la recherche sur les effets des rayonnements, ont fait une recommandation au gouverneur de la préfecture de Fukushima. Dans leur rapport intérimaire, les docteurs Yamashita et Niwa ont déclaré qu’il était difficile de trouver un lien entre les cancers découverts lors des dépistages et l’exposition aux radiations. Ils ont suggéré de réduire les dépistages, de ne pas les arrêter complètement mais de rendre la participation “volontaire”.

Une des justifications de ce choix est la théorie dite de la cancérogenèse des cellules thyroïdiennes du fœtus qui a été présentée par le Dr Takano Tōru de l’Université d’Osaka. Selon lui, les jeunes enfants développent un risque plus élevé de cancer de la thyroïde parce que les cellules tumorales de la thyroïde sont dérivées directement des cellules fœtales de la thyroïde, qui n’existent que chez les fœtus et les jeunes enfants, et que les cellules fœtales possèdent des caractéristiques cancéreuses ; cependant, les tumeurs de ces cellules fœtales immatures chez les jeunes diminuent pendant la petite enfance et cessent complètement de croître après l’âge moyen. Le pronostic est donc excellent et le processus ne progresse pas pour provoquer des décès par cancer.

Au contraire, a-t-il poursuivi, si vous développez un cancer de la thyroïde à un âge moyen ou avancé, les cellules tumorales subissent une prolifération soudaine, qui peut entraîner la mort par cancer. Il conclut donc que le cancer de la thyroïde chez les jeunes enfants ne doit pas être diagnostiqué.

Je ne savais pas grand-chose sur le cancer de la thyroïde, mais comme le Dr Takano parlait de sa nouvelle théorie avec tant d’assurance, je l’ai beaucoup étudiée. Ce que j’ai découvert, c’est que le Dr Takano est la seule personne qui défende réellement cette théorie de la cancérogenèse des cellules thyroïdiennes du fœtus. Pourtant, il n’a publié aucun article sur l’isolement et la caractérisation des cellules thyroïdiennes fœtales.

Kasai : Vous voulez dire qu’il est le seul au monde ?

Sakiyama : Oui, mais il est tellement sûr de lui dans sa théorie qu’il prétend que le problème est que tout le monde a pris du retard sur ses nouvelles découvertes scientifiques. Mais si vous proposez cette théorie, vous devez d’abord trouver une cellule fœtale, puis la caractériser. C’est la voie qu’un chercheur devrait suivre, mais il ne semble pas le faire. J’ai vérifié ses articles, et ils semblent tous hypothétiques. Si on imagine une première chose, on peut alors imaginer qu’il y autre chose, et donc que la cancérogenèse des cellules thyroïdiennes du fœtus existe. Il n’existe aucune preuve expérimentale.

Hirano : Voulez-vous dire qu’en l’absence de toute preuve expérimentale, il soutient que les examens de la thyroïde, qui jouent un rôle crucial dans la surveillance de la santé des enfants, devraient être réduits ?

Sakiyama : Exactement. Et une personne comme lui a été nommée membre du comité de suivi régional pour l’étude sanitaire à Fukushima.

Je suis sûre que vous avez entendu le Dr Yamashita dire aux habitants de Fukushima de sourire et de se détendre lors d’une réunion publique juste après l’accident nucléaire. Il a dit à son auditoire : “Les radiations n’affectent pas les gens qui sont heureux et souriants. Les effets des radiations vous parviennent si vous vous en inquiétez. Cette théorie a été prouvée par des expériences sur des animaux “

Hirano : Oui, je sais qu’il a été critiqué dans les médias pour sa désinvolture. Une telle remarque dédaigneuse était inacceptable, ont-ils dit.

Sakiyama : C’est exact. Malheureusement, cela ne s’est pas arrêté là. Tout récemment, M. Takano a donné une conférence à Osaka, et elle a été mise en ligne sur YouTube, alors je l’ai regardée. Vous ne croiriez pas ce que j’ai entendu dans la vidéo. Au début de la conférence, le Dr Takano a mentionné la remarque du Dr Yamashita et l’a félicité pour cela. “Le professeur Yamashita sait vraiment quoi dire.” Quand j’ai entendu cela, je n’avais plus de mots. […]

Hirano : Ce qui m’a toujours semblé étrange, c’est que le Dr Yamashita s’est rendu à Tchernobyl plus d’une centaine de fois et qu’il a été très impliqué dans les projets d’aide médicale là-bas, bien avant la catastrophe nucléaire de Fukushima. Comme vous l’avez mentionné, il est considéré comme l’autorité numéro un au Japon en matière de santé radiologique. Il est difficile de comprendre qu’une personne comme lui, qui a vu de ses propres yeux les effets de l’accident de Tchernobyl sur la santé, ait été aussi active pour tenter de dissimuler les risques sanitaires liés à l’exposition aux radiations.

Même à Tchernobyl, les effets sur la santé humaine ont été dissimulés dès le début, et certains ont utilisé l’idée d’un sur-diagnostic pour minimiser les risques. Il aurait été témoin de tout cela.

Sakiyama : Exactement.

Hirano : Il a dû constater qu’il y avait une forte augmentation des cas de cancer de la thyroïde après la catastrophe, et que les gouvernements de l’Ukraine et des pays voisins étaient obligés d’admettre que les différents problèmes de santé découlaient de l’accident. Cependant, en ce qui concerne Fukushima, le Dr Yamashita utilise les mêmes méthodes que celles utilisées par l’Union soviétique pour continuer à cacher ces problèmes. Que pensez-vous de cela du point de vue d’un scientifique ?

Sakiyama : Je ne pense pas qu’il adopte une position de scientifique. J’ai le sentiment qu’il a abandonné la science. Beaucoup de gens me demandent pourquoi le Dr Yamashita agit comme il le fait et quelles sont ses intentions, mais je leur dis que les gens qui prennent la science au sérieux et qui valorisent l’éthique n’ont pas de réponse à cette question.

Je me souviens cependant qu’il a dit un jour qu’il avait du mal à dire “non” à tout ce que le gouvernement central voulait.

Hirano : Oh, je me souviens aussi de ça. Il a dit quelque chose comme : “En tant que Japonais, je ne peux pas dire non (au gouvernement)”.

Sakiyama : C’est probablement une des raisons pour lesquelles il reste fidèle au gouvernement central. Il a dit à son public que la vérité absolue est du ressort du gouvernement. Il est actuellement vice-président de l’université de médecine de la province de Fukushima, il semble donc probable qu’il continuera à dissimuler une chose après l’autre et qu’il se contentera de suivre ce que dit le gouvernement.

Kasai : Je crois donc que vous dites qu’une sorte d’hypothèse, ou une pseudo-hypothèse, sur l’évolution du cancer de la thyroïde est apparue, qui s’écarte des méthodes fondamentales de la science et de la médecine, et qui est diffusée à la société d’une manière qui s’écarte des règles normales ? En outre, vous dites également que cette discussion semble avoir pris une dimension politique.

Sakiyama : C’est vrai. Elle a été exploitée à des fins politiques.

Kasai : Pourtant, lorsqu’ils donnent des explications au grand public, ils se servent de leurs statuts d’expert en sciences médicales.

Sakiyama : C’est vrai.

Kasai : Ainsi, les citoyens ordinaires comme nous, sont informés par les médias que les experts dans ce domaine disent ceci ou cela et en viennent à penser “oh, il a été scientifiquement prouvé que les radiations sont sans danger, ou ne sont pas dangereuses” et “20 mSv/an est sans crainte”. C’est ainsi que nous sommes parvenus à un consensus social sur les risques liés aux radiations.

Sakiyama : Absolument. Je ne comprends pas pourquoi ils le font et quelles sont leurs motivations. Le Dr Yamashita avait déjà un statut social très élevé en tant que vice-président de l’université de Nagasaki. Mais il était évident qu’il a menti au sujet d’un garçon de 4 ans qui avait développé un cancer de la thyroïde. Il a d’abord décidé de ne pas rendre l’affaire publique, mais lorsque nous l’avons annoncé, il a finalement avoué.

En fait, un journaliste l’a interviewé et lui a demandé pourquoi il voulait cacher l’affaire. Le Dr Yamashita a répondu : “Je ne peux rien dire à moins que cela ne soit annoncé officiellement”. Mais même en disant cela, il avait officiellement annoncé qu’il n’y avait pas de cas de cancer chez les enfants de 5 ans et moins.

Hirano : Il s’est manifestement contredit.

Sakiyama : C’est ridicule, n’est-ce pas ? Au moment de la rédaction du rapport intérimaire, il était devenu évident qu’un enfant de 5 ans avait été atteint d’un cancer de la thyroïde immédiatement après l’accident. Il a cependant ignoré ce cas et a décidé d’annoncer qu’il n’y avait aucun cas de cancer chez les enfants de 5 ans ou moins. Il a utilisé cette affirmation comme base pour rejeter le lien entre le cancer de la thyroïde et les radiations à d’autres experts […].

Hirano : Les gens de Fukushima ne connaissent pas [ces résultats du dépistage du cancer de la thyroïde] ?

Sakiyama : Non, ils ne les connaissent pas. J’ai visité un centre de repos l’année dernière, et j’y ai rencontré une dizaine de mères. Vous pouvez supposer que ces familles, qui ont envoyé leurs enfants dans un endroit comme celui-ci, sont susceptibles d’être particulièrement préoccupées par les radiations, mais étonnamment, aucune des mères ne connaissait la forte prévalence du cancer de la thyroïde chez les enfants. J’étais juste choquée.

J’ai essayé de comprendre pourquoi, et je me suis rendu compte que les habitants de Fukushima s’informent principalement auprès de sources d’information locales, comme les journaux Fukushima Minpō (福島民報) et Fukushima Minyū (福島民友), et Fukushima TV ou d’autres chaînes de télévision locales, qui ne prennent pas ces informations comme des sujets majeurs.

Hirano : Les médias locaux ne rapportent pas de tels faits ?

Sakiyama : C’est exact. Ces mères m’ont également dit qu’elles avaient caché à leurs voisins et même à leurs proches qu’elles envoyaient leurs enfants dans un centre de réhabilitation. Elles avaient peur d’être critiquées ou étiquetées comme étant trop sensibles à l’exposition aux radiations, alors elles ont simplement dit aux gens qu’elles partaient en vacances, sans mentionner la récupération du tout.

J’ai également été surpris lorsque nous sommes allés à la mairie de Kôriyama pour voir si notre organisation, le 3.11 Fund for Children with Thyroid Cancer, pouvait laisser des formulaires de demande à la réception. En fait, la ville de Kôriyama compte le plus grand nombre de cas de cancer de la thyroïde chez les enfants, avec d’autres comme Iwaki. Mais les responsables de la ville de Kôriyama n’en avaient aucune idée. Lorsque nous leur avons parlé du nombre croissant de cas de cancer, ils ont été choqués, voire paniqués.

[…]

Hirano : Il existe également des points chauds radioactifs en dehors de la province de Fukushima, notamment à Chiba, Ibaraki, Tochigi, Gunma, Iwaté et Miyagi. Pensez-vous que les gens, en particulier les parents de jeunes enfants, devraient s’inquiéter du risque d’exposition aux radiations ? Le gouvernement n’a pris aucune mesure pour les protéger, n’est-ce pas ?

Sakiyama : Non, il n’en a pas pris. Ils se sont concentrés exclusivement sur Fukushima et ont laissé toutes les autres provinces livrées à elles-mêmes.

Dans l’année qui a suivi l’accident, des préfectures comme Gunma, Ibaraki, Iwaté et Tochigi ont convoqué un conseil consultatif. Chaque province a convoqué des experts et les a laissés discuter de la question de savoir s’ils devaient également procéder à des dépistages du cancer de la thyroïde. Mais ces experts sont arrivés à la conclusion que le dépistage n’était pas nécessaire, et leur décision a été communiquée au ministère de l’environnement. La décision finale a été prise lors de la “conférence d’experts” organisée sous l’égide du ministère de l’environnement, présidée par le Dr Nagataki Shigenobu, professeur émérite de l’université de Nagasaki.

Toutefois, comme les mères des petites communautés de ces provinces étaient nombreuses à s’inquiéter, certaines municipalités ont apporté leur soutien à des opérations de dépistage. Il n’existe qu’un faible nombre d’exemple. La plupart des dépistages sont effectués par des bénévoles d’associations à but non lucratif et d’ONG avec l’aide de médecins inquiets, mais ce qu’ils font n’est qu’un programme d’examen de la thyroïde à petite échelle.

Ils ont trouvé une personne atteinte d’un cancer de la thyroïde dans la préfecture d’Ibaraki.

[…]

Hirano : Vous avez donc été témoin des dissimulations répétées et avez réalisé l’incompétence du gouvernement en matière d’aide aux victimes. Avez-vous lancé le “Fonds 3.11 pour les enfants atteints du cancer de la thyroïde”, en raison de l’urgence de la crise ?

Sakiyama : Oui.

Hirano : Une autre chose que vous avez mentionnée plus tôt et qui me revient à l’esprit est la façon dont l’exposition aux radiations est devenue une cible de stigmatisation dans l’esprit du public, ce qui oblige les habitants de Fukushima à garder le silence sur leurs problèmes de santé. Ce genre de pression sociale crée une situation où ils doivent continuer à se rendre en secret dans les centres de réhabilitation, et ils hésitent même à se faire dépister pour le cancer.

Je crois savoir que vous vouliez soulager un peu cette pression pour les personnes qui s’inquiètent pour leur santé et leur traitement du cancer, en apportant un soutien financier par le biais du “3.11 Fund for Children”, qui est une organisation indépendante à but non lucratif, pour que les gens aient réellement accès au dépistage. Est-ce bien le cas ?

Sakiyama : C’est exact. Nous avons organisé de nombreuses réunions et conférences, mais nous avons remarqué que nous avions tendance à toujours avoir le même public lors de ce genre d’événements. Puis nous avons commencé à chercher un moyen d’atteindre ceux qui ont besoin d’aide, et nous avons réalisé que les enfants atteints d’un cancer de la thyroïde et leurs familles ont souvent été isolés parce qu’ils ne savaient pas où aller et comment obtenir de l’aide. Ils sont également accablés par les frais médicaux liés aux examens répétés et aux visites à l’hôpital, et certains patients auront besoin de soins médicaux tout au long de leur vie. Nous avons tous convenu que ce sont les personnes que nous voulons vraiment aider et nous avons cherché un moyen de les atteindre.

Nous avions le sentiment que les réunions et les conférences ne nous menaient nulle part, alors nous avons parlé avec plusieurs personnes et avons eu l’idée de donner de l’argent. Au début, nous étions mal à l’aise à l’idée de donner de l’aide sous forme d’argent, mais c’est la seule option pour aider ceux qui ont tendance à être isolés.

Hirano : Vous avez dit qu’il y a en fait huit cas supplémentaires de cancer de la thyroïde chez les enfants, en dehors des 199 enfants et jeunes adultes chez qui on a officiellement diagnostiqué un cancer de la thyroïde ou une suspicion de malignité. Ces personnes ont-elles contacté l’organisation par elles-mêmes pour demander de l’aide après avoir entendu parler du “Fonds 3.11 pour les enfants” ?

Sakiyama : Je crois que oui. Nous avons publié une annonce d’une page entière sur le “3.11 Fund for Children with Thyroid Cancer” dans le journal Fukushima Minpō (福島民報), qui a coûté près d’un million de yens. Les gens nous ont alors contactés, et depuis lors, la NHK suit nos activités. Chaque fois que nous organisons une conférence de presse, elle est diffusée à l’échelle nationale, de sorte que nous avons reçu de nombreuses demandes de renseignements et de candidatures à la suite de la couverture médiatique. Par exemple, une grand-mère qui regardait les nouvelles de la NHK a demandé à bénéficier du fond pour son petit-fils qui avait développé un cancer de la thyroïde.

Au fait, les personnes qui en sont venues à se méfier de l’université de médecine de Fukushima ne veulent pas y subir leur dépistage, donc bien sûr, elles ne seront pas comptabilisées dans les statistiques officielles. Ainsi, même si l’université de médecine de Fukushima publie le nombre de cas de cancer qu’ils voient, nous n’avons toujours pas le vrai décompte.

[…]

Sakiyama : Dans l’ensemble, les personnes chez qui on a diagnostiqué un cancer de la thyroïde ne semblent pas être en colère contre le gouvernement central ou TEPCO, qui sont responsables de la catastrophe nucléaire. Au contraire, ils ont essayé de se cacher du public.

L’autre jour, des membres de Friends of the Earth sont venus d’Allemagne nous rendre visite, alors je leur ai demandé ce qu’ils en pensaient. Ils m’ont dit que si c’était en Allemagne, les patients atteints du cancer de la thyroïde seraient très en colère, c’est certain, et qu’ils engageraient des poursuites pour obtenir une indemnisation.

J’aimerais vraiment leur dire qu’ils sont les victimes et qu’ils ne devraient pas avoir honte d’avoir eu un cancer de la thyroïde. C’est le gouvernement central et TEPCO qui devraient avoir honte et être tenus responsables. Malheureusement, c’est le contraire, car la plupart des victimes vivent encore dans l’ombre de la catastrophe nucléaire.

Traduit avec l’aide de www.DeepL.com

Deux études mettent en évidence une corrélation positive entre le taux de cancers de la thyroïde et la contamination radioactive

Après Tchernobyl, il a fallu des années pour que soit admis le lien entre les retombées radioactives et l’augmentation du nombre de cancers de la thyroïde chez les jeunes. Après Fukushima, les autorités japonaises et certaines organisations internationales ont toujours déclaré qu’elles ne s’attendaient pas à une augmentation significative de ce taux de cancer car l’exposition y a été beaucoup plus faible et parce que le régime alimentaire japonais est beaucoup plus riche en iode, ce qui protège la thyroïde.

La première campagne de dépistage par échographie a été lancée pour rassurer les parents inquiets et devait fournir le taux de cancer avant l’impact des retombées radioactives, en prenant en compte le fait que les cancers de la thyroïde sont apparus au bout de quelques années dans les territoires contaminés par la catastrophe de Tchernobyl.

Le nombre de cancers de la thyroïde à l’issue de la première campagne de dépistage est beaucoup plus élevé que ce qui était attendu. Les autorités japonaises ont mis en avant l’effet du dépistage. Sans lui, les signes cliniques seraient arrivés beaucoup plus tard. Le dépistage, par un “effet râteau”, aurait concentré les cas découverts. Mais rien ne permet d’affirmer que tous ces cas seraient apparu sans la contamination radioactive.

Les derniers résultats publiés montrent que le nombre total de cas de cancers de la thyroïde chez les jeunes découverts lors des campagnes suivantes est désormais plus élevé que le nombre de cas de la première campagne. Ces nouveaux cas sont donc récents et il est naturel de soupçonner un lien avec la catastrophe nucléaire.

Deux articles, publiés dans des revues scientifiques avec comité de lecture, font un lien entre le taux de cancers de la thyroïde et la contamination radioactive. Le premier date de septembre 2019 et le deuxième, de mars 2020. Ils sont tous deux en libre accès.

Comme les seules indications géographiques disponibles sur les cas de cancer de la thyroïde sont à l’échelle de la commune, ces deux études ont moyenné la contamination de chacune des 59 communes de la province de Fukushima.

La première étude s’est basée sur le débit de dose ambiant fourni par les cartes de la contamination publiées par les autorités japonaises. Que ce soit en considérant les résultats de chaque campagne de dépistage séparément ou en les combinant, une corrélation positive a été trouvée entre l’exposition externe et le taux de cancers de la thyroïde.

La deuxième étude, effectuée par des physiciens, utilise une méthode semblable, sauf que les données sur la contamination proviennent de la cartographie effectuée par les universités japonaises. Les traitements statistiques diffèrent aussi. Cette deuxième étude ne trouve pas de corrélation significative entre le taux de cancers et la contamination radioactive pour la première campagne de dépistage, et trouve une corrélation positive pour la deuxième.

La deuxième étude a aussi recherché s’il y avait une corrélation avec les quelques données sur la contamination en iode-131. Pour la première campagne de dépistage, aucune corrélation significative n’a été trouvée. Pour la deuxième, il y a une faible corrélation, qui pourrait ne pas être significative. Cette deuxième étude suggère donc que l’exposition externe aurait eu un plus grand impact que la contamination interne par l’iode.

Dernières données sur les cancers de la thyroïde : 9 nouveaux cas suspectés et 8 nouvelles interventions chirurgicales

Les autorités régionales de Fukushima ont mis en ligne les derniers résultats à la date du 31 mars 2020 de leur campagne de dépistage du cancer de la thyroïde chez les jeunes de la province. Il s’agit du 39ème rapport. Les résultats détaillés sont ici en japonais. Une traduction officielle en anglais des principales données devrait être bientôt disponible et le blog Fukushima voices devrait proposer son propre résumé en anglais.

Les données publiées lors du 38ème rapport sont ici, à titre de comparaison.

Avec un dépistage tous les deux ans par échographie, les jeunes de moins de 18 ans qui participent en sont déjà à leur 4ème examen médical. Après 18 ans, le dépistage suivant se fait à l’âge de 25 ans. Les autorités japonaises préparent la cinquième campagne de dépistage qui a pris du retard à cause de la covid-19. Les résultats présentés lors de cette 39ème session sont résumés dans ce document en japonais.

Les principales données sont rassemblées dans le tableau ci-dessous. Il n’y a pas de changement dans les données relatives à la première campagne de dépistage. Concernant la deuxième campagne, deux enfants supplémentaires ont subi une intervention chirurgicale qui a confirmé la suspicion de cancer de la thyroïde. Il y a désormais 54 cas de cancer confirmé. Les résultats détaillés sont ici en japonais.

La troisième campagne de dépistage, dont les résultats sont détaillés ici en japonais, fait apparaître un cas de cancer de la thyroïde suspecté supplémentaire. Le nombre total est de 31 maintenant. Il y a aussi un enfant de plus qui a subi une intervention chirurgicale qui a confirmé la suspicion de cancer, ce qui porte à 27 le nombre de cas confirmés.

Lors de la quatrième campagne de dépistage, dont les résultats sont détaillés ici en japonais, 5 nouveaux cas de cancer suspecté sont apparus, pour atteindre un total de 21 cas. Parmi eux, 13 ont été confirmés par une intervention chirurgicale, soit 2 de plus que la dernière fois.

Pour les jeunes qui avaient moins de 18 ans lors de la catastrophe nucléaire, le dépistage continue après qu’ils aient passé l’âge de 18 ans. Le premier contrôle se fait à l’âge de 25 ans. Ainsi, parmi les jeunes concernés qui ont eu 25 ans depuis 2017, il y a 3 cas suspectés supplémentaires, ce qui porte le total à 7. Parmi eux, 4 ont été confirmés par une intervention chirurgicale, soit 3 de plus que la dernière fois.

On arrive donc à un total de 246 cas de cancers de la thyroïde suspectés chez les jeunes de Fukushima, dont 199 ont été confirmés lors d’une intervention chirurgicale. Il n’y a toujours qu’un seul cas qui s’est révélé être bénin après l’intervention (première campagne).

Le nombre de cas nouveaux, qui n’ont été détectés qu’à partir de la seconde campagne de dépistage (130), est plus élevé que le nombre de cas détectés lors de la première campagne (116), qui peut inclure des cancers qui existaient déjà avant la catastrophe nucléaire.

Le tableau ci-dessous montre que le nombre d’enfants dépistés diminue avec le temps, au fur et à mesure des campagnes. Le nombre de cas réels est donc plus élevé.

Dépistages avec résultatExamens complémentaires terminésCytoponctionsNombre de cancers suspectésNombre de cancers confirmés
Première campagne300 4722 091547116101
Deuxième campagne270 5291 8262077154
Troisième campagne217 9201 060783127
Quatrième campagne177 424647492113
Plus de 25 ans5 2341601374
Bilan des campagnes de dépistage du cancer de la thyroïde chez les jeunes de Fukushima au 31 mars 2020

Rappelons qu’il y a un an, le fond de soutien des enfants ayant un cancer de la thyroïde, créé en 2016, avait recensé au moins 17 cas supplémentaires, non pris en compte dans les données officielles, dont un qui avait moins de 5 ans au moment de la catastrophe.

Le dépistage gouvernemental n’a lieu que dans la province de Fukushima alors que les provinces voisines ont aussi été touchées par les retombées radioactives. Les cas de cancer de la thyroïde qui pourraient y apparaître échappent aux données officielles.

Les faibles doses de radiation provoquent des cancers selon une revue de 26 études scientifiques

L’Institut national du cancer des Etats-Unis vient de dédier un volume entier de son journal scientifique, Journal of the National Cancer Institute Monographs, à l’impact des faibles doses de radiation sur les cancers. Les articles sont en libre accès.

Dans son communiqué, l’Institut souligne : Après avoir passé au peigne fin les données de 26 études épidémiologiques, les auteurs ont trouvé des preuves évidentes d’un risque excessif de cancer dû à de faibles doses de rayonnements ionisants : 17 des 22 études ont montré un risque de cancers solides et 17 des 20 études ont montré un risque de leucémie. Les estimations sommaires des risques étaient statistiquement significatives et l’ampleur du risque (par unité de dose) correspondait aux résultats des études des populations exposées à des doses plus élevées.

Une caractéristique nouvelle de l’effort de recherche a été l’utilisation par les chercheurs de techniques épidémiologiques et statistiques pour identifier et évaluer les sources possibles de biais dans les données d’observation, par exemple les facteurs de confusion, les erreurs dans les doses et la classification erronée des résultats. Après un examen approfondi et systématique, ils ont conclu que la plupart d’entre eux ne souffraient pas de biais majeurs.

Les auteurs ont conclu que même si, pour la plupart, le risque absolu de cancer sera faible, les données renforcent le principe de la radioprotection pour garantir que les doses sont “aussi faibles que raisonnablement possible” (ALARA).

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour explorer les risques de maladies cardiovasculaires à faibles doses. Les maladies cardiovasculaires étant une maladie très courante, même de faibles risques à faibles doses pourraient avoir des implications importantes pour la radioprotection et la santé publique.

Les 26 études épidémiologiques ont été publiées entre 2006 et 2017 et ont porté sur un total de 91 000 cancers solides et 13 000 leucémies. Les études étaient admissibles si la dose moyenne était inférieure à 100 mGy. Les populations étudiées ont été exposées aux rayonnements environnementaux lors d’accidents, comme Tchernobyl, et aux rayonnements naturels, aux rayonnements médicaux comme les scanners CT et à l’exposition professionnelle, y compris celle des travailleurs du nucléaire et des travailleurs sous rayonnements médicaux. (Traduit avec l’aide de www.DeepL.com/Translator)

Ces résultats viennent contredire les affirmations des autorités japonaises qui ne cessent de répéter qu’il n’y a pas d’impact observé en dessous d’une dose de 100 mSv.

Du plutonium a été découvert dans des microparticules rejetées lors de l’accident nucléaire

Une partie des rejets radioactifs lors de l’accident nucléaire à la centrale de Fukushima daï-ichi était sous forme de microparticules vitreuses, très riches en césium. De telles particules ont été retrouvées jusqu’à 230 km de la centrale accidentée. Sous cette forme, les éléments radioactifs peuvent rester plus longtemps dans les poumons en cas d’inhalation.

Une étude scientifique confirme que du plutonium, particulièrement radiotoxique, a aussi été rejeté sous cette forme. L’accès à l’article est malheureusement payant, mais il est disponible à l’ACRO. Il y a aussi un communiqué de presse en japonais.

Il y a différents types de microparticules. Du plutonium avait déjà été identifié dans certaines d’entre elles, trouvées dans l’environnement proche de la centrale accidentée. Le ratio isotopique du plutonium y est similaire à celui du combustible nucléaire. Ainsi, ces microparticules ont pu incorporer des micro-fragments de combustible avant d’être transportés. Cette nouvelle étude porte sur trois microparticules trouvées à environ 4 km de la centrale, qui contiennent du plutonium et de l’uranium et confirment les conclusions précédentes.

Il est alors fort probable que des particules plus petites aient pu transporter du plutonium sur de plus grandes distances.

Le plutonium est connu pour être très radiotoxique. Une étude récente montre son impact sur les travailleurs du complexe militaro-industriel nucléaire de Mayak, en Oural. Il s’agit du premier site qui a fabriqué du plutonium pour les bombes soviétiques. Il n’y avait aucune protection au début et il y a eu de forts rejets, certains accidentels. La situation radiologique ne peut en aucun cas être comparée à celle de Fukushima. Cependant, cette étude, qui se base sur des autopsies, confirme la forte radiotoxicité du plutonium.

Tribune d’un rapporteur spécial de l’ONU : la gestion des déchets radioactifs est aussi une décision relative aux droits humains

L’agence de presse Kyodo a publié une tribune, reprise par le Maïnichi, de Baskut Tuncak, rapporteur spécial de l’ONU depuis 2014 sur les implications pour les droits humains de la gestion et de l’élimination écologiquement correcte des substances et déchets dangereux. La voici en français :

Dans quelques semaines, le gouvernement japonais aura l’occasion de montrer au monde entier à quel point il attache de l’importance à la protection des droits humains et de l’environnement et au respect de ses obligations internationales.

Au lendemain de la catastrophe nucléaire de Fukushima daï-ichi, moi-même et d’autres rapporteurs spéciaux de l’ONU avons constamment exprimé nos préoccupations quant aux approches adoptées par le gouvernement japonais. Nous avons craint que le relèvement des “limites acceptables” d’exposition aux radiations pour inciter à la réinstallation ne viole les obligations du gouvernement en matière de droits humains envers les enfants.

Nous nous sommes inquiétés de l’exploitation possible des migrants et des pauvres pour les travaux de décontamination radioactive. Notre préoccupation la plus récente est la façon dont le gouvernement a utilisé la crise COVID-19 pour accélérer considérablement son calendrier de décision concernant le déversement dans l’océan des eaux radioactives qui s’accumulent à Fukushima daï-ichi.

En mettant de côté les devoirs de consultation et de protection qui incombent au Japon en vertu du droit international, je suis attristé de penser qu’un pays qui a subi les horreurs d’être le seul sur lequel non pas une mais deux bombes nucléaires ont été larguées pendant la guerre, continuerait sur cette voie pour faire face aux conséquences radioactives de la catastrophe de Fukushima daï-ichi.

Le rejet des eaux usées toxiques collectées à la centrale nucléaire de Fukushima serait, sans aucun doute, un coup terrible porté aux moyens de subsistance des pêcheurs locaux. Indépendamment des risques sanitaires et environnementaux, l’atteinte à la réputation serait irréparable, une cicatrice invisible et permanente sur les produits de mer locaux. Aucune somme d’argent ne peut remplacer la perte de culture et de dignité qui accompagne ce mode de vie traditionnel pour ces communautés.

Les communautés de Fukushima, si dévastées par les événements tragiques du 11 mars 2011, ont exprimé ces dernières semaines leurs préoccupations et leur opposition au rejet de l’eau contaminée dans leur environnement. C’est leur droit à un environnement qui leur permette de vivre dans la dignité, de profiter de leur culture et de ne pas être délibérément exposées à une contamination radioactive supplémentaire. Ces droits doivent être pleinement respectés et ne doivent pas être ignorés par le gouvernement de Tôkyô.

Le déversement de déchets nucléaires dans l’océan pourrait nuire aux relations internationales du Japon. Les pays voisins sont déjà préoccupés par le rejet d’importants volumes de tritium radioactif et d’autres contaminants dans les eaux usées.

Le Japon a le devoir, en vertu du droit international, de prévenir les dommages environnementaux transfrontaliers. Plus précisément, en vertu de la Convention de Londres, le Japon a l’obligation de prendre des précautions en ce qui concerne le déversement de déchets dans l’océan. Compte tenu de l’incertitude scientifique quant aux effets sur la santé et l’environnement de l’exposition à des rayonnements de faible intensité, le rejet de ces eaux usées serait totalement incompatible avec l’esprit, sinon la lettre, de cette loi.

Les peuples autochtones ont un droit internationalement reconnu au consentement libre, préalable et éclairé. Cela inclut l’élimination des déchets dans leurs eaux et les actions susceptibles de contaminer leur alimentation. Quelle que soit l’importance de la contamination de leur eau et de leur nourriture, le gouvernement japonais a l’obligation incontestable de consulter les peuples indigènes potentiellement affectés, obligation qu’il n’a pas remplie.

Le gouvernement japonais n’a pas, et ne peut pas, s’assurer de consultations significatives comme l’exige le droit international des droits de l’homme pendant la pandémie actuelle. Rien ne justifie un calendrier aussi dramatiquement accéléré pour la prise de décision pendant la crise de la covid-19. Le Japon dispose de l’espace physique nécessaire pour stocker les eaux usées pendant de nombreuses années.

Depuis six ans, je présente un rapport annuel au Conseil des droits de l’homme des Nations unies. Qu’il s’agisse des droits de l’enfant ou des droits des travailleurs, dans presque toutes les discussions aux Nations unies, la situation de Fukushima daï-ichi est soulevée par des observateurs inquiets, afin que le monde entier puisse l’entendre. Les organisations intervenantes ont demandé année après année au gouvernement japonais de leur adresser une invitation à se rendre sur place afin que je puisse faire des recommandations pour améliorer la situation. Je regrette que mon mandat arrive à son terme sans cette possibilité, malgré mes demandes répétées de visite et d’évaluation de la situation.

La catastrophe de 2011 ne peut être annulée. Toutefois, le Japon a encore la possibilité de minimiser les dégâts. À mon avis, il existe de graves risques pour les moyens de subsistance des pêcheurs au Japon et pour sa réputation internationale. Une fois de plus, j’invite le gouvernement japonais à réfléchir à deux fois à son héritage : en tant que véritable champion des droits de l’homme et de l’environnement, ou pas.

Traduit avec l’aide de www.DeepL.com/Translator

CODIRPA : vers une reconnaissance du risque de contamination de l’eau potable en cas d’accident nucléaire grave

En juillet 2019, l’ACRO alertait sur la contamination en tritium de l’eau du robinet de plus de 6 millions de d’habitants de la métropole, dont environ 4 millions rien qu’en Ile de France. En cas d’accident grave sur une des centrales nucléaires sur la Seine, la Vienne ou la Loire, il n’y aura pas que le tritium rejeté et ce sont des millions de personnes qui risquent d’être privées d’eau potable. L’ACRO demandait que la pollution radioactive soit prise en compte dans les plans « ORSEC eau potable » qui doivent être établis pour le 31 décembre 2020 au plus tard et qu’ils fassent l’objet d’une consultation du public.

En début d’année 2020, l’ACRO a publié une étude montrant qu’en Ukraine, l’eau potable de 8 millions d’habitants est toujours polluée par les retombées radioactives de la catastrophe en Tchernobyl, qui a eu lieu en 1986. En cas d’accident en France, les conséquences risquent d’être tout aussi durables. Il est donc important de s’y préparer.

Dans un courrier daté du 18 juin 2020 adressé au président de l’Autorité de sûreté nucléaire, le Premier ministre donne un nouveau cadre au comité directeur pour la gestion de la phase post-accidentelle d’un accident nucléaire ou d’une situation d’urgence radiologique (Codirpa) mis en place en juin 2005. Durant la période 2020-2024, le Codirpa devra notamment prendre en compte « un rejet de substances radioactives dans les milieux aquatiques, qu’ils soient marins, lacustres ou fluviaux ». C’est une belle victoire pour l’ACRO !

En revanche, rien ne semble avoir avancé du côté des plans « Orsec eau potable » alors que l’échéance approche !

Le courrier du premier ministre demande aussi une révision du plan national de réponse à une accident radiologique ou nucléaire majeur. Espérons que la société civile sera associée et consultée cette fois-ci, conformément aux recommandations internationales qui sont ignorées par les autorités qui ne retiennent que ce qui les arrange.

La Suède étend les zones de préparation à l’urgence nucléaire

Suite à la catastrophe nucléaire de Fukushima, l’Autorité de sûreté nucléaire et de radioprotection suédoise a fini par revoir ses plans d’urgence. En 2017, elle a publié des recommandations qui viennent d’être adoptée par le gouvernement et seront appliquées au 1er juillet 2020. Il était temps, alors que l’on s’approche du 10ème anniversaire de la catastrophe nucléaire japonaise.

Il y a d’abord une zone réflexe d’un rayon de 5 km environ dans laquelle il y aura évacuation prioritaire. Dans la zone d’urgence d’un rayon de 25 km, il faut aussi se préparer à évacuer. De l’iode sera distribué à toute la population dans ce rayon. La population sera aussi informée des risques et des mesures de protection. La Suède a aussi introduit une zone élargie d’un rayon de 100 km où des mesures de protection pourraient être appliquée en cas d’accident grave. Une mise à l’abri et la distribution d’iode après l’accident doivent y être possibles. Le déplacement des populations dépendra des retombées radioactives.

Le communiqué dit que la Suède va respecter les exigences internationales qui prennent en compte le retour d’expérience de la catastrophe de Fukushima. Mais il lui faut encore mettre en place ces mesures (stock d’iode, instruments de mesure, plans d’urgence…).

Il est à noter que le rapport définissant les zones de préparation à l’urgence nucléaire est accompagné d’annexes présentant les installations nucléaires, les scénarios d’accident et des calculs de dispersion de la pollution radioactive. En France, les plans d’urgence et les distances retenues ne sont pas justifiés et expliqués.

Dernières données sur les cancers de la thyroïde : 5 cas confirmés supplémentaires

En mai dernier, les autorités régionales de Fukushima ont mis en ligne les derniers résultats à la date du 31 décembre 2019 de leur campagne de dépistage du cancer de la thyroïde chez les jeunes de la province. Il s’agit du 38ième rapport. Les résultats détaillés sont ici en japonais. Une traduction officielle en anglais des principales données devrait être bientôt disponible et le blog Fukushima voices devrait proposer son propre résumé en anglais.

Les données publiées lors du 37ième rapport sont ici, à titre de comparaison.

Avec un dépistage tous les deux ans par échographie, les jeunes de moins de 18 ans qui participent en sont déjà à leur 4ième examen médical. Après 18 ans, le dépistage suivant se fait à l’âge de 25 ans. Les autorités japonaises préparent la cinquième campagne de dépistage qui a pris du retard à cause de la covid-19. Les résultats présentés lors de cette 38ième session sont à la date du 31 décembre 2019. Ils sont résumés dans ce document en japonais. Il n’y a pas de changement relatif aux deux premières campagnes de dépistage. Pour les plus de 25 ans, ce sont toujours les données au 30 septembre qui sont affichées. Pas de changement donc, par rapport à la dernière fois.

Pour la troisième campagne de dépistage, qui a débuté le 1er mai 2016, les derniers résultats détaillés font apparaître 2 cas supplémentaires de cancers de la thyroïde confirmés après une intervention chirurgicale, par rapport à la dernière fois. Voir le tableau ci-dessous pour plus de détail.

La quatrième campagne de dépistage, dont les résultats détaillés sont ici, fait apparaître 3 cas supplémentaires confirmés par chirurgie. Voir tableau.

On arrive donc à un total de 237 cas de cancers de la thyroïde suspectés chez les jeunes de Fukushima, dont 191 ont été confirmés lors d’une intervention chirurgicale. Il n’y a toujours qu’un seul cas qui s’est révélé être bénin après l’intervention (première campagne).

Dépistages avec résultat Examens complémentaires terminés Cytoponctions Nombre de cancers suspectés Nombre de cancers confirmés
Première campagne 300 472 2 091 547 116 101
Deuxième campagne 270 529 1 826 207 71 52
Troisième campagne 217 908 1 058 77 30 26
Quatrième campagne 148 993 503 34 16 11
Plus de 25 ans 4 239 127 10 4 1

Rappelons que, selon le fond de soutien des enfants ayant un cancer de la thyroïde, créé en 2016, il y aurait au moins 17 cas supplémentaires, non pris en compte dans les données officielles : 16 d’entre eux auraient été diagnostiqués lors de contrôles effectués par les parents en dehors de la province de Fukushima, et un cas avait déjà oublié par le passé. L’un d’entre eux avait moins de 5 ans au moment de la catastrophe nucléaire. Evidemment, il y a probablement d’autres cas non recensés.

A ces chiffres, on peut ajouter les 4 cas découverts à Marumori, au Sud de la province voisine de Miyagi.