Deux études mettent en évidence un corrélation positive entre le taux de cancers de la thyroïde et la contamination radioactive

Après Tchernobyl, il a fallu des années pour que soit admis le lien entre les retombées radioactives et l’augmentation du nombre de cancers de la thyroïde chez les jeunes. Après Fukushima, les autorités japonaises et certaines organisations internationales ont toujours déclaré qu’elles ne s’attendaient pas à une augmentation significative de ce taux de cancer car l’exposition y a été beaucoup plus faible et parce que le régime alimentaire japonais est beaucoup plus riche en iode, ce qui protège la thyroïde.

La première campagne de dépistage par échographie a été lancée pour rassurer les parents inquiets et devait fournir le taux de cancer avant l’impact des retombées radioactives, en prenant en compte le fait que les cancers de la thyroïde sont apparus au bout de quelques années dans les territoires contaminés par la catastrophe de Tchernobyl.

Le nombre de cancers de la thyroïde à l’issue de la première campagne de dépistage est beaucoup plus élevé que ce qui était attendu. Les autorités japonaises ont mis en avant l’effet du dépistage. Sans lui, les signes cliniques seraient arrivés beaucoup plus tard. Le dépistage, par un “effet râteau”, aurait concentré les cas découverts. Mais rien ne permet d’affirmer que tous ces cas seraient apparu sans la contamination radioactive.

Les derniers résultats publiés montrent que le nombre total de cas de cancers de la thyroïde chez les jeunes découverts lors des campagnes suivantes est désormais plus élevé que le nombre de cas de la première campagne. Ces nouveaux cas sont donc récents et il est naturel de soupçonner un lien avec la catastrophe nucléaire.

Deux articles, publiés dans des revues scientifiques avec comité de lecture, font un lien entre le taux de cancers de la thyroïde et la contamination radioactive. Le premier date de septembre 2019 et le deuxième, de mars 2020. Ils sont tous deux en libre accès.

Comme les seules indications géographiques disponibles sur les cas de cancer de la thyroïde sont à l’échelle de la commune, ces deux études ont moyenné la contamination de chacune des 59 communes de la province de Fukushima.

La première étude s’est basée sur le débit de dose ambiant fourni par les cartes de la contamination publiées par les autorités japonaises. Que ce soit en considérant les résultats de chaque campagne de dépistage séparément ou en les combinant, une corrélation positive a été trouvée entre l’exposition externe et le taux de cancers de la thyroïde.

La deuxième étude, effectuée par des physiciens, utilise une méthode semblable, sauf que les données sur la contamination proviennent de la cartographie effectuée par les universités japonaises. Les traitements statistiques diffèrent aussi. Cette deuxième étude ne trouve pas de corrélation significative entre le taux de cancers et la contamination radioactive pour la première campagne de dépistage, et trouve une corrélation positive pour la deuxième.

La deuxième étude a aussi recherché s’il y avait une corrélation avec les quelques données sur la contamination en iode-131. Pour la première campagne de dépistage, aucune corrélation significative n’a été trouvée. Pour la deuxième, il y a une faible corrélation, qui pourrait ne pas être significative. Cette deuxième étude suggère donc que l’exposition externe aurait eu un plus grand impact que la contamination interne par l’iode.

Les coopératives de pêche envisagent une reprise complète de leurs activités à partir d’avril 2021

Lors d’une réunion à Iwaki le 29 septembre, la fédération régionale des coopératives de pêche de Fukushima s’est fixé comme objectif la reprise de l’ensemble des opérations de pêche commerciale en avril prochain. Les contrôles effectués à l’issue de captures test a permis de lever toutes les interdictions, y compris pour les poissons plats, comme les raies, dont l’alimentation dépend des fonds marins, plus contaminés.

Le calendrier de reprise en fonction des zones de pêche devrait être précisé au début 2021. Cependant, La zone proche de la centrale de Fukushima daï-ichi pourrait être évitée encore un certain temps. Il faut aussi consolider les circuits de commercialisation.

Les pêcheurs sont très inquiets du projet de rejet en mer de l’eau contaminée contenue dans les cuves à la centrale de Fukushima daï-ichi. Lors de l’assemblée générale de juin, la fédération a approuvé une résolution spéciale demandant une “objection absolue” au rejet dans l’océan.

Le Fukushima Minpo, qui relate l’information, rappelle aussi les principales dates depuis la catastrophe nucléaire :
• 15 mars 2011 : La fédération régionale des coopératives de pêche de Fukushima décide de suspendre la pêche côtière.
• 7 avril 2011 : Début de la surveillance de la contamination dans l’environnement pour les fruits de mer.
• 22 juin 2012 : Le gouvernement ordonne la limitation de la commercialisation de 36 espèces de poissons et lève l’interdiction pour les jeunes lançons.
• Le 25 juin 2012 : Première livraison de poissons capturés lors d’opérations de test.
• 28 août 2013 : La pêche expérimentale est suspendue et reportée en raison de la découverte de fuites radioactives à la centrale nucléaire de Fukushima daï-ichi.
• 24 septembre 2013 : Reprise de la pêche expérimentale et suspension volontaire des opérations dans la zone maritime située dans un rayon de 20 km autour de l’usine.
• 28 février 2017 : Zone de pêche restreinte réduite à un rayon de 10 km de l’usine.
• 25 février 2020 : Le gouvernement lève l’interdiction d’expédition de la raie commune, permettant la commercialisation de toutes les espèces de poissons.

Une cour d’appel confirme la culpabilité de l’Etat japonais et de TEPCo pour la catastrophe de Fukushima

La haute cour de Sendaï a confirmé, en appel, la responsabilité de TEPCo et de l’Etat japonais dans la catastrophe de Fukushima. Ils devront payer plus d’un milliard de yens (8 millions d’euros) de dommages et intérêts à 3 550 plaignants qui résidaient dans des zones affectées par la catastrophe nucléaire. C’est plus qu’en première instance.

La plainte avait été initialement déposée en 2013. Il s’agit de la plus importante action en justice de ce type intentée à la suite de l’accident nucléaire. Un premier jugement, rendu en 2017, par un tribunal du district de Fukushima, avait déjà reconnu l’Etat et TEPCo coupables et les avait condamnés à indemniser 2 907 personnes pour un total de 500 millions de yens. L’Etat et TEPCo d’un côté, et les plaignants, de l’autre, avaient alors fait appel.

La cour d’appel vient donc de doubler la somme totale des indemnisations. Elle a aussi élargi le nombre de victimes à indemniser, en ajoutant des plaignants de la région d’Aïzu dans la province de Fukushima, la ville de Marumori dans celle de Miyagi et certaines parties de celle de Tochigi, qui avaient été exclues dans la décision du tribunal de district. Cependant, certains résidents de la préfecture d’Ibaraki, qui avaient été jugés éligibles à une indemnisation par le tribunal de première instance, ont été exclus cette fois-ci.

Il s’agit de la première décision rendue par une cour d’appel qui rend l’État responsable dans le cadre de poursuites judiciaires liées à l’accident nucléaire. Elle pourrait faire jurisprudence dans la trentaine d’autres procédures en cours.

Conformément à la décision rendue en 2017 par le tribunal de district de Fukushima, la haute cour a pris sa décision sur la base de trois points litigieux, notamment sur la question de savoir si un tsunami majeur aurait pu être prévu. Les deux autres points étaient de savoir si des contre-mesures auraient pu être mises en place pour prévenir une catastrophe, et si les niveaux d’indemnisation prévus par le gouvernement étaient suffisants. Pour la haute cour, “la TEPCo s’est illustré par sa volonté de tout faire pour éviter de nouvelles mesures” de protection contre les tsunamis. Quant au gouvernement, il n’a pas “rempli le rôle d’autorité de régulation qu’il était censé assumer”. Le tribunal avait conclu que la responsabilité du gouvernement dans la catastrophe était moindre que celle de TEPCO, mais cette fois-ci, le gouvernement et TEPCO ont été jugés également responsables. La haute cour Le tribunal a notamment pris en compte le fait que le gouvernement avait promu la production d’énergie nucléaire dans le cadre de sa politique énergétique et avait maintenu l’autorisation d’exploitation de la centrale.

Ainsi, par exemple, suite à la réévaluation de la probabilité à long terme qu’un gigantesque tremblement de terre se produise au large de Fukushima faite en 2002, TEPCo avait demandé l’avis d’un seul universitaire critique et avait ensuite déclaré à l’Agence de sûreté nucléaire et industrielle de l’époque que l’évaluation n’était pas fiable. La haute cour a reproché à l’agence, qui était responsable de la sûreté des centrales nucléaires, d’avoir accepté sans hésiter le verdict peu sincère de la compagnie et de n’avoir pas joué le rôle qu’une agence de régulation était censé jouer.

Les plaignants avaient demandé des paiements mensuels d’indemnisation d’environ 50 000 yens par personne et par mois, jusqu’à ce que la contamination de leur résidence revienne au niveau d’avant la crise, ce qui portait leur demande finale totale à environ 28 milliards de yens (224 millions d’euros).