Origine de l’augmentation des rejets radioactifs à partir du 18 mars 2011

La télévision publique japonaise, la NHK, vient de diffuser un documentaire repéré par Fukuleaks, qui explique l’origine de l’augmentation des rejets radioactifs à partir du 18 mars 2011 :

Selon le documentaire, 40% des rejets ont été émis durant cette période, et les vents ont parfois soufflé vers les terres de l’archipel. Or, TEPCo avait réduit l’injection d’eau de refroidissement dans les réacteurs pendant deux jours, et ce pourrait être à l’origine de cette hausse des émissions radioactives. A l’époque, le refroidissement était assuré par des camions pompe des pompiers.

L’amplitude des pics de contamination relevés sur des filtres situés à Futaba est aussi élevée qu’après ceux qui caractérisent les explosions hydrogène. Cela mérite donc des explications.

La NHK a essayé de comprendre pourquoi. Outre l’improvisation complète face à des évènements inattendus et le chaos qui régnait dans toute la chaîne de commande en situation de crise, une augmentation soudaine de la pression dans la chambre de suppression du réacteur n°3, qui est passée de 20 à 420 kPa, faisait craindre une rupture de l’enceinte de confinement. La réponse a été la réduction de l’injection d’eau de 600 à 160 L/min. L’injection a aussi été réduite dans les réacteurs 1 et 2.

Une analyse a posteriori a montré que le refroidissement était alors insuffisant et que la température du réacteur n°3 a commencé à augmenter pour passer de 200 à environ 400°C en deux jours. Cela a pu conduire a un détachement et une remise en suspension des produits de fission radioactifs. Les images du réacteur n°3 prises le 18 mars 2018 montrent un panache de vapeur provenant de l’enceinte de confinement, qui devait donc être très radioactif. De même, un panache est apparu au dessus du réacteur n°2 à cette époque. TEPCo, de son côté, affirme qu’il est difficile d’établir un lien de cause à effet entre la réduction de l’injection d’eau et la hausse des rejets. A l’époque, la compagnie avait mis deux jours pour comprendre ce qui se passait dans les réacteurs.

La NHK a aussi analysé les enregistrements des vidéoconférences entre le siège de TEPCo à Tôkyô, la cellule de crise à la centrale de Fukushima daï-ichi et les autres centrales du groupe. Il apparaît que la décision de réduire l’injection d’eau ne faisait pas l’unanimité. Le directeur de la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, par exemple, y était opposé. A la centrale de Fukushima daï-ichi, le directeur et son équipe devaient face à une multitude de problèmes et ne pouvaient pas analyser les conséquences de la décision de réduire l’injection d’eau de refroidissement. Ils ne s’y sont pas opposés.

Selon les experts consultés par la NHK, c’est le directeur de Fukushima daï-ichi qui avait la meilleure expertise de la situation et qui a pris les meilleures décisions. Mais, le 17 mars 2011, quand la décision de réduire l’injection d’eau a été prise, il était plus préoccupé par le refroidissement des piscines de combustibles usés, qui ne sont pas protégées par une enceinte de confinement. Le “coût de la coordination” des nombreuses tâches qui retombaient sur les épaules du directeur de la centrale et son équipe ont entraîné la sous-estimation du risque et la non-détection des problèmes qui s’en sont suivis.

Rappelons aussi qu’il n’y avait pas d’électricité dans les réacteurs et les capteurs ne fonctionnaient pas tous. Par conséquent, peu d’information était disponible. Le rétablissement de l’électricité n’était pas prioritaire sur le refroidissement des piscines. Quand l’électivité a pu finalement être rétablie dans la salle de contrôle principale, le 19 mars, il est apparu que la température du réacteur n°3 était beaucoup trop élevée et dépassait les 300°C. L’erreur est devenue évidente et il a été ordonné d’augmenter l’injection d’eau de refroidissement.

Voir l’excellent documentaire en anglais sur Youtube :

L’article scientifique sur les rejets analysés à partir des aérosols collectés sur des filtres à Futaba et ailleurs est ici, en accès payant.

La catastrophe de Fukushima aurait pu être évitée selon un sismologue

Les auditions se poursuivent au procès de trois anciens dirigeants de TEPCo. Récemment, un cadre de TEPCo avait révélé comment le vice-président avait stoppé le projet de digue. Lors de la 11ième audition qui a eu lieu le 9 mai 2018, Kunihiko Shimazaki, sismologue, est venu témoigner. Il avait participé, en 2002, à la compilation des données sismiques qui alertait sur le risque sismique de la région. Il a aussi été membre de l’autorité de régulation nucléaire, mise en place après la catastrophe, jusqu’en 2014.

En 2002, son rapport prédisait qu’un séisme de magnitude 8 accompagné d’un tsunami d’une hauteur de 10 m était possible sur une vaste zone du Nord-Est du Japon. Puis, en 2008, TEPCO avait estimé qu’une vague de tsunami de 15,7 m de haut pouvait frapper sa centrale de Fukushima daï-ichi, mais n’avait rien fait pour s’en protéger. Le gouvernement non plus, n’avait pas pris en compte cette compilation pour ses plans d’urgence.

Interrogé par le procureur, K. Shimazaki a expliqué que les experts avaient des opinions variées lors de la compilation des données, mais que la possibilité d’un séisme de grande ampleur était partagée par tous. Et d’ajouter que la catastrophe aurait donc pu être évitée si des mesures de protections avaient été prises. Mais, comme le note K. Shimazaki, cela ennuyait les exploitants nucléaires.

Le gouvernement aurait fait pression sur le groupe de travail peu avant la publication du rapport afin que l’évaluation à long terme soit présentée comme peu fiable. Le groupe aurait donc ajouté des réserves dans l’introduction sur la fiabilité du travail. K. Shimazaki aurait indiqué lors de son audition que la non prise en compte de cette évaluation a conduit à adopter des mesures de protection contre les tsunamis inappropriées. de nombreuses vies auraient pu être sauvées.

Selon un employé de TEPCo, un dirigeant de la compagnie a arrêté le projet de digue contre les tsunamis en 2008

Les auditions des témoins continuent dans le procès de trois anciens dirigeants de TEPCo. Un employé vient de rapporter que Sakaé Mutô, vice-président de la compagnie a arrêté le projet de digue anti-tsunami à la centrale de Fukushima daï-ichi.

Rappel de l’épisode précédent : un rapport interne à TEPCo daté de mars 2008 avait estimé qu’un tsunami pouvait atteindre une hauteur de 15,7 m à la centrale de Fukushima daï-ichi. Les calculs étaient basés sur une mise à jour, en 2002, des prédictions gouvernementales qui aboutissaient à un séisme de magnitude 8,2 au large de Fukushima.

Le témoin, dont les propos sont rapportés par l’Asahi et le Maïnichi, faisait partie de l’équipe en charge de définir les mesures de renforcement des protections contre les séismes et tsunamis, mise en place en novembre 2007. Il rapportait directement à Sakaé Mutô à l’époque. Selon lui, le groupe était arrivé au consensus que TEPCo devait prendre en compte la réévaluation gouvernementale du risque tsunami et a chargé une filiale de faire une estimation de la vague la plus haute. La filiale a informé le groupe en mars 2008 des résultats de son évaluation : 15,7 m. Et le groupe a informé Sakaé Mutô à ce sujet en juin de cette même année.

Toujours selon le témoin, M. Mutô aurait alors demandé que l’on prépare une demande de permis de construire une digue. Puis, en juillet 2008, M. Mutô aurait informé le groupe que TEPCo ne retenait pas cette valeur de 15,7 m, sans la moindre explication. Le groupe aurait été choqué par cette décision.

Comme on le sait, la vague la plus haute du tsunami de 2001 faisait 15,5 m de haut à la centrale de Fukushima daï-ichi… Le procès continue.

La France remet l’Ordre national du Mérite au directeur général en charge du démantèlement de la centrale de Fukushima

Le 14 mars 2018, Laurent Pic, ambassadeur de France au Japon, a remis à Naohiro Masuda, directeur général en charge du démantèlement de la centrale de Fukushima, les insignes de Chevalier de l’Ordre national du Mérite. A voir sur le site de l’Ambassade.

Naohiro Masuda était directeur de Fukushima daï-ni en mars 2011, qui a pu échapper à la catastrophe nucléaire car de l’électricité sur le réseau était disponible à 9 kilomètres. Un câble a été tiré en urgence pour relancer le refroidissement des réacteurs et éviter, ainsi, la fusion du cœur des réacteurs.

Chiffres clés pour le septième anniversaire

A l’approche du septième anniversaire de la catastrophe nucléaire à la centrale de Fukushima, voici quelques chiffres clé tels qu’ils apparaissent dans les médias et les sites officiels. Cet article sera mis à jour au fur et à mesure de leur apparition. Une version antérieure de cet article a été traduite en anglais par Hervé Courtois.

Les chiffres clés publiés à l’occasion du sixième anniversaire sont ici.

Situation des réacteurs

Les travaux visent essentiellement à sécuriser les réacteurs accidentés qui sont encore menaçants. A proximité, les débits de dose sont tels que le temps de séjour doit être très limité, ce qui complique les travaux.

Réacteur n°4

La cuve était vide le 11 mars 2011 et il n’y a pas eu de fusion du cœur, mais une explosion hydrogène a détruit le bâtiment réacteur. Depuis décembre 2014, la piscine de combustible du réacteur a été vidée et les travaux sont arrêtés car il n’est plus menaçant.

Les quelques débits de dose disponibles à l’intérieur du bâtiment réacteur sont ici exprimés en mSv/h, sachant que les limites sont en mSv/an. Ils datent de 2016.

Réacteur n°3

Il y a eu une fusion du cœur et une explosion hydrogène a détruit le bâtiment réacteur. Tous les débris de la partie haute ont été retirés à l’aide d’engins télécommandés. Un nouveau bâtiment en en cours de finition. La construction du toit, de forme cylindrique, est terminée. Le retrait des combustibles devrait débuter cette année et se terminer en 2019.

Les premières images prises à l’intérieur de l’enceinte de confinement ont conduit à réviser le scénario de fusion du cœur.

Les quelques débits de dose disponibles à l’intérieur du bâtiment réacteur sont ici exprimés en mSv/h, sachant que les limites sont en mSv/an. Ils datent de 2016.

Il y aurait entre 188 et 394 tonnes de corium dans ce réacteur, avec une valeur nominale à 364 tonnes pour le réacteur n°3. Ce dernier contient du combustible MOx, à base de plutonium. Pour en savoir plus.

Réacteur n°2

Il y a eu fusion du cœur, mais le bâtiment réacteur est entier. TEPCo n’a pas commencé à retirer les combustibles usés de la piscine. La compagnie a envoyé plusieurs robots dans l’enceinte de confinement afin de localiser le corium, ce mélange de combustible fondu et de débris.

Plusieurs séries d’images ont été mises en ligne par la compagnie. Celles prises en janvier 2017 ont été analysées et remises en ligne en décembre 2017. On y voit un trou béant juste sous la cuve, fort probablement dû au passage du combustible fondu. Celles obtenues en janvier 2018 au fond de l’enceinte montrent ce que TEPCo pense être du corium et des fragments d’assemblage de combustible.

Les débits de dose à l’intérieur de l’enceinte de confinement sont létaux en quelques minutes. Les derniers résultats publiés suite à l’exploration de janvier 2018 sont assez surprenant : pas plus élevés à proximité de ce que TEPCo pense être du corium, mais plus élevés à l’extérieur.

Les quelques débits de dose disponibles à l’intérieur du bâtiment réacteur sont ici exprimés en mSv/h, sachant que les limites sont en mSv/an. Ils datent de 2016.

Il y aurait entre 189 et 390 tonnes de corium dans ce réacteur, avec une valeur nominale à 237 tonnes. Pour en savoir plus.

Réacteur n°1

Il y a eu une fusion du cœur et une explosion hydrogène a détruit le bâtiment réacteur. Ce bâtiment avait été recouvert d’une nouvelle structure en 2011, qui a été entièrement démantelée en novembre 2016. TEPCo a commencé à retirer les débris de la partie haute du réacteur, pour, ensuite, reconstruire une nouvelle structure afin de vider la piscine de combustibles.

Les débits de dose à l’intérieur du bâtiment réacteur sont ici exprimés en mSv/h, sachant que les limites sont en mSv/an. Ils datent de 2016.

Il y aurait entre 232 et 357 tonnes de corium dans ce réacteur, avec une valeur nominale à 279 tonnes. Pour en savoir plus.

Réacteurs 5 et 6

Les réacteurs 5 et 6 étaient partiellement déchargés le 11 mars 2011 et un générateur diesel de secours était encore fonctionnel, ce qui a permis d’éviter la fusion du cœur. Ces réacteurs sont maintenant entièrement déchargés et vont être démantelés.

Contamination de la centrale

Les derniers débits de dose sur le site de la centrale publiés par TEPCo datent de février 2017 :

L’eau souterraine reste aussi contaminée. Chiffres à venir.

Eau contaminée

Le combustible qui a fondu et percé les cuves doit toujours être refroidi. A cette fin, TEPCo injecte 72 m3 d’eau par jour dans chacun des réacteurs 1, 2 et 3 à cette fin (source). Cela fait un total de 216 m3/j. Cette eau se contamine fortement au contact du combustible fondu et s’infiltre dans les sous-sols des bâtiments réacteur et turbine où elle se mélange à l’eau des nappes phréatiques qui s’y infiltre.

Au début de la catastrophe, les infiltrations s’élevaient à environ 400 m3 par jour, qui se contaminaient et qu’il fallait entreposer dans des cuves. Inversement, l’eau des sous-sols, fortement contaminée, fuyaient vers la nappe puis l’océan.

Pour réduire les infiltrations d’eau souterraine, TEPCo pompe en amont des réacteurs, avant que cette eau soit contaminée et la rejette directement dans l’océan. Elle a aussi construit une barrière tout le long du littoral et pompe les nappes phréatiques au pied des réacteurs. Une partie de cette est partiellement décontaminée et rejetée dans l’océan. Une autre partie, trop contaminée, est mélangée à l’eau pompée dans les sous-sols des réacteurs pour être mise dans des cuves après traitement, en attendant une meilleure solution.

La dernière barrière mise en place est le gel du sol tout autour des 4 réacteurs accidentés, sur 1,4 km dans le but de stopper les infiltrations. Après de nombreux déboires, le gel est terminé depuis novembre 2017, mais l’effet reste limité. Même l’Autorité de Régulation Nucléaire, la NRA, doute sérieusement de l’efficacité de cette technique qu’elle considère désormais comme secondaire.

La mise en place du mur gelé a coûté 34,5 milliards de yens (265 millions d’euros) aux contribuables auxquels il faut ajouter plus d’un milliard de yens (8 millions d’euros) par an pour l’électricité.

Il y a un an, lors de notre précédent bilan, TEPCO pompait quotidiennement 135 m3 d’eau contaminée dans les sous-sols des bâtiments réacteurs et turbine, en plus de celle qu’elle injectait pour le refroidissement et 62 m3 des nappes phréatiques, ce qui faisait un total de 197 m3 qui s’accumulaient quotidiennement dans des cuves après traitement (source). C’est plus en cas de pluie, voire beaucoup plus lors des typhons.

Maintenant que le gel du sol est terminé, ces flux se sont réduits. Selon le dernier bilan publié par la compagnie, 75 m3 d’eau souterraine s’infiltrent quotidiennement dans les sous-sols des réacteurs auxquels il faut ajouter 15 m3 par d’eau souterraine pompée trop contaminée pour être traitée directement avant rejet en mer. Cela fait donc un total de 90 m3 par jour. Ces valeurs correspondent à une semaine sans pluie. En cas de fortes précipitations, c’est beaucoup plus, même si TEPCo a asphalté et bétonné tous les sols afin de limiter les infiltrations (source).

L’eau pompée dans les sous-sols est traitée puis entreposée dans des cuves sur le site de la centrale. TEPCo retire 62 radioéléments, mais il reste notamment le tritium, de l’hydrogène radioactif, qu’il est difficile de séparer. La compagnie annonce avoir déjà traité 1 891 070 m3 d’eau contaminée, ce qui a généré 9 219 m3 de déchets liquides très radioactifs et 597 m3 de boues radioactives. Une partie de cette est utilisée pour le refroidissement et le reste est stocké dans des cuves. Selon la compagnie, le stock d’eau traitée ou partiellement traitée s’élève à 1 037 148 m3 auxquels il faut ajouter 35 010 m3 d’eau dans les sous-sols des bâtiments réacteur et turbine (source). Il y a près d’un millier de cuves pour garder cette eau qui occupent presque tout le site de la centrale.

Que faire de cette eau traitée ? Après avoir envisagé plusieurs pistes peu réalistes, il ne reste que le rejet en mer. La concentration en tritium serait d’un à cinq millions de becquerels par litre, ce qui est plus que la limite autorisée, fixée à 60 000 Bq/L. Mais, il suffit de diluer, comme cela est fait en fonctionnement normal. Le problème est plutôt du côté du stock total, estimé à 3,4 PBq (3,4 milliards de millions de becquerels), ce qui représente de l’ordre de 150 années de rejet à la limite autorisée.

A titre de comparaison, l’autorisation de rejet en mer de l’usine Areva de La Hague est, pour le tritium, de 18,5 PBq et les rejets effectifs de ces dernières années variaient entre 11,6 et 13,4 PBq par an. Le stock de tritium de Fukushima représente donc 3 mois et demi de rejets à La Hague. De quoi rendre jalouses les autorités japonaises !

En revanche, on ne connait pas la concentration des autres radioéléments après filtrage. filtrés. C’est pourtant important pour faire une étude d’impact avant rejet. Toyoshi Fuketa, le président de l’Autorité de Régulation Nucléaire, a demandé à ce qu’une décision soit prise cette année, en précisant que le rejet en mer est la seule solution. La préparation du rejet devrait prendre deux à trois ans, selon lui, et TEPCo va rapidement manquer de place (source).

Travailleurs

A la centrale nucléaire de Fukushima daï-ichi

Du 11 mars 2011 au 31 mars 2016, 46 956 travailleurs ont été exposés aux rayonnements ionisants sur le site de la centrale accidentée de Fukushima daï-ichi, dont 42 244 sous-traitants. Ce sont les sous-traitants qui prennent les doses les plus élevées, avec une moyenne qui varie de 0,51 à 0,56 mSv par mois entre Janvier et Février 2016. C’est entre 0,18 et 0,22 pour les salariés de TEPCo.

Il y a aussi 1 203 personnes qui ont une limite plus élevée pour pouvoir continuer à pénétrer sur le site. Leur dose moyenne cumulée depuis le début de l’accident est de 36,49 mSv et la valeur maximale de 102,69 mSv.

• Le 1er avril 2016, TEPCo a remis tous les compteurs à zéro. Ainsi, 174 travailleurs qui avaient dépassé la limite de dose de 100 mSv sur 5 ans peuvent revenir. Depuis cette date, jusqu’au 31 décembre 2017, 18 348 personnes ont travaillé en zone contrôlée, dont 16 456 sous-traitants (90%). Impossible de savoir combien d’entre eux ont déjà été exposés lors des cinq premières années. Durant cette période, les sous-traitants ont pris une dose moyenne cumulée de 4,29 mSv, avec un maximum à 60,36 mSv, alors que les employés de TEPCo ont pris une dose moyenne cumulée de 1,79 mSv avec un maximum à 22,85 mSv. Les sous-traitants ont ainsi pris 95,4% de la dose collective cumulée qui est de 74 hommes.sieverts (source).

TEPCo a mis en ligne de nombreuses autres données sur les doses prises, avec des répartitions par âge, année… Lien direct vers la page en anglais.

TEPCo a réduit les primes de risques versées aux intervenants car les débits de dose ont baissé sur le site. Ce sujet serait l’un des principaux griefs du personnel engagé sur place. Elle pouvait atteindre 20 000 yens (150 €) par jour, même si, pour les sous-traitants, cette prime était ponctionnée à chaque niveau de sous-traitance, pour être réduite, parfois, à moins de la moitié. En mars 2016, TEPCo a divisé le site de la centrale accidentée en 3 zones, rouge, jaune et verte, en fonction du niveau de risque. Mais pour de nombreux intervenants, ce zonage n’a pas de sens : des débris de la zone rouge sont transférés dans la zone verte. Les poussières soulevées par les engins ne respectent pas les délimitations… Ainsi, les sous-traitants font porter des équipements de protection comme des masques dans la zone verte, même si TEPCo ne l’exige pas (source).

Sur les chantiers de décontamination

Dans les zones évacuées, c’est le gouvernement qui est maître d’œuvre des chantiers de décontamination et dans les zones non évacuées, ce sont les communes. Le bilan mensuel du ministère de l’environnement (source, page 16) fait état de :

  • 13 millions de décontamineurs dans les zones évacuées et
  • 17 millions de décontamineurs dans les zones non évacuées selon les données transmises par les communes.

Ces chiffres sont complètement irréalistes. Il s’agit probablement du nombre de contrats signés. Ce qui signifie que les autorités ne connaissent pas le nombre de décontamineurs et qu’elles ne connaissent donc pas les doses individuelles.

Un suivi dosimétrique individuel a été introduit en novembre 2013 pour les décontamineurs (source en japonais) qui travaillent en zone évacuée et qui sont soumis aux mêmes limites de dose que les travailleurs du nucléaire (explications en anglais). Les données pour l’année 2016 font état de 36 000 décontamineurs. On est loin des millions de décontamineurs rapportés par le ministère de l’environnement. La majorité d’entre eux (87%) a reçu une dose inférieure à 1 mSv/an et la dose la plus élevée est comprise en 7,5 et 10 mSv. Il y a aussi des données par nombre de chantiers ou par zone.

Les données les plus récentes en anglais, datées du 8 janvier 2018, concernent la période octobre 2016 – septembre 2017. Les doses sont rapportées par période de 3 mois alors que les limites sont annuelles. Il est donc difficile d’interpréter ces chiffres. S’il apparaît que la très grande majorité des décontamineurs ont reçu moins de 1 mSv sur 3 mois, on ne sait pas combien sont sous cette limite sur un an. La dose moyenne annuelle est, quant à elle, de 0,5 mSv.

Autres personnes exposées

Je n’ai pas trouvé de données officielles quant aux doses prises par les personnes qui ont continué à travailler en zone évacuée ou les nombreux policiers qui gardent les accès aux zones interdites et y patrouillent.

Cartographie de la pollution radioactive

• La dernière cartographie aérienne de la pollution radioactive autour de la centrale accidentée de Fukushima daï-ichi effectuée par les autorités date de novembre 2016 et est disponible en ligne sur le site dédié.

Les environs immédiats de la centrale nucléaire n’ont pas été recontrôlés, semble-t-il.

• Le “soil project” propose une carte basée sur des prélèvements de sols effectués par le réseau de stations de mesure et de laboratoires indépendants. Chikurin, le laboratoire monté au Japon avec le soutien financier et technique de l’ACRO est membre de ce réseau.

Liens vers la carte en anglais et en japonais.

• Cartes du “Projet de mesure de la radioactivité environnementale autour de Fukuichi (Fukushima daiichi)” : Ces cartes ont été traduites en français par l’association Nos Voisins lointains 3.11.

• Safecast : cette organisation utilise un radiamètre “maison” branché sur un smartphone pour mesurer le débit de dose ambiant. La carte regroupant les données est ici.

Décontamination

La décontamination des zones évacuées est sous la responsabilité du gouvernement. Ailleurs, là où l’exposition externe pouvait dépasser 1 mSv/an, ce sont les communes qui doivent s’en occuper. Voir le dernier bilan publié par le ministère de l’environnement.

Dans la zone évacuée, la décontamination est terminée, sauf dans la partie classée en “zone de retour difficile” où l’exposition externe pouvait dépasser 50 mSv/an. La décontamination n’a eu lieu que dans les zones habitées et agricole, pas dans les forêts. Le ministère annonce 22 000 habitations décontaminées, 1 600 ha de routes, rues, voies…, 8 500 ha de terrains agricoles et 5 800 ha de forêt à proximité des zones résidentielles.

Dans les zones non évacuées, 104 communes étaient initialement concernées, à Fukushima, Iwaté, Miyagi, Ibaraki, Tochigi, Gunma, Saïtama et Chiba et c’est passé à 92 par la simple décroissance radioactive. Les travaux de décontamination sont terminés dans 89 d’entre elles et restent à faire dans 3 autres. Le ministère annonce 418 582 habitations décontaminées à Fukushima et 147 656 dans les autres provinces, 11 958 équipements publics à Fukushima et 11 803 dans les autres provinces. Il est aussi question de 18 403 km de routes, rues, voies à Fukushima et 5 399 dans les autres provinces, 31 043 ha de terrains agricoles à Fukushima et 1 588 ha dans les autres provinces.

Pour les zones dites de retour difficile, le gouvernement va décontaminer un centre à Futaba et Ôkuma afin de pouvoir affirmer qu’il n’a abandonné aucune commune. La fin des travaux est prévue pour 2022. Qui va revenir après 11 années d’évacuation ? Pour Namié, dont une partie est aussi classée en zone de retour difficile, les travaux de décontamination vont débuter en mai 2018 afin de pouvoir lever l’ordre d’évacuer en mars 2023 ! Cela représente 660 hectares, qui couvrent 3,7% de la commune. Ces travaux en zone très contaminée vont engendrer une exposition des décontamineurs aux rayonnements ionisants. Comme il n’y a pas de seuil d’innocuité, le premier principe de la radioprotection impose la justification de ces expositions et cela n’a pas été fait.

Le ministère de l’environnement a budgété 2 600 milliards de yens (20 milliards d’euros) jusqu’en 2016 pour financer les travaux de décontamination. La moitié est pour les zones évacuées, sans prendre en compte la zone dite de retour difficile et l’autre moitié pour les zones non évacuées.

Déchets radioactifs issus de la décontamination

Voir notre reportage de l’été 2016 sur le problème des déchets issus de la décontamination. Les déchets organiques sont incinérés et les cendres doivent être stockés comme des déchets industriels. Les sols, quant à eux, doivent être entreposés pour 30 ans sur un site de 16 km2 autour de la centrale de Fukushima daï-ichi, le temps de trouver une solution définitive.

• Selon le ministère de l’environnement (source), la décontamination des zones évacuées a engendré 8 400 000 m3 de déchets contenant des sols radioactifs auxquels s’ajoutent environ  7 200 000 m3 dans les zones non évacuées (6 800 000 m3 à Fukushima et 400 000 m3 dans les autres provinces concernées).

• En ce qui concerne le site d’entreposage des sols contaminés de 16 km2 (1 600 hectares) d’une capacité de 22 millions de mètres cubes, le gouvernement n’a réussi à louer ou acheter que 48,4% de la surface, sachant que 21% des terrains appartenaient déjà au gouvernement ou aux communes (source). C’était 18% il y a un an (source).

Ce site n’accueillera que les déchets de Fukushima. Le ministère annonce avoir transféré 404 773 sacs d’un mètre cube environ sur ce site en 2017. On est encore loin des millions de mètres cubes, mais cela a nécessité 67 146 transports en camion. Et il faudra autant de transports pour les reprendre dans 30 ans… Le volume total entreposé pour le moment est de 633 889 m3.

Pour en savoir plus sur ce site d’entreposage.

• Pour les déchets radioactifs des autres provinces, les autorités privilégient l’enfouissement même si elles peinent à trouver des sites (source).

• En attendant, il y a des déchets partout, à perte de vue. Voir les photos de l’ACRO et les vidéos de Greenpeace.

Zones évacuées et personnes déplacées

• Les derniers ordres d’évacuer ont été levés au 1er avril 2017 et il reste surtout les zones dites de retour difficile où l’accès est interdit.

• En janvier 2018, 75 206 personnes étaient encore officiellement déplacées par la triple catastrophe (séisme, tsunami et accident nucléaire), dont 40 349 dans les trois provinces les plus touchées (Fukushima, Miyagi et Iwaté). Et 13 564 d’entre elles vivaient encore dans des logements préfabriqués, peu confortables.

En Octobre 2017, le nombre de personnes déplacées à Fukushima était officiellement de 54 579, dont 34 870 en dehors de la province (source). Ils étaient 164 865 en mai 2012. Il faut noter cependant, que les « auto-évacués », qui ont quitté des zones contaminées de leur propre chef, sans y être obligés par les autorités, ne sont plus pris en compte dans ce décompte, car ils ne bénéficient de plus aucune aide.

• Le taux de retour dans les zones où les ordres d’évacuer ont été levés est inférieur à 20% et plus de la moitié sont des personnes âgées. Plus précisément :

  • Namié : 490 personnes résidentes sur 17 954 habitants, soit 2,7% (source) ;
  • Iitaté : 505 résidents sur 6 509 habitants, soit 7,8% (source) ;
  • Tamura : 3 338 résidents sur 4 497 personnes originaires des zones évacuées (74%) et une population totale de 41 662 personnes (source) ;
  • district d’Odaka à Minami-Sôma : 2 469 résidents sur 12 842 avant la catastrophe, soit 19% (source) ;
  • Kawamata : 278 résidents sur 15 877 personnes enregistrée au 11 mars 2001, soit 1,8% (source) ;
  • Naraha : 2 105 résidents sur 8 011 personnes enregistrée au 11 mars 2001, soit 26% (source) ;
  • Tomioka : 376 résidents sur 15 960 personnes enregistrée au 11 mars 2001, soit 2,3% (source) ;
  • Katsurao : 209 résidents sur 1 567 personnes enregistrées au 11 mars 2011, soit 13% (source).

Par ailleurs, à Hirono, située entre 20 et 30 km de la centrale nucléaire, il y a 4 041 résidents sur 5 490 personnes enregistrées au 11 mars 2011, soit 74% (source). De nombreux travailleurs du nucléaire s’y sont installés.

• Quatre communes vont rouvrir des établissements scolaires combinant écoles élémentaires et collèges au 1er avril prochain, un an après la levée des ordres d’évacuer, mais selon le Maïnichi, seulement 4% des enfants devraient être de retour. Les villes de Namié et Tomioka vont maintenir des établissements en dehors de leur commune, là où les personnes déplacées se sont réfugiées, tandis que les villages d’Iitaté et Katsurao n’auront plus qu’un seul établissement scolaire sur le territoire de la commune car les personnes déplacées sont à moins d’une heure de route.

A Iitaté, il y avait 482 enfants scolarisés avant la catastrophe et seulement 75 devraient être de retour à la rentrée prochaine. Mais 90% d’entre eux n’habiteront pas Iitaté et viendront tous les jours par bus. Pour Katsurao, c’est 18 enfants qui seront de retour alors qu’ils étaient 83 avant la catastrophe. A Tomioka, seulement 16 enfants devraient être scolarisés sur le territoire de la commune alors qu’ils étaient 1 204 avant l’accident. A Namié, c’est 10 en 2018 contre 1 440 avant 2011.

Pour ces quatre communes, l’école est au cente de leur programme de revitalisation et tout sera gratuit, y compris la cantine et les excursions scolaires. Mais cela ne semble pas suffisant.

Selon le Yomiuri, si l’on prend en compte les zones où l’ordre d’évacuer a été levé et les établissements scolaires déjà rouverts, on arrive à un total de 531 enfants qui seront scolarisés dans 9 communes à partir de la rentrée prochaine. C’est à peine 8,6% du nombre d’enfants qui y étaient scolarisés avant la catastrophe nucléaire. Il n’y aura que 156 enfants en maternelle dans ces 9 communes, soit 7,8% de l’effectif précédant l’évacuation. Et c’est 0,5% dans les communes où l’école va rouvrir le 1er avril prochain.

Voici les taux de retour dans les écoles rapportés par le Yomiuri :

Vont rouvrir en 2018
Ont rouvert
Katsurao Yamakiya (Kawamata) Namié Iitaté Tomioka Miyakojimachi (Tamura) Kawauchi Naraha Odaka (Minami-Sôma)
16,1% 15,2% 0,5% 14,1% 1,1% 47,4% 38,6% 14,9% 11,5%

Impact sanitaire

• Décès : Selon la police, le nombre de victimes est de 15 895, dont 15 825 dans les trois provinces les plus touchées par le séisme et le tsunami, à savoir, Iwaté, Miyagi et Fukushima. Concernant ces dernières, 99,6% d’entre elles ont été identifiées. Plus de 50% avaient plus de 65 ans. 90,4% sont mortes noyées et 0,9% brûlées dans un incendie. La cause du décès demeure inconnue pour 703 victimes et il y a 2 539 disparus. Source. Il s’agit là des décès directs auxquels il faut ajouter 3 647 décès indirects liés à la triple catastrophe.

• Cancers de la thyroïde : L’université médicale de Fukushima effectue une campagne de dépistage par échographie des cancers de la thyroïde chez les jeunes de Fukushima. Les derniers résultats sont ici sur notre site. Cela a permis de découvrir un total de 197 cas de cancer de la thyroïde, dont 160 confirmés après chirurgie et un qui s’est révélé bénin après chirurgie.

Le bilan des trois campagnes de dépistage donne :

Première campagne Deuxième campagne Troisième campagne
Dépistage avec résultat

300 473

270 515

179 038
Examens complémentaires 2 090 1 788 573
Cytoponctions 542 205 31
Nombre de cancers suspectés 116 71 10
Nombre de cancers confirmés 101 52 7

A noter, que selon un fond de soutien, un cas de cancer de la thyroïde a échappé aux statistiques officielles (source). Selon ce même fond qui a effectué un suivi de 84 enfants ayant déclaré un cancer de la thyroïde, 8 d’entre eux ont dû subir une deuxième intervention chirurgicale après une rechute. Ils avaient entre 6 et 15 ans au moment de l’accident. Il réclame des statistiques officielles sur le nombre de rechutes.

Coût de la catastrophe

Les chiffres officiels relatifs au coût de la catastrophe ont été revus à la hausse en décembre 2016 pour atteindre 21 500 milliards de yens (175 milliards d’euros) et n’ont pas changé depuis. Cela inclut le démantèlement des réacteurs de Fukushima daï-ichi, à hauteur de 8 000 milliards de yens (65 milliards d’euros), 7 900 milliards de yens (64 milliards d’euros) pour les indemnisations, près de 4 000 milliards de yens (32,5 milliards d’euros) pour la décontamination et 1 600 milliards de yens (13 milliards d’euros) pour le centre d’entreposage temporaire des déchets radioactifs. Pour en savoir plus.

Cette somme ne comprend pas le coût du stockage des déchets issus du démantèlement de la centrale accidentée ni la création d’un îlot décontaminé dans les zones dites « de retour difficile » dont le seul but est la non disparition des villages concernés.

La facture de la catastrophe nucléaire pourrait être de 50 000 à 70 000 milliards de yens (420 à 580 milliards d’euros), ce qui est 3 fois plus élevé que l’estimation gouvernementale, selon une étude du Japan Center for Economic Research (source).

TEPCo a déjà reçu un total de 8 070,5 milliards de yens (62 milliards d’euros au cours actuel) d’avance pour les indemnisations. Cet argent est prêté sans intérêt (source).

Le gouvernement détient toujours 50,1% des parts de TEPCo.

Parc nucléaire japonais

• Il y avait 54 réacteurs nucléaires de production d’électricité au Japon qui fournissaient environ 30% de l’électricité du pays.

Les réacteurs 1 à 4 de la centrale de Fukushima daï-ichi ont été détruits et les 5 et 6 arrêtés définitivement.

Un nouveau référentiel de sûreté a été introduit en juillet 2013 et aucun réacteur ne satisfaisait aux nouvelles exigences. Il a fallu revoir la sûreté, investir dans dans le renforcement de la tenue aux séismes et faire valider le tout. Depuis, 8 autres réacteurs ont été arrêtés définitivement, car leur remise en service coûte trop cher : Tsuruga 1 (Fukui), Genkaï 1 (Saga), Shimané 1, Ikata 1 (Ehimé), Mihama 1 et 2 (Fukui) et Ôï 1 et 2 (Fukui).

Le parc nucléaire japonais n’est donc plus officiellement constitué que de 40 réacteurs nucléaires. D’autres arrêts définitifs devraient suivre, comme les 4 réacteurs de Fukushima daï-ni noyés par le tsunami ou à Tsuruga à cause d’une faille sismique.

14 réacteurs nucléaires ont reçu une autorisation de remise en service, mais seulement 5 ont redémarré depuis la mise en place du nouveau référentiel de sûreté. Ikata 3 a été arrêté depuis, sur ordre de la justice, à cause du risque volcanique (source). Quatre réacteurs (Ôï 3 et 4 et Genkaï 3 et 4) ont vu leur redémarrage retardé suite à un scandale chez Kôbé Steel (source). Pour trois autres réacteurs (Mihama 3 et Takahama 1 et 2) qui ont plus de 40 ans, la remise en service n’est pas pour tout de suite car il y a beaucoup de travaux de renforcement de la sûreté prévus.

TEPCo a reçu un feu vert de l’autorité de régulation nucléaire pour Kasiwazaki-Kariwa 6 et 7, mais il lui faut obtenir l’accord des autorités locales et ce n’est pas gagné car le gouverneur de Niigata est contre (source). Se pose le problème, en particulier, de savoir si TEPCo a la culture de sûreté suffisante pour exploiter des réacteurs nucléaires après ce qui s’est passé à la centrale de Fukushima daï-ichi (source).

Il ne reste actuellement que 4 réacteurs nucléaires en activité au Japon : Takahama 3 et 4 exploités par Kansaï Electric à Fukui et Sendaï 1 et 2 exploités par Kyûshû Electric à Kagoshima.

• Le surgénérateur Monju a été arrêtés définitivement. Il n’a fonctionné que 250 jours depuis sa mise en service en 1994. Une fuite de sodium avait entraîné son arrêt en 1995. La culture de sûreté y est défaillante (source).

• Les autorités n’ont pas encore abandonné l’usine de retraitement située à Rokkashô-mura dans la province d’Aomori dont la mise en service cumule déjà 24 années de retard depuis 1997, année de la première date de mise en service prévue (source).

Cette usine est supposée séparer le plutonium pour le recycler dans le parc nucléaire actuellement à l’arrêt, à l’exception de 4 réacteurs. Elle n’est pas utile.

• Le charbon couvre maintenant 30% de la production d’électricité au Japon et cela augmente encore. Si tous les projets aboutissent, cela devrait atteindre 40%… alors que décembre 2017 marquait les 20 ans du protocole de Kyôto. Les engagements du Japon lors de la COP21, bien que modestes, pourraient ne pas être tenus.

Voir Fukushima

Blog montrant des photos d’Iitaté-mura avant et après la catastrophe nucléaire. La commune, classée parmi les 100 plus beaux villages du Japon, a été entièrement évacuées. L’ordre d’évacuation a été levé en 2017 sur un grande partie de son territoire.

• RMC découverte a diffusé un documentaire sur les premiers jours de la catastrophe nucléaire japonaise auquel nous avons participé. Il se base sur la reconstitution que nous avons faite sur ce site internet.

Ce documentaire peut être regardé en replay jusqu’au 14 mars 2018.

En Belgique, il sera diffusé jeudi 8 mars à 22h25 sur La Une et sur La Trois le 12/03 à 23h20 et le 15/03 à 10h55.

Rapports publié à l’occasion du 7ième anniversaire

• Greenpeace a publié un nouveau rapport accompagné de deux vidéos :

SimplyInfo.org Fukushima 7th Anniversary Report

Note de synthèse de l’IRSN, avec un point sur l’état des installations et un autre sur l’évolution du zonage post-accidentel.

L’IRSN affirme que les autorités japonaises ont pris des mesures de prise d’iode lors de la phase d’urgence. Ce n’est pas correct. L’ordre du gouvernement central de distribuer la prophylaxie à l’iode n’est jamais parvenu aux autorités locales et seuls quelques maires ont pris l’initiative de distribuer de l’iode.

Synthèse en anglais effectuée par le ministère des affaires étrangères du Japon

TEPCo aurait demandé en 2008 de réduire la hauteur de la vague de tsunami estimée

Lors du procès de trois anciens dirigeants de TEPCo, un employé d’une filiale est venu témoigner qu’en 2008, on lui avait demandé de réduire la hauteur du tsunami qu’il avait estimé. Alors qu’il travaillait pour Tokyo Electric Power Services Co. (TEPSCO), le témoin a joué un rôle clé dans le calcul de l’amplitude du tsunami qui pourrait frapper les centrales de Fukushima daï-ichi et daï-ni. A partir des données officielles, il a trouvé qu’une vague d’une hauteur de 15,7 m pouvait survenir. Lors d’une présentation de ces résultats au siège de TEPCo en mars 2008, on lui aurait demandé s’il était possible de réduire la hauteur obtenue en changeant la méthode de calcul.

Le témoin aurait alors refait des calculs en changeant des hypothèses, mais serait à nouveau arrivé à la même hauteur. Il a expliqué à la cour, qu’à la fin, sa prédiction n’a pas été acceptée. TEPCo aurait alors conclu qu’une digue de 10 m de hauteur serait suffisante. Et cette digue n’a jamais été construite… On connait la suite.

Du déni de réalité à la catastrophe

En août 2002, c’est à dire neuf ans avant la catastrophe de Fukushima, l’ancienne “autorité” de sûreté, la NISA, avait demandé à TEPCo d’évaluer l’impact d’un tsunami suite à un séisme au large et l’exploitant aurait refusé. C’est ce qui ressort du témoignage de Shuji Kawahara, qui était à la tête d’une équipe en charge de la tenue aux séismes à la NISA. Cette demande faisait suite à la publication, le 31 juillet 2002, d’un rapport d’un comité d’experts gouvernemental qui estimait qu’un tsunami majeur, similaire à celui de 1896, pouvait frapper la côte pacifique du Japon à tout moment. Il estimait la probabilité à 20% dans les 30 prochaines années pour la partie allant de Chiba au Tôhoku.

Selon le Japan Times, qui a pu consulter le témoignage de Shuji Kawahara, une réunion a eu lieu le 5 août 2002 dans les locaux de la NISA pour discuter des conséquences du rapport. TEPCo aurait résisté pendant 40 minutes avant refuser d’évaluer l’impact d’un tsunami. Shuji Kawahara pense que cela aurait demandé beaucoup de moyens pour faire l’étude demandée et la NISA n’a pas plus insisté.

Ce témoignage a été produit par des plaignants qui réclament une meilleure indemnisation et est appuyé par une série de emails qui résument les discussions entre la NISA et TEPCo. La compagnie a refusé de répondre aux médias à ce propos.

Selon le Maïnichi, la NISA aurait refait une demande en 2006, suite au tsunami de 2004 qui avait ravagé l’Asie du Sud-Est et, comme on le sait déjà, en 2008, TEPCo avait estimé qu’un tsunami d’une hauteur de 15,7 m pourrait frapper la centrale de Fukushima daï-ichi, mais n’avait entrepris aucune action pour renforcer la protection des réacteurs nucléaires.

Le gouvernement, plus préoccupé par la promotion du nucléaire que par sa sûreté, n’a pas su imposer des contrôles plus stricts. La NISA était une branche du ministère de l’industrie, qui soutenait le développement de l’énergie nucléaire.

C’est bien le PDG de TEPCo qui a interdit l’utilisation de l’expression “fusion du cœur” pendant la crise

Pendant la crise, il n’était alors question que d’endommagement du combustible. L’expression “fusion du cœur” (meltdown) n’a pas été utilisée. Ce n’est qu’en mai 2011, que TEPCo a admis qu’il y eu fusion du cœur dans les réacteurs 1, 2 et 3. Ni les autorités japonaises, ni l’AIEA, ni aucun autre organisme officiel d’expertise n’ont contredit TEPCo pendant ces 3 premiers mois.

Cinq ans plus tard, TEPCo a affirmé avoir découvert que son propre manuel d’urgence qualifiait de “fusion” un évènement avec au moins 5% du combustible fondu. La compagnie aurait donc dû utiliser cette expression. Face au scandale, TEPCo a diligenté une enquête interne confiée à des tiers dont les conclusions ont été rendues publiques en juin 2016 : le PDG de l’époque, Masataka Shimizu, aurait interdit l’emploi de cette expression. Et les enquêteurs d’ajouter : Compte tenu de ces faits, il est vraisemblable que le Cabinet du Premier ministre a demandé Shimizu faire attention avant d’admettre une fusion en en public. » Mais, le gouvernement de l’époque n’a pas été interrogé lors de cette enquête. Le premier ministre de l’époque, Naoto Kan et le porte-parole du gouvernement, Yukio Edano ont démenti toute pression contre la compagnie à propos de l’expression « fusion du cœur ».

Une nouvelle investigation a donc été lancée et les conclusions sont rapportées par l’Asahi. Elle était conduite conjointement par les autorités régionales de Niigata, où il y a la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, et TEPCo. Il ressort qu’il n’y aurait eu aucune pression gouvernementale et que c’est bien le PGD de TEPCo de l’époque, Masataka Shimizu, qui est à l’origine de la censure afin d’éviter la panique. Les autorités ne l’ont pas contredit.

Analyse des images prises dans l’enceinte de confinement des réacteurs n°2 et 3

TEPCo a effectué un traitement et une analyse des images prises par des robots dans les enceintes de confinement des réacteurs n°2 et n°3 de sa centrale accidentée de Fukusima daï-ichi.

Pour le réacteur n°3, les premières images avaient conduit à réviser le scénario de fusion du cœur. L’analyse mise en ligne récemment (en japonais uniquement) confirme la présence de combustibles fondus et de débris provenant de la cuve au fond de l’enceinte de confinement.

Sur cette photo mise en ligne par TEPCo, la compagnie pense qu’il s’agit d’un tube pour guider les barres de contrôle : Il devrait être dans la cuve et il jonche maintenant le fond de l’enceinte de confinement. Des câbles qui fondent à plus de 1 000°C sont aussi fortement endommagés. C’est fort probablement dû au combustible fondu et aux débris qui sont tombés de la cuve percée. Voir les explications en anglais.

TEPCo a aussi publié une image prise dans l’enceinte de confinement du réacteur n°2 avec des explications en anglais :

On y voit le trou sous la cuve et un objet qui est tombé. La compagnie devrait y envoyer un nouveau robot en janvier 2018.

Centrale de Kashiwazaki-Kariwa : deux réacteurs autorisés à redémarrer sous condition

L’Autorité de Régulation Nucléaire, la NRA, s’est réunie à propos des réacteurs 6 et 7 de la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, située à Niigata, pour lesquels TEPCo a demandé une autorisation de redémarrage. La question est de savoir s’ils satisfont aux nouvelles règles de sûreté mises en place après la catastrophe nucléaire. Il s’agit de deux réacteurs à eau bouillante, comme à Fukushima, alors que les réacteurs autorisés à redémarrer à ce jour sont tous des réacteurs à eau sous pression.

Mais TEPCo n’est pas un exploitant nucléaire comme les autres. De graves lacunes dans sa culture de sûreté ont conduit à la catastrophe nucléaire. Elle a privilégié le profit sur la sûreté en reportant, par exemple, la construction d’une digue contre les tsunamis plus élevée. Avant même la catastrophe, la compagnie avait dû faire face avait vu tout son parc nucléaire arrêté car elle avait falsifié des rapports de sûreté pour faire des économies. Les scandales furent aussi nombreux après la catastrophe.

TEPCo compte sur ces réacteurs pour augmenter ses ressources financières. Mais elle doit démontrer qu’elle peut sécuriser la centrale accidentée de Fukushima daï-ichi, ce qui nécessite des fonds… Une équation impossible à résoudre ! Pour la centrale de Niigata, TEPCo a annoncé devoir dépenser 680 milliards de yens (5,2 milliards d’euros) afin de renforcer sa sûreté.

L’instruction du dossier déposé en septembre 2013 est presque terminée et la NRA doit prendre une décision. L’instruction a été longue et complexe car les mesures mises en place par TEPCo pour faire face à un séisme de grande ampleur étaient lacunaires : elle avait négligé le risque de liquéfaction des sols. Elle s’était aussi trompée sur la résistance sismique d’un bâtiment clé pour la sûreté. La compagnie doit surtout démontrer qu’elle a la culture de sûreté suffisante pour exploiter une centrale nucléaire.

Lors d’une première réunion qui a eu lieu le 6 septembre, la NRA a entériné la dimension technique du dossier relative aux nouvelles règles de sûreté. En revanche, les commissaires n’ont pas réussi à ce mettre d’accord sur l’aptitude de TEPCo à exploiter ces réacteurs en toute sûreté. Alors que la compagnie est exsangue, elle risque de faire passer les profits avant la sûreté.

Le président de la NRA avait déclaré le 10 juillet dernier, que si “TEPCo ne veut ou ne peut pas terminer le démantèlement de Fukushima, elle n’est simplement pas qualifiée pour exploiter Kashiwazaki-Kariwa”. Et d’ajouter qu’il ne voyait pas “TEPCo prendre des initiatives”. Il avait en tête, notamment, l’eau contaminée qui s’accumule sans solution. Le nouveau directoire est aussi source d’inquiétude car il ne connait pas les enjeux auquel il doit faire face. La NRA a donc rédigé une position allant dans le même sens qu’elle a soumise à la compagnie. La réponse est arrivée le 25 d’août : TEPCo s’engage à prendre des initiatives pour les victimes de la catastrophe nucléaire et à démanteler les réacteurs accidentés. Mais le document est essentiellement une déclaration d’intention et ne présente pas grand chose de concret. Il n’aborde pas, par exemple, le problème de l’eau contaminée. Comment garantir ces engagements sur des décennies ? Pour montrer sa bonne volonté, le nouveau PDG a visité la centrale de Fukushima daï-ichi 7 fois depuis qu’il s’est fait sévèrement critiqué par la NRA.

Selon le Maïnichi, la NRA semble avoir une attitude plus conciliante depuis. Lors d’une audition du PDG qui a eu lieu le 30 août, la NRA n’a pas posé de question précise et s’en est tenue à des généralités. Selon un de ses membres, elle n’aurait pas de pouvoir légal à exiger plus de garanties sur le démantèlement avant d’autoriser le redémarrage de deux réacteurs à Kashiwazaki-Kariwa. Même le président de la NRA, qui part à la retraite le 18 septembre prochain, aurait conclu que les circonstances ne permettent pas de s’opposer à la qualification de TEPCo.

C’est lors de la deuxième réunion du 13 septembre que les commissaires de la NRA sont arrivés à une conclusion : la NRA va donner son accord à la condition que TEPCo inscrive dans ses propres règles de sûreté son engagement à mener à bout le démantèlement de Fukushima daï-ichi et de mettre la priorité sur la sûreté. Elle devra ajouter à ses règles de sûreté internes un plan détaillé des procédures mises en place pour garantir la sûreté. Une fois accepté par la NRA, ce plan fera l’objet d’inspections. Le président de la NRA a indiqué, lors de la conférence de presse, que le but est de rendre l’engagement de TEPCo contraignant.

La NRA demande aussi un véritable engagement du ministère de l’industrie à superviser la compagnie et à renforcer ces règles de sûreté. Rappelons que l’Etat japonais est actionnaire majoritaire depuis la catastrophe.

Certains observateurs se demandent si la NRA n’a pas tout fait pour obtenir un accord avant le départ à la retraite de son premier président, Shun’ichi Tanaka, qui part à la retraite après un mandat de 5 ans. Les pressions extérieures ont dû aussi être très fortes. Beaucoup doutent de la capacité de TEPCo à se réformer en profondeur afin de devenir un exploitant responsable. L’évaluation de ses engagements à se réformer est aussi difficile à mettre en œuvre car cela repose sur des critères subjectifs.

La NRA doit encore formaliser son avis et le soumettre à l’avis du public.

Notons que le gouverneur actuel est opposé à ce redémarrage. Même s’il n’a légalement pas son mot à dire, il est politiquement difficile de passer outre son avis. Et le maire de Kashiwazaki, qui lui a un pouvoir de véto, a aussi mis des conditions à son accord.

Les réacteurs 6 et 7 de Kashiwazaki-Kariwa ont été mis en service en 1996 et 1977 respectivement. Ils ont une puissance de 1 360 MWhe chacun.