Le gouvernement envisage de lever les derniers ordres d’évacuer avant la fin des travaux de décontamination

Les ordres d’évacuer ont été levés partout, sauf dans les zones dites de retour difficile, où l’exposition externe pouvait dépasser 50 mSv/an au début de la crise. Cela concerne encore sept communes. La décontamination y est beaucoup plus complexe et ne suffit pas à abaisser suffisamment les niveaux d’exposition. Alors, selon l’Asahi, le gouvernement japonais veut y lever les ordres d’évacuer avant même d’avoir terminé les travaux de réhabilitation, à la condition que les habitants ne reviennent pas !

Actuellement, il y a trois conditions à satisfaire avant de lever un ordre d’évacuer : l’exposition externe doit être passée sous la valeur de 20 mSv/an (ce seuil est très élevé en comparaison du seuil de 1 mSv/an utilisé ailleurs, où il n’y a pas eu d’accident) ; les infrastructures et les services comme les routes, l’eau, l’électricité doivent avaoir été rétablis et les travaux de décontamination doivent être terminés ; enfin, des discussions doivent avoir eu lieu avec l’équipe municipale. Pour accélérer le processus dans les derniers territoires évacués, le gouvernement envisage de revoir certaines règles dans les zones où l’exposition externe est passée naturellement sous la barre de 20 mSv/an.

L’ordre d’évacuer pourrait y être levé avant même que les travaux de décontamination aient été effectués, à la condition que personne n’y réside et que la commune en fasse la demande ! Les ministères de l’industrie et de l’environnement se seraient déjà mis d’accord et l’Autorité de régulation nucléaire seraient chargée d’y établir les règles de protection.

C’est la commune d’Iitaté qui aurait fait une telle demande en février dernier. L’ordre d’évacuer est maintenu dans le district de Nagadoro, toujours classé en zone dite de retour difficile. La commune aimerait qu’il soit partiellement levé en 2023. Les 11 foyers concernés n’ont aucune intention de retourner vivre chez eux, même si cet ordre est levé.

La commune aimerait créer un parc dans la zone la plus contaminée. Iitaté n’est pas seule commune concernée par ces difficultés. C’est une façon d’entériner le non-retour des populations dans certaines zones, sans le reconnaître puisque l’ordre d’évacuation sera levé là où il n’y a plus personne à évacuer.

L’héritage de Tchernobyl et la voie navigable transeuropéenne E40

Les retombées radioactives de la catastrophe de Tchernobyl ont pollué de vastes territoires en Ukraine, Biélorussie et Russie. 34 ans plus tard, le réacteur accidenté est confiné sous une arche pour un siècle et la zone d’exclusion a été transformée en une vaste « réserve radio-écologique ». La principale stratégie mise en œuvre est d’attendre la lente décroissance de la radioactivité.

Les récents incendies de forêt sont venus rappeler que la radioactivité n’est pas confinée dans les territoires abandonnés. La rivière Pripiat, qui traverse la zone d’exclusion et passe au pied du réacteur accidenté avant de se jeter dans le Dniepr, charrie aussi continuellement des radioéléments. En aval, plus de 8 millions d’Ukrainiens boivent l’eau du Dniepr et jusqu’à 20 millions mangent des aliments irrigués avec l’eau de ce fleuve. Les années avec de fortes inondations dans la zone d’exclusion (une fois tous les 4 ans environ), les niveaux d’exposition des habitants augmentent de façon significative.

C’est dans ce contexte que l’ACRO a évalué l’impact radiologique de la voie navigable transeuropéenne E40, qui vise à relier la Mer Noire à la Mer Baltique via le Dniepr et le Pripiat, à la demande de la société zoologique de Francfort et du collectif « Save Polesia ». Le rapport est disponible en français et en anglais sur notre site Internet : http://acro.eu.org

Carte du projet de voie fluviale E40, extraite de savepolesia.org. © pg-webstudio.de

Aujourd’hui, la contamination est dominée par le césium-137, le strontium-90 et divers isotopes du plutonium hautement toxique. L’américium-241, le noyau fils du plutonium-241, est également très toxique et sa contribution croissante devrait dominer l’impact radiologique à l’avenir.

La voie navigable intérieure E40 projetée, qui devrait passer à proximité de la centrale nucléaire de Tchernobyl et traverser la zone d’exclusion, aura nécessairement un impact radiologique sur les travailleurs de la construction et de la maintenance, ainsi que sur la population en aval qui dépend de l’eau des rivières Pripiat et Dniepr. Bien que ce projet nécessite de grands travaux tels que la construction d’un barrage et l’alignement du cours de la rivière dans sa partie la plus contaminée, aucune étude d’impact radiologique n’est disponible. Les principes de la CIPR en matière de radioprotection et les conventions d’Aarhus et d’Espoo exigent pourtant des études environnementales et radiologiques, une justification du projet et la participation des parties prenantes et du grand public au processus de décision.

L’étude de l’ACRO montre que les travaux de construction pour la partie de la voie navigable E40 qui traverse la zone d’exclusion de Tchernobyl et passe à proximité de la centrale nucléaire ne sont pas réalisables. L’exposition estimée des travailleurs serait trop élevée pour être acceptée. En outre, le bassin de refroidissement de Tchernobyl, fortement contaminé, et les stockages temporaires de déchets radioactifs dans la plaine d’inondation de la rivière Pripiat n’ont pas encore été démantelés, ce qui empêche tout travail de construction. L’AIEA recommande également une liste d’autres mesures de protection qui restent à mettre en œuvre.

La partie de la voie navigable E40 qui se trouve en amont de la zone d’exclusion de Tchernobyl serait alors inutile, car sans connexion avec le Dniepr. Cela signifie également que les travaux d’aménagement qui consistent en la construction de plusieurs barrages et l’alignement des méandres de la rivière Pripiat pour accepter les navires de classe V ne sont pas justifiés.

Enfin, la portion de la voie E40 allant de la mer Noire au réservoir de Kiev nécessite principalement des travaux de dragage réguliers. L’étude de faisabilité mentionne 68 000 m3 de travaux de dragage par an dans le réservoir de Kiev, qui stocke du césium-137 dans ses sédiments de fond. Une telle activité est contraire aux recommandations de l’AIEA de laisser les sédiments en place car elle augmentera la dose des personnes qui dépendent de l’eau du réservoir de Kiev pour leur approvisionnement en eau et en nourriture.

En conclusion, l’ACRO partage l’avis du collectif « Save Polesia » : ce projet de voie navigable aura un impact environnemental et sanitaire inacceptable. Il n’est pas justifié et doit être abandonné. Elle appelle l’Union européenne à cesser tout soutien à ce projet.

Ce travail ne serait pas possible sans votre soutien :
partiellement déductible des impôts.
Même une petite somme est la bienvenue

Radiation impacts of the E40 waterway from Frankfurt Zoological Society on Vimeo.

La parade de la flamme olympique annulée avec le report des JO

La flamme olympique devait partir de J-Village le 26 mars et parader durant 3 jours dans la province de Fukushima. TEPCo avait même préparé une belle présentation de ses travaux de décontamination du parking de J-Village. Des associations avaient alerté sur les niveaux résiduels le long du parcours de la flamme.

Mais la pandémie de COVID-19 a entraîné le report d’un an des JO de Tôkyô et de la parade. Cela ne sera peut-être pas suffisant car le coronavirus sera probablement toujours présent.

La flamme olypique sera exposée pendant un mois à J-Village, qui a servi de base arrière à TEPCo au début de la catastrophe. Puis, elle sera exposée à Tôkyô en mai.

Le ministère de l’environnement japonais a trouvé la solution pour lutter contre les rumeurs néfastes

C’est bien connu, il n’y a pas de problème à Fukushima, la “situation est sous contrôle”, comme l’avait déclaré le premier ministre japonais devant le comité olympique. Il n’y a que des rumeurs néfastes !

Opposition au rejet dans l’océan de l’eau contaminée : rumeurs néfastes. Opposition à la réutilisation des terres contaminées issues de la décontamination : rumeurs néfastes. Faible taux de retour des populations : rumeurs néfastes.

Le ministère de l’environnement japonais a trouvé la solution : mettre une plante en pot avec de la terre radioactive à son siège de Tôkyô (source : lien direct, copie). Comme il l’affirme, “c’est l’un des efforts de démonstration du recyclage pour éliminer les idées fausses à l’égard de Fukushima” (This is one of the recycling demonstration efforts to eliminate misconception toward Fukushima).

Ces pots pourraient être mis en vente. L’industrie nucléaire se fera sûrement une joie de pouvoir les offrir. Cela fera plus écolo que des goodies fabriqués en Chine. On attend avec impatience des aquarium avec de l’eau contaminée des cuves…

Bon, il y a juste 16 millions de mètres cube de terre et 1,2 million de mètres cube d’eau à écouler ainsi…

Rapport de Greenpeace sur la contamination radioactive à Fukushima

Greenpeace International vient de publier, à l’occasion du neuvième anniversaire de la catastrophe nucléaire, un rapport en anglais sur la contamination à Fukushima : Radioactivity on the move 2020: Recontamination and weather-related effects in Fukushima (communiqué, rapport en anglais, photos et vidéos).

L’organisation a fait des relevés de débit de dose ambiant et trouve toujours de nombreux points chauds dans des zones où l’ordre d’évacuer a été levé. Par ailleurs, pour certains points, le niveau a augmenté depuis l’an dernier. Cela pourrait être dû aux typhons qui ont frappé la région à l’automne dernier. Des sacs de déchets radioactifs avaient été emportés.

Elle demande au gouvernement japonais de revoir sa politique de retour dans les territoires contaminés.

Le parcours de la flamme olympique encore contaminé à Fukushima

Le gouvernement japonais a placé les jeux olympiques de 2020 sous le signe de la reconstruction, même s’ils auront lieu à… Tôkyô. Mais la flamme olympique partira de la province de Fukushima le 26 mars prochain.

Le parcours se fera sous la forme d’un relai : chaque personne portera la flamme sur 200 m environ. Une dizaine de personnes par commune traversée devraient donc être impliquées. Le transport se fera par voiture entre chaque commune. La flamme olympique va rester 3 jours à Fukushima. Voir son parcours sur le site du comité olympique, en japonais et en anglais, ainsi qu’une présentation en français.

Un collectif d’associations, auquel participait Chikurin, le laboratoire mis en place à Tôkyô avec le soutien de l’ACRO, a effectué des mesures de débit de dose ambiant et des prélèvements de sol tout le long du parcours de la flamme olympique. Les résultats ont été présentés lors d’une conférence de presse le 3 mars 2020. Voir la présentation faite.

Des mesures et des prélèvements ont été effectués sur 69 sites. Pour 43 site, le débit de dose ambiant à 1 m du sol dépassait 0,23 µSv/h, qui correspond au seuil à partir duquel le gouvernement japonais a engagé des travaux de décontamination. Cela correspond à 1 mSv/an. Voir nos explications sur les doses et les limites. Le site le plus contaminé a été trouvé à Iitaté : 0,85 µSv/h à 1 m du sol et une contamination surfacique de 2 140 000 Bq/m2. C’est plus que la limite normale d’1 mSv/an, mais c’est moins que la limite fixée à 20 mSv/an pour le retour des habitants par le gouvernement japonais.

L’exposition des relayeurs devrait être limitée car ils ne resteront pas longtemps sur place. Mais se pose tout de même la question de savoir ce qui justifie leur exposition. Les spectateurs, quant à eux, devraient très peu nombreux à cause du coronavirus. Le problème est pour les habitants qui sont là à l’année, car le parcours passe dans des zones où l’ordre d’évacuer a été levé.

Un livret en japonais présentant les résultats peut être commandé auprès de Chikurin (500 yens).

Voici plus d’information sur les sites investigués :

 

Fausses nouvelles et vrais mensonges sur Fukushima

Le Blog de Fukushima vient de publier une série en trois épisodes sur les nombreuses infox relatives à l’accident de Fukushima. Il s’agit d’un gros travail, très utile.

A lire :

Consultation publique sur le “recyclage” des terres contaminées

Les travaux de décontamination ont entraîné l’accumulation de 17 millions de mètres cube de terres contaminées pour lesquelles le Japon est en panne de solution (voir notre dernier bilan). Il est prévu de les transporter sur un site d’entreposage de 16 km2 autour de la centrale de Fukushima daï-ichi, où ils devront être repris après 30 années.

Le gouvernement veut pouvoir réutiliser ces terres contaminées dans des travaux de construction (routes, digues…). C’est une drôle de logique qui guide les autorités : d’énormes efforts sont déployés pour, dans un premier temps, rassembler la pollution radioactive. Puis, après 30 années, alors que les terres seront toujours radioactives, il est prévu de les disperser un peu partout dans le pays…

Mais le gouvernement persiste dans cette voie, malgré les nombreuses critiques. Il vient de lancer une consultation publique sur Internet pour modifier la réglementation. Il est possible de soumettre son avis jusqu’au 7 février 2020.

Ce qui est proposé est inacceptable : le texte soumis à consultion n’introduit pas de restriction à la réutilisation des terres contaminées. Il n’impose pas d’informer les populations riveraines des sites de “recyclage” et ne désigne pas qui sera responsable en cas de dispersion de la pollution. Rappelons que le Japon doit souvent faire face à des inondations et glissements de terrain. Bien évidemment, il n’est pas question de contrôles indépendants.

Voir le rapport du ministère de l’environnement (en japonais).

Il reste des points chauds à J-Village, selon Greenpeace

Greenpeace est allé faire des mesures de débit de dose à J-Village, l’installation sportive située à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima daï-ichi. Le site, qui a servi de base à TEPCo au début de la catastrophe, a été rendu aux sports et devrait accueillir la cérémonie de départ de la flamme olympique. Des équipes sportives devraient aussi être basées à J-Village lors des JO de 2020.

Dans un premier communiqué daté du 4 décembre 2019, Greenpeace fait état d’un niveau général de radiation ambiante assez faible, mais déplore la présence de points chauds pouvant atteindre 71 µSv/h au contact et 1,7 µSv/h à 1 m. C’est plus que le seuil entraînant la décontamination fixé à 0,23 µSv/h par les autorités japonaises (voir nos explications sur les seuils). L’organisation a alerté le ministre de l’environnement et le comité olympique.

Dans un communiqué daté du 12 décembre 2019, le ministère de l’environnement reconnait la présence du point chaud et annonce en avoir découvert un autre. TEPCo aurait mené des travaux de décontamination : Voir son communiqué du 4 décembre.

Dans un autre communiqué daté du 17 décembre 2019, Greenpeace souligne que cela ne suffit pas car il reste des zones avec des débits de dose ambiants assez élevés, notamment à proximité d’un parking.

Article scientifique de revue sur la décontamination des sols

Un article scientifique de revue fait le point sur la décontamination au Japon. Il est en libre accès. Voir aussi le communiqué de presse du CEA. Ce travail de revue se base sur une cinquantaine de publications scientifiques et ne prend pas en compte la littérature grise, à savoir les rapports officiels que l’on peut trouver en ligne sur les sites internet de différents ministères ou organisations internationales. Il n’apporte pas d’information nouvelle.

Le césium, qui est le contaminant majeur à Fukushima, se fixe sur les sédiments argileux et se trouve essentiellement sous forme particulaire dans l’environnement. Cet article scientifique ne prend en compte que cette forme et ignore, par exemple, les microparticules vitreuses qui concentrent la radioactivité qui ont été détectées un peu partout.

Rappelons que les zones décontaminées ou à décontaminer ne concernent que les parties habitées ou agricoles. Il n’y a pas d’intervention dans les forêts, qui couvrent près de 75% des zones contaminées, mis à part quelques zones où il y a eu des coupes à blanc pour produire de la biomasse, comme ici, sur cette photo de l’ACRO :

Ces forêts constituent un réservoir potentiel à long terme de césium et elles peuvent recontaminer les zones habitées comme à la suite de typhons, par exemple.

Il y a aussi eu une division entre les zones évacuées et les zones non-évacuées. Ces dernières, qui correspondent aux zones où le débit de dose dépassait 0,23 µSv/h, couvraient 7 800 km2 sur 102 communes dans 8 provinces et concernaient environ 1,7 million d’habitants.

Les méthodes utilisées sur les terrains agricoles dépendaient des zones et du niveau de contamination. Le retrait de la couche supérieure sur 5 cm là où la contamination dépassait 5 000 Bq/kg, avec parfois la mise en place d’une nouvelle couche, ou simplement un labour profond pour retourner le sol avec ajout de potassium et de zéolites, là où la contamination était inférieure à 5 000 Bq/kg. La deuxième méthode ne génère pas de déchets. L’article donne une évaluation des coûts et de la quantité de déchets engendrés en fonction des méthodes retenues (voir le tableau ci-dessous).

L’efficacité de ces mesures est très variable et dépend des situations. Par exemple, certaines rizières étaient recontaminées par des champs en amont non encore traités.

La lisière des forêts à proximité des habitations et des routes n’a été décontaminée que sur 20 m :

En ce qui concerne les déchets engendrés par ces pratiques, on retrouve ce qu’il y a dans les synthèses de l’ACRO, comme celle-ci, en images. L’article précise que la gestion des déchets est responsable de 50% du coût total de la décontamination.

En guise de conclusion, nous reprenons un extrait du tableau 2 de l’article pour les terrains agricoles :

Méthode Efficacité Coût par hectare
Nombre de sacs de déchets par hectare
Coupe des herbes, retrait de 5 cm de sol, ajout de sol frais 0,34 – 0,80 9,5 MY (7600€) 815
Coupe des herbes, retrait de 5 cm de sol 0,34 – 0,80 6,25 MY (5000€) 815
Echange entre la couche superficielle et couche profonde 0,34 – 0,80 3,10 MY (2500€) 0
Labour avec ajout de zéolite et potassium 0,21 – 0,50 0,33 MY (265€) 0