Accord du gouverneur pour la mise en service de Shimané-3

Le réacteur n°3 de la centrale de Shimané aurait dû être mis en service décembre 2011 alors que le chantier avait démarré en 2006. Mais la catastrophe nucléaire à la centrale de Fukushima daï-ichi a entraîné la suspension des travaux. L’exploitant, Chûgoku Electric, souhaite terminer la construction et mettre en service ce réacteur. Elle a donc dépensé 500 milliards de yens (4 milliards d’euros) pour renforcer la résistance aux séismes et les mesures de secours.

Avant de faire une demande auprès de l’Autorité de Régulation Nucléaire (NRA), la compagnie a sollicité l’accord des élus locaux. Le gouverneur a fait part de son intention de donner son accord. Cela fait suite aux accords de la commune de Mastué, qui accueille la centrale, celles de Tottori et des autres communes de la zone de 30 km autour de la centrale.

Il s’agit d’un réacteur à eau bouillante d’une puissance de 1 373 MWe. Le réacteur Shimané-1 a été arrêté définitivement et Shimané-2 est en cours d’inspection par la NRA.

TEPCo prête à envisager l’arrêt définitif de réacteurs à Kashiwazaki-Kariwa

Il y a un peu plus d’un an, le maire de Kashiwazaki avait demandé l’arrêt définitif d’au moins un réacteur de la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, dans la province de Niigata, en échange de son accord pour le redémarrage des réacteurs 6 et 7. Un de ses arguments était que l’exploitation de 7 réacteurs était trop risquée.

Rappelons que les réacteurs n°2, 3 et 4 sont arrêtés depuis le séisme de 2007 et que le réacteur n°1 est probablement sur une faille sismique active.

Lors d’une rencontre avec le maire de Kashiwazaki, le PDG de TEPCo a expliqué, pour la première fois, que cette demande était considérée sérieusement. Il n’a pas été beaucoup plus spécifique.

Le Japon va limiter l’extraction du plutonium à ce qui peut être consommé

Pressé par les Etats-Unis de réduire son stock de plutonium, le Japon, qui a un stock de près de 47 tonnes, cherche des solutions. La Japan Atomic Energy Commission (JAEC) vient donc de réviser, pour la première fois en 15 ans, sa politique sur le sujet. Si l’usine de Rokkashô-Mura dans la province d’Aomori devrait démarrer un jour, elle ne sera autorisée à extraire que la quantité de plutonium qui peut être consommé.

La règle précédente, qui date de 2003, stipulait que le Japon ne devait pas extraire le plutonium sans perspective d’utilisation. L’industrie nucléaire a toujours des perspectives, même si elles ne sont pas réalistes… La nouvelle règle stipule clairement la volonté de réduire le stock de plutonium, mais ne fixe aucune limite ni calendrier. Elle dit juste que le niveau actuel ne doit pas être dépassé.

Cette décision aura un impact sur la politique de retraitement. L’usine de Rokkashô accuse déjà 24 années de retard pour sa mise en service qui n’aura pas lieu avant 2021. Elle permettrait d’extraire 8 tonnes de plutonium par an, à pleine capacité et il faut 16 à 18 réacteurs pour consommer ce plutonium sous forme de MOx. Or, actuellement, seulement 10 réacteurs sont autorisés à utiliser ce combustible et 4 ont été remis en service (Takahama 3 et 4, Genkaï 3 et Ikata 3, suspendu par la justice depuis). Ces trois réacteurs consomment environ une tonne de plutonium chaque année. Et comme le stock de plutonium est de 47 tonnes, il n’y a donc pas besoin de cette usine avant longtemps. Mais comme elle n’est pas fonctionnelle et qu’elle doit démontrer qu’elle satisfait aux nouvelles règles de sûreté, tout cela reste très virtuel pour le moment.

Si la décision de la JAEC est lourde de conséquence pour le retraitement, cette dernière ne va pas jusqu’à recommander d’abandonner cette voie sans avenir et réviser entièrement sa politique nucléaire. Cela permettrait pourtant de clarifier les choses et de repartir sur de bonnes bases. Mais, comme pour la politique énergétique, le Japon préfère les plans irréalistes aux débats francs et ouverts.

Canicule au Japon : les économies d’énergies sont oubliées

Après la catastrophe de Fukushima, le gouvernement japonais avait demandé de faire des économies d’énergie et de ne pas exagérer avec la climatisation. Les universités avaient imposé des températures supérieures à 28°C pour la clim. Les magasins et restaurants étaient devenus raisonnables et il ne fallait plus prendre un pull.

Cet été, cela semble bien loin. Il faut de nouveau prendre un pull pour aller au restaurant, dans les trains ou dans certains magasins. Et comme le Japon fait face à une canicule, la demande en électricité a fortement augmenté. De vieilles centrales très polluantes ont dû être remises en route.

Le gouvernement, qui avait mis en avant le réchauffement climatique en avant après 2011 pour demander au Japonais de faire attention, n’a pas fait de campagne pour limiter la climatisation cette année, même si les rejets de gaz à effet de serre augmentent. A l’époque, il voulait surtout vanter la reprise du nucléaire. Le réchauffement climatique n’était donc qu’un prétexte.

Exercice de crise à Kashiwazaki-Kariwa : TEPCo obtient la note la plus basse

L’Autorité de Régulation Nucléaire (NRA) a effectué des exercices de crise avec les exploitants du nucléaire en 2017 et TEPCo a obtenu la note la plus basse pour sa centrale de Kashiwazaki-Kariwa. Pour un membre de la NRA, que la compagnie responsable de l’accident à la centrale de Fukushima daï-ichi obtienne la note la plus basse est impardonnable.

Pour la NRA, le partage d’information est un point crucial dans son évaluation car la crise de 2011 a été aggravée par des lacunes graves en ce domaine. TEPCo ne semble donc pas en avoir tiré les leçons. Lors de la crise, le personnel sur place a pris des mesures pour rétablir la situation sans en informer le siège à Tôkyô. Cela n’empêche pas la compagnie de vouloir redémarrer les réacteurs 6 et 7 de cette centrale.

Quant à Fukushima daï-ni, qui n’était pas encore arrêtée à l’époque, elle a obtenu une note moyenne.

Centrale d’Ôï : les plaignants ne feront pas appel et le transfert de combustibles vers d’autres réacteurs autorisé par la NRA

Au début du mois, la branche de Kanazawa de la haute cour de Nagoya a annulé l’injonction d’un tribunal de Fukui de suspendre le redémarrage de la centrale d’Ôï. Les plaignants ont décidé de ne pas faire appel auprès de la Cour suprême. Cette décision de justice est donc définitive.

Par ailleurs, l’Autorité de régulation nucléaire, la NRA, vient d’autoriser Kansaï Electric, l’exploitant, à transférer des assemblages de combustible des réacteurs 1 et 2 d’Ôï, qui sont arrêtés définitivement, vers les réacteurs 3 et 4 qui ont redémarré. La compagnie veut ainsi récupérer 264 assemblages sur les 629 qu’il y avait dans les réacteurs les plus anciens. De plus, 216 assemblages neufs, préparés pour les tranches 1 et 2, seront utilisés dans les tranches 3 et 4.

Reconduction du pacte américano-japonais concernant le plutonium

En juillet 1988, les Etats-Unis et le Japon avaient signé un pacte autorisant ce dernier à enrichir l’uranium et extraire le plutonium des combustibles usés. D’une durée de 30 ans, ce pacte a été reconduit tacitement le 16 juillet 2018.

Chaque partie peut désormais se retirer avec un préavis de 6 mois, ce qui rend la situation instable pour le Japon, qui est le seul pays ne possède pas l’arme atomique à pouvoir extraire le plutonium. Mais, comme nous l’avons signalé récemment, le Japon a des problèmes avec son plutonium qui s’accumule sans réelle perspective de voir le stock se réduire rapidement.

Trois actionnaires saisissent la justice pour que TEPCo cesse de financer Tôkaï-2

Trois actionnaires de TEPCo ont saisi un tribunal de Tôkyô pour que la compagnie cesse de financer le renforcement de la sûreté de Tôkaï-2. Ils estiment que les intérêts de TEPCo et de ses actionnaires seront menacés qui un soutien financier est fourni à la Japan Atomic Power Co (JAPCo) qui possède Tôkaï-2.

Bien que l’Autorité de régulation nucléaire vienne d’estimer que Tôkaï-2 satisfaisait au nouveau référentiel de sûreté, le réacteur va avoir 40 ans en novembre et il ne peut espérer obtenir qu’une extension de la durée d’exploitation de 20 ans tout au plus. Et même si cette extension était accordée, les plaignants estiment que TEPCo ne pourra jamais être remboursée. Les travaux à effectuer, en cas d’avis positif de l’Autorité de régulation nucléaire, atteignent 174 milliards de yens (1,3 milliard d’euros).

Selon la loi japonaise, les compagnies ne doivent pas prendre des décisions qui peuvent nuire aux actionnaires. Mais TEPCo et les 4 autres compagnies qui possèdent JAPCo craignent la faillite de cette dernière si Tôkaï-2 ne redémarre pas.

Comme l’Etat est actionnaire majoritaire de TEPCo, la décision est aussi politique. L’opposition réclame que TEPCo utilisent cet argent pour indemniser les victimes de la catastrophe, plutôt que d’investir à fonds perdus dans Tôkaï-2.

Tôkaï-2 satisfait aux nouvelles règles de sûreté

L’Autorité de Régulation Nucléaire (NRA) a estimé que le réacteur Tôkai-2, situé dans la province d’Ibaraki, satisfaisait aux nouvelles règles de sûreté. Cet avis va être soumis à la consultation du public sur Internet pendant un mois, comme d’habitude. C’est ici pour participer.

La demande d’autorisation de redémarrage avait été déposée en mai 2014. Mais la remise en service n’est pas pour tout de suite car ce réacteur aura 40 ans en novembre 2018. Son exploitant, la Japan Atomic Power Co (JAPCo), filiale de plusieurs compagnies d’électricité japonaises, a déposé une demande « exceptionnelle » de prolongation de 20 ans de la durée d’exploitation en novembre 2017. La procédure d’évaluation est toujours en cours. Et même en cas d’avis favorable, le réacteur ne pourra pas être remis en route avant 2021 car il faudra effectuer les travaux de renforcement de la sûreté. Il y en a pour 180 milliards de yens (1,4 milliard d’euros). TEPCo et Tôhoku Electric devraient prendre en charge une partie de ces coûts. C’est choquant pour TEPCo, qui a de graves problèmes financiers depuis la catastrophe nucléaire.

Il s’agit d’un réacteur à eau bouillante, comme ceux de Fukushima, et d’une puissance de 1 100 MWe. C’est le 15ième réacteur à satisfaire au nouveau référentiel de sûreté et le 3ième à eau bouillante, après Kashiwazaki-Kariwa 6 et 7.

La remise en service de ce réacteur relève de l’acharnement thérapeutique. Outre ses équipements vétustes, comme les kilomètres de câbles inflammables, il a subi les séisme et tsunami de 2011. La vague de tsunami faisait 5,4 m de hauteur et un générateur diesel de secours a été endommagé. Il a fallu 3 jours et demi pour l’arrêter grâce aux deux autres générateurs.

Et puis, il y a presque un million d’habitants dans un rayon de 30 km, dont Mito, la capitale de la province d’Ibaraki. En cas d’accident grave, il sera difficile d’évacuer les populations. Le plan d’urgence doit encore être établi. Seules 3 communes sur 14 ont un plan d’évacuation. La ville de Mito, avec ses 270 000 habitants, a trouvé un abri pour seulement 90 000 d’entre eux. Mais, avoir un plan d’urgence, n’est pas une condition requise pour remettre en route un réacteur.

Mais la compagnie, filiale de 5 énergéticiens japonais, n’a plus que ce réacteur : Tsuruga 1 et Tôkaï 1 ont été arrêtés définitivement, et Tsuruga-2 est sur une faille sismique considérée comme active par l’Autorité de régulation nucléaire.

Une haute cour rejette la suspension des réacteurs d’Ôï

En 2014, la justice avait suspendu la remise en service de la centrale d’Ôï dans la province de Fukui car elle estimait que les risques sismiques avaient été sous-évalués. Furieux, le PDG de KEPCo, l’exploitant, avait alors annoncé vouloir passer outre cette décision. La compagnie avait fait appel de cette décision qui s’oppose au redémarrage des réacteurs 3 et 4 de sa centrale d’Ôï. Tant que la procédure suivait son cours, le jugement n’était pas suspensif.

Le tribunal de Kanazawa de la Haute cour de Nagoya vient de débouter les plaignants et a annulé l’injonction de suspendre la remise en service de deux réacteurs de cette centrale nucléaire. Les plaignants estimaient que l’exploitant avait sous-estimé le risque sismique et avaient présenté, comme témoin, Kunihiko Shimazaki, un ancien membre de l’Autorité de Régulation Nucléaire, qui a expliqué devant le tribunal que KEPCo pourrait sous-estimer l’amplitude de séisme de référence.

Ces deux réacteurs ont été remis en service récemment : mars 2018 pour le 3 et mai 2018 pour le 4. Rappelons que les réacteurs 3 et 4 d’Ôï avaient redémarré durant l’été 2012, avant même le nouveau référentiel de sûreté entré en vigueur le 8 juillet 2013, pour être arrêtés à nouveau en septembre 2013. Cela avait provoqué de fortes manifestations au Japon.