Niveaux de radiation extrêmement élevés découverts dans les bâtiments réacteur à la centrale de Fukushima daï-ichi

Depuis septembre 2020, l’Autorité de régulation nucléaire a repris ses investigations pour comprendre le déroulement du triple accident nucléaire à la centrale de Fukushima daï-ichi. Cela comprend des visites des réacteurs accidentés, malgré les forts niveaux ambiants de radiation. Le président de l’Autorité de régulation, a notamment pris une dose de 0,85 mSv en une dizaine de minutes lors de la visite du réacteur n°2, ce qui l’a obligé de quitter le bâtiment, comme nous l’avons rapporté.

Plusieurs vidéos de ces visites récentes sont disponibles en ligne :

A noter qu’en décembre 2019, l’Autorité de régulation avait déjà mis en ligne une vidéo d’une visite du réacteur n°3.

Cette fois-ci, les médias japonais ont rapporté que des débits de dose très élevés avaient été relevés au niveau des dalles qui couvrent l’enceinte de confinement (voir l’Asahi, par exemple). Pour le réacteur n°1, l’explosion hydrogène a fracturé cette dalle en béton de 12 m de diamètre et de 60 cm d’épaisseur et des débits de dose très élevés avaient déjà été relevés en 2017, jusqu’à 2,2 Sv/h, c’est à dire une dose létale en quelques heures sur place (voir ces blogs en anglais et en français).

Cette fois-ci, ce sont des débits de dose encore plus élevés, de l’ordre de 10 Sv/h, qui ont été mesurés au dessus de ces dalles de protection des réacteurs 2 et 3. Une dose létale en une heure sur place. L’Autorité de régulation estime que la dalle du réacteur n°2 contient de l’ordre de 20 à 40 pétabecquerels (1015 Bq) de césium-137 et celle du réacteur n°3, 30 pétabecquerels environ. Cela va compliquer les travaux de démantèlement.

Pour la dalle brisée du réacteur n°1, il n’y aurait “que” 0,16 pétabecquerels environ…