L’industrie nucléaire japonaise face à ses déchets

Comme partout, l’industrie nucléaire japonaise peine à trouver une solution pour ses déchets radioactifs. Elle a basé sa politique sur une chimère, le recyclage, et le mythe s’est effondré avec la catastrophe de Fukushima. Sans alternative, elle s’accroche à cette politique sans issue. Même en France, où l’usine de retraitement fonctionne, moins de 1% de la masse des combustibles usés est recyclé actuellement.

Le Japon s’est donc lancé dans le rêve du recyclage, car la technologie d’extraction du plutonium a un intérêt militaire. Il s’agit du programme “pluthermal”. Mais l’usine de retraitement, située à Rokkashô-mura, dans la province d’Aomori, n’a jamais fonctionné et sa mise en service industriel accuse déjà un retard de 25 années… L’usine de combustibles MOx, voisine, n’a pas plus d’utilité, même si ces deux installations ont vu leur dossier de renforcement de la sûreté validé par l’autorité de régulation nucléaire. La mise en service de l’usine MOx vient à son tour d’être reportée à 2024. Il ne s’agit que du 7ème report pour le moment…

Le principal problème est qu’il n’y a pas de débouché pour le plutonium extrait. Sur les 9 réacteurs remis en service depuis la catastrophe de Fukushima, seuls 4 sont autorisés à utiliser du combustible MOx, qui permet de recycler le plutonium. Et parmi ces 4, l’exploitation d’Ikata-3 a été suspendue par la justice. Le programme “pluthermal”, établi en 1997, prévoyait que 16 à 18 réacteurs utilisent du combustible MOx en 2010. En 2009, cet objectif a été repoussé à 2015. La catastrophe de Fukushima, en 2011, a rendu ce programme irréaliste. Mais la fédération des compagnies de production d’électricité du Japon veut toujours arriver à au moins 12 réacteurs consommant du combustible MOx d’ici 2030. Cet objectif permettrait de ne pas accumuler de plutonium, comme le Japon s’y est engagé, même si l’usine de retraitement de Rokkashô était finalement mise en service. Il ne repose sur rien d’autre. Et il y a encore 36 tonnes de plutonium japonais en attente au Royaume-Uni et en France. Ce stock pourrait être mutualisé entre les différents exploitants nucléaires japonais.

En attendant, les combustibles usés se sont accumulés et les entreposages seront rapidement saturés si les réacteurs repartent. C’est particulièrement problématique pour Kansaï Electric, qui a tous ses réacteurs nucléaires dans la province de Fukui. Les autorités locales s’opposent à une extension des entreposages sur place, ainsi qu’au redémarrage des anciens réacteurs Takahama-1 et 2 et Mihama-3, tant qu’il n’y a pas de nouvel entreposage. Kansaï Electric semble à la peine pour trouver un site d’accueil. La fédération des compagnies d’électricité a donc trouvé la parade : mutualiser l’entreposage qui doit ouvrir à Mutsu, dans la province d’Aomori, dont le dossier de sûreté vient d’être validé. Il est la propriété de TEPCo et de sa filiale JAPCo, qui ont toutes leurs centrales arrêtées. Alors, elles peuvent faire un peu de place aux autres… Mais le maire de Mutsu est contre, comme le rapportent l’Asahi et le Maïnichi, car il craint que cet entreposage ne dure bien plus longtemps que ce qui a été prévu initialement. Et dire que Kansaï Electric doit présenter son nouvel entreposage avant la fin 2020 pour obtenir l’assentiment du gouverneur de Fukui… La conseil municipal de Mihama, qui a besoin de la manne financière du nucléaire, a immédiatement accepté ce plan de mutualisation à Mutsu et a donné son accord à la remise en service de Mihama-3, selon l’Asahi. Il en est de même à Takahama.

Pour les déchets ultimes, ce n’est guère plus brillant. Certes, deux villages de Hokkaïdô viennent de se porter candidats pour que des études bibliographiques soient menées sur la géologie de leur territoire en vue d’y créer un centre d’enfouissement. Mais les communes voisines se positionnent contre les déchets nucléaires, tout comme le gouverneur de la province. Selon l’Asahi, le village de Shimamaki, adjacent à Suttsu qui est candidat, par exemple, a voté une résolution interdisant le passage de déchets radioactifs sur le territoire de sa commune. Furubira a fait de même. Kuromatsunai, Rankoshi et Shakotan pourraient suivre.