Re-re-remise en service d’Ikata-3

Le réacteur nucléaire Ikata-3, situé dans la province d’Ehimé, a connu de nombreux déboires judiciaires qui ont entraîné plusieurs arrêts. Shikoku Electric vient de le remettre en marche alors qu’il était à l’arrêt depuis décembre 2019. C’est en mars dernier que la haute cour de Hiroshima a finalement autorisé son exploitation, après l’avoir arrêté en janvier 2020.

L’exploitant a dû reporter sa remise en service initialement prévue pour octobre suite à des violations des règles de sécurité par un de ses employés qui est sorti sans autorisation à cinq reprises entre 2017 et 2019 alors qu’il était en service de nuit.

Retour progressif autorisé dans la partie la plus contaminée de Katsurao

Alors que les autorités s’apprêtent à lever l’ordre d’évacuer des zones les plus contaminées de Katsurao, dites de “retour difficile”, au printemps prochain, les résidents peuvent demander l’autorisation de dormir chez eux pour y préparer leur retour. La zone concernée par cette décision fait 95 hectares et 83 personnes y habitaient dans une trentaine de foyers avant la catastrophe nucléaire.

Katsurao est la première commune ayant un territoire classé en retour difficile à autoriser le retour temporaire de ses résidents. Cinq autres communes sont concernées. Lors d’une réunion publique dédiée aux conditions de retour, il n’y avait que 18 participants. Et, à ce jour, un seul couple a demandé l’autorisation de passer la nuit dans sa maison. Il réside actuellement à Tôkyô mais à l’intention de revenir à Katsurao de façon permanente.

La commune espère pouvoir attirer de nouveaux habitants dans la zone. Dans le district de Noyuki, il y avait une quarantaine d’habitations, qui ont presque toutes été démolies. Il n’en reste plus que 4, dont une en construction.

Le sol gelé autour de la centrale accidentée pourrait avoir fondu par endroit

Afin de limiter les infiltrations d’eau souterraine dans les sous-sols des réacteurs accidentés, TEPCo a gelé le sol tout autour, sur une longueur totale de 1,4 km et sur plusieurs mètres de profondeur. Car, une fois infiltrée, cette eau se mélange à l’eau de refroidissement des combustibles fondus, qui est fortement contaminée. In fine, cela augmente le stock d’eau à gérer.

Le liquide de refroidissement qui maintient le sol gelé est à -30°C. Mais, à l’ouest du réacteur n°4, la température est positive depuis septembre 2021 et a même atteint 13,4°C le 18 novembre dernier. TEPCo a aussi trouvé de l’eau là où elle aurait dû trouver de la glace. La compagnie va intervenir en décembre pour tenter de colmater les infiltrations.

118ème versement financier pour TEPCo

TEPCo annonce avoir reçu le 118ème versement financier de la part de la structure gouvernementale de soutien qui lui avance de l’argent pour les indemnisations : 11,6 milliards de yens (90 millions d’euros au cours actuel). Rappelons que cet argent est prêté sans intérêt.

En prenant en compte ce versement et les 188,9 milliards de yens venant de l’Act on Contract for Indemnification of Nuclear Damage Compensation, TEPCo a reçu un total de 10 170,7 milliards de yens (78,5 milliards d’euros au cours actuel) et cela ne suffira pas.

Tous les ports de pêche de Fukushima ont été reconstruits

La fin des travaux de reconstruction du port de pêche d’Ukédo dans la commune de Namié, en mars dernier, a signé la remise en service des 10 ports de pêche de la province de Fukushima qui avaient été ravagés par le tsunami. Situé à 7 km au nord,  Ukédo est le port le plus proche de la centrale nucléaire de Fukushima daï-ichi.

Une cérémonie a eu lieu à Ukédo pour marquer cette étape importante.

Arrivée du MOx envoyé par la France à Takahama

Du combustible MOx envoyé par la France est arrivé à la centrale de Takahama située dans la province de Fukui. Le dernier envoi de MOx remonte à 2017. Les 16 assemblages, qui incluent du plutonium issu du retraitement des combustibles usés, ont quitté Cherbourg le 9 septembre dernier et sont destinés aux réacteurs 3 et 4.

L’utilisation de ce combustible est récente au Japon puisque les premiers déchargements ont eu lieu en janvier 2020 et seulement 4 réacteurs y fonctionnent actuellement avec du MOx : Takahama 3 et 4, Genkai-3 et Ikata-3 (voir l’état du parc nucléaire japonais).

TEPCo modélise l’impact du rejet en mer de l’eau traitée

TEPCo a publié le résultat de calculs d’impact du rejet en mer prévu de l’eau traitée contenue dans les cuves. Voir son communiqué de presse et les documents attachés : une présentation des principaux résultats et un rapport d’une soixantaine de pages. Il y a aussi une vidéo montrant le panache calculé dans l’océan. Il est possible d’envoyer un commentaire avant le 18 décembre.

TEPCo confirme que l’eau sera filtrée de façon à ce que la concentration résiduelle de 62 radioéléments soit inférieure aux limites. Ce n’était pas le cas il y a quelques années et la compagnie doit filtrer à nouveau 67% de son stock d’eau qui s’élève à presque 1,3 millions de mètres cube. Elle mentionne des contrôles sur 64 radioéléments avant rejet, les 62 filtrés plus le carbone-14 et le tritium (hydrogène radioactif).

Le tritium, qui ne peut pas être filtré, sera dilué : la concentration des effluents ne dépassera pas 1 500 Bq/l et la quantité annuelle restera inférieure à 22 TBq, comme avant la catastrophe. Et le rejet se fera via un tunnel qui fait environ 1 km de long. Pour son calcul d’impact, la compagnie a retenu deux scénarios : un basé sur les seuls radioéléments mesurés et un basé sur une eau hypothétique constituée de 8 radioéléments qui dominent la dose des consommateurs de fruits de mer et sur-estime leur concentration : Sn-126, Sn-123, Sn-119m, Fe-59, Cd-115m, Cd-113m, C-14 et Ag-110. A l’exception du carbone-14, ces éléments n’ont pas été identifiés, mais il est supposé qu’ils sont présents. TEPCo ajoute ensuite le Zn-65, qui est le neuvième radioélément le plus pénalisant, pour atteindre la limite autorisée.

TEPCo suppose ensuite un rejet continu tout au long de l’année et modélise la dispersion du tritium en supposant que les autres radioéléments se comportent de la même façon, ce qui n’est pas nécessairement correct. La concentration en tritium au-dessus de l’exutoire du tunnel de rejet devrait être inférieure à 30 Bq/L. La dilution fait rapidement chuter cette concentration quand on s’éloigne.

Deux régimes alimentaires sont pris en compte dans le calcul de dose : un mangeur moyen de produits de la mer, et un gros mangeur. La dose la plus élevée avec la contamination mesurée de l’eau est de 0,31 µSv/an pour les adultes gros mangeurs et de 2,1 µSv/an avec l’eau hypothétique. C’est inférieur à l’objectif limite fixé à 0,05 mSv/an (50 µSv/an).

Il est important de noter que cette évaluation ne prend pas en compte la pollution existante, ni les fuites continues via l’eau souterraine qui se rejette dans la mer.

Dans la note explicative, TEPCo signale que les rejets en sortie de cuve sont limités à 500 m3 par jour. C’est optimiste, puisqu’avec une concentration en tritium de 200 000 Bq/L, TEPCo dépasserait l’autorisation annuelle de rejet. Pour les cuves où la concentration en tritium est de 820 000 Bq/L, le rejet ne pourra pas dépasser 73 m3 par jour. C’est moins que la quantité d’eau accumulée quotidiennement et cela ne permet pas de réduire le stock d’eau : il croît juste moins rapidement, comme nous l’avons déjà souligné.

Cette consultation coïncide avec une nouvelle visite d’une délégation de l’AIEA, réduite à 6 personnes à cause de la pandémie. La dernière visite a eu lieu en septembre dernier. TEPCo a mis en ligne des photos sans intérêt. A noter qu’une autre équipe serait venue faire des prélèvements, selon un communiqué de l’AIEA.

Pour rappel, le portail de TEPCo sur l’eau contaminée est ici en anglais.

Mise à jour du 16 décembre 2021 : Greenpeace Japon a soumis une analyse critique de ce travail à retrouver ici en anglais.

Les procureurs renoncent à inculper les anciens responsables de Kansai Electric

Neuf anciens cadres de Kansaï Electric (KEPCo) ne seront pas inculpés suite au scandale de corruption, par manque de preuve… Ils avaient pourtant reconnu avoir reçu de nombreux cadeaux de la part d’Eiji Moriyama, un ancien maire adjoint de Takahama. La compagnie avait porté plainte contre 5 de ses anciens cadres dirigeants. Mais l’enquête faisait suite à une plainte déposée par un groupe de citoyens. 

Un groupe d’experts indépendants, mandatés par KEPCo, avait conclu que 83 personnes, dont les anciens dirigeants, avaient reçu de l’argent et des cadeaux d’une valeur de 370 millions de yens pendant plus de 30 ans de la part de Moriyama. Ces auditeurs avaient également découvert que la compagnie avait versé un total de 260 millions de yens pour compenser la réduction de la rémunération de ses directeurs de juillet 2016 à octobre 2019 et avait également pris des dispositions pour que les administrateurs de l’époque soient remboursés pour la perte de revenus après leur départ à la retraite et leur parachutage dans des postes à temps partiel en tant que conseillers de l’entreprise ou à un autre titre.

Les procureurs ont conclu que l’attribution de projets de construction à des entreprises liées à Moriyama ne  constituait pas un acte de corruption ou un abus de confiance aggravé au sens de la loi sur les sociétés faute de preuves que Moriyama avait “fait des demandes illégales” à ces responsables. Cela s’est avéré impossible après la mort de Moriyama.

En ce qui concerne la compensation des administrateurs pour leurs pertes de rémunération, les autorités fiscales ont déterminé en juillet que cela revenait à “dissimuler des revenus” et ont ordonné à la société de payer un lourd impôt supplémentaire. Toutefois, les enquêteurs ont conclu que les anciens directeurs avaient assumé certaines responsabilités dans le cadre de leurs fonctions à temps partiel et que la décision de la direction de verser des paiements ne constituait pas un abus de confiance aggravé.

Frustré par la décision de non-inculpation, le groupe civique prévoit de demander le réexamen des affaires par un comité d’enquête du ministère public.

Fin progressive de la prise en charge des soins de santé pour les personnes déplacées de Fukushima

Selon l’Asahi, l’Agence de reconstruction veut cesser progressivement la prise en charge des soins médicaux des personnes déplacées par la catastrophe nucléaire et a entamé des discussions avec les autorités locales, comme l’a reconnu le ministre en charge du dossier.

Actuellement, les résidents de 13 municipalités de Fukushima qui ont dû évacuer obligatoirement ou par recommandation bénéficient d’une réduction totale ou partielle de leurs frais de santé ou de soins infirmiers. Le nombre de personnes évacuées de ces municipalités s’élevait à 150 000 en août 2011. Cette assistance devrait être réduite progressivement à partir de 2023 pour les personnes des zones où les ordres d’évacuer ont été levés avant avril 2017. Elle serait encore maintenue pour les 22 000 personnes originaires des zones dites de retour difficile.

Dans certaines communes, comme Minami-Sôma ou Tamura, les seuls bénéficiaires sont les personnes qui ont dû évacuer. Les “évacués volontaires”, qui sont partis d’eux-mêmes, n’en bénéficient pas. 

La fin des aides inquiète certains qui ont vu leurs conditions de santé s’aggraver suite à l’évacuation. Elles devraient être mieux ciblées vers les personnes qui en ont besoin, quel que soit leur statut d’origine.

Un tribunal rejette la demande d’arrêt du réacteur nucléaire d’Ikata

Sept habitants des provinces d’Ehimé et de Hiroshima avaient saisi la justice pour obtenir l’arrêt provisoire du réacteur n°3 de la centrale d’Ikata. Ils ont été déboutés et devraient faire appel. L’affaire portait sur la question de savoir si l’exploitant, Shikoku Electric, avait pris en compte une vibration sismique suffisamment forte. Le tribunal a estimé que les résidents devaient apporter la preuve qu’il existe un risque tangible qu’un tremblement de terre plus important que le séisme de référence se produise. Ce séisme de référence conduirait à une secousse de 650 gals.

D’autres décisions de justice avaient entraîné la suspension de l’exploitation de ce réacteur. Les deux autres réacteurs de cette centrale sont arrêtés définitivement.