Visite virtuelle de la centrale de Fukushima daï-ichi

TEPCo a mis en ligne une visite virtuelle de la centrale de Fukushima daï-ichi. Les commentaires sont en japonais uniquement pour le moment. Même si vous ne comprenez pas la langue, les images sont très impressionnantes et parlent d’elles-mêmes.

En bas à gauche de l’écran, la position est indiquée, tout comme le débit de dose ambiant. A proximité du réacteur n°1, il y a 39,5 µSv/h ! Idem, derrière le réacteur n°2. Cependant, les valeurs affichées ne varient pas beaucoup au cours du déplacement. Ce doit donc être des valeurs moyennes.

La route n°2 montre les réacteurs n°1 et 2. La route n°3, les réacteurs n°2, 3 et 4. On voit notamment que les sols ont été entièrement bétonnés pour réduire les infiltrations d’eau de pluie et les infiltrations dans les sous-sols depuis les nappes phréatiques.

La route n°4 revient sur les réacteurs 2 et 3. Pour ce dernier, on voit encore les conséquences de l’explosion hydrogène.

La route n°5 nous emmène dans le réacteur n°5, qui n’a pas été accidenté. Ce n’est pas possible dans les réacteurs 1 à 4 car le débit de dose y est trop élevé.

La route n°6 montre les installations de traitement de l’eau contaminée et la route n°7, les cuves avec l’eau radioactive.

La route n°8 nous emmène vers les installations de gel du sol tout autour des réacteurs accidentés, mais l’on ne voit pas grande chose. La route 9, au centre de crise.

La route n°10 prétend montrer les déchets radioactifs, mais ne montre pas grande chose.

Des stagiaires vietnamiens envoyés à la centrale de Fukushima daï-ichi

Après le scandale lié à l’emploi de stagiaires vietnamiens sur les chantiers de décontamination, on apprend que 6 autres stagiaires vietnamiens ont été envoyés récemment à la centrale accidentée de Fukushima daï-ichi par une compagnie sous-traitante, Hazama Ando, alors que TEPCo interdit cette pratique depuis février 2017. Ils ont participé à la construction d’un incinérateur de déchets.

C’est le Maïnichi qui a révélé l’affaire. TEPCo précise que le travail n’a pas eu lieu en zone contrôlée et ne nécessitait pas de mesures de radioprotection particulières. Quatre de ces stagiaires venaient à peine d’arriver et ne comprenaient pas le japonais. Ils ont expliqué au quotidien avoir reçu des dosimètres, mais aucune information sur la dose reçue.

La compagnie sous-traitante se justifie par le manque de main d’œuvre.

Rappelons que le Vietnam a renoncé récemment à son programme nucléaire civil et que le programme de formation est supposé bénéficier au pays au retour des stagiaires. Comme l’explique le Maïnichi dans un autre article, ces stagiaires ont dû emprunter pour se rendre au Japon. Ils ne peuvent donc pas quitter la compagnie qui les formes, contrairement aux jeunes Japonais.

Les riverains s’opposent aux projets de réutilisation des terres contaminées

Le gouvernement japonais a lancé un vaste chantier de décontamination qui consiste à racler les sols sur quelques centimètres, à couper les herbes et émonder les arbres. Les déchets organiques sont incinérés et les cendres gérés comme des déchets industriels spéciaux. Quant aux sols, il n’y pas moyen de réduire les volumes qui pourraient atteindre une vingtaine de millions de mètres cubes. Pour le moment, il est prévu de les entreposer sur un site de 16 km2 tout autour de la centrale de Fukushima daï-ichi. Voir notre article sur la gestion des déchets issus de la décontamination.

Comme le gouvernement s’est engagé à reprendre ces déchets au bout de 30 ans, il cherche des solutions pérennes. Il n’a pas trouvé mieux que de réutiliser ces sols pour construire des routes, digues… Les experts consultés et l’Autorité de Régulation Nucléaire étaient réticents, mais le ministère de l’environnement s’obstine, en avançant des arguments économiques. Il n’en est qu’à la phase de tests.

Ainsi, lors d’une réunion publique à Nihonmatsu, les personnes présentes se sont toutes opposées au projet d’enterrer 500 m3 de déchets radioactifs sous 200 m de route, selon l’Agence Kyodo, reprise par le Japan Times. La contamination, de 1 000 Bq/kg en moyenne, est inférieure à la limite de 8 000 Bq/kg. Rappelons qu’avant la catastrophe, la limite pour réutiliser des matériaux était de 100 Bq/kg. Il est prévu d’enterrer ces déchets à plus de 50 cm de profondeur et de les recouvrir de sols propres et d’asphalte.

Les autorités ont déjà procédé à des essais à Minami-Sôma et en prévoient d’autres à Iitaté. Il semble plus facile de convaincre les riverains dans les zones qui ont été évacuées, car, même si le retour est permis, il n’y pas beaucoup d’habitants…

Extension de la zone où un simple masque en papier est suffisant à Fukushima daï-ichi

TEPCo annonce avoir étendu la zone où un simple masque en papier est suffisant sur le site de la centrale de Fukushima daï-ichi, en vert sur les cartes ci-dessous :

Les maques en fonction des couleurs sont :

Il n’y a plus qu’à proximité des réacteurs accidentés qu’il faut avoir un masque intégrale. La zone intermédiaire entoure les réacteurs et les installations de traitement de l’eau contaminée.

Réacteur n°3 : reconstitution 3D de l’intérieur de l’enceinte de confinement

TEPCo a fait une reconstitution en 3D des structures qui jonchent l’intérieur de l’enceinte de confinement du réacteur n°3 et a mis quelques images de synthèse en ligne, ainsi qu’une vidéo où l’on tourne autour du cœur.

Il y a aussi une reconstitution des dépôts au fond :

La compagnie avait aussi envoyé un drone dans le bâtiment réacteur pour prendre des images et faire des mesures de débit de dose. Les explications et les données sont ici en anglais, et les photos ici. Les débits de dose varient de 8 à 15 mSv/h alors que la limite pour les travailleurs du nucléaire est de 20 mSv par an. Cela signifie que les interventions humaines doivent être très très courtes.

Nouvelles images de l’intérieur du réacteur n°2

En janvier dernier, TEPCo a envoyé un robot dans l’enceinte de confinement du réacteur n°2 et avait mis quelques images en ligne. La compagnie a traité les images recueillies de façon à pouvoir, grâce à la réalité virtuelle, se déplacer virtuellement dans cette enceinte et analyser son état. Une vidéo et quelques images ont été mises en ligne. La vidéo, qui montre une visite virtuelle, est très impressionnante :

Les dépôts bruns au fond sont très probablement du corium, ce mélange de combustibles et débris fondus. Il y en a partout, au fond, mais ils sont plus épais en deux endroits. TEPCo soupçonne donc qu’il y a plusieurs trous dans la cuve. L’épaisseur des dépôts serait de 40 à 70 cm.

Un de ces tas serait à proximité du lieu où TEPCo avait repéré un morceau d’assemblage :

L’autre est à proximité d’un pilier.

Le Daily Mail a fait un montage à partir de photos de l’intérieur de l’enceinte de confinement avant la catastrophe et après qui permet de mieux se rendre compte de l’ampleur des dégâts.

Par ailleurs, TEPCo a commencé à creuser un trou dans le mur de ce réacteur. Voir le document explicatif en anglais, qui donne peu d’information (les photos sont ici en japonais). Pour cela, la compagnie a construit une structure côté Ouest, présentée sur ce document en anglais. On la voit bien sur cette photo aérienne datée du 21 février dernier :

Tchernobyl : un quart des 20 000 cas de cancer de la thyroïde pourraient être dû à la radioactivité, selon l’ONU

A la veille du 32ième anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, l’UNSCEAR, qui est le Comité scientifique des Nations Unies sur les effets des radiations, vient de publier un livre blanc dédié à l’évaluation des données sur les cancers de la thyroïde dans les régions affectées par les retombées radioactives de cette catastrophe.

Le communiqué de presse de l’ONU annonce qu’un quart des 20 000 cas de cancer de la thyroïde enregistrés entre 1991 et 2015 chez les personnes qui avaient moins de 18 ans en 1986, sont « probablement » dus aux fortes doses de radiation reçues lors de la catastrophe nucléaire. Cela fait donc environ 5 000.

En 2008, l’UNSCEAR comptait 6 848 cas de cancer de la thyroïde entre 1991 et 2005 chez les moins de 18 ans en 1986. Il ajoutait que la forte augmentation de l’incidence chez les moins de 10 ans est associée à l’accident nucléaire. Cette augmentation a commencé à être observée environ 5 ans après l’accident et a persisté jusqu’en 2005.

Le nombre de 20 000 cas sur la période 1991 – 2015 est donc environ 3 fois plus grand que le nombre de cas sur la période 1991 – 2005. Ces chiffres ne concernent que les personnes originaires des zones non-évacuées de la Biélorussie, de l’Ukraine et des quatre oblasts les plus contaminés de la Fédération de Russie, qui avaient moins de 18 ans en 1986. Et, selon le livre blanc, 7 à 50% pourraient dus aux radiations, avec une valeur nominale à 25%. Pour les détails du calcul, voir le livre blanc. Ce n’est pas très précis pour une démarche qui prétend fournir un rapport faisant autorité.

Eau contaminée : bilan officiel après le gel du sol autour des réacteurs accidentés

TEPCo a mis en ligne une version en anglais de son étude datée du 1er mars sur l’impact du gel du sol tout autour des réacteurs accidentés afin de limiter les infiltrations de l’eau souterraine. Ce bilan intervient 6 mois après le gel complet, sauf en certains points en profondeur où la température ne serait pas passée en dessous de zéro. Le communiqué de presse présente les mesures prises comme un succès, pourtant, entre décembre 2017 et février 2018 le stock d’eau contaminée a continué à s’accroître de 110 m3 par jour en moyenne. C’est mieux qu’au début de la catastrophe (TEPCo annonce 490 m3 par jour en moyenne entre décembre 2015 et février 2016), mais le gel du sol était supposé « bloquer » les infiltrations.

Ces chiffres incluent les infiltrations de la nappe phréatique vers les sous-sols des bâtiments réacteur et turbine, ainsi que l’eau souterraine pompée qui est trop contaminée pour être traitée sur place. En ce qui concerne les seules infiltrations, TEPCo annonce 190 m3/j entre décembre 2015 et février 2016 et 90 m3/j maintenant. Le reste, 300 m3/j avant le gel complet et 20 m3/j après, correspond à l’eau souterraine pompée en aval des réacteurs, mais en amont de la barrière souterraine construite le long de la mer pour réduire les fuites vers l’océan. Voir le schéma ci-dessous, reproduit de la page 10 du document explicatif :

La compagnie annonce aussi, qu’en dehors des épisodes pluvieux, le niveau de la nappe phréatique à l’intérieur du périmètre gelé est de 4 à 5 m plus bas qu’à l’extérieur, en amont des réacteurs.

En cas de fortes pluies, la quantité d’eau contaminée qui s’ajoute au stock est beaucoup plus élevée. Voir le graphe ci-dessous, extrait du même document :

En ce qui concerne le stock d’eau, le dernier document mis en ligne date du 23 avril, mais donne les chiffres jusqu’au 3 mai : 876 481m3 d’eau complètement traitée (retrait de 62 radioéléments, mais pas du tritium), plus 180 028 m3 d’eau partiellement traitée (retrait du strontium), ce qui fait un total de 1,06 million de mètre cubes auxquels il faut ajouter 9 253 m3 de déchets liquides concentrés. Il y a aussi approximativement 36 070 m3 d’eau contaminée dans les sous-sols des réacteurs.

Les cuves avec l’eau contaminée occupent une surface de 230 000 m2, ou 23 hectares et il n’y a presque plus de place. Ces cuves représentent une menace à long terme. Tiendront-elles en cas de fort séisme ? Pour le gouvernement, le rejet en mer est la meilleure solution et l’Autorité de régulation nucléaire a demandé qu’une décision en ce sens soit prise cette année.

A noter que TEPCo injecte toujours quotidiennement 72 m3 dans chacun des réacteurs 1, 2 et 3 afin de refroidir le corium, ce mélange de combustible et débris fondus. Cette eau se contamine fortement avant de s’infiltrer dans les sous-sols où elle se mélange à l’eau qui s’infiltre.

TEPCO dit vouloir continuer ses efforts pour réduire l’accumulation d’eau contaminée, mais ne présente aucune mesure concrète autre que de limiter les infiltrations d’eau de pluie. L’eau contaminée va donc continuer à s’accumuler à un rythme d’une centaine de mètres cubes par jour pendant longtemps. C’est probablement le maximum que peut faire TEPCo. Rappelons que la gestion de cette eau lui coûte 32% des 1,7 milliards d’euros dépensés annuellement pour la sécurisation de la centrale accidentée.

75ième versement financier pour TEPCo

TEPCo annonce avoir reçu le 75ème versement financier de la part de la structure gouvernementale de soutien qui lui avance de l’argent pour les indemnisations : 30,4 milliards de yens (229 millions d’euros au cours actuel). Cet argent est prêté sans intérêt.

TEPCo a déjà reçu un total de 8 245,7 milliards de yens (62 milliards d’euros au cours actuel) si l’on prend en compte le présent versement et cela ne suffira pas.

Le gouverneur de Niigata, opposé au redémarrage des réacteurs de Kashiwazaki-Kariwa, démissionne suite à une affaire de mœurs

Ryûichi Yonéyama, gouverneur de Niigata, vient d’annoncer sa démission alors qu’un magasine s’apprête à révéler qu’il a eu des relations sexuelles tarifées avec des jeunes filles. Il était connu pour s’être opposé à la remise en service de la centrale de Kashiwazaki-Kariwa tant que toute la lumière n’aura pas été faite sur l’accident à celle de Fukushima daï-ichi.

Elu en octobre 2016, son mandat était encore de deux ans et demi. De nouvelles élections devraient être organisées en juin prochain.