Baisse des suicides liés à la catastrophe nucléaire

Les autorités japonaises comptent le nombre de suicides liés à la triple catastrophe. Le lien est établi par la police à partir du message laissé ou du témoignage des proches. Sur la synthèse publiée en 2015, on voyait clairement que le nombre de suicides liés au tsunami dans les provinces d’Iwaté et de Miyagi était en baisse. Ce n’est pas le cas à Fukushima, où il stagne, voire augmente :

En 2016, le nombre de suicides liés à la catastrophe est retombé à 7 à Fukushima, avant de remonter à 12 en 2017.

Depuis mars 2011, le nombre total de suicides liés à la catastrophe est de 99 à Fukushima, 53 à Miyagi et 48 à Iwaté.

Deux tribunaux viennent de condamner TEPCo et le gouvernement à mieux indemniser les victimes de l’accident nucléaire

Le 15 mars, un tribunal vient de donner raison à 110 personnes qui ont fui les radiations pour se réfugier dans la province de de Kyôto et qui demandaient à être indemnisées. Il a aussi reconnu la responsabilité de TEPCo et de l’Etat japonais qui devront verser 110 millions de yens (850 000 €).

A l’exception d’une personne originaire de Tomioka, tous les plaignants sont des “auto-évacués” originaires de zones où il n’y a pas eu d’ordre d’évacuer. Ils venaient de Fukushima, bien sûr, mais aussi des provinces de Miyagi, Ibaraki, Tochigi et Chiba. Ces 174 personnes dans 57 familles réclamaient 846,6 millions de yens (6,5 millions d’euros). La plupart des plaignants réclamaient 5,5 millions de yens (42 000 euros) chacun, mais 64 d’entre eux n’ont pas obtenu gain de cause auprès de la justice. Le groupe veut donc faire appel de cette décision. Les critères de la justice ont été l’éloignement du lieu d’habitation par rapport à la centrale accidentée et le niveau de contamination, la date de départ, la présence d’enfants et le besoin de soins dans les deux ans qui ont suivi l’évacuation. Ainsi, des personnes originaires de Chiba, à 240 km environ de Fukushima daï-ichi, devront être indemnisées selon la justice. D’autres, originaires de Tochigi et Ibaraki aussi.

La justice a estimé que TEPCo et l’Etat étaient responsables car ils n’ont pas pris les mesures nécessaires pour protéger la centrale contre les tsunamis. Dès 2002, un rapport gouvernemental mentionnait la possibilité d’un fort séisme et d’un tsunami dans la région. TEPCo a négligé ce risque et l’Etat n’a pas su lui imposer des mesures de protection.

Le 16 mars, c’est au tour d’un tribunal de Tôkyô de juger que des personnes déplacées par la catastrophe nucléaire devaient être indemnisées. Là encore, TEPCo et l’Etat japonais ont été reconnus responsables et devront verser 59 millions de yens (462 000 euros) à 42 personnes.

Les 47 plaignants, issus de 17 familles, étaient tous, à une seule exception près, des auto-évacués qui ont quitté Fukushima pour se réfugier dans les provinces de Tôkyô et d’Aïchi. Ils réclamaient un total de 634 millions de yens (4,9 millions d’euros).

Il y a plus d’une trentaine de plaintes similaires en cours d’instruction au Japon. Le nombre de plaignants dépasse les 12 000 personnes. TEPCo a déjà été reconnue responsable six fois et l’Etat, quatre fois. A cela s’ajoute une plainte des actionnaires contre les dirigeants de TEPCo, qui réclament 5 500 milliards de yens (42 milliards d’euros) et une trentaine d’autres plaintes pour empêcher le redémarrage de réacteurs nucléaires ou obtenir leur arrêt définitif. Source.

Droits humains au Japon : fin de la revue périodique par le Haut commissariat de l’ONU et engagements du Japon

L’examen périodique universel du Japon par le Haut Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU est terminé. Après les contributions des ONG dont nous avons déjà parlé, ce fut le tour des pays membres. Le rapport des discussions est disponible en ligne sur le site de l’ONU dans plusieurs langues dont le français. Le gouvernement japonais, quant à lui, a mis en ligne ses réponses en anglais.

En ce qui concerne les seuls problèmes liés à la catastrophe nucléaire :

  • L’Autriche a demandé de “continuer d’apporter un appui aux évacués volontaires des zones fortement irradiées de Fukushima, en les aidant sur les plans financier, du logement et des autres composantes de la vie quotidienne, et en mettant en place une surveillance médicale régulière des personnes touchées, en particulier de celles qui étaient enfants au moment de l’accident” (161.214). Le Japon a répondu qu’il acceptait cette recommandation en précisant qu’il y satisfait déjà. Pourtant, les “évacués volontaires” ne bénéficient plus de soutien de l’Etat.
  • Le Portugal a demandé d’“appliquer les Principes directeurs relatifs au déplacement de personnes à l’intérieur de leur propre pays à tous ceux qui ont été touchés par la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi, afin de garantir la pleine participation, dans des conditions d’égalité, des femmes et des hommes à la prise de décisions concernant leur réinstallation” (161.215). Là encore, le Japon a répondu qu’il acceptait cette recommandation en précisant qu’il continuerait à faire des efforts pour garantir les intentions des principes directeurs. C’est loin d’être la cas, comme nous l’avons expliqué dans notre rapport pour les 5 ans de la catastrophe.
  • L’Allemagne a demandé de “respecter le droit des personnes vivant dans la région de Fukushima, en particulier des femmes enceintes et des enfants, au plus haut niveau de santé physique et mentale, notamment en ramenant la dose maximale de radiation admissible à 1 millisievert (mSv) par an, et en continuant d’apporter un appui aux évacués et aux résidents” (161.216). Rappelons que la limite utilisée pour les évacuations et le retour est de 20 mSv/an, à savoir la valeur la plus haute des recommandations internationales. Le Japon a accepté cette recommandation sans commentaire. Il a bien annoncé vouloir respecter la limite de 1 mSv/an, mais à long terme, sans fixer de calendrier. Comme nous l’avons déjà rapporté, il cherche à changer la méthode de calcul pour arriver à 1 mSv/an…
  • Le Mexique a demandé de “garantir l’accès aux services de santé à ceux qui ont été touchés par l’accident nucléaire de Fukushima, ainsi qu’aux générations de rescapés de l’utilisation d’armes nucléaires” (161.217). Le Japon a accepté en précisant que tout le monde avait accès aux soins au Japon grâce à l’assurance santé et que les victimes des bombes nucléaires bénéficient d’un soutien supplémentaire.

Il est peu probable que le Japon change sa politique vis à vis des victimes de la catastrophe nucléaire. En effet, dans ses réponses écrites auxquelles l’ACRO a eu accès, le Japon défendait sa politique actuelle, quitte à avoir une interprétation bien à lui des règles internationales de radioprotection.

Par exemple, le Japon, continue d’affirmer que la limite d’évacuation de 20 mSv/an correspond à la limite basse des recommandations internationales de la CIPR. Mais la recommandation en question ne concerne que la phase d’urgence. Or, l’ordre d’évacuer basé sur cette limite a été issu en avril 2011, plus d’un mois après le début de la catastrophe et les populations avaient encore un mois pour partir. Ce n’est plus de l’urgence ! Dans ce cas, il faut appliquer les recommandations pour ce que la CIPR qualifie de “situation existante”. Et 20 mSv/an est alors la valeur haute ! Il est ironique de voir le gouvernement japonais critiquer continuellement les “rumeurs infondées” alors que ses règles ne sont pas fondées sur les recommandations internationales en matière de radioprotection…

TEPCo condamnée à dédommager un suicide

Fumio Ôkubo, âgé de 102 ans, était le doyen d’Iitaté-mura. Il s’est suicidé le 12 avril 2011, après que le journal télévisé ait annoncé que le gouvernement s’apprêtait à ordonner l’évacuation de sa commune en avril 2011.

Sa famille a porté plainte contre TEPCo en juillet 2015 et a réclamé 60,5 millions de yens (450 000 €) de dédommagements. La justice a reconnu le fort stress lié à la perspective de fuir et la crainte d’être un fardeau pour ses proches. Elle vient de lui accorder 15,2 millions de yens (114 000  €).

La veille de son suicide, Fumio Ôkubo avait déclaré avoir vécu trop longtemps et ne pas vouloir quitter sa maison, après avoir entendu à la télévision que le gouvernement s’apprêtait à ordonner l’évacuation de sa commune. TEPCo a nié le lien avec la catastrophe nucléaire, arguant qu’il était malade.

La famille espère que des représentants de TEPCo viendront se recueillir et présenter leurs excuses.

C’est la troisième fois que la justice ordonne à TEPCo de dédommager des suicides. Un premier jugement date de 2014 et l’autre de 2015. La compagnie n’avait pas fait appel.

TEPCo à nouveau condamnée à mieux indemniser

Un tribunal de Tôkyô vient à nouveau de condamner TEPCo à mieux indemniser des victimes de la catastrophe nucléaire. Un groupe de 321 personnes du district d’Odaka de Minami-Sôma demandaient 11 milliards de yens en dédommagement et 318 ont obtenu 1,1 milliards de yens (8 millions d’euros). 3 ont été déboutés.

Ce district est à moins de 20 km de la centrale accidentée et a donc été évacué. L’ordre d’évacuer a été levé en juillet 2016. 12 800 personnes y vivaient avant la catastrophe et elles n’étaient plus que 2 400 en décembre 2017. Les plaignants estimaient que ce district était à jamais perdu et qu’ils ne pourraient jamais retrouver leur vie d’antan, ce que conteste TEPCo.

TEPCo dit qu’elle allait payer 8,5 millions de yens à chaque résident (63 000€), conformément aux règles fixées par le gouvernement. Mais les plaignants estiment que c’est insuffisant, invoquant des difficultés financières et des souffrances psychologiques, et réclamaient 32 millions de yens (237 000€) supplémentaires par personne. Le juge leur accorde 3,3 millions de yens supplémentaires par personne (24 000€), ne s’estimant pas contraint par les directives gouvernementales.

Trois personnes ont été déboutées pour différentes raisons, dont le fait de vivre à l’étranger en 2011.

Les plaignants pourraient faire appel car ils jugent l’indemnisation insuffisante, même si la décision du tribunal montre qu’il reconnait la notion de “compensations pour la perte de sa ville d’origine”. Le juge, quant à lui, a mentionné une rupture du droit à une vie stable sur un territoire.

Une trentaine de plaintes similaires ont été déposées au Japon.

Début des travaux de démolition et de décontamination à Futaba en zone très contaminée

Les communes de Futaba et d’Ôkuma, sur lesquelles est implantée la centrale accidentée de Fukushima daï-ichi, sont les plus touchées par les retombées radioactives. Elles sont presque entièrement classées en zone dite de retour difficile. Mais, les autorités japonaises ne veulent pas accepter leur disparition et vont y créer un petit centre qui devrait ouvrir en 2022 dans chacune de ces communes.

Les travaux de démolition des maison abandonnées depuis bientôt 7 ans et de décontamination viennent d’être lancés à Futaba. Il est prévu de détruire 55 habitations et immeubles et de décontaminer sur 7 hectares seulement pour cette première phase qui doit durer jusqu’en juillet.

Mis à part quelques tests, ce sont les premiers travaux en zone dite de retour difficile.

La Haute Cour de Hiroshima ordonne l’arrêt de la centrale d’Ikata à cause du risque volcanique

La Haute Cour de Hiroshima vient d’ordonner l’arrêt du réacteur n°3 de la centrale d’Ikata, situé dans la province d’Ehimé, sur l’île de Shikoku. Ce réacteur avait été remis en service il y a un peu plus d’un an et est actuellement en arrêt programmé pour maintenance depuis le mois d’octobre. Il devra donc rester à l’arrêt jusqu’au 30 septembre 2018 alors que l’exploitant comptait sur une relance vers le 20 janvier prochain.

La Japon passe de 5 à 4 réacteurs nucléaires en activité alors qu’il y avait 54 réacteurs de production d’électricité avant la catastrophe de Fukushima. 12 ont déjà été détruits ou arrêtés définitivement. Deux autres devraient être mis à l’arrêt définitif prochainement.

En mars 2017, puis en juillet dernier, deux tribunaux avaient rejeté la demande des plaignants d’arrêter définitivement la centrale d’Ikata. Cette fois-ci, le juge, saisi par quatre citoyens japonais, a estimé que le risque que cette centrale soit touchée par des nuées ardentes en provenance du mont Aso, un volcan actif sur l’île de Kyûshû situé à 130 km, n’était pas négligeable. Ce volcan a déjà eu quatre éruptions massives ces 300 000 dernières années et la dernière a eu lieu il y a 90 000 ans. Et la cour d’ajouter que l’exploitant, Shikoku Electric, a sous-estimé la quantité de scories et cendres volcaniques qui pourraient retomber sur la centrale. Il conclut que l’avis de l’Autorité de Régulation Nucléaire (NRA) autorisant le redémarrage était “irrationnel” et que la vie des plaignants était menacée par les tombées radioactives potentielles en cas d’accident grave.

L’exploitant estime, quant à lui, avoir correctement évalué ces risques et va, bien-entendu, faire appel de cette décision. Ses propres calculs montraient que les nuées ardentes pouvaient atteindre sa centrale, mais il pense pouvoir y faire face. Le réacteur n°1 de la centrale d’Ikata est arrêté définitivement et le n°2 n’a pas été remis en service depuis la catastrophe de Fukushima.

Le nouveau référentiel de sûreté mis en place après la catastrophe nucléaire de Fukushima s’est focalisé sur les séismes et tsunamis, mais le risque volcanique reste mal évalué et peu pris en compte. Cette décision de justice, si elle n’est pas annulée en appel, aura un impact sur le programme nucléaire du Japon car d’autres réacteurs sont situés à proximité de volcans actifs. La NRA exige des exploitants qu’ils évaluent le risque liés aux volcans situés à moins de 160 km de la centrale nucléaire. Si des nuées ardentes ou de la lave peuvent atteindre la centrale, elle ne peut pas être exploitée.

111 volcans ont eu une éruption lors des 10 000 dernières années au Japon.

Comme on peut le voir sur la carte ci-dessus, reproduite du Maïnichi, les centrales de Sendaï et de Genkaï, sur l’île de Kyûshû, sont aussi à une distance de 160 km du mont Aso. Il y a même 5 volcans à proximité de la centrale de Sendaï, mais Kyûshû Electric, l’exploitant, assure surveiller de près leur activité et être en capacité de prédire leur éruption. Et la NRA estime qu’il y a peu de chances que la centrale de Sendaï soit affectée par des retombées volcaniques alors qu’elle est en activité. Elle exige aussi que les réacteurs soient arrêtés et le combustible éloigné en cas de risque d’éruption majeure. Cependant, les spécialistes estiment, quant à eux, qu’il est impossible de prévoir l’ampleur de l’éruption.

La centrale de Tomari, sur l’île de Hokkaïdô et celle de Shimané, sur l’île principale, sont aussi situées à moins de 160 km d’un volcan. Mais la NRA n’a jamais jugé que le risque volcanique justifiait l’arrêt d’une centrale.

Il y a un an, Japan Nuclear Fuel, n’a pas trouvé mieux que de proposer de déménager le combustible nucléaire neuf et usé de ses trois installations nucléaires situées à Rokkashô dans la province d’Aomori, en cas de risque d’éruption. Il y a deux volcans à proximité et les nuées ardentes du Towada ont atteint les environs de l’emplacement de l’usine de retraitement par le passé. Mais, selon le Maïnichi, la compagnie n’indique pas où elle va mettre ces matières nucléaires car elle n’a pas d’autre site ! Les trois installations sont, l’usine dite de retraitement qui n’a jamais démarré et accuse déjà 24 ans de retard, l’usine de fabrication de combustible MOX et un centre d’entreposage où s’entassent 3 000 tonnes de combustibles usés, de l’uranium en poudre et des déchets vitrifiés.

Voir Fukushima : un documentaire et une chaîne youtube

“La terre abandonnée”, le documentaire de Gilles Laurent dédié à ceux qui ont refusé de partir est en libre accès jusqu’au 6 décembre 2017 sur tënk.

Il y aussi la chaîne youtube de Bob Thissen et Frederik Sempens sur Fukushima hors des sentiers battus qui montre les territoires évacués.

11 800 habitations à détruire dans les zones évacuées de la catastrophe nucléaire

Les habitations des zones évacuées sont restées plusieurs années à l’abandon après avoir, parfois, été endommagées par le séisme de mars 2011. Beaucoup ne sont plus réparables et doivent être détruites. Selon les dernières données, dans les 11 communes évacuées, il y a 11 800 demandes de démolition, sans compter les zones les plus contaminées, pudiquement appelées de retour difficile. 8 700 habitations ont déjà été démolies. Le ministère de l’environnement voulait terminer pour mars 2018, cela risque de ne pas être possible. C’était 6 700 en avril dernier.

Selon le Fukushima Minpo, de nouvelles demandes continuent à arriver, même après la levée des ordres d’évacuation. A Tomioka et Namié, où les ordres d’évacuer ont été levés en avril dernier, plus de 400 nouvelles demandes de démolition ont été déposées dans chaque commune depuis le 1er avril 2017, c’est plus que le nombre de démolitions sur la même période. Le ministère de l’environnement envisage de reporter la date limite pour déposer les demandes.

Cette destruction du cadre de vie, des repères et du passé est une des tristes conséquences de la catastrophe nucléaire qui a engendré des évacuations prolongées. Plus rien ne sera jamais plus comme avant et aucun retour à la normale n’est possible.

Le Haut Commissariat pour les Droits de l’Homme de l’ONU s’intéresse aux victimes de la catastrophe de Fukushima

Le Haut Commissariat pour les Droits de l’Homme de l’ONU s’est intéressé au Japon. Concernant les victimes de la catastrophe nucléaire à la centrale de Fukushima daï-ichi (il faut cliquer sur F pour accéder aux documents en français), il note :

Le Comité des droits économiques, sociaux et culturels a constaté avec inquiétude qu’il n’avait pas été suffisamment pourvu aux besoins particuliers des groupes défavorisés et vulnérables pendant la phase d’évacuation et au cours des travaux de relèvement et de reconstruction qui ont suivi le grave séisme qui a frappé l’est du Japon et l’accident nucléaire de Fukushima. Il a recommandé au Japon d’adopter une approche fondée sur les droits de l’homme en ce qui concernait les interventions en cas de catastrophe, l’atténuation des risques et les opérations de reconstruction […].

Le Rapporteur spécial sur le droit à la santé a recommandé au Japon de rendre publiques les informations relatives aux catastrophes dès que celles-ci se produisaient et de veiller à la participation effective et sans exclusive de la population aux processus de prise de décisions concernant les politiques et le cadre réglementaire en matière d’énergie nucléaire.

Plusieurs organisations sont intervenues auprès du Haut Commissariat :

IUVENTUM relève que l’état d’urgence décrété à la suite de l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, en vigueur depuis mars 2011, autorise le Gouvernement à fixer les normes de sécurité. Si d’importants efforts de décontamination ont été faits, de nombreux lieux n’en ont pas bénéficié, ce qui fait que certains lieux décontaminés risquent d’être à nouveau contaminés. Alors qu’un rapport récent montre que le taux de radioactivité dans l’air est plus élevé à Fukushima qu’ailleurs, le Gouvernement renvoie les personnes qui avaient été évacuées dans les zones contaminées où la radiation est supérieure à 1 mSv/an. Greenpeace recommande au Japon de diffuser des informations exactes et aisément accessibles au sujet de la radiation et des niveaux de risque et de réduire le niveau annuel acceptable d’exposition supplémentaire dans les zones touchées par l’accident à un maximum de 1 mSv/an, ce qui correspondrait à la norme internationale.

Et d’ajouter :

IUVENTUM demande instamment au Japon de maintenir son aide financière aux évacués volontaires de la catastrophe de Fukushima. Greenpeace note avec préoccupation que la catastrophes a des conséquences psychologiques d’une grande ampleur et potentiellement fatales, en particulier pour les femmes et les filles, qui sont en outre, du fait de leur vulnérabilité face aux effets des radiations sur la santé, particulièrement pénalisées aux plans économique et politique par les politiques de reconstruction actuelles. HRN est préoccupé par la situation des enfants diagnostiqués comme souffrant d’un cancer de la thyroïde, ou dont on pense qu’ils en sont atteints, et invite instamment le Japon à améliorer la surveillance sanitaire et les services de santé.

HRN est l’organisation Human Rights Now basée à Tôkyô : sa contribution est ici en anglais. IUVENTUM est une organisation allemande. Enfin, la contribution de Greenpeace est accessible depuis ce communiqué en anglais.

Dans son rapport, le Japon n’est guère prolixe sur la situation des personnes déplacées par la catastrophe nucléaire :

Le Gouvernement offre aussi une aide technique et financière à la préfecture de Fukushima. Il a ainsi versé une subvention de 78,2 milliards de yen au Fonds pour la santé des habitants de Fukushima mis sur pied par la préfecture pour aider la population à prendre en charge leur santé à moyen et à long terme.

Selon Greenpeace, présente sur place à Genève, plusieurs pays sont intervenus en séance pour soutenir les victimes de la catastrophe nucléaire. Les diverses parties préparent actuellement des documents pour se répondre mutuellement. A suivre…