Manipulation de cendres radioactives sans protection ni information suffisantes

Les déchets organiques issus de la décontamination sont incinérés pour réduire les volumes (voir notre reportage sur l’industrie du déchet), et les cendres sont fortement radioactives et leur manipulation doit se faire avec précautions.

Un ancien employé d’un incinérateur d’Iitaté accuse son employeur de ne pas l’avoir assez protégé. Il craint pour sa santé et a porté plainte.

Selon le blog qui rapporte l’affaire, il a travaillé un an et 4 mois à partir d’août 2016. Son masque ne protégeait que la moitié du visage et non sa totalité comme exigé par la réglementation et il ne portait pas d’habits de protection. Ses demandes d’être mieux protégé auraient été ignorées par son employeur.

Selon les documents mis en ligne, la contamination des cendres a atteint 160 000 Bq/kg.

Ce serait la première plainte d’un employé d’un incinérateur de déchets radioactifs.

Appel à souscription pour un livre avec la collection de 6 années de surveillance citoyenne de la radioactivité au Japon

Le réseau de laboratoires et de station de mesure indépendants, Minna no data (les données de tous), a lancé un appel à souscription pour éditer un livre rassemblant les données de 6 années de surveillance citoyenne de la radioactivité au Japon. Chikurin, le laboratoire que l’ACRO a co-fondé au Japon est membre de ce réseau.

4 000 préleveurs volontaires ont participé au projet, qui concerne 3 400 sols répartis dans 17 provinces japonaise. Pour pré-commander le livre, en japonais, c’est par ici. Il y a aussi de nombreux messages de soutien.