Qui va payer le démantèlement des réacteurs nucléaires japonais ?

Le gouvernement veut faire porter les coûts du démantèlement des réacteurs nucléaires par tous les usagers en taxant la distribution d’électricité. Les nouveaux entrants sur le marché libéralisé devront alors payer aussi et ils reporteront la taxe sur les consommateurs.

Le dossier avance et les conclusions semblent dépendre des journaux. Le Yomiuri, journal conservateur qui s’est fait le porte-parole du village nucléaire japonais, titre que les exploitants du nucléaire devront payer pour le démantèlement de leurs installations et que les nouveaux entrants sont exemptés. Le Maïnichi, qui prend régulièrement position contre le nucléaire, titre, quant à lui, que les nouveaux entrants devront probablement mettre la main à la poche. Qui croire ?

Actuellement, les exploitants du nucléaire doivent provisionner le coût du démantèlement et de la gestion des déchets radioactifs. Ils ont cinquante ans pour cela : 40 années d’exploitation du réacteur plus 10 années après la mise à l’arrêt définitif. Le coût total du démantèlement, si l’on exclut les 4 réacteurs accidentés de Fukushima daï-ichi, s’élèverait à 2 900 milliards de yens (25,4 milliards d’euros). Les provisions n’atteignent pas cette somme : il manque quelques 1 200 milliards de yens (10,5 milliards d’euros) selon le Yomiuri.

L’article du Yomiuri explique que le gouvernement a réaffirmé la responsabilité des exploitants dans le démantèlement et son financement, avec un “mais” pour les réacteurs qui ont été arrêtés suite à l’introduction de mesures de sûreté plus strictes après la catastrophe à la centrale nucléaire de Fukushima. Pour ces cas là, comme l’explique le Maïnichi, les nouveaux entrants sur le marché de l’électricité devront aussi contribuer à la facture. Cela concerne 6 réacteurs pour le moment (les n°1 et 2 de Mihama, les n°1 de Tsuruga, de Genkaï, de Shimané et de Ikata). Ce sera plus dans l’avenir puisque une grande partie du parc pourrait ne pas être autorisée à redémarrer. Le système actuel est maintenu pour les réacteurs qui ont redémarré ou qui devraient y être autorisés. Initialement, les nouveaux entrants auraient dû aussi contribuer à la provision pour le démantèlement futur. Le gouvernement a reculé sur ce dernier point.

Enfin, pour les réacteurs accidenté de Fukushima, ce sera un autre mécanisme de financement.