Pénurie de travailleurs du nucléaire à la centrale de Fukushima daï-ichi

Le Maïnichi a enquêté auprès de 246 compagnies impliquées dans les travaux de sécurisation de la centrale accidentée de Fukushima daï-ichi. 42 ont répondu et la moitié, ont déclaré faire face à un manque de main d’œuvre. La principale cause pointée par ces compagnies est que les personnes les plus âgées partent à la retraite et qu’il n’y a pas beaucoup de jeunes qui acceptent de venir travailler dans un environnement radioactif. Le manque de qualification est aussi un frein. 45% des travailleurs ont plus de 50 ans.

En réponse, de nombreuses compagnies ont toujours recours à de l’intérim alors que c’est interdit. Selon TEPCo, cela concernerait 20% des travailleurs sur place.

Alors que les doses s’accumulent, il faut aussi remplacer la main d’œuvre pour ne pas dépasser les limites de 100 mSv sur 5 ans et 50 mSv sur un an. Selon TEPCo, 32 760 travailleurs ont reçu une dose annuelle supérieure à 5 mSv, qui est la limite à partir de laquelle une leucémie peut être reconnue comme d’origine professionnelle si aucune autre cause ne peut être avancée. Il sont 46 490 à avoir travaillé sur le site de la centrale à la fin janvier 2016, d’après les dernières données de TEPCo, dont 41 803 sous-traitants. 174 travailleurs ont reçu une dose supérieure à 100 mSv.

Plus précisément, ils étaient 6 600 à recevoir plus de 5 mSv durant l’année fiscale 2014 et ils sont déjà 4 223 pour 2015. L’année fiscale se termine le 31 mars.

Quand les travaux de démantèlement vont débuter, plus personne ne connaîtra les réacteurs, ce qui va poser des problèmes. En France, la décision de commencer le démantèlement immédiatement après la mise à l’arrêt a justement été motivée par la crainte de la perte de mémoire. Ce sera un défi supplémentaire à Fukushima. La structure pyramidale de sous-traitance n’aide pas à maintenir l’expertise.

Le premier ministre, qui ne cesse de répéter qu’il veut accélérer la réhabilitation, ne semble pas prendre ce problème au sérieux.

Voir de belles photos de travailleurs à la centrale de Fukushima daï-ichi.