Des nouvelles de la station ALPS

TEPCo a annoncé que sa station de traitement de l’eau contaminée, ALPS, qui cumule les déboires, devrait fonctionner à plein régime à partir de décembre prochain après avoir amélioré sa performance pour quatre radioéléments (cobalt 60, iode 129, antimoine 125 et ruthénium 106). La première date de démarrage annoncée était septembre 2012, les premiers tests ont débuté en mars 2013.
Rappelons qu’ALPS est supposée réduire significativement la contamination pour 62 radioéléments. Elle ne retire pas le tritium et la compagnie n’est pas autorisée à en rejeter une telle quantité dans l’océan. Elle devra donc garder des cuves pleines d’eau moins contaminée. Le risque est moindre en cas d’accident, mais cela ne résout pas le problème de la place prise par les cuves, leur surveillance etc. TEPCO ne mentionne jamais la contamination au carbone 14 et n’a jamais effectué la moindre mesure. Cela ne lui a pas été demandé non plus.
Outre ses pannes à répétition, ALPS génère beaucoup de déchets radioactifs, pour lesquels il n’y a aucune solution non plus. TEPCo ne dit rien à propos de ce problème. A-t-elle réussi à en diminuer le volume ? Si elle ne dit rien, c’est que la réponse doit être négative.
La compagnie n’a pas encore le feu vert de la NRA.
Ce communiqué s’explique par le fait que TEPCo avait, en septembre 2013, promis de traiter toute l’eau d’ici la fin de l’année fiscale 2014 (31 mars 2015). C’était à l’époque du choix de Tôkyô pour les jeux olympiques. La situation était officiellement “sous contrôle”.
Seulement 110 000 tonnes ont été traitées sans que l’objectif ne soit atteint pour les quatre éléments mentionnés.
Voir aussi la fiche technique.