Avenir énergétique du Japon : un plan peu ambitieux

Le METI, qui est le ministère de l’industrie et de l’économie, converge sur l’avenir énergétique du pays. En ce qui concerne la réduction des émissions de gaz à effet de serre, il envisage une réduction de 25% en 2030 par rapport au niveau de 2005 ou de 26% par rapport au niveau de 2013. Cela ferait une réduction de 18% par rapport au niveau de 1990 qui a servi de référence au protocole de Kyôto. C’est très peu ambitieux par rapport à l’engagement européen qui est de 40% de réduction par rapport au niveau de 1990. Même les Etats-Unis annoncent 26 à 28% de réduction par rapport à 2005 pour l’année 2025.

En ce qui concerne le mix électrique, il converge vers 20 à 22% de nucléaire à l’horizon 2030 et 22 à 24% de renouvelable. La part du nucléaire était de 28,6% avant 2011. Le chiffre avancé n’est pas atteignable sans construire de nouveaux réacteurs, sauf réduction drastique de la consommation. Cela semble peut réaliste. Le reste devrait être essentiellement couvert par le charbon pour 26% et le gaz pour 27%.

En attendant, les compagnies d’électricité investissent surtout dans le charbon. De nouveaux arrivants préfèrent le renouvelable grâce au tarif de rachat avantageux.