Tchernobyl : un quart des 20 000 cas de cancer de la thyroïde pourraient être dû à la radioactivité, selon l’ONU

A la veille du 32ième anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, l’UNSCEAR, qui est le Comité scientifique des Nations Unies sur les effets des radiations, vient de publier un livre blanc dédié à l’évaluation des données sur les cancers de la thyroïde dans les régions affectées par les retombées radioactives de cette catastrophe.

Le communiqué de presse de l’ONU annonce qu’un quart des 20 000 cas de cancer de la thyroïde enregistrés entre 1991 et 2015 chez les personnes qui avaient moins de 18 ans en 1986, sont « probablement » dus aux fortes doses de radiation reçues lors de la catastrophe nucléaire. Cela fait donc environ 5 000.

En 2008, l’UNSCEAR comptait 6 848 cas de cancer de la thyroïde entre 1991 et 2005 chez les moins de 18 ans en 1986. Il ajoutait que la forte augmentation de l’incidence chez les moins de 10 ans est associée à l’accident nucléaire. Cette augmentation a commencé à être observée environ 5 ans après l’accident et a persisté jusqu’en 2005.

Le nombre de 20 000 cas sur la période 1991 – 2015 est donc environ 3 fois plus grand que le nombre de cas sur la période 1991 – 2005. Ces chiffres ne concernent que les personnes originaires des zones non-évacuées de la Biélorussie, de l’Ukraine et des quatre oblasts les plus contaminés de la Fédération de Russie, qui avaient moins de 18 ans en 1986. Et, selon le livre blanc, 7 à 50% pourraient dus aux radiations, avec une valeur nominale à 25%. Pour les détails du calcul, voir le livre blanc. Ce n’est pas très précis pour une démarche qui prétend fournir un rapport faisant autorité.