Un travailleur contaminé à la centrale de Fukushima daï-ichi

Un travailleur sous-traitant qui démantelait une cuve ayant contenu de l’eau contaminée aurait eu les cavités nasales légèrement contaminée. Cela aurait entraîné une dose de 0,01 millisievert qui vient s’ajouter à l’irradiation externe. Comme il portait un masque de protection, une enquête est en cours pour comprendre comment cela a pu avoir lieu.

Par ailleurs, les dernières données sur les doses prises à la centrale accidentée sont ici en ligne. Au 31 juillet 2017, 17 141 travailleurs ont été exposés aux rayonnements ionisants depuis le 1er avril 2016, dont 15 366 sous-traitants (90%) qui prennent l’essentiel de la dose collective. En juillet 2017, la dose moyenne prise par les sous-traitants était de 0,37 mSv et celle de des employés de TEPCo, trois plus faible, avec 0,12 mSv. Extrapolé sur un an, cela donne 4,4 mSv pour les premiers et 1,44 pour les seconds sachant que la dose annuelle moyenne à ne pas dépasser est de 20 mSv pour les travailleurs. C’était plus en juin 2017…

La dose la plus élevée du mois de juillet 2017 est de 9,77 mSv et c’est un sous-traitant. C’était 12,90 mSv en juin 2017.

En dose cumulée entre le 1 avril 2016 et le 31 juillet 2017, la dose externe la plus élevée est de 52,04 mSv ce qui est plus que la dose annuelle permise qui est de 50 mSv. Ils sont 4 à avoir dépassé cette limite annuelle, tous sous-traitants. 499 autres, tous sous-traitants, ont reçu une dose externe cumulée comprise entre 20 et 50 mSv.

Le personnel reste exposé à des doses beaucoup plus élevées que ce que l’on peut observer dans une centrale en fonctionnement. Les employés de TEPCo ont pris, entre avril 2016 et juillet 2017 une dose collective cumulée de 2,71 hommes.sieverts et les sous-traitants, de 57,3 hommes.sieverts.

Le stress post-traumatique affecte ceux qui étaient en première ligne lors de l’accident nucléaire

Selon une étude basée sur 1 500 personnes, rapportée par le Japan Times, près de 30% des travailleurs qui étaient en première ligne lors de l’accident nucléaire souffrent de stress post-traumatique sévère. A la centrale voisine de Fukushima dai-ni, où l’accident a pu être évité de justesse, c’est 20 % environ. Si ces taux diminuent avec le temps, ils restent élevés. A Tchernobyl aussi, des liquidateurs souffrent toujours du stress post-traumatique, qui est donc une maladie à long terme nécessitant une prise en charge appropriée. L’étude montre aussi que le dénigrement et la culpabilité a aggravé le stress. Les victimes du dénigrement ont deux fois plus de chances de souffrir de stress post-traumatique sévère que les autres personnels.

Certains cas peuvent surgir plus tard, comme le cas de cet employé de TEPCo qui a dû évacuer les environs de la centrale. Trois ans plus tard, quand l’ordre d’évacuer a été levé et qu’il est retourné dans sa commune, il a pu mesurer la gravité de l’accident. C’est à ce moment là que les symptômes liés au stress post-traumatique sont apparus.

Le quotidien présente le cas de Ryuta Idogawa, âgé de 33 ans, passé par la « TEPCo académie » qui a formé une partie du personnel. Il n’était pas de service lors du séisme, mais dès les premières secousses, il s’est rendu à la centrale et est arrivé avant le tsunami. Son poste était dans la salle de commande des réacteurs 1 et 2. Quand il est finalement arrivé dans cette salle, après le tsunami, il n’y avait plus d’électricité ni de signaux en provenant des réacteurs. Seul son dosimètre indiquait un niveau de radiation élevé, faisant penser à une fusion du cœur, l’accident le plus craint par l’industrie nucléaire. Il est resté deux jours sur le site, sans nouvelle de sa famille, et avec des explosions hydrogène.

Le 14 mars, il a été envoyé à la centrale voisine de Fukushima daï-ni pour se reposer. Lors du trajet en bus, il a vu un homme promener son chien sans la moindre protection, alors que les travailleurs portaient un masque. Il a voulu lui crier de se protéger à l’intérieur un bâtiment. A Fukushima daï-ni, les conditions de vie étaient tout aussi difficiles : pas de chauffage, peu de nourriture…

Ryuta Idogawa a fait partie de ce que les médias ont qualifié de « 50 de Fukushima », qui étaient en fait plus nombreux. Sa maison étant en zone fortement contaminée, il a dû évacuer à Kôriyama avec rien à faire d’autre qu’attendre sa prochaine mission à la centrale accidentée. Les évènements passés tournaient en boucle dans sa tête, avec un fort sentiment de culpabilité. Il a commencé à souffrir de maux d’estomac, d’insomnie et de dépression. L’alcool a aggravé les choses.

Il a quitté TEPCo en janvier 2012 car il avait atteint une dose élevée et pour protester contre le peu de cas que faisait TEPCo envers ses employés. L’annonce par le premier ministre, un mois auparavant, que la situation était « sous contrôle » à la centrale l’a aussi beaucoup choqué car cela ne correspondait pas à ce qu’il voyait sur place.

Il est devenu claustrophobe et ne peut plus prendre un train bondé sans paniquer.

Ce sentiment de culpabilité et dénigrement subi ont aggravé la situation des travailleurs. L’étude a montré que la discrimination envers les employés de TEPCo souffrent plus de stress post-traumatique. Surtout quand elle était due à des proches. Les auteurs de l’étude pensent que les autres secouristes et les sous-traitants qui sont intervenus durant les premiers jours ne portent pas les mêmes marques d’infamie et souffriront moins longtemps du stress post-traumatique.

En revanche, les US marines de l’opération Tomodachi (ami en japonais) qui étaient sur un bateau au large de la centrale nucléaire accidentée et qui ont été exposés directement aux retombées radioactives souffrent de nombreuses maladies et de stress post-traumatique. Ils n’avaient aucune protection. Certains avaient même donné presque tous leurs habits aux victimes du tsunami. Toutes les bouteilles d’eau potable ont aussi été données et l’équipage ne buvait que de l’eau de mer dessalée qui s’est révélée être contaminée. Ils ne savaient rien de l’exposition à laquelle ils ont été soumise. Cela engendre une forte inquiétude et du stress.

TEPCo a refusé de répondre au journaliste. Elle aussi mis fin au suivi et au traitement de son personnel en 2015.

157 Marines américains qui avaient assisté le Japon en 2011 portent plainte contre TEPCo

157 US Marines ont saisi la justice américaine pour obtenir de TEPCo la création d’un fond d’indemnisation de 5 milliards de dollars afin de couvrir les frais médicaux découlant des dommages physiques, moraux et financiers qu’ils disent avoir subis. C’est la deuxième plainte de ce type aux Etats-Unis.

En 2011, ces Marines avaient participé aux opérations de secours après le tsunami et ont été contaminés par les rejets radioactifs de la centrale accidentée. Malades, ils sont convaincus que la radioactivité est à l’origine de leurs maux et demandent une compensation à TEPCo qui serait responsable de défauts de conception, de construction et de maintenance.

L’exposition de travailleurs au plutonium classé au niveau 2 de l’échelle INES

L’éclatement d’un sac en plastique avec du combustible MOx qui avait entraîné, en juin dernier, la contamination de 5 personnes alors que la Japan Atomic Energy Agency (JAEA) connaissait le risque depuis plus de 20 ans est un incident qui vient d’être classé au niveau de l’échelle de communication INES par l’Autorité de Régulation Nucléaire.

Installation du dôme qui couvre le réacteur n°3

TEPCo a mis en ligne deux séries de photographies montrant la mise en place d’éléments du dôme qui recouvre le réacteur n°3, accompagnées de deux vidéos : accès à la première série et à la deuxième. Il s’agit du premier tronçon sur huit. Les images permettent de voir que le réacteur n°3 a de nouvelles parois latérales.

Le dôme complet mesure 17 m sur 11 m et pèse 37 tonnes. Le but est de pouvoir retirer les 514 assemblages usés et 52 neufs, dont du MOx qui sont dans la piscine. Les opérations de retrait devraient débuter en avril 2018.

Sur cette photo on voit un être humain sur le toit du réacteur n°3 alors que les débits de dose y sont très élevés. Cela avait même conduit à un report des travaux. Il en est de même pour cette photo. TEPCo ne donne aucune indication sur les doses prises par le personnel.

Fondements éthiques de la radioprotection

La CIPR a soumis à l’avis du public son projet de rapport sur les fondements éthiques de la radioprotection. Ce rapport mentionne la problématique de l’exposition après une catastrophe nucléaire.

Dans son avis envoyé à la CIPR, l’ACRO estime que cette analyse n’est pas complète et qu’elle ne prend pas en compte les préoccupations des populations exposées.

Lire l’avis complet.

Éclatement d’un sac avec du plutonium : le centre de recherche connaissait le problème depuis plus de 20 ans

La Japan Atomic Energy Agency (JAEA) continue d’analyser les causes de l’éclatement d’un sac plastique contenant de la poudre de combustible MOx au moment de l’ouverture du fût scellé. Cet incident avait entraîné la contamination de cinq personnes qui sont toujours suivies. Une réévaluation récente de cette contamination interne conduirait à une dose comprise entre 100 et 200 mSv pour la personne la plus exposée, selon l’agence de presse jiji. Le centre qui les a pris en charge espère pouvoir réduire la dose grâce à un traitement.

La JAEA a reconnu l’erreur de manipulation et la sous-estimation des risques. C’est bien le moins… Le personnel aurait dû utiliser une boîte à gants fermée plutôt qu’une simple paillasse pour ouvrir le petit fût de combustible. Cela aurait évité sa contamination avec des radioéléments particulièrement toxiques comme le plutonium. Par ailleurs, comme le rapporte le Maïnichi, il a fallu trois heures pour installer une tente de décontamination après l’incident car aucun matériel n’était disponible sur place et qu’il n’y avait jamais eu d’exercice de ce type. De plus, la douche qui aurait dû être utilisée pour la décontamination était cassée.

La JAEA avait d’abord annoncé n’avoir pas contrôlé ce récipient avec du combustible nucléaire depuis 1991… Selon l’Asahi, les dernières investigations dans les archives ont montré que des inspections ont eu lieu en 1996 et qu’elles avaient mis en évidence le problème à l’origine de l’éclatement. A l’époque, 63 fûts avaient été contrôlés, y compris celui qui a éclaté à l’ouverture le 6 juin dernier. Rappelons que le combustible est dans un récipient en plastique, mis dans deux sacs plastiques et scellé dans un fût en acier inoxydable. Il était alors apparu que pour 23 d’entre eux, le sac plastique contenant la poudre de MOx était anormalement gonflé ou abimé et que le conteneur en plastique était aussi endommagé. Mais la JAEA a continué à entreposer le combustible de la même manière pendant plus de 20 ans sans mener d’inspection.

Le MOx contient du plutonium qui est particulièrement toxique. La JAEA, avait la prétention de contrôler toute la chaîne de ce combustible, de l’extraction du plutonium des combustibles usés à leur utilisation dans un surgénérateur. Comme pour Monju, qui a dû être fermé définitivement à cause de graves manquements à la sûreté, il est temps d’arrêter ce programme avant l’accident grave. La gestion des combustibles doit être confiée à un autre organisme.

Troisième séjour à l’hôpital pour une cure de décontamination pour les 5 personnes exposées au plutonium

Les 5 personnes exposées à une contamination au plutonium suite à l’éclatement un sac contenant du combustible MOx ont été à nouveau admis au NIRS pour une troisième cure de décontamination. La dernière fois, du plutonium avait été trouvé dans leurs urines. On ne sait pas ce qu’il en est actuellement.

Par ailleurs, la Japan Atomic Energy Agency (JAEA) pense que c’est une résine en décomposition qui est à l’origine des gaz qui ont provoqué l’éclatement. Selon l’Asahi, cette résine est utilisée pour fixer le combustible et sa décomposition serait liée à son exposition aux rayonnements.

Du plutonium dans les urines du personnel contaminé dans un centre de recherche nucléaire

Du plutonium et de l’américium ont été détectés dans les urines des 5 personnes exposées après l’éclatement d’un sac contenant du combustible nucléaire dans un centre de recherche. Les analyses ont été effectuées par le NIRS, qui parle de faibles concentrations, sans donner de chiffres.

La Japan Atomic Energy Agency (JAEA) avait d’abord annoncé une forte contamination des poumons, puis plus rien, ou presque. La limite de détection est de l’ordre de 5 000 à 10 000 Bq pour le plutonium et de l’américium a été détecté dans les poumons de l’une des personnes exposées. Cette dernière annonce confirme que ces cinq personnes ont bien subi une exposition interne à un niveau qui ne peut pas être considéré comme négligeable. C’est probablement une des plus fortes contaminations enregistrées au Japon. Un suivi médical s’impose.

Ces cinq personnes ont de nouveau été admises au NIRS le 18 juin où elles subissent pour la deuxième fois un traitement pour accélérer l’excrétion des contaminants. La première fois, une augmentation de la concentration en plutonium dans les urines avait été noté, ce qui montre une certaine efficacité. Il est difficile d’en dire plus sans données précises. L’exposition ayant eu lieu le 6 juin, la contamination ne diminue pas si vite.

Par ailleurs, la JAEA a mis en ligne un dossier explicatif tout en japonais sur le déroulement de l’accident.

Contamination au plutonium d’un centre de recherche nucléaire : le personnel a bien suivi les procédures

Cinq employés d’un centre de recherche nucléaire ont été exposés à des éléments particulièrement radiotoxiques, dont du plutonium, après l’éclatement du sac en plastique contenant de combustible nucléaire. Selon le dernier communiqué en japonais de la Japan Atomic Energy Agency (JAEA), ce combustible contenait 26,9% d’oxyde de plutonium et 73,1% d’oxyde d’uranium. Comme nous l’avons relaté, il y a eu une série d’erreurs graves qui auraient pu être évitées.

La JAEA a reconnu qu’il s’agit d’un défaut des procédures suivies et que le personnel exposé n’est pas responsable. L’éclatement n’avait pas été imaginé.

Les dosimètres des personnes exposées indiquent une exposition externe de 2 μSv, 3 μSv et 60 μSv, ce qui reste faible. Mais l’exposition interne qui pose problème et il n’y a toujours pas de chiffre précis de publié, après la dernière annonce que les poumons étaient finalement peu touchés.

La JAEA a mis en ligne des photos prises par un des employés. La dernière montre le container n°1010 avec le sac déchiré. Les quatre photos précédentes concernent d’autres containers, n°1007 et 1008. Dans ce dernier, le sac est bien gonflé. A noter que l’appareil photo, contaminé, est resté dans la salle. Seule la carte SD a été récupérée.