Vidéo de TEPCo sur l’avancement des travaux

TEPCo a mis en ligne une vidéo pour vanter les progrès à la centrale de Fukushima daï-ichi. Certes, des progrès ont été accomplis et c’est bien heureux, il reste de nombreux défis qui ne sont pas abordés. Certains accomplissements présentés datent de plusieurs années. Et pour l’eau contaminée, la présentation est bien optimiste…

Par ailleurs, TEPCo communique sur l’installation sur le toit du réacteur n°3 d’une pièce destinée à recevoir la nouvelle structure en construction que l’on voit dans la vidéo.

La compagnie se prépare à insérer un robot dans l’enceinte de confinement du réacteur n°2. Il devrait faire des mesures et prendre des images. Voir quelques explications en japonais. Les opérations sont prévues pour février.

Le gel du sol autour des réacteurs pas aussi efficace que prévu

Ce devait être l’ultime solution pour lutter contre les infiltrations d’eau souterraine dans les sous-sols des réacteurs accidentés, où elle se mélange à l’eau de refroidissement très contaminée. D’un coût total de 34,5 milliards de yens (283 millions d’euros) payés par les contribuables japonais, ce projet gouvernemental d’une dimension inégalée devait confirmer les affirmations du premier ministre en 2013 devant le comité olympique que la « situation est sous contrôle« .

Débuté en juin 2016, le gel du sol tout autour des quatre réacteurs accidentés devait limiter les infiltrations d’eau souterraine et les fuites d’eau contaminée. Comme les zones avec les plus forts courants phréatiques ne gelaient pas, TEPCo a dû bétonner certaines zones. Mais les résultats se sont fait attendre et TEPCo demandait toujours plus de temps pour que le projet fasse ses preuves. Selon l’Asahi, l’Autorité de Régulation Nucléaire, la NRA, doute sérieusement de l’efficacité de cette technique qu’elle considère désormais comme secondaire. Les actions médiatiques ne suffisent pas.

En effet, selon la NRA, malgré les faibles précipitations, la quantité d’eau pompée dans les sous-sols des réacteurs et dans les nappes phréatiques contaminées autour du mur ne baisse pas assez. Elle considère donc que la solution passe par le pompage, pas le mur. En réponse, TEPCo s’est engagée à doubler ses capacités de pompage pour atteindre 800 m3 par jour dans les nappes phréatiques à l’automne prochain.

La NRA a aussi autorisé le gel complet du sol en amont des réacteurs, même s’il n’a pas bloqué les écoulements en aval. Selon les cartes de température du sol publiées par TEPCo début décembre ou plus récemment, certaines portions n’étaient toujours pas gelées en amont. Selon ce dernier document, TEPCo injecte toujours des produits chimiques dans le sol là où il ne gel pas. Elle donne aussi le planning des travaux à venir. Il faudra attendre février 2017 pour obtenir le gel complet en amont.

Le gel du sol sur une telle distance pendant des années est une technologie très complexe à mettre en œuvre. TEPCo signale une fuite du liquide réfrigérant découverte le 19 décembre dernier sans que la cause soit connue.

Comme le rappelle la compagnie, le but premier de ces opérations est de réduire les infiltrations d’eau souterraine afin de ralentir l’augmentation du stock d’eau contaminée dans des cuves sur le site. Selon l’Asahi, avant le gel du sol, TEPCo pompait en moyenne 300 m3 par jour d’eau contaminée dans les sous-sols des réacteurs en plus de l’eau injectée pour le refroidissement. C’est passé à 130 m3 par jour, ce qui est toujours plus que les 70 m3 par jour visés. Les dernières données publiées par TEPCo font apparaître une remontée à 176 m3 par jour à la fin décembre auxquels il faut ajouter l’eau souterraine trop contaminée ou salée pour être traitée directement et qui est donc mélangée à l’eau des sous-sols. Cette dernière est en baisse à 58 m3 par jour. Le total atteint les 234 m3/jour. L’impact du gel du sol n’est pas flagrant sur ce graphe.

A noter que TEPCo injecte quotidiennement une centaine de mètres cubes d’eau dans chacun des trois réacteurs accidentés pour refroidir le combustible. Et cette eau, très contaminée, fuit vers les sous-sols. Le dernier bilan de TEPCo fait état d’un stock d’eau contaminée partiellement traitée qui atteint presque le million de mètres cubes auquel il faut ajouter 60 000 m3 dans les réacteurs et 9 156 m3 de déchets liquides.

Par ailleurs, TEPCo a mis en place des capteurs à la sortie du port devant la centrale accidentée pour mesurer en continue la concentration en césium et en bêta total dans l’eau de mer. Les données sont ici en anglais.

Arrêt temporaire du refroidissement du cœur fondu du réacteur n°3

L’injection d’eau dans le réacteur n°3 pour refroidir le cœur fondu a été arrêté suite à une erreur humaine. C’est une alarme qui a donné l’alerte. TEPCo explique d’un travailleur a, par inadvertance, actionné l’arrêt d’une pompe avec son coude. L’injection d’eau a repris une heure plus tard.

Il y avait assez d’eau et aucune élévation de température n’aurait été notée.

Les interrupteurs sont situés de part et d’autre d’un passage étroit, large de seulement 85 cm. Le travailleur, équipé d’une combinaison complète et d’un masque, a perdu l’équilibre et a heurté l’interrupteur en arrachant la protection. Les explications en japonais de TEPCo et des photos sont ici.

TEPCo injecte 4,2 m3 d’eau par heure dans ce réacteur. Elle est passée à 4,4 m3/h juste après l’incident.

Durant la nuit, il y a aussi un arrêt temporaire du circuit de refroidissement des piscines de combustible des réacteurs n°1, 2 et 3. Le refroidissement a été remis en route 6 heures et demie plus tard. Les explications de la compagnie sont ici en japonais.

Que faire des déchets radioactifs de la centrale accidentée ?

Le Maïnichi fait le point sur les déchets générés par le traitement de l’eau contaminée à la centrale accidentée de Fukushima daï-ichi.

Actuellement, l’eau contaminée pompée dans les sous-sols des réacteurs et dans les nappes phréatiques passe dans SARRY qui retire le césium. Il y a ensuite une étape de désalinisation, avant de passer dans ALPS, qui retire 62 radioéléments. Le strontium est traité à part. Ce traitement génère, bien entendu, des déchets radioactifs qui sont mis dans des fûts métalliques dont la taille varie en fonction de l’installation.

Au 10 novembre 2016, il y a déjà 178 fûts auprès de SARRY, 758 à la station de Kurion et 2 179 pour ALPS. Cela fait un volume total de 11 000 m3 de déchets très radioactifs entreposés dans la partie Sud du site (voir la carte sur le site du Maïnichi). A cela s’ajoutent 597 m3 de déchets engendrés par la station Areva qui n’a été utilisée que durant quelques mois en 2011. Le devenir de ces déchets est complètement inconnu et la solution actuelle n’est pas pérenne. En effet, il reste du sel qui est corrosif et de l’hydrogène est généré dans ces fûts, pouvant entraîner un risque d’explosion.

L’eau reste contaminée après traitement puisque le retrait des radioéléments n’est pas complet et il y a surtout le tritium qui n’est pas retiré. Il y en a environ 900 000 m3.

A tout cela s’ajoutent les déchets issus du démantèlement qui représentent une volume beaucoup plus conséquent que pour une centrale ordinaire puisque tout a été contaminé par l’accident. Pour la partie la plus radioactive, le corium, cela a été évalué à 880 tonnes récemment, ce qui est 3,4 fois plus élevé que le combustible seul.

Et puis, les autorités prévoient d’entreposer les 22 millions de mètres cubes de déchets issus de la décontamination tout autour de la centrale accidentée, sur 16 km2. Les travaux viennent à peine de débuter.

Le Japon n’a pas de plan clair pour la gestion de ses déchets radioactifs et les habitants de Fukushima craignent que la centrale accidentée et ses environs deviennent un centre de stockage pour des durées très longues.

Sol gelé montré aux médias

Le dernier plan de TEPCo pour limiter les infiltrations d’eau souterraine dans les sous-sols des réacteurs où elle se mélange à l’eau contaminée qui sert au refroidissement des cœurs de réacteur consiste à geler le sol tout autour des 4 réacteurs accidentés, sur 1,4 km de longueur. Mais c’est un échec pour le moment car les infiltrations continuent. TEPCo a demandé plus de temps pour démontrer son efficacité. L’Autorité de Régulation Nucléaire a demandé que des tranchées soient creusées pour vérifier le gel du sol.

Le ministère de l’industrie, qui finance ce projet, a profité de cette tranchée de 1,2 m de profondeur en amont du réacteur n°4 – le moins irradiant – pour montrer le résultat aux médias. Et TEPCo a mis en ligne deux photos et une vidéo qui ne démontrent rien.

Les données issues des capteurs de température permettaient déjà de savoir que le sol était gelé, sauf dans les parties où il y a de forts courants. Montrer une portion proche de la surface que l’on sait déjà gelée n’apporte rien. Les écoulements phréatiques sont plus profonds. En revanche, la compagnie n’indique pas combien d’eau elle est obligée de pomper quotidiennement en plus de celle qu’elle injecte et qui termine dans des cuves après décontamination partielle. Son dernier bilan sur l’eau contaminée est ici.

Fort séisme suivi d’un petit tsunami à Fukushima

Un fort séisme, d’un magnitude de 7,4, a secoué le Nord-Est du Japon à 5h59. L’épicentre était au large des côtes japonaises à 25 km de profondeur. Une plaque aurait glissé verticalement à 60 km au large d’Iwaki. Une alerte au tsunami a aussitôt été émise.

Un petit tsunami est arrivé sur les côtes un peu plus tard. Il était d’un mètre de hauteur à Fukushima à 6h34 et jusqu’à 1,4 m ailleurs dans la baie de Sendaï, dans la province de Miyagi où la vague est arrivée deux heures après le séisme, à 8h03. Des images du mascaret remontant les fleuves sont disponibles sur le site du Asahi et du Maïnichi. Fort heureusement, on ne déplore aucun dégât majeur. Une quinzaine blessés ont été recensés.

L’alerte au tsunami a été levée 4 heures après la secousse initiale. Elle a entraîné l’évacuation préventive de plus de 10 000 personnes vers des centres de regroupement qui a parfois été entravée par des embouteillages. L’Agence météorologique avait sous-estimé la hauteur de la vague à Sendaï : elle a d’abord annoncé un mètre, avant de revoir sa prévision après avoir observé la vague au large. C’était finalement 1,4 m. Elle va donc revoir sa méthode de prévision.

TEPCo annonce n’avoir détecté aucune anomalie, si ce n’est un arrêt du refroidissement de la piscine de combustibles du réacteur n°3 de la centrale de Fukushima daï-ni qui contient 2 544 assemblages. Il a été remis en service à 7h47. La température de l’eau était de 28,7°C avant l’arrêt et de 29,5°C au moment de la reprise. Il aurait fallu attendre plusieurs jours sans refroidissement pour atteindre le seuil d’alerte de 65°C. La compagnie a mis deux heures à informer les médias de cet arrêt.

A la centrale de Fukushima daï-ichi, le pompage de l’eau contaminée a été préventivement stoppé afin d’éviter une fuite en cas d’endommagement sur un tuyau. Tout le personnel a été évacué vers les hauteurs et il n’était pas possible de vérifier l’état des canalisations.

En revanche, un endommagement des piscines non encore vidées des réacteurs 1 à 3 de la centrale de Fukushima daï-ichi, pourrait avoir de graves conséquences s’il y a des fissures qui empêchent le refroidissement. Les débits de dose dans ces réacteurs sont aussi trop élevés pour empêcher toute intervention humaine.

Cet évènement a réveillé les pires cauchemars chez les habitants du Nord-Est du Japon et vient rappeler la fragilité de la centrale accidentée face aux agressions externes. Il y a aussi le problèmes des déchets radioactifs qui sont entreposés près des côtes.

Vidéos sur le site de l’Asahi en langue japonaise :

Le coût du démantèlement des 6 réacteurs de Fukushima daï-ichi va dépasser largement les 18 milliards d’euros

Le gouvernement, qui a nationalisé TEPCo en 2012 pour lui éviter la faillite, veut se désengager, mais cela n’est pas facile tant les conditions sont difficiles. Un groupe d’experts du ministère de l’industrie a tenté d’estimer le coût du démantèlement des 6 réacteurs de la centrale de Fukushima daï-ichi en incluant la gestion de l’eau contaminée.

Il n’y est pas arrivé, mais la facture va largement dépasser les 2 000 milliards de yens (18 milliards d’euros) annoncés en 2013, auxquels il faut ajouter l’indemnisation, la décontamination, les aides économiques… Aucun chiffre n’est avancé pour l’instant.

Rappelons qu’en 2013, le gouvernement avait estimé à 5 400 milliards de yens les indemnisations (47,4 milliards d’euros), 2 500 milliards de yens la décontamination (22 milliards d’euros), 1 100 milliards de yens la gestion des déchets engendrés par la catastrophe (9,6 milliards d’euros… Il avait donc prévu d’avancer 9 000 milliards de yens à TEPCo (79 milliards d’euros). Il est admis officiellement maintenant que cela ne suffira pas et que la catastrophe coûtera beaucoup plus.

Les autorités n’ont jamais publié d’étude complète sur le coût déjà engagé de cette catastrophe encore en cours. Le démantèlement, ou plutôt la réduction de la menace des réacteurs accidentés, a déjà coûté 80 milliards de yens ces trois dernières années (plus de 700 millions d’euros).

La question est comment limiter la part payée par les contribuables. Une nouvelle réforme de TEPCo est envisagée, mais les perspectives de profit sont limitées. Le principal espoir de la compagnie est le redémarrage de sa centrale de Kashiwazaki-Kariwa, mais ce n’est pas gagné car les réacteurs ne sont pas assez sûrs pour le moment. Il y a aussi la culture de sûreté à améliorer. Le nouveau gouverneur de Niigata sera intransigeant. Il l’a réaffirmé le jour de sa prise de fonction.

Le ministère a proposé quatre scénarios au groupe d’experts :

  • le gouvernement prend en charge le coût du démantèlement et des déchets de Fukushima daï-ichi ;
  • de l’argent public est avancé et TEPCo devra rembourser sur le long terme, ce qui implique un contrôle prolongé de l’Etat sur la compagnie ;
  • TEPCo est liquidée et les débiteurs ne sont pas remboursés ;
  • une nouvelle réforme de TEPCo augmente sa profitabilité afin de lui permettre de financer le démantèlement.

C’est cette dernière option qui a eu les faveurs du groupe d’experts et la piste proposée est de séparer l’activité nucléaire du reste de la compagnie afin de la vendre ou de la fusionner avec celle d’autres compagnies. Le but est d’accélérer le redémarrage d’un ou deux réacteurs de la centrale nucléaire de Kashiwazaki-Kariwa en regagnant la confiance du public et des élus locaux. TEPCo a déjà noué des alliances avec d’autres compagnies pour d’autres divisions. Pour le nucléaire, cela va être plus difficile car ce n’est pas qu’un problème d’image et de confiance. Les réacteurs ne sont pas autorisés à redémarrer pour l’instant.

Fuite d’eau radioactive d’une cuve

Environ 32 litres d’eau contaminée auraient fui d’une cuve, selon TEPCo. L’eau aurait été contenue dans le réceptacle situé sous les cuves.

Cette eau aurait déjà été partiellement traitée, mais la contamination résiduelle serait de 590 000 Bq/L en bêta total. Quant à la cuve, elle est là depuis 2011. Il s’agit d’une cuve boulonnée avec des joints qui a plus de risque de fuir que les cuves installées maintenant, qui, elles, n’ont plus de joint. TEPCo s’était engagée à remplacer les anciennes cuves, mais elle n’arrive pas à faire face à l’augmentation de la quantité d’eau à stocker, toutes les mesures appliquées jusqu’à maintenant, y compris le gel du sous-sol, n’ayant eu qu’un effet limité. Alors ces vieilles cuves continuent à être utilisées.

Dans le dernier bilan mis en ligne, TEPCo annonce qu’il y a

  • 687 000 m3 d’eau traitée,
  • 204 000 m3 d’eau où le strontium a été retiré,
  • 9 000 m3 de déchets radioactifs concentrés liquides.

A cela s’ajoutent 67 000 m3 dans les sous-sols des bâtiments réacteur et turbine.

Par ailleurs, dans le dernier document mis en ligne par TEPCo à propos du mur gelé, on peut voir, à partir de la page 15, que les fortes précipitations ont fait remonter les températures et que la compagnie est en train de cimenter les passages qui ne gèlent pas.

La gestion de l’eau contaminée demeure un problème sans fin à Fukushima. Alors, pour rassurer, TEPCo a mis en ligne un dispositif de mesure en continu de la radioactivité dans l’eau de mer, disponible en japonais uniquement.

Le mur gelé toujours inefficace : TEPCo veut plus de temps, faute de solution alternative

Le mur gelé souterrain est un fiasco, mais TEPCo ne veut pas l’admettre car elle n’a rien d’autre à proposer. Ce gel des sous-sols autour des quatre réacteurs accidentés aurait dû diminuer les infiltrations d’eau souterraine au bout d’un mois et demi. Six mois plus tard, il n’en est rien.

La compagnie dit avoir besoin de plus de temps pour prouver son efficacité. La plupart des observateurs n’y croient plus. L’Autorité de Régulation Nucléaire (NRA) lui demande de faire des propositions de gestion de l’eau contaminée en partant de l’hypothèse que le gel des sous-sols n’a pas les effets escomptés. Pour TEPCo, les typhons qui ont frappé le Japon en septembre seraient responsables des retards. Ils ont entraîné une augmentation des flux et un dégel.

Le typhon Malakas, qui a arrosé la région du 20 au 23 septembre, a aussi entraîné des débordements d’eau contaminée en mer. Les écoulements phréatiques sont ralentis par une barrière construite le long du littoral. TEPCo pompe en amont pour éviter les débordements. Mais, lors du passage du typhon, la nappe phréatique contaminée est remontée jusqu’à 3 cm au dessus du niveau du sol. La concentration en césium dans l’eau de mer est montée à 95 Bq/L.

La partie aval, située à l’Est des réacteurs, est presque entièrement gelée, mais à seulement à 95% en amont, à l’Ouest. TEPCo attend le feu vert de la NRA pour geler entièrement la partie en amont, mais cette dernière lui demande de prouver l’efficacité au niveau de la partie aval d’abord.

Ce projet a coûté 35 milliards d’euros d’argent public. Et en attendant, TEPCo continue de pomper l’eau contaminée pour la mettre dans des cuves après traitement. La quantité d’eau qui s’infiltre quotidiennement aurait dû être réduite à 70 m3 par jour. C’était 500 m3 par jour avant le gel. C’est devenu 560 m3 par jour en moyenne depuis le gel, en prenant en compte le mois de septembre où les fortes pluies dues aux typhons ont fait monter l’accumulation d’eau à des valeurs comprises entre 600 et 1 200 m3 par jour.

Comme TEPCo ne sait plus où mettre cette eau, même après traitement, elle a reporté le remplacement des premières cuves les plus vulnérables, qui avaient fui. Elles auraient dû être remplacées par des cuves plus solides d’ici mars 2017. Ce sera mars 2018. Fin septembre, elles contenaient encore 110 000 m3 d’eau contaminée.

La NRA presse aussi TEPCo de pomper l’eau fortement contaminée accumulée dans les sous-sols des bâtiments réacteur et turbine. La compagnie maintient son plan d’y arriver d’ici 2020, même si le gel des sous-sols autour des réacteurs n’est pas efficace. Il y en aurait 68 000 m3. Les condenseurs contiendraient environ 2 000 m3 d’eau la plus contaminée, qui concentrerait environ 80% de la radioactivité présente dans toute cette eau. Ils sont donc particulièrement inquiétants. TEPCo espère les purger avant mars 2018.

Quant à l’eau traitée dans les cuves, toujours fortement contaminée en tritium, il n’y a pas de décision prise. Les pistes explorées étaient assez surprenantes et c’est le rejet en mer qui aurait la faveur des autorités, car elle serait la solution la moins chère. Pour en savoir plus, voir le rapport en anglais du METI, repéré par Enerwebwatch.

Des nouvelles du parc nucléaire japonais

Le retrait du gouverneur de Niigata de la course à sa succession a pris de court de nombreux habitants qui contaient sur lui pour retarder, voire empêcher le redémarrage de deux réacteurs à la centrale de Kashiwazaki-Kariwa appartenant à TEPCo. Des groupes anti-nucléaire ont manifesté au début du mois pour lui demander de rester. Ils comptent bien mettre ce sujet au cœur de la campagne électorale. 1 300 personnes étaient présentes à ce rassemblement, selon l’Asahi.

Chûgoku Electric, qui avait porté plainte contre quatre militants qui avaient bloqué, en 2009, l’accès au site prévu pour la centrale nucléaire contestée de Kaminoseki. Elle demandait 39 millions de yens. La stratégie de la compagnie a été de faire traîner le procès afin de maintenir une intimidation des militants contestataires. Six ans et huit mois plus tard, ils sont arrivé à un accord. La compagnie retire sa plainte et les militants ne pénètrent pas sur le site et n’obstruent plus l’accès par la mer. La compagnie maintient son projet de centrale. S’il n’avance pas, ce n’est pas à cause d’une poignée de militants contre le nucléaire. Le meilleur ennemi de l’industrie nucléaire, c’est elle-même.

A Kagoshima, le gouverneur, qui a demandé par deux fois à Kyûshû Electric d’arrêter les deux réacteurs de sa centrale de Sendaï, en vain, vient de reconnaître que son action était illusoire car ces réacteurs seront, de toutes façons, arrêtés les 6 octobre et 16 décembre prochains, après 13 mois d’exploitation. Mais l’action du gouverneur aura permis d’obtenir des contrôles supplémentaires suite aux séismes de Kumamoto. Quant au redémarrage des réacteurs après leur arrêt de routine, il risque de prendre beaucoup de temps. Il y a, bien entendu, les garanties demandées par le gouverneur, mais il y a surtout l’acier des cuves à contrôler, car il pourrait avoir les mêmes problèmes que ceux de l’EPR, comme nous l’avons signalé.

Depuis que l’autorité de régulation nucléaire a demandé de trouver un nouvel exploitant au surgénérateur Monju, le gouvernement est à la peine. Tout le village nucléaire vante son intérêt, mais personne ne veut le reprendre. Comme nous l’avons déjà signalé, le gouvernement envisage donc son arrêt définitif, ce qui serait une excellente nouvelle tant cette technologie est dangereuse. Cela se préciserait, selon les médias japonais. Mais, pour ne pas perdre la face et avoir quelque chose pour justifier le retraitement des combustibles usés, le gouvernement réfléchit à sa communication : il va donc annoncer le maintien des recherches sur ce que l’on appelle généralement la génération IV désormais, même s’il s’agit d’une technologie ancienne peu performante et dangereuse. Il a Jôyô, un autre petit réacteur situé à Ibaraki qui est à l’arrêt depuis un accident en 2007, et un partenariat possible avec la France sur le projet Astrid.

La compagnie J-Power, qui construit un nouveau type de réacteur nucléaire à Ôma, dans la province d’Aomori, vient de reporter une nouvelle fois la date de mise en service. Ce sera en 2024 car l’instruction du dossier de sûreté est plus longue que prévu. En décembre 2014, c’était 2021 qui était annoncé, puis 2022 en septembre 2015. La NRA avait demandé des études sismiques supplémentaires. Ce réacteur, qui doit fonctionner entièrement au combustible MOx, est une première mondiale. Mais comme l’usine d’extraction du plutonium utilisé pour ce type de combustible n’a jamais démarré, l’utilité de ce réacteur est douteuse.

La construction d’un centre d’entreposage centralisé des combustibles usés à Mutsu, dans la province d’Aomori, qui devait débuter en octobre prochain, a été reportée d’au moins deux ans. L’instruction du dossier de sûreté par l’autorité de régulation nucléaire n’est pas terminé. La compagnie, qui s’appelle sans vergogne, Recyclable-Fuel Storage Co, est une filiale de TEPCo et de la Japan Atomic Power Co. a déposé le dossier en janvier 2014. Comme les réacteurs sont presque tous arrêtés, cette installation n’est pas très utile pour le moment.

Quant à l’usine de retraitement de Tôkaï, dans la province d’Ibaraki, il faudra environ 70 ans pour la démanteler, selon son propriétaire, la Japan Atomic Energy Agency (JAEA). Pour un réacteur nucléaire, ce sont généralement une trentaine d’années qui sont prévues. Cette agence ne dit rien sur les volumes de déchets radioactifs attendus ni sur le coût. Mais ce calendrier n’est tenable que s’il y a un exutoire pour les déchets, ce qui n’est pas le cas pour le moment. L’usine a démarré en 1977, mais n’a retraité que 1 140 tonnes de combustibles usés en tout. Elle a été arrêtée définitivement en 2014.