Visite virtuelle de la centrale de Fukushima daï-ichi

TEPCo a mis en ligne une visite virtuelle de la centrale de Fukushima daï-ichi. Les commentaires sont en japonais uniquement pour le moment. Même si vous ne comprenez pas la langue, les images sont très impressionnantes et parlent d’elles-mêmes.

En bas à gauche de l’écran, la position est indiquée, tout comme le débit de dose ambiant. A proximité du réacteur n°1, il y a 39,5 µSv/h ! Idem, derrière le réacteur n°2. Cependant, les valeurs affichées ne varient pas beaucoup au cours du déplacement. Ce doit donc être des valeurs moyennes.

La route n°2 montre les réacteurs n°1 et 2. La route n°3, les réacteurs n°2, 3 et 4. On voit notamment que les sols ont été entièrement bétonnés pour réduire les infiltrations d’eau de pluie et les infiltrations dans les sous-sols depuis les nappes phréatiques.

La route n°4 revient sur les réacteurs 2 et 3. Pour ce dernier, on voit encore les conséquences de l’explosion hydrogène.

La route n°5 nous emmène dans le réacteur n°5, qui n’a pas été accidenté. Ce n’est pas possible dans les réacteurs 1 à 4 car le débit de dose y est trop élevé.

La route n°6 montre les installations de traitement de l’eau contaminée et la route n°7, les cuves avec l’eau radioactive.

La route n°8 nous emmène vers les installations de gel du sol tout autour des réacteurs accidentés, mais l’on ne voit pas grande chose. La route 9, au centre de crise.

La route n°10 prétend montrer les déchets radioactifs, mais ne montre pas grande chose.

Extension de la zone où un simple masque en papier est suffisant à Fukushima daï-ichi

TEPCo annonce avoir étendu la zone où un simple masque en papier est suffisant sur le site de la centrale de Fukushima daï-ichi, en vert sur les cartes ci-dessous :

Les maques en fonction des couleurs sont :

Il n’y a plus qu’à proximité des réacteurs accidentés qu’il faut avoir un masque intégrale. La zone intermédiaire entoure les réacteurs et les installations de traitement de l’eau contaminée.

Eau contaminée : bilan officiel après le gel du sol autour des réacteurs accidentés

TEPCo a mis en ligne une version en anglais de son étude datée du 1er mars sur l’impact du gel du sol tout autour des réacteurs accidentés afin de limiter les infiltrations de l’eau souterraine. Ce bilan intervient 6 mois après le gel complet, sauf en certains points en profondeur où la température ne serait pas passée en dessous de zéro. Le communiqué de presse présente les mesures prises comme un succès, pourtant, entre décembre 2017 et février 2018 le stock d’eau contaminée a continué à s’accroître de 110 m3 par jour en moyenne. C’est mieux qu’au début de la catastrophe (TEPCo annonce 490 m3 par jour en moyenne entre décembre 2015 et février 2016), mais le gel du sol était supposé « bloquer » les infiltrations.

Ces chiffres incluent les infiltrations de la nappe phréatique vers les sous-sols des bâtiments réacteur et turbine, ainsi que l’eau souterraine pompée qui est trop contaminée pour être traitée sur place. En ce qui concerne les seules infiltrations, TEPCo annonce 190 m3/j entre décembre 2015 et février 2016 et 90 m3/j maintenant. Le reste, 300 m3/j avant le gel complet et 20 m3/j après, correspond à l’eau souterraine pompée en aval des réacteurs, mais en amont de la barrière souterraine construite le long de la mer pour réduire les fuites vers l’océan. Voir le schéma ci-dessous, reproduit de la page 10 du document explicatif :

La compagnie annonce aussi, qu’en dehors des épisodes pluvieux, le niveau de la nappe phréatique à l’intérieur du périmètre gelé est de 4 à 5 m plus bas qu’à l’extérieur, en amont des réacteurs.

En cas de fortes pluies, la quantité d’eau contaminée qui s’ajoute au stock est beaucoup plus élevée. Voir le graphe ci-dessous, extrait du même document :

En ce qui concerne le stock d’eau, le dernier document mis en ligne date du 23 avril, mais donne les chiffres jusqu’au 3 mai : 876 481m3 d’eau complètement traitée (retrait de 62 radioéléments, mais pas du tritium), plus 180 028 m3 d’eau partiellement traitée (retrait du strontium), ce qui fait un total de 1,06 million de mètre cubes auxquels il faut ajouter 9 253 m3 de déchets liquides concentrés. Il y a aussi approximativement 36 070 m3 d’eau contaminée dans les sous-sols des réacteurs.

Les cuves avec l’eau contaminée occupent une surface de 230 000 m2, ou 23 hectares et il n’y a presque plus de place. Ces cuves représentent une menace à long terme. Tiendront-elles en cas de fort séisme ? Pour le gouvernement, le rejet en mer est la meilleure solution et l’Autorité de régulation nucléaire a demandé qu’une décision en ce sens soit prise cette année.

A noter que TEPCo injecte toujours quotidiennement 72 m3 dans chacun des réacteurs 1, 2 et 3 afin de refroidir le corium, ce mélange de combustible et débris fondus. Cette eau se contamine fortement avant de s’infiltrer dans les sous-sols où elle se mélange à l’eau qui s’infiltre.

TEPCO dit vouloir continuer ses efforts pour réduire l’accumulation d’eau contaminée, mais ne présente aucune mesure concrète autre que de limiter les infiltrations d’eau de pluie. L’eau contaminée va donc continuer à s’accumuler à un rythme d’une centaine de mètres cubes par jour pendant longtemps. C’est probablement le maximum que peut faire TEPCo. Rappelons que la gestion de cette eau lui coûte 32% des 1,7 milliards d’euros dépensés annuellement pour la sécurisation de la centrale accidentée.

Les travaux à la centrale de Fukushima daï-ichi coûtent 1,7 milliard d’euros par an

Pour la première fois depuis le début de la catastrophe, TEPCo et l’agence gouvernementale créée en soutien ont estimé le coût annuel des travaux en cours à la centrale de Fukushima daï-ichi et ont annoncé 220 milliards de yens (1,7 milliard d’euros) par an pour les trois prochaines années. Jusqu’à maintenant, TEPCo s’était refusée de rendre publics ces chiffres.

Selon l’agence Kyodo reprise par le Japan Times, pour l’année fiscale 2018, qui commence le 1er avril, ces 220 milliards de yens comprennent notamment :

  • 70 milliards de yens (534 millions d’euros) pour la gestion de l’eau contaminée ;
  • 30 milliards de yens (230 millions d’euros) pour retirer les combustibles usés des piscines ;
  • 4 milliards de yens (30 millions d’euros) en R&D pour trouver un moyen de retirer le corium des réacteurs accidentés.
  • Par ailleurs, 30 milliards de yens sont provisionnés pour faire face à des imprévus.

Nouveaux déboires du parc nucléaire japonais

La compagnie Kôbé Steel a reconnu avoir falsifié des rapport de qualité de ses produits manufacturés. Neuf réacteurs nucléaires utilisent des boulons de cette compagnie, dont Takahama 3 et 4 et Sendaï 1 et 2 qui sont en service. Les autres réacteurs sont Ôï 3 et 4, Genkaï 3 et 4 et Ikata 3, tous à l’arrêt. TEPCo en utiliserait aussi pour ses cuves d’eau contaminée. Les exploitants affirment que leurs produits ne sont pas touchés par le scandale et qu’il n’y a donc pas de problème de sûreté. L’Autorité de Régulation Nucléaire, la NRA, a cependant demandé des contrôles. De nombreuses autres industries japonaises sont touchées par ce scandale.

A la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, qui appartient à TEPCo, 60 percements ne sont pas assez étanches en cas d’incendie. Il y a de nombreux trous dans les bâtiments réacteurs pour faire passer des tuyaux, câbles, gaines… Quand un mur pare-feu est traversé, il faut s’assurer que le passage est bien rempli. Ce n’était pas le cas pour 60 d’entre eux, en violation des règles de sûreté. TEPCo s’est engagée à tout boucher convenablement au début 2018.

Kansaï Electric (KEPCo) a fait sensation le 7 janvier avec ses projets pour ses combustibles usés. Elle a promis au gouverneur de Fukui, où il y a tous ses réacteurs nucléaires, de les entreposer en dehors de cette province, mais elle ne sait pas où. Le PDG a donc annoncé un projet d’entreposage à Mutsu dans la province d’Aomori, tout au Nord de l’île principale, dans une installation qui est déjà construite. Un millier de kilomètres séparent les deux provinces.

L’installation d’entreposage de Mutsu a été construite par la Recyclable-Fuel Storage Co., une filiale de TEPCo et de la Japan Atomic Power Co. pour leurs propres combustibles usés et a une capacité de 5 000 tonnes. Bien que terminée depuis 2013, elle n’a pas encore obtenu l’autorisation d’ouvrir et les dossiers de sûreté sont toujours instruits suite aux nouvelles règles post-Fukushima. KEPCo envisage de prendre des parts dans cette installation. Dès le lendemain de l’annonce, le maire de Mutsu, qui n’a pas été consulté, a tenu une conférence de presse pour expliquer que ce serait non. KEPCo a immédiatement démenti.

Pour le moment, les combustibles usés de KEPCo sont entreposés sur les sites des centrales, mais les piscines sont pleines à 70%. Les 30% restant seront remplis en 7 ans si les réacteurs sont exploités.

La Japan Atomic Power Co. (JAPC), qui exploitait les réacteurs de Tsuruga et de Tôkaï a expliqué qu’elle avait utilisé des données erronées sur la longueur des barres de combustible de Tôkaï 2 depuis 1974, avant même sa mise en service en 1978. Il y a environ 5 cm d’écart entre la valeur supposée et la valeur réelle. C’est l’Autorité de Régulation Nucléaire qui s’en est rendu compte. Et dire que la compagnie veut exploiter ce réacteur jusqu’à 60 ans

La Japan Atomic Energy Agency (JAEA) devrait commencer à retirer le combustible du surgénérateur Monju à partir de juillet 2018. Il y a 370 assemblages dans le cœur et 160 dans une piscine de désactivation. L’opération devrait prendre 5 ans en commençant par la piscine.

Il n’y a toujours que 4 réacteurs nucléaires en activité au Japon et les compagnies d’électricité on massivement investi dans le charbon qui est un fort émetteur de gaz à effet de serre. Le charbon couvre maintenant 30% de la production d’électricité au Japon et cela augmente encore. Si tous les projets aboutissent, cela devrait atteindre 40%… alors que décembre 2017 marquait les 20 ans du protocole de Kyôto. A noter que les émissions de CO2 du Japon augmentaient 1,4% par an avant la catastrophe nucléaire et que le pays ne tenait ses engagements qu’en achetant des permis d’émission et grâce à ses forêts.

A la fin septembre 2017 et depuis l’ouverture du marché, 8% des clients avaient quitté les fournisseurs d’électricité historiques pour s’approvisionner chez les nouveaux venus. La part des nouvelles compagnies atteint 12%. Les producteurs historiques font donc tout freiner l’accès au réseau électrique qu’ils contrôlent. Selon une étude effectuée par une université de Kyôto, les capacité de transmission ne sont utilisées qu’à 19% en moyenne, alors que les propriétaires des réseaux disent être proche de la saturation. Voir l’Asahi pour plus de détails.

 

L’Autorité de Régulation Nucléaire demande une décision dans l’année pour le rejet en mer de l’eau contaminée

L’eau contaminée par le combustible nucléaire fondu qu’il faut refroidir continuellement reste un défi majeur pour TEPCo. Outre l’eau injectée, qui s’infiltre ensuite dans les sous-sols, celle des nappes phréatiques s’infiltre aussi et se mélange à l’eau de refroidissement, contaminée. Au début de la catastrophe, TEPCo accumulait chaque jour 400 m3 d’eau contaminée dans des cuves. C’est passé à 100 m3 par jour suite au gel du sol tout autour des réacteurs accidentés. Lors de fortes pluies, c’est plus.

Cette eau est partiellement décontaminée : TEPCo retire 62 radioéléments, mais il reste notamment le tritium, de l’hydrogène radioactif, qu’il est difficile de séparer. Le stock d’eau traitée, accumulé dans les cuves qui couvrent le site de la centrale, dépasse le million de mètres cubes. Cette situation n’est pas pérenne et pose même des risques en cas de séisme.

TEPCo et les autorités veulent rejeter cette eau en mer, mais cela n’est pas si simple. La concentration en tritium serait d’un à cinq millions de becquerels par litre, ce qui est plus que la limite autorisée, fixée à 60 000 Bq/L. Mais, il suffit de diluer, comme cela est fait en fonctionnement normal. Le problème est plutôt du côté du stock total, estimé à 3,4 PBq (3,4 milliards de millions de becquerels), ce qui représente de l’ordre de 150 années de rejet à la limite autorisée. Comment faire accepter une augmentation des autorisations de rejet aux Japonais et aux autres pays du Pacifique ?

A titre de comparaison, l’autorisation de rejet en mer de l’usine Areva de La Hague est, pour le tritium, de 18,5 PBq et les rejets effectifs de ces dernières années variaient entre 11,6 et 13,4 PBq par an. Le stock de tritium de Fukushima représente donc 3 mois et demi de rejets à La Hague. De quoi rendre jalouses les autorités japonaises !

Selon le Japan Times, Toyoshi Fuketa, le président de l’Autorité de Régulation Nucléaire, a demandé à ce qu’une décision soit prise cette année, en précisant que le rejet en mer est la seule solution. La préparation du rejet devrait prendre deux à trois ans, selon lui, et TEPCo va rapidement manquer de place.

TEPCo et les autorités devraient commencer par faire preuve de plus de transparence. On ne connaît pas la contamination résiduelle des autres radioéléments dans l’eau traitée. Difficile, dans ces conditions, de se faire une opinion. On ne peut pas se satisfaire d’incantations relatives à la non nocivité « scientifiquement prouvée » des rejets et de la mise en cause de rumeurs néfastes.

Les pêcheurs sont très inquiets. Actuellement, la moitiés seulement du milliers de pêcheurs de la région prend la mer deux fois par semaine, même si plus d’une centaine d’espèces de poissons sont dans la limite de commercialisation fixée à 50 Bq/kg, la moitié de la limite gouvernementale. 2 000 tonnes ont été pêchées près de la côte en 2016, soit 8% des prises avant la catastrophe. Pour la pêche profonde, c’est 50%.

Le sol est gelé tout autour des 4 réacteurs accidentés, mais les effets sont décevants

Le sol est gelé tout autour des quatre réacteurs accidentés de la centrale de Fukushima daï-ichi, mais les effets sont décevants. Son but est de limiter les infiltrations d’eau souterraine dans les sous-sols des réacteurs où elle se mélange à l’eau utiliser pour le refroidissement des corium, qui est extrêmement radioactive et de limiter les fuites de ce mélange polluant.

D’une longueur de 1,4 km, ce projet a coûté de 34,5 milliards de yens (260 millions d’euros) aux contribuables japonais. Des tuyaux où circule un liquide refroidissement à -30°C s’enfoncent dans le sol tous les mètres, jusqu’à une trentaine de mètres de profondeur. La glace formée entre les tuyaux doit bloquer les écoulements. Mais, dans les faits, TEPCo ne sait pas si le sol est bien gelé partout.

Selon le dernier bilan publié par la compagnie, TEPCo injecte 72 m3 d’eau par jour dans chacun des réacteurs n°1, 2 et 3 pour les refroidir. Comme tout est percé, cette eau se retrouve dans les sous-sols des bâtiments réacteur et turbine où elle est pompée pour éviter les débordements. Au début de la catastrophe, TEPCo devait pomper 400 m3 par jour en plus de l’eau injectée qui s’accumulait, jour après jour, dans des réservoirs qui recouvrent tout le site de la centrale. Diverses mesures ont été mises en place pour réduire les infiltrations d’eau souterraine. Le gel du sol était l’ultime solution. Mais TEPCo doit toujours pomper plus que ce qu’elle injecte. Selon son dernier bilan, elle pompe 82 m3 chaque jour en plus de ce qu’elle injecte pour compenser les infiltrations. Et comme l’eau souterraine est, par endroits, trop contaminée pour être traitée directement, TEPCo la rejette après pompage dans les sous-sols où elle est à nouveau pompée avec l’eau de refroidissement et les infiltrations. Cela représente 31 m3 par jour. Ainsi, TEPCo stocke 82+31= 113 m3 d’eau quotidiennement après décontamination.

En cas de fortes pluies, et en particulier lors des typhons, les volumes supplémentaires à pomper peuvent être beaucoup plus élevés et peuvent dépasser les 1 000 m3 par jour (1 million de litres).

Les sous-sols des réacteurs sont plein d’eau contaminée qu’il faudra pomper avant d’intervenir pour retirer le corium des réacteurs 1 à 3. Mais si l’eau continue de s’infiltrer, ce ne sera pas possible. Il faudra donc travailler entourer l’eau contaminée.

En attendant, TEPCo continue d’ajouter des cuves sur le site de sa centrale. Dans son dernier bilan, la compagnie annonce un stock d’un million de mètres cubes d’eau traitée ou partiellement traitée auxquels il faut ajouter 41 560 m3 dans les sous-sols et 16 280 m3 dans une autre installation.

Il y aurait peut-être une fuite vers la nappe phréatique selon TEPCo

TEPCo a annoncé qu’il est possible que de l’eau contaminée des sous-sols des réacteurs ait pu fuir vers la nappe phréatique, suite à une erreur sur le contrôle du niveau des eaux souterraines.

Les jauges de 6 puits qui mesurent le niveau de l’eau souterraine donnaient des valeurs plus élevées de 70 cm par rapport au niveau réel. Et, entre les 17 et 21 mai dernier, le niveau de la nappe est passé de 2 à 19 mm sous le niveau de l’eau dans les sous-sols, à au moins 8 reprises. Cela a pu provoquer une fuite vers la nappe selon TEPCo, qui se veut tout de suite rassurante : aucune élévation anormale de la contamination n’a été détectée. De plus, dans les puits les plus proches des réacteurs, le niveau de la nappe est resté au-dessus de celui des sous-sols des réacteurs. Et donc, la fuite est peu probable, selon TEPCo.

Les 6 puits en question ont été creusés en avril dernier, mais la compagnie vient seulement de se rendre compte du problème, en creusant un nouveau puits à côté. Ils sont situés entre les réacteurs et le mur gelé. Les jauges sont là pour s’assurer que le niveau de la nappe reste un mètre au-dessus du niveau de l’eau dans les sous-sols afin, officiellement, « d’éviter les fuites ».

Cette communication laisse entendre qu’il n’y a pas de fuite depuis les réacteurs accidentés vers la nappe phréatique, puis l’océan. Comment cela se fait-il donc que l’on trouve encore jusqu’à 190 000 Bq/L en bêta total dans certains puits (données) ? Cette pollution vient bien des réacteurs. Et comme TEPCo pompe la nappe en continu, il y a encore des apports. Ce doit être des « relâchements » pour reprendre la novlangue de l’ANDRA.

Et l’eau de mer, au devant des réacteurs a jusqu’à 6 Bq/L en césium. Plus loin dans le port, on trouve encore jusqu’à 1,5 Bq/L (même document). Plus récemment, il y avait jusqu’à 24 Bq/L dans l’eau de mer pour le seul césium et 40 Bq/L en bêta total (données). Ces autres données font apparaît une contamination constante de l’eau de mer de l’ordre de quelques dizaines de becquerels par litre en césium-137. Il y a même de l’iode-131 qui ne peut résulter des rejets de mars 2011 puisqu’il se désintègre rapidement.

TEPCo veut faire croire que la situation est sous contrôle, pour reprendre la fameuse expression du premier ministre japonais devant le comité olympique. Mais, les faits sont têtus : il y a bien une contamination des nappes et de l’océan qui provient des réacteurs qui, officiellement, ne fuient pas.

Quant à la contamination de poissons du port, la communication de TEPCo est encore plus parlante, comme nous l’avons récemment signalé !

Report du retrait des combustibles usés des piscines des réacteurs 1 et 2

TEPCo a terminé en décembre 2014 le retrait des combustibles usés de la piscine de refroidissement du réacteur n°4. Pour les réacteurs 1 à 3, où il y a eu fusion du cœur, c’est beaucoup plus compliqué car les êtres humains ne peuvent pas y travailler à cause de débits de dose trop élevés. Les piscines de décroissance de ces trois réacteurs contiennent un total de 1 573 assemblages usés pour la plupart (392 dans le réacteur n°1, 615 dans le 2 et 566 dans le 3).

En cas de nouveau séisme de forte magnitude et/ou de tsunami, la structure de soutènement de ces piscines, déjà fortement fragilisée, risque de ne pas tenir et cela pourrait entraîner une nouvelle catastrophe majeure, bien plus grave que la catastrophe actuelle, car les piscines, qui contiennent beaucoup plus de radioéléments que les cœurs, ne sont pas confinées.

TEPCo a reporté une nouvelle fois la date de début des travaux de retrait des combustibles usés des piscines des réacteurs 1 et 2 et le gouvernement vient de donner son accord. La compagnie espérait débuter les travaux en 2020, mais ce sera trois ans plus tard. Cela fait désormais un retard cumulé de 6 ans sur le plan initial.

Le plan précédent date de juin 2015.

Pour le réacteur n°1, le retrait des débris qui jonchent le sommet du bâtiment réacteur s’avère être plus complexe que prévu. Quant au réacteur n°2, qui n’a pas été détruit par une explosion hydrogène, l’argument est de laisser plus de temps pour trouver des solutions en vue de limiter les rejets radioactifs lors du démontage du toit et des murs.

Pour le réacteur n°3, les travaux de construction de la structure sur le toit qui doit permettre de retirer ces combustibles, avancent. La compagnie a mis quelques images en ligne au début du mois et en août dernier. Elle espère débuter après avril 2018 pour une durée de deux années. Cette date avait déjà été repoussée en début d’année.

En ce qui concerne le retrait du corium, ce mélange hautement radioactif de combustibles fondus et de débris, TEPCo et le gouvernement maintiennent un début des travaux en 2021, même si la technologie n’est toujours pas disponible. La durée des travaux et le devenir des déchets engendrés ne sont pas indiqués dans le plan. En revanche, la décision relative au réacteur à traiter en premier a été reportée à 2019.

La compagnie maintient un objectif global de tout démanteler en 40 ans, même si personne n’y croit.

En ce qui concerne l’eau contaminée qui continue à s’accumuler à un rythme de 200 m3 par jour, malgré le gel du sol tout autour des réacteurs, le gouvernement espère passer à 150 m3 par jour d’ici 2020. Voir les dernières données de TEPCo. Quant au devenir des 817 000 m3 d’eau traitée contenue dans les cuves, aucun calendrier n’est mentionné. Voir le dernier bilan de TEPCo.

Centrale de Kashiwazaki-Kariwa : deux réacteurs autorisés à redémarrer sous condition

L’Autorité de Régulation Nucléaire, la NRA, s’est réunie à propos des réacteurs 6 et 7 de la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, située à Niigata, pour lesquels TEPCo a demandé une autorisation de redémarrage. La question est de savoir s’ils satisfont aux nouvelles règles de sûreté mises en place après la catastrophe nucléaire. Il s’agit de deux réacteurs à eau bouillante, comme à Fukushima, alors que les réacteurs autorisés à redémarrer à ce jour sont tous des réacteurs à eau sous pression.

Mais TEPCo n’est pas un exploitant nucléaire comme les autres. De graves lacunes dans sa culture de sûreté ont conduit à la catastrophe nucléaire. Elle a privilégié le profit sur la sûreté en reportant, par exemple, la construction d’une digue contre les tsunamis plus élevée. Avant même la catastrophe, la compagnie avait dû faire face avait vu tout son parc nucléaire arrêté car elle avait falsifié des rapports de sûreté pour faire des économies. Les scandales furent aussi nombreux après la catastrophe.

TEPCo compte sur ces réacteurs pour augmenter ses ressources financières. Mais elle doit démontrer qu’elle peut sécuriser la centrale accidentée de Fukushima daï-ichi, ce qui nécessite des fonds… Une équation impossible à résoudre ! Pour la centrale de Niigata, TEPCo a annoncé devoir dépenser 680 milliards de yens (5,2 milliards d’euros) afin de renforcer sa sûreté.

L’instruction du dossier déposé en septembre 2013 est presque terminée et la NRA doit prendre une décision. L’instruction a été longue et complexe car les mesures mises en place par TEPCo pour faire face à un séisme de grande ampleur étaient lacunaires : elle avait négligé le risque de liquéfaction des sols. Elle s’était aussi trompée sur la résistance sismique d’un bâtiment clé pour la sûreté. La compagnie doit surtout démontrer qu’elle a la culture de sûreté suffisante pour exploiter une centrale nucléaire.

Lors d’une première réunion qui a eu lieu le 6 septembre, la NRA a entériné la dimension technique du dossier relative aux nouvelles règles de sûreté. En revanche, les commissaires n’ont pas réussi à ce mettre d’accord sur l’aptitude de TEPCo à exploiter ces réacteurs en toute sûreté. Alors que la compagnie est exsangue, elle risque de faire passer les profits avant la sûreté.

Le président de la NRA avait déclaré le 10 juillet dernier, que si « TEPCo ne veut ou ne peut pas terminer le démantèlement de Fukushima, elle n’est simplement pas qualifiée pour exploiter Kashiwazaki-Kariwa ». Et d’ajouter qu’il ne voyait pas « TEPCo prendre des initiatives ». Il avait en tête, notamment, l’eau contaminée qui s’accumule sans solution. Le nouveau directoire est aussi source d’inquiétude car il ne connait pas les enjeux auquel il doit faire face. La NRA a donc rédigé une position allant dans le même sens qu’elle a soumise à la compagnie. La réponse est arrivée le 25 d’août : TEPCo s’engage à prendre des initiatives pour les victimes de la catastrophe nucléaire et à démanteler les réacteurs accidentés. Mais le document est essentiellement une déclaration d’intention et ne présente pas grand chose de concret. Il n’aborde pas, par exemple, le problème de l’eau contaminée. Comment garantir ces engagements sur des décennies ? Pour montrer sa bonne volonté, le nouveau PDG a visité la centrale de Fukushima daï-ichi 7 fois depuis qu’il s’est fait sévèrement critiqué par la NRA.

Selon le Maïnichi, la NRA semble avoir une attitude plus conciliante depuis. Lors d’une audition du PDG qui a eu lieu le 30 août, la NRA n’a pas posé de question précise et s’en est tenue à des généralités. Selon un de ses membres, elle n’aurait pas de pouvoir légal à exiger plus de garanties sur le démantèlement avant d’autoriser le redémarrage de deux réacteurs à Kashiwazaki-Kariwa. Même le président de la NRA, qui part à la retraite le 18 septembre prochain, aurait conclu que les circonstances ne permettent pas de s’opposer à la qualification de TEPCo.

C’est lors de la deuxième réunion du 13 septembre que les commissaires de la NRA sont arrivés à une conclusion : la NRA va donner son accord à la condition que TEPCo inscrive dans ses propres règles de sûreté son engagement à mener à bout le démantèlement de Fukushima daï-ichi et de mettre la priorité sur la sûreté. Elle devra ajouter à ses règles de sûreté internes un plan détaillé des procédures mises en place pour garantir la sûreté. Une fois accepté par la NRA, ce plan fera l’objet d’inspections. Le président de la NRA a indiqué, lors de la conférence de presse, que le but est de rendre l’engagement de TEPCo contraignant.

La NRA demande aussi un véritable engagement du ministère de l’industrie à superviser la compagnie et à renforcer ces règles de sûreté. Rappelons que l’Etat japonais est actionnaire majoritaire depuis la catastrophe.

Certains observateurs se demandent si la NRA n’a pas tout fait pour obtenir un accord avant le départ à la retraite de son premier président, Shun’ichi Tanaka, qui part à la retraite après un mandat de 5 ans. Les pressions extérieures ont dû aussi être très fortes. Beaucoup doutent de la capacité de TEPCo à se réformer en profondeur afin de devenir un exploitant responsable. L’évaluation de ses engagements à se réformer est aussi difficile à mettre en œuvre car cela repose sur des critères subjectifs.

La NRA doit encore formaliser son avis et le soumettre à l’avis du public.

Notons que le gouverneur actuel est opposé à ce redémarrage. Même s’il n’a légalement pas son mot à dire, il est politiquement difficile de passer outre son avis. Et le maire de Kashiwazaki, qui lui a un pouvoir de véto, a aussi mis des conditions à son accord.

Les réacteurs 6 et 7 de Kashiwazaki-Kariwa ont été mis en service en 1996 et 1977 respectivement. Ils ont une puissance de 1 360 MWhe chacun.