Sept nouveaux cas confirmés de cancer de la thyroïde chez les jeunes de Fukushima

L’université médicale de Fukushima a publié les derniers résultats de sa campagne de dépistage des cancers de la thyroïde chez les jeunes de Fukushima. Ils peuvent être téléchargés ici en japonais. La traduction officielle en anglais sera disponible ici. Le site Fukushima Voices devrait aussi traduire en anglais les principaux résultats.

Les résultats précédents sont ici sur notre site. Selon la présente publication, au 31 mars 2017, il y avait 7 cas de cancer de la thyroïde supplémentaires.

270 511 jeunes sur un total de 381 256 ont bénéficié d’une échographie de la thyroïde lors de la deuxième campagne de dépistage, soit 71%. Parmi eux, le nombre d’enfants qui a subi ou qui doit subir des examens complémentaires est toujours de 2 226. Ces examens sont terminés pour 1 748 jeunes. Il y a eu 200 ponctions à l’aiguille fine dans la glande. Ces examens ont révélé 71 cas de cancer potentiel de la thyroïde (32 garçons et 39 filles) âgés de 9 à 23 ans lors de l’examen. C’est 2 de plus que la dernière fois. 65 d’entre eux avaient été classés A lors du premier dépistage, c’est à dire ne nécessitant pas d’examen complémentaire.

Sur ces 71 cas, le cancer a été confirmé après chirurgie pour 49 jeunes. C’est 5 de plus que la dernière fois. Il y a 48 et un d’un autre type.

La troisième campagne de dépistage se poursuit. Au 31 mars 2017, 120 596 jeunes ont subit un examen par échographie (35,8% des personnes concernées). Parmi eux, 691 ont subi ou doivent subir des examens complémentaires. Il y a eu 11 ponctions à l’aiguille fine dans la glande et il y a 4 cas de cancer suspectés pour le moment (2 garçons et 2 filles âgés de 13 à 18 ans). C’est 4 de plus que la dernière fois.

Sur ces 4 cas, le cancer a été confirmé après chirurgie pour 2 jeunes. C’est 2 de plus que la dernière fois. Il s’agit de 2 cancers papillaires.

Il faut, bien-entendu, ajouter les cas de cancer détectés lors de la première campagne de dépistage, à savoir 116 cas potentiels, dont 101 confirmés (100 cancers papillaires) et un cas qui s’est révélé bénin après chirurgie.

Au total, on a donc 191 cas de cancers suspectés, dont 152 confirmés après chirurgie et un cas bénin. C’est plus que ce qui était attendu, mais les autorités continuent à nier le lien avec la catastrophe nucléaire. Elles évoquent un effet râteau lié au dépistage qui aurait permis de trouver les cancers plus tôt. Cet argument ne tient plus pour les cas détectés lors des deuxièmes et troisièmes campagnes.

Rappelons qu’un fond de soutien aux enfants atteints d’un cancer de la thyroïde, a trouvé le cas d’un enfant soigné pour un cancer de la thyroïde qui avait quatre ans en mars 2011 qui n’apparaît pas dans les statistiques officielles.