Réduction des contrôles sur le riz de Fukushima en vue

Tout le riz produit dans la province de Fukushima est contrôlé pour vérifier que la contamination en césium radioactif est bien inférieure à la limite de 100 Bq/kg. Mais le contrôle systématique du riz aurait déjà coûté 6 milliards de yens (45 millions d’euros) à la province de Fukushima qui souhaite réduire les coûts. De plus, aucun sac contrôlé n’a dépassé la limite depuis 2015.

Les autorités régionales envisagent donc de passer à un contrôle par sondage dans 47 des 59 communes de la province et maintenir le contrôle systématique dans les 12 communes les plus contaminées. Mais elles n’ont pas encore décidé quand le changement aurait lieu. La décision sera prise en février 2018.

A noter que l’Union Européenne a allégé ses exigences de contrôle de la radioactivité sur les aliments importés du Japon, malgré l’opposition du parlement européen. Depuis le 1er décembre, il n’est plus nécessaire d’avoir un certificat de contrôle pour le riz cultivé à Fukushima et des produits de la pêche. Voir le nouveau règlement d’exécution, où il est écrit :

« S’agissant des denrées alimentaires et des aliments pour animaux originaires de la préfecture de Fukushima, compte tenu des données sur la présence de radioactivité fournies par les autorités japonaises pour 2014, 2015 et 2016, il est approprié de lever l’exigence relative à l’échantillonnage et à l’analyse avant l’exportation vers l’Union pour le riz et les produits qui en sont dérivés. En ce qui concerne les autres denrées alimentaires et aliments pour animaux originaires de cette préfecture, il est approprié de maintenir l’exigence relative à l’échantillonnage et à l’analyse avant l’exportation vers l’Union. »

En 2010, la province de Fukushima a exporté 153 tonnes d’aliments, ce qui est peu, et c’est passé à 2 tonnes en 2012. L’agriculture japonaise est trop chère et éloignée pour avoir un débouché conséquent en Europe. Cette décision est plus destinée au marché intérieur afin de convaincre les Japonais de consommer des produits de Fukushima.