Polémiques autour des plans d’urgence nucléaire au Japon

SPEEDI

SPEEDI est un code informatique destiné à prédire les retombées radioactives lors d’un accident nucléaire. Lors de la catastrophe de Fukushima, la quantité de radioéléments rejetés étant inconnue, ses prédictions n’ont pas servi à la gestion de l’urgence. Seules la direction des retombées étaient connues, pas leur quantité. Et les pouvoirs locaux en charge de l’évacuation n’avaient jamais eu accès aux maigres résultats obtenus. L’Autorité de Régulation Nucléaire, la NRA, a décidé de ne pas l’utiliser en cas de nouvel accident.

Mais le gouvernement vient d’accepter, à la demande des gouverneurs, que les autorités locales puissent utiliser SPEEDI en cas d’accident pour encadrer les évacuations. On se souvient qu’en 2011, des habitants de Namié avaient été évacués vers une zone plus exposée aux retombées radioactives que leur lieu d’origine. D’où la demande de pouvoir utiliser SPEEDI.

Cette divergence entre la NRA et les autorités locales pourrait conduire à des décisions contradictoires et à de la confusion pour les personnes concernées. Le gouvernement doit donc clarifier les rôles de chacun. Il compte ne pas faire obstruction aux décisions locales prises en se basant sur SPEEDI. C’est aussi, pour lui, une façon de se décharger de ses responsabilités. Qui fera tourner SPEEDI ? Les autorités locales ou la Japan Atomic Energy Agency, l’équivalent du CEA ? ce n’est pas encore décidé.

Ce logiciel, développé après l’accident de Three Mile Island, a coûté près de 12,4 milliards de yens (près de 100 millions d’euros).

Le gouvernement a aussi décidé que les autorités locales pourront distribuer des comprimés d’iode jusqu’à 30 km des centrales nucléaires et qu’il prendra en charge les coûts. Pour le moment, c’est seulement 5 km ! En France et en Suisse, ce sont les exploitants du nucléaire qui payent. En 2011, il aurait fallu prendre de l’iode jusqu’à 50 km.

Rôle de l’armée et des pompiers

En ce qui concerne l’armée, appelée « forces d’auto-défense » et les pompiers qui étaient intervenus durant les premiers jours de la catastrophe à la demande du premier ministre, il n’y a toujours pas de politique de définie. Le gouvernement, l’Autorité de Régulation Nucléaire (NRA), l’armée et les pompiers ont des avis qui diffèrent.

Un responsable du ministère de la défense explique que le Japon ayant désormais les règles de sûreté les plus stricts au monde, les exploitants sont bien préparés à faire face à l’urgence nucléaire et que l’armée ne pourrait pas faire mieux. A l’occasion du cinquième anniversaire de la catastrophe, le gouvernement a affirmé, dans un rapport, prendre la responsabilité de la gestion d’un accident nucléaire. Ce rapport fait référence à des escadrons de militaires et de pompiers qui participeront au transport de matériel et à d’autres efforts. La délimitation de leurs tâches n’est pas précisée. Il n’est officiellement question que d’assistance. La limite de dose de 250 mSv qui deviendra la norme en cas d’urgence nucléaire à partir du 1er avril prochain ne s’applique qu’aux travailleurs du nucléaire et aux inspecteurs de la NRA. Aucune limite n’est définie pour les militaires et pompiers.

Les pompiers, sont tout aussi réticents à intervenir en cas d’accident nucléaire. Les nouvelles règles de sûreté imposent le pré-positionnement de camions de pompier et les exploitants doivent pouvoir s’en servir sans intervention extérieure.

Enfin, la NRA précise que si l’exploitant est dépassé par les évènements, des troupes sous responsabilité gouvernementale pourraient être envoyées sur place en recours ultime.

A Fukushima

Les communes situées à moins de 30 km des centrales nucléaires doivent aussi élaborer des plans d’évacuation. C’est aussi le cas pour celles situées autour de Fukushima daï-ichi et daï-ni. A Namié, commune de 18 700 habitants encore complètement évacuée, la mairie a décidé que les habitants pourront partir même si le risque d’exposition est inférieur au seuil de déclenchement de l’évacuation défini au niveau national, qui est de 500 microsieverts par heure. Mais en 2011, ce seuil n’avait jamais été atteint au-delà de 5 km. Les communes ont quand même été évacuées. La habitants doivent aussi partir au bout d’une semaine si l’exposition dépasse 20 microsieverts par heure pendant plus de 24h.

La ville voisine de Minami-Sôma a pris une décision similaire en 2013. Cela n’est pas du goût du gouvernement car cela pourrait engorger les routes en cas d’urgence et entraver l’évacuation des zones les plus exposées. Lors de la catastrophe de Fukushima, toutes les routes autour de Namié étaient congestionnées et les abris ne pouvaient pas accueillir tout le monde.

En 2011, seules les communes situées à moins de 5 km d’une centrale nucléaire devaient prévoir des plans d’évacuation. Ni Namié, ni Minami-Sôma n’étaient donc concernées. Namié a pourtant été évacuée et un ordre de mise à l’abri a affecté Minami-Sôma. Près de 55 000 personnes sur 70 000 étaient parties d’elles-mêmes.

Le maire de Namié estime que les habitants partiront de nouveau d’eux mêmes et qu’il vaut mieux prévoir une limite plus basse afin de fluidifier le trafic.

Sur tout le Japon, 135 communes doivent élaborer des plans d’évacuation et 95 d’entre elles l’ont fait. A Ibaraki et Shizuoka, il est difficile de trouver des abris pour tout le monde car il y a près d’un million d’habitants dans un rayon de 30 km. Un responsable d’Ibaraki estime que les lignes directrices du gouvernement ne sont que de la théorie sur le papier. « Plus on travaille sur les plans d’urgence, moins ils sont réalistes. »

Des balises de mesure de la radioactivité limitées

Autour de la centrale de Sendaï, dans la province de Kagoshima, qui a deux réacteurs nucléaires en activité, il y a 48 balises de mesure de la radioactivité ambiante pour donner l’alerte en cas d’accident et aider à la décision pour l’évacuation. Mais 22 d’entre eux ne peuvent pas mesurer des niveaux supérieurs à 80 microsieverts par heure alors que le seuil d’évacuation est de 500 ! Pas de problème, déclare un représentant de la province à l’Asahi, car il y a aussi des postes de mesure mobiles. Mais 30 de ces 44 appareils mobiles ne peuvent pas mesurer des niveaux supérieurs à 100 microsieverts par heure !

Autour de la centrale de Takahama, où deux réacteurs auraient dû redémarrer sans une décision de justice, les autorités régionales de Kyôto ont prévu d’installer 41 balises mais il n’y en a que 14. Il y a encore des délibérations à propos de l’emplacement…