Le tribunal de Fukui s’oppose au redémarrage de la centrale d’ÔÏ

Le tribunal de Fukui vient de juger que Kansaï Electric (KEPCo) ne pouvait pas redémarrer deux réacteurs de la centrale d’Ôï (Fukui) pour lesquels une demande est en cours d’instruction. La cour a estimé que les évaluations sismiques de l’exploitant sont trop optimistes et pas crédibles.
Selon les plaignants, uu cours des 10 dernières années, il y a eu 5 séismes qui ont dépassé les prévisions des exploitants. Le juge a aussi pris en compte des problèmes liés au refroidissement en cas de séisme, en particulier des piscines non protégées. Enfin, lors de la catastrophe de Fukushima, il a été évoqué la possibilité d’être obligé d’évacuer la population jusqu’à 250 km en cas de fusion du combustible dans les piscines de refroidissement. Le juge a donc jugé recevables les plaintes déposées par des habitants vivant à moins de 250 km de la centrale.
La NRA n’a pas à commenter sur cette décision de justice et va continuer à instruire le dossier de demande de redémarrage.
Cette décision pourrait faire jurisprudence. KEPCo va faire appel et le gouvernement a expliqué qu’il ne changerait pas sa politique.