L’ASN favorable à l’extension à 100 km de la distribution d’iode comme le réclame l’ACRO

L’ACRO milite pour l’extension de la distribution de l’iode autour des centrales nucléaires. Rappelons qu’en France, c’est 10 km, 20 km en Belgique, 50 km en Suisse et tout le pays au Luxembourg. A l’occasion du renouvellement de la distribution, nous avons appelé à étendre cette distribution à 100 km.

Dans une interview à Libération, le président de l’Autorité de sûreté nucléaire, Pierre-Franck Chevet, après avoir rappelé qu’« il faut imaginer qu’un accident de type Fukushima puisse survenir en Europe, » il explique : « Fukushima a eu des conséquences de natures diverses pour les populations jusqu’à 100 kilomètres autour de la centrale. Et les gens ont dû être évacués durablement dans un rayon de 20 km, ce qui est déjà énorme. Si on pose ce schéma en Europe, il faut en tirer les conséquences et faire en sorte que nos moyens de gestion de crise soient adaptés, en allant au-delà du rayon de 10 km qui est celui des plans particuliers d’intervention (PPI) actuels autour des installations. Il faut regarder une zone plus large, jusqu’à 100 km. »

A la question, « beaucoup demandent à ce que la distribution actuelle de comprimés d’iode dans un rayon de 10 km autour des centrales françaises soit étendue à ces 100 km », il répond « nous y sommes favorables. »

Dans la situation actuelle, au-delà de 10 km, il faudra sortir pour chercher ou distribuer l’iode, ce qui peut entrer en conflit avec la mise à l’abri. Pierre-Franck Chevet précise : « Si on est dans le nuage, effectivement, il ne faut pas sortir. Mais oui, il faudra absolument préciser les conditions dans lesquelles on achemine à temps les comprimés jusqu’aux personnes. Je ne sais pas si la solution sera d’étendre la prédistribution des comprimés à 100 km ou d’avoir un circuit très fiable de distribution au moment où… Tout cela se prépare, ça ne dépend pas que de l’ASN. »

Pour en savoir plus, lire notre article sur le sujet.