Les fuites et le comportement de TEPCo choquent

La compagnie fait face à deux problèmes de fuite : une première découverte dimanche 22 février suite au déclenchement d’une alarme et une seconde avouée la veille qu’elle connaissait depuis avril 2014. Ce deuxième drain va directement dans l’océan, sans passer par le port.

Le fait que TEPCo ait laissé s’écouler de l’eau qu’elle savait de plus en plus contaminée vers l’océan choque au Japon. La compagnie déclare qu’elle n’a pas pris de mesure car il n’y a pas de standard pour l’eau de pluie. Rappelons que la contamination de l’eau en question dépasse les limites que la compagnie s’est fixée pour le rejet en mer de l’eau pompée en amont.

Les pêcheurs se sentent trahis. Le fait que la compagnie cache ses données et les problèmes ne fait qu’alimenter les « rumeurs néfastes » et ce sont les pêcheurs qui en souffrent. TEPCo a donc proposé de dérouter le drain qui va dans l’océan pour que l’eau contaminée aille dans le port où la compagnie a installé des barrières. Mais ces barrières ne font que ralentir les fuites, elles ne les arrêtent pas !

La compagnie avait une réunion avec les pêcheurs pour qu’ils acceptent qu’elle rejette dans l’océan l’eau de la nappe phréatique après décontamination partielle. La réunion a été houleuse et les pêcheurs ne sont pas prêts à donner leur accord !

A l’issue d’une audition de TEPCo, le président de l’autorité de sûreté, Shunichi Tanaka, a aussi critiqué la compagnie d’avoir attendu une heure trente après l’alarme avant de boucher le drain. Cela signifie que la compagnie n’avait pas de plan en cas de problème. La fermeture du drain aurait dû être automatique dès que l’alarme se déclenche. Le communiqué de la NRA ne nous apprend rien de neuf. Cette dernière n’était pas informée non plus, jusqu’à récemment, du problème de l’augmentation régulière de la contamination de l’autre drain.

Ce comportement de la compagnie est donc incompréhensible. Elle démontre une fois de plus qu’elle se limite à appliquer les règles sans vision de la sûreté et de la protection de l’environnement. Comment peut-elle prétendre avoir la responsabilité d’exploiter du nucléaire ?

Le porte-parole du gouvernement continue à affirmer que la situation est « sous-contrôle » et que la pollution est arrêtée dans le port…