Gel complet du sol autour des réacteurs accidentés

Débuté en mars 2016, le gel du sol tout autour des quatre réacteurs accidentés de la centrale de Fukushima daï-ichi, s’est révélé ne pas être aussi efficace que prévu. Le 15 août dernier, l’Autorité de Régulation Nucléaire, la NRA, a donné son accord au gel des derniers 7 m restant.

Rappelons que ce projet a coûté 34,5 milliards de yens (267 millions d’euros) aux contribuables japonais afin de réduire les infiltrations d’eau souterraine dans les sous-sols des réacteurs où elle se mélange à l’eau de refroidissement, fortement contaminée. Il consiste en 1 568 tuyaux enfoncés jusqu’à 30 m de profondeur sur 1,3 km environ dans lesquels circulent un liquide refroidissant à -30°C. Les infiltrations étaient de 400 m3 par jour au début de la catastrophe et seraient de l’ordre de 140 m3 actuellement. TEPCo espère que le gel complet du sol va réduire plus ces infiltrations, sous les 100 m3 par jour. Les dernières données sur les flux pompés sont ici. Selon l’Asahi, la NRA a de sérieux doute sur l’efficacité de ce « mur gelé » et estime que les pompages dans la nappe phréatique sont bien plus efficaces.

Le gel de la dernière section a débuté le 22 août et devrait prendre beaucoup plus de temps que pour les autres sections à cause des forts courants dans cette zone. Pour l’occasion, TEPCo a publié une série de photos accompagnées de quelques explications succinctes. Cette section, de 7 m de long, est située en amont des réacteurs, à l’Ouest donc, vers les réacteurs n°2 et 3. Le gel devrait être achevé cet automne.

En attendant, l’eau pompée qui n’est pas réinjectée pour le refroidissement est partiellement décontaminée et stockée dans des cuves. Les dernières données de TEPCo font apparaître un volume total d’eau traitée de 804 376 m3 auquel il faut ajouter 192 409 m3 d’eau partiellement traitée (retrait du strontium seul) et quelques 55 000 m3 dans les sous-sols des différents bâtiments.