Dialogue de sourds entre « auto-évacués » et les autorités

Les autorités ont organisé une réunion avec les « auto-évacués » de Fukushima qui vivent à Tôkyô. Il s’agit des personnes qui ont quitté les territoires contaminés sans être forcées à évacuer. Une partie d’entre elles bénéficient d’un logement gratuit, dont environ 5 700 à Tôkyô.

Rappelons que les autorités veulent cesser cette aide à partir de mars 2017, ce qui inquiète beaucoup les personnes concernées. Des mesures d’accompagnement financier sont prévues à la place.

Lors de la réunion qui a eu lieu le 7 février à Tôkyô, une trentaine de personnes étaient présentes, selon l’Asahi, pour critiquer la décision de la province de Fukushima. Le représentant de la région a confirmé le calendrier, une aide pouvant aller jusqu’à 100 000 yens (770 euros) pour le déménagement et un accès privilégié au parc locatif géré par la province. Pour les foyers les plus modestes, la province va payer la moitié du loyer, à hauteur de 30 000 yens (230 euros) par mois la première année et le tiers, à hauteur de 20 000 yens (154 euros) la deuxième année. Il n’est pas nécessaire de rentrer à Fukushima pour bénéficier de cette aide.

Les personnes présentes ont fortement critiqué ces décisions alors que l’accident nucléaire est loin d’être terminé. L’aide de 30 000, puis 20 000 yens ne permet pas de se loger à Tôkyô.