Comment des dauphins se sont retrouvés victimes de Fukushima

« Des dauphins morts à Fukushima, les poumons irradiés » titre le site 7sur7.be. Bigre ! Ils ont dû recevoir de fortes doses pour cela. D’où ce journal en ligne tire-t-il cette information surprenante ?

Reprenons le fil de l’histoire : le 10 avril dernier, environ 155 dauphins ont été découverts sur une dizaine de kilomètres de plage dans la province d’Ibaraki. Des nombreuses personnes ont tenté de les arroser pour ne pas qu’ils se dessèchent, le temps de les remettre à l’eau. Certains étaient blessés et d’autres morts. Voir, par exemple, l’Asahi en anglais.

17 d’entre eux ont été autopsiés et des résultats ont été communiqués à la presse. L’Asahi en japonais mentionne qu’aucune maladie particulière n’a été détectée, ni infection. En revanche, les poumons étaient blancs, et une chercheuse du muséum national d’histoire naturelle, qui a étudié ces dauphins avec des universitaires, parle d’ischémie pulmonaire, à savoir une diminution de l’apport sanguin. Elle ajoute qu’elle n’aurait jamais rien vu de pareil. Le journal évoque une panique liée à l’eau froide dans son titre.

Le blog Fukushima dairy évoque l’affaire sans plus. Il ne fait pas de lien avec les radiations, même si ce site traite essentiellement de Fukushima.

Arrive alors enenews.com, qui cite le précédent blog et ajoute un lien avec la radioactivité… Ce site est familier de ce genre d’amalgames douteux. Comme si la radioactivité était la seule pollution océanique responsable de tous les maux.

Est-ce la source du journal 7sur7.be ? Il ne le dit pas. Mais ce journal franchit une étape supplémentaire en titrant : « Des dauphins morts à Fukushima, les poumons irradiés ». Ce qui est faux : ils sont morts de l’échouage sur une plage.La cause de l’échouage, quant à elle, demeure inconnue.

S’ils étaient morts d’une maladie due à la radioactivité, cela aurait eu lieu un par un, au large, sans que personne ne le voit.