Arrêt du réacteur n°1 de Sendaï

Kyûshû va arrêter le réacteur n°1 de sa centrale de Sendaï située dans la province de Kagoshima. Il s’agit d’un arrêt de maintenance afin de remplacer une partie du combustible. Ce réacteur avait été remis en service en août 2015.

La compagnie prévoit un arrêt de deux mois, mais il pourrait être plus long car le gouverneur a demandé des garanties supplémentaires. Par ailleurs, il faudrait vérifier l’acier de sa cuve.

Il n’y a plus que deux autres réacteurs en activité et le réacteur n°2 de Sendaï sera aussi arrêté en décembre prochain. Il ne restera alors plus que Ikata 3.

Par ailleurs, l’Autorité de Régulation Nucléaire, la NRA, a estimé que le réacteur n°3 de la centrale de Mihama, dans la province de Fukui, peut être exploité au-delà de 40 ans, âge qu’il aura atteint en décembre prochain. Mais, il y a encore des dossiers à instruire. Puis, il y aura alors pour plusieurs années de travaux. Le redémarrage ne pourra pas avoir lieu avant 2020, au plus tôt. Les réacteurs n°1 et 2 de cette même centrale ont été arrêtés définitivement après Fukushima.

La NRA avait laissé un mois au public pour faire part de ses commentaires sur son projet d’avis et aurait reçu 1 390 contributions. Certaines revenaient sur l’estimation de l’impact des séismes et pointent les remarques de l’ancien commissaire de la NRA, le sismologue Shimazaki et les polémiques qui ont concerné la centrale voisine d’Ôï.

Après deux autres réacteurs à Takahama, aussi exploités par Kansaï Electric, c’est le troisième réacteur à obtenir une extension de sa durée d’exploitation. La prolongation au-delà des 40 années d’exploitation devient de moins en moins « exceptionnelle » comme le prévoit la législation.