Aide au logement pour les déplacés de la catastrophe nucléaire : disparités entre provinces

La province de Fukushima a décidé de cesser l’aide au logement pour les « auto-évacués » ou « évacués volontaires » de la catastrophe nucléaire à partir du mois de mars prochain. Mais ce n’est pas le cas pour toutes les provinces qui accueillent ces personnes. Le Yomiuri a enquêté sur le sujet.

Après la catastrophe nucléaire, la province de Fukushima a traité de la même façon les déplacés « volontaires » et les déplacés forcés pour ce qui concerne le logement en prenant à sa charge le loyer à hauteur de 60 000 yens par mois. De nombreuses autres provinces du Japon ont fait de même. Au 31 octobre 2016, il y avait encore 10 524 foyers ou 26 601 personnes qui bénéficiaient d’un logement gratuit. 13 844 personnes réparties dans 5 230 foyers vivent en dehors de la province de Fukushima. Nombre d’entre eux ne souhaitent pas rentrer à Fukushima pour le moment.

Il y a de nombreuses autres personnes déplacées qui n’ont pas demandé d’aide au logement et qui échappent aux statistiques.

Contrairement aux déplacés forcés, les déplacés « volontaires » ne bénéficient d’aucune autre aide financière et se font donc beaucoup de soucis pour leur avenir quand ils n’auront plus de logement gratuit.

24 provinces autres que Fukushima vont prendre à leur charge ces aides au logement. Cela concerne 3 607 foyers. Plusieurs communes vont faire de même. A Hokkaïdô, par exemple, ce sont 34 foyers sur 229 qui bénéficieront d’une prolongation d’un an. A Hyôgo, où 44 foyers sont concernés, cela va s’arrêter en mars 2017.

Pour favoriser le retour, la province de Fukushima va réserver des logements aux déplacés de la catastrophe et fournir une aide financière de 100 000 yens pour chaque foyer qui reviendrait d’une autre province. C’est 50 000 yens pour une personne célibataire. Les foyers qui ont évacué dans la province de Fukushima recevront aussi une aide au retour.

Les 19 provinces où les aides cesseront (1 237 foyers) : Iwaté, Miyagi, Ibaraki, Tochigi, Gunma Toyama, Ishikawa, Hyôgo, Wakayama, Okayama, Yamaguchi, Tokushima, Kôchi, Saga, Nagasaki, Kumamoto, Ôïta, Miyazaki et Kagoshima
Les 24 provinces qui fourniront une aide (3 607 foyers) : Hokkaïdô, Aomori, Akita, Yamagata, Saïtama, Tôkyô, Kanazawa, Niigata, Fukui, Yamanashi, Nagano, Gifu, Aïchi, Shiga, Kyôto, Ôsaka, Nara, Tottori, Shimané, Hiroshima, Kagawa, Ehimé, Fukuoka et Okinawa.
Les 3 provinces qui considèrent fournir une aide (386 foyers) : Chiba, Shizuoka, Mié.

Selon le Maïnichi, la province de Tottori va continuer à fournir un logement gratuits aux victimes de la catastrophe de Fukushima qu’elles soient déjà installées ou qu’elles décident d’y venir. A Yamagata proposera des logements gratuits pris sur son parc destiné aux fonctionnaires territoriaux aux foyers les plus modestes. A Kyôto, les évacués « volontaires » bénéficieront d’un logement gratuit pendant 6 années après leur emménagement et pourront y rester après pour toute la durée du bail. Niigata va donner 10 000 yens par mois aux foyers les plus modestes qui sont dans le parc locatif privé pour que les enfants n’aient pas à changer d’école.