Le gouverneur de Niigata, opposé au redémarrage des réacteurs de Kashiwazaki-Kariwa, démissionne suite à une affaire de mœurs

Ryûichi Yonéyama, gouverneur de Niigata, vient d’annoncer sa démission alors qu’un magasine s’apprête à révéler qu’il a eu des relations sexuelles tarifées avec des jeunes filles. Il était connu pour s’être opposé à la remise en service de la centrale de Kashiwazaki-Kariwa tant que toute la lumière n’aura pas été faite sur l’accident à celle de Fukushima daï-ichi.

Elu en octobre 2016, son mandat était encore de deux ans et demi. De nouvelles élections devraient être organisées en juin prochain.

Stagiaires vietnamiens privés de prime de risque sur les chantiers de décontamination

Un stagiaire vietnamien avait récemment dénoncé la compagnie qui le formait car il avait été envoyé sur des chantiers de décontamination et de démolition sans que cela soit prévu dans son contrat. Il a expliqué n’avoir reçu aucune information relative aux risques liés à la radioactivité.

Le 6 avril, le ministère de l’environnement a annoncé que plusieurs stagiaires vietnamiens envoyés sur ces chantiers n’avaient pas reçu la prime de risque auxquels les décontamineurs ont droit. Selon le Maïnichi, qui rapporte cette information, la compagnie a pourtant indiqué aux autorités avoir payé cette prime. Le ministère du travail et des affaires sociales enquête.

Dans un autre article paru quelques jours plus tard, le Maïnichi précise que la compagnie a retenu pour un total de 1,6 millions de yens (12 000 €) de primes en 7 mois à trois stagiaires vietnamiens envoyés sur des chantiers de décontamination. La prime est de 4 600 yens (35 €) par jour. Cela représente une grosse somme au Vietnam.

Trois entreprises ont été punies dans cette affaire et elles ne peuvent plus répondre à des appels d’offres publics pendant un mois.

Depuis, une association de soutien a annoncé que trois autres Vietnamiens ont été envoyés en « stage de formation » sur les chantiers de décontamination. Cela fait un total de 4 stagiaires soutenus.

Le canton de Futaba va garder le même nombre d’élus régionaux malgré sa dépopulation

Le canton de Futaba, qui regroupe 8 communes, dont celles de Futaba et Namié, a vu sa population s’effondrer entre les deux derniers recensements, suite à la catastrophe nucléaire : elle était de 72 882 en 2010 et 7 333 en 2015. Comme le nombre de sièges à l’assemblée régionale dépend de la population du canton à la date du dernier recensement, le nombre d’élus devait passer de 2 à 0 sur 58.

Pour faire face à cette situation, l’assemblée nationale a voté, à l’unanimité, la proposition d’établir le nombre de représentants sur le recensement de 2010 pour la prochaine élection qui aura lieu en novembre 2019.

Fin des indemnisations pour les personnes déplacées de la catastrophe nucléaire

A la fin mars 2018, TEPCo a dépensé plus de 8 000 milliards de yens (60 milliards d’euros) en indemnisations. Une moitié environ est allée aux personnes déplacées et l’autre aux entreprises et commerces affectées. Cet argent est avancé par l’Etat et selon une estimation récente de la cour des comptes japonaise, le coût des intérêts, à la charge des contribuables japonais pourrait atteindre 218,2 milliards de yens (1,7 milliards d’euros).

Les indemnisations sont officiellement terminées depuis le 31 mars 2018, mais ce n’est pas encore la fin pour TEPCo. Il y a une trentaine de plaintes collectives, regroupant plus de 12 000 personnes, pour réclamer de meilleures indemnisations.

Chaque personne qui a dû évacuer a reçu 100 000 yen par mois (760 €) en compensation du stress engendré auxquels pouvaient s’ajouter des indemnisations liées à la perte des ressources financières, au logement, aux transports… La seule partie liée au stress peut s’élever à 8,4 millions de yens (63 000 €) par personne sur 7 ans. Les 25 000 personnes originaires de la zone dite de retour difficile ont reçu une somme supplémentaire de 7 millions de yens (53 000 €) en une seule fois.

Ce soutien financier s’est terminé une année après la levée de l’ordre d’évacuer pour les personnes originaires des zones concernées et cette année pour toutes les autres. Cependant, le gouvernement a demandé à TEPCo de maintenir l’aide au logement une année de plus.

Ces indemnisations ont provoqué beaucoup de jalousies et des discriminations envers les personnes déplacées qui apparaissaient comme privilégiées. A titre de comparaison, les personnes auto-évacuées, qui sont parties d’elles-mêmes, sans y être obligées, ont reçu, en plus d’une aide au logement, 120 000 yens (900 €) en une seule fois. C’était 720 000 yens (5 400 €) pour les mineurs et les femmes enceintes. La différence de niveau de contamination de leur lieu de vie pouvait être très faible avec les personnes évacuées de force.

La fin des indemnisations ne signe pas la fin de la catastrophe, loin de là. Les populations affectées ne retrouveront jamais leur vie d’antan. Elles font toujours face à de nombreux problèmes. Il en est de même pour les communes affectées par les évacuations. Comme le taux de retour dans les zones où il est permis de rentrer est faible, de l’ordre de 15% en moyenne, certaines communes veulent attirer de nouveaux habitants. Tomioka, par exemple, offre à chaque famille 300 000 yens ( 2 300 €) par an pendant 3 ans, plus 180 000 yens (1 400 €) par an par enfant.

Accès autorisé pour une toute petite partie d’Ôkuma

La commune d’Ôkuma a entièrement été évacuée et est quasi-entièrement classée en zone de retour difficile. A partir du 24 avril prochain, les habitants de deux hameaux pourront passer la nuit chez eux. Il s’agit d’Ôgawara où l’exposition externe est comprise entre 20 et 50 mSv/an et de Nakayashiki, où elle est inférieure à 20 mSv/an. Seuls 379 personnes réparties dans 139 foyers y vivaient avant la catastrophe, soit à peine 3,6% de la population de la commune.

Le gouvernement espère y lever l’ordre d’évacuation eu printemps 2019, quand le nouvel hôtel de ville sera prêt.

Selon un employé de TEPCo, un dirigeant de la compagnie a arrêté le projet de digue contre les tsunamis en 2008

Les auditions des témoins continuent dans le procès de trois anciens dirigeants de TEPCo. Un employé vient de rapporter que Sakaé Mutô, vice-président de la compagnie a arrêté le projet de digue anti-tsunami à la centrale de Fukushima daï-ichi.

Rappel de l’épisode précédent : un rapport interne à TEPCo daté de mars 2008 avait estimé qu’un tsunami pouvait atteindre une hauteur de 15,7 m à la centrale de Fukushima daï-ichi. Les calculs étaient basés sur une mise à jour, en 2002, des prédictions gouvernementales qui aboutissaient à un séisme de magnitude 8,2 au large de Fukushima.

Le témoin, dont les propos sont rapportés par l’Asahi et le Maïnichi, faisait partie de l’équipe en charge de définir les mesures de renforcement des protections contre les séismes et tsunamis, mise en place en novembre 2007. Il rapportait directement à Sakaé Mutô à l’époque. Selon lui, le groupe était arrivé au consensus que TEPCo devait prendre en compte la réévaluation gouvernementale du risque tsunami et a chargé une filiale de faire une estimation de la vague la plus haute. La filiale a informé le groupe en mars 2008 des résultats de son évaluation : 15,7 m. Et le groupe a informé Sakaé Mutô à ce sujet en juin de cette même année.

Toujours selon le témoin, M. Mutô aurait alors demandé que l’on prépare une demande de permis de construire une digue. Puis, en juillet 2008, M. Mutô aurait informé le groupe que TEPCo ne retenait pas cette valeur de 15,7 m, sans la moindre explication. Le groupe aurait été choqué par cette décision.

Comme on le sait, la vague la plus haute du tsunami de 2001 faisait 15,5 m de haut à la centrale de Fukushima daï-ichi… Le procès continue.

Le ministère de l’industrie intervient pour modifier la présentation d’un chercheur dans un lycée

Sadamu Yamagata, enseignant chercheur à l’université de Hokkaïdô, devait faire, le 16 octobre 2017, une présentation sur l’énergie pour les lycéens et la population de Niséko. Il avait prévu, notamment, de présenter les problèmes liés à l’énergie nucléaire. Il a envoyé sa présentation en avance, le 11 octobre dernier et dès le lendemain, deux représentants du ministère de l’industrie ont frappé à la porte de son bureau.

Selon l’Asahi, qui rapporte l’affaire, les représentants du ministère lui ont reproché de montrer une image de la centrale accidentée de Fukushima daï-ichi en affirmant qu’il s’agissait de manipulation destinée à donner une mauvaise image de l’énergie nucléaire. Pour eux, cette catastrophe nucléaire, ne doit être qu’une « rumeur néfaste »… Une autre planche leur a aussi déplu car elle osait demander : « Le nucléaire est-il bon marché ? ». Les représentants du ministère lui auraient suggéré de présenter une autre perspective.

L’enseignant-chercheur a fait sa présentation comme prévu, mais aurait ajouté une image d’une éolienne accidentée. Le Mainichi montre la planche avant et après :

Il s’agit là d’une atteinte inacceptable à la liberté académique.

Réouverture des écoles et des collèges dans 5 communes de Fukushima, avec très peu d’enfants

135 enfants ont fait leur rentrée pour la première fois en 7 ans dans 14 écoles et collèges de 5 communes de Fukushima. Il s’agit de Namié, Tomioka, Iitaté et le district Yamakiya de Kawamata, où l’ordre d’évacuer a été levé au printemps et 2017, sauf dans les zones dites de retour difficile, et de Katsurao, où l’ordre d’évacuer a été levé en juin 2016. C’est à peine 3% des 4 000 d’enfants scolarisés avant la catastrophe. Les écoles et collèges ont donc été regroupés, faute d’enfants, comme rapporté dans notre bilan annuel publié à l’occasion du septième anniversaire de cette catastrophe sans fin.

A Iitaté, une école toute neuve a été reconstruite et 75 élèves et collégiens sont inscrits. Il y a 5 mois, 90 étaient attendus. Ils étaient 742 avant la catastrophe. Les enfants vivent toujours en dehors de la commune, pour la plupart d’entre eux, et ont jusqu’à une heure de bus chaque jour pour venir à l’école ou au collège.

A Tomioka, seuls 17 enfants sont inscrits à l’école et au collège. Avant la catastrophe nucléaire, la commune avait deux écoles élémentaires et deux collèges, avec 1 487 enfants scolarisés. Le taux de retour dépasse à peine 1%. Le CP compte trois élèves.

A Katsurao, il y a 22 enfants en tout dans l’établissement qui regroupe la maternelle, l’école élémentaire et le collège.

Fin de la tentative d’arbitrage entre Namié et TEPCo

En 2013, la commune de Namié avait saisi la commission d’arbitrage mise en place par les autorités au nom de ses résidents forcés à évacuer. Plus de 15 000 personnes, soit environ 70% des habitants, avaient signé la pétition afin d’obtenir une meilleure indemnisation. TEPCo leur verse 100 000 yens (763 euros) par mois et, en mars 2014, la commission d’arbitrage avait tranché en faveur des habitants en proposant une augmentation de 50% environ. La commune avait accepté, mais pas TEPCo.

La commission n’a cessé, depuis, de demander à TEPCo d’accepter cet accord, en vain. Elle vient donc d’informer la commune qu’elle clôturait ce dossier. Les requérants pourraient saisir la justice à l’instar des 12 000 autres personnes qui ont déposé des plaintes collectives. La commune de Namié a fait savoir que 800 personnes concernées étaient déjà décédées.