Les déchets radioactifs issus de la décontamination vont être enterrés

La gestion des déchets radioactifs issus de la décontamination est un casse-tête pour les autorités japonaises. A Fukushima, les sols radioactifs vont être entreposés pour 30 ans tout autour de la centrale accidentée, sur 16 km2, en attendant de trouver mieux. En dehors de la province de Fukushima, les autorités sont à la recherche de sites définitifs.

Dans la province voisine d’Ibaraki, 2 500 m3 de terres contaminées vont être enterrées sur le site nucléaire de Tôkaï-mura. Et à Tochigi, 350 m3 vont aussi être enterrés à titre expérimental sous un terrain de sport. Les autorités vont ensuite faire des mesures tout autour et publier les résultats à l’automne.

En dehors de Fukushima, il y a un total de 330 000 m3 de sols contaminés répartis sur environ 28 000 sites, dont des parcs et des cours d’école.

Quelle surveillance à long terme est-elle prévue ? Quelles actions pour garder la mémoire des nombreux sites de stockage qui pourraient résulter de cette politique ?

Appel aux dons exceptionnel : MERCI ! Grâce à vous nous pouvons poursuivre notre surveillance de la radioactivité dans l’environnement

Fin 2017, l’ACRO lançait un appel aux dons exceptionnel, suite au non renouvellement par la nouvelle région Normandie de la subvention de 23 000 euros précédemment attribuée chaque année par la Basse-Normandie. Près de 300 donateurs y ont répondu. Cela montre leur confiance et leur adhésion à notre mission de vigilance citoyenne. Nous les remercions très chaleureusement.

Ainsi, nous avons récolté plus de 25 000 euros de plus que ce que nous recevons habituellement sur une année. C’est une somme importante, qui va nous permettre de boucler l’exercice 2017. Si nous avons gagné la « bataille » de la trésorerie, nous n’avons pas gagné celle du retour de cette subvention régionale, qui couvrait en partie les frais de l’Observatoire citoyen de la radioactivité dans l’environnement (OCRE).

Nous allons bien-sûr poursuivre nos actions de vigilance aux abords des sites nucléaires, car, une fois de plus en 2017, nous avons constaté que sans notre contrôle, des pollutions ne seraient pas révélées. En est-il ainsi de la contamination en américium et en plutonium du Ru des Landes, près du site de La Hague.

Pour cela, il nous faut assurer la pérennité de nos ressources financières, ce qui suppose plus d’adhérents, plus de donateurs. C’est pourquoi nous encourageons les lecteurs de ce texte à adhérer et/ou à nous soutenir financièrement si ce n’est pas déjà fait.


Appel aux dons d’octobre 2017

La démarche que nous entreprenons aujourd’hui a un caractère exceptionnel : l’exercice financier 2017 devrait accuser un déficit élevé dû essentiellement à la non reconduction, par la nouvelle région Normandie, de la subvention annuelle de 23 000 euros que nous versait la Basse-Normandie jusqu’en 2016, car notre demande « ne répond pas aux nouvelles orientations de la politique environnementale de la Région Normandie ».

Et pourtant l’action de l’ACRO, grâce à son laboratoire agréé, à ses bénévoles et à son réseau de préleveurs volontaires, est plus que jamais pertinente et donc nécessaire. En effet, face au manque d’informations et aux pressions exercées par les acteurs de la filière nucléaire, l’ACRO agit tel un « contre-pouvoir » pour protéger les populations et leur environnement. Sans l’ACRO, des pollutions ne seraient pas révélées. Ainsi, récemment, nous avons mis à jour une pollution à l’américium et au plutonium aux abords des usines Aréva de La Hague suffisamment importante pour que l’exploitant annonce l’enlèvement des terres contaminées. Nous avons également donné l’alerte sur l’introduction de radioactivité dans des biens de consommation vendus pour des vertus soit disant de « bien être ».

Par ailleurs, l’ACRO siège dans plusieurs commissions mises en place par les pouvoirs publics au niveau local (les CLI par exemple) comme national. Il s’agit d’y relayer les attentes des citoyens en matière de transparence et de sûreté et d’y apporter notre expertise et notre vigilance. L’ACRO s’est ainsi très impliquée pour obtenir une transparence maximale sur le dossier de la cuve de l’EPR et sur les falsifications de pièces à l’usine du Creusot.

Malgré tout ce travail reconnu, l’ACRO fait face à des difficultés financières que nous espérons temporaires. Cela fragilise notre association alors que la vigilance citoyenne est plus que jamais nécessaire dans un contexte de plus en plus critique avec le vieillissement des centrales, les défauts de l’EPR, la gestion incertaine des déchets, etc…

Pour continuer nos actions, nous avons besoin de vous et de votre soutien financier. Sachez que 66% de votre don ou votre adhésion sont déductibles de votre impôt (dans la limite de 20% de vos revenus imposables); ainsi, par exemple, un don de 50 euros ne vous revient en réalité qu’à 17 euros. Vous pouvez effectuer votre versement par chèque (à envoyer à ACRO – 138 rue de l’église – 14200 Hérouville Saint Clair) ou en ligne sur http://www.acro.eu.org/agir-faire-un-don/

Du déni de réalité à la catastrophe

En août 2002, c’est à dire neuf ans avant la catastrophe de Fukushima, l’ancienne « autorité » de sûreté, la NISA, avait demandé à TEPCo d’évaluer l’impact d’un tsunami suite à un séisme au large et l’exploitant aurait refusé. C’est ce qui ressort du témoignage de Shuji Kawahara, qui était à la tête d’une équipe en charge de la tenue aux séismes à la NISA. Cette demande faisait suite à la publication, le 31 juillet 2002, d’un rapport d’un comité d’experts gouvernemental qui estimait qu’un tsunami majeur, similaire à celui de 1896, pouvait frapper la côte pacifique du Japon à tout moment. Il estimait la probabilité à 20% dans les 30 prochaines années pour la partie allant de Chiba au Tôhoku.

Selon le Japan Times, qui a pu consulter le témoignage de Shuji Kawahara, une réunion a eu lieu le 5 août 2002 dans les locaux de la NISA pour discuter des conséquences du rapport. TEPCo aurait résisté pendant 40 minutes avant refuser d’évaluer l’impact d’un tsunami. Shuji Kawahara pense que cela aurait demandé beaucoup de moyens pour faire l’étude demandée et la NISA n’a pas plus insisté.

Ce témoignage a été produit par des plaignants qui réclament une meilleure indemnisation et est appuyé par une série de emails qui résument les discussions entre la NISA et TEPCo. La compagnie a refusé de répondre aux médias à ce propos.

Selon le Maïnichi, la NISA aurait refait une demande en 2006, suite au tsunami de 2004 qui avait ravagé l’Asie du Sud-Est et, comme on le sait déjà, en 2008, TEPCo avait estimé qu’un tsunami d’une hauteur de 15,7 m pourrait frapper la centrale de Fukushima daï-ichi, mais n’avait entrepris aucune action pour renforcer la protection des réacteurs nucléaires.

Le gouvernement, plus préoccupé par la promotion du nucléaire que par sa sûreté, n’a pas su imposer des contrôles plus stricts. La NISA était une branche du ministère de l’industrie, qui soutenait le développement de l’énergie nucléaire.

Nouveaux déboires du parc nucléaire japonais

La compagnie Kôbé Steel a reconnu avoir falsifié des rapport de qualité de ses produits manufacturés. Neuf réacteurs nucléaires utilisent des boulons de cette compagnie, dont Takahama 3 et 4 et Sendaï 1 et 2 qui sont en service. Les autres réacteurs sont Ôï 3 et 4, Genkaï 3 et 4 et Ikata 3, tous à l’arrêt. TEPCo en utiliserait aussi pour ses cuves d’eau contaminée. Les exploitants affirment que leurs produits ne sont pas touchés par le scandale et qu’il n’y a donc pas de problème de sûreté. L’Autorité de Régulation Nucléaire, la NRA, a cependant demandé des contrôles. De nombreuses autres industries japonaises sont touchées par ce scandale.

A la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, qui appartient à TEPCo, 60 percements ne sont pas assez étanches en cas d’incendie. Il y a de nombreux trous dans les bâtiments réacteurs pour faire passer des tuyaux, câbles, gaines… Quand un mur pare-feu est traversé, il faut s’assurer que le passage est bien rempli. Ce n’était pas le cas pour 60 d’entre eux, en violation des règles de sûreté. TEPCo s’est engagée à tout boucher convenablement au début 2018.

Kansaï Electric (KEPCo) a fait sensation le 7 janvier avec ses projets pour ses combustibles usés. Elle a promis au gouverneur de Fukui, où il y a tous ses réacteurs nucléaires, de les entreposer en dehors de cette province, mais elle ne sait pas où. Le PDG a donc annoncé un projet d’entreposage à Mutsu dans la province d’Aomori, tout au Nord de l’île principale, dans une installation qui est déjà construite. Un millier de kilomètres séparent les deux provinces.

L’installation d’entreposage de Mutsu a été construite par la Recyclable-Fuel Storage Co., une filiale de TEPCo et de la Japan Atomic Power Co. pour leurs propres combustibles usés et a une capacité de 5 000 tonnes. Bien que terminée depuis 2013, elle n’a pas encore obtenu l’autorisation d’ouvrir et les dossiers de sûreté sont toujours instruits suite aux nouvelles règles post-Fukushima. KEPCo envisage de prendre des parts dans cette installation. Dès le lendemain de l’annonce, le maire de Mutsu, qui n’a pas été consulté, a tenu une conférence de presse pour expliquer que ce serait non. KEPCo a immédiatement démenti.

Pour le moment, les combustibles usés de KEPCo sont entreposés sur les sites des centrales, mais les piscines sont pleines à 70%. Les 30% restant seront remplis en 7 ans si les réacteurs sont exploités.

La Japan Atomic Power Co. (JAPC), qui exploitait les réacteurs de Tsuruga et de Tôkaï a expliqué qu’elle avait utilisé des données erronées sur la longueur des barres de combustible de Tôkaï 2 depuis 1974, avant même sa mise en service en 1978. Il y a environ 5 cm d’écart entre la valeur supposée et la valeur réelle. C’est l’Autorité de Régulation Nucléaire qui s’en est rendu compte. Et dire que la compagnie veut exploiter ce réacteur jusqu’à 60 ans

La Japan Atomic Energy Agency (JAEA) devrait commencer à retirer le combustible du surgénérateur Monju à partir de juillet 2018. Il y a 370 assemblages dans le cœur et 160 dans une piscine de désactivation. L’opération devrait prendre 5 ans en commençant par la piscine.

Il n’y a toujours que 4 réacteurs nucléaires en activité au Japon et les compagnies d’électricité on massivement investi dans le charbon qui est un fort émetteur de gaz à effet de serre. Le charbon couvre maintenant 30% de la production d’électricité au Japon et cela augmente encore. Si tous les projets aboutissent, cela devrait atteindre 40%… alors que décembre 2017 marquait les 20 ans du protocole de Kyôto. A noter que les émissions de CO2 du Japon augmentaient 1,4% par an avant la catastrophe nucléaire et que le pays ne tenait ses engagements qu’en achetant des permis d’émission et grâce à ses forêts.

A la fin septembre 2017 et depuis l’ouverture du marché, 8% des clients avaient quitté les fournisseurs d’électricité historiques pour s’approvisionner chez les nouveaux venus. La part des nouvelles compagnies atteint 12%. Les producteurs historiques font donc tout freiner l’accès au réseau électrique qu’ils contrôlent. Selon une étude effectuée par une université de Kyôto, les capacité de transmission ne sont utilisées qu’à 19% en moyenne, alors que les propriétaires des réseaux disent être proche de la saturation. Voir l’Asahi pour plus de détails.

 

Tomioka : l’école et le collège vont rouvrir avec peu d’élèves

Tomioka est une commune le long du littoral à moins de 20 km de la centrale de Fukushima daï-ichi qui a été entièrement évacuée. La ville héberge la centrale de Fukushima daï-ni et, depuis la catastrophe, un complexe de traitement des déchets radioactifs issus de la décontamination. L’ordre d’évacuer y a été levé le 1er avril 2017 et le taux de retour reste très faible.

La municipalité compte sur la réouverture d’une école et d’un collège pour attirer les habitants et revitaliser la commune. Le complexe scolaire devrait donc servir de centre et faciliter les rencontres intergénérationnelles. Elle a lancé un programme de transmission des savoirs et compte faire venir des intervenants extérieurs. D’autres mesures, comme la gratuité des études, un renforcement de l’anglais et des nouvelles technologies sont aussi prévues pour attirer les familles.

Mais cela ne semble pas suffisant et la commune attend très peu d’enfants pour la première rentrée depuis l’accident nucléaire en avril prochain. Selon le Fukushima Minpo, il y avait 1 400 enfants scolarisés dans deux écoles et deux collèges avant la catastrophe nucléaire. 900 sont encore enregistrés. Un établissement scolaire de substitution à ouvert à Miharu, à une soixantaine de kilomètres de Tomioka, avec seulement 11 élèves à l’école primaire et 19 au collège.

Une enquête a été menée auprès des familles en juin 2017. Sur 485 familles qui ont répondu, seules 9 envisagent de rentrer. C’est à peine 1,9%. 55 familles (11,3%) ne peuvent pas se décider et 421 (86.8%) ne peuvent pas rentrer.

Quand la NRA discute de l’avenir des territoires contaminés, elle propose de changer les normes pour faciliter la reconstruction

L’autorité de régulation nucléaire a étudié la situation dans les zones dites de retour difficile et le verbatim est en ligne en japonais uniquement. Les discussions, aussi disponibles en vidéo, s’apparentent à une conversation de pause café. Voir la page de la réunion.

Les experts commencent à regarder une carte de la contamination basée sur des relevés effectués à partir d’une voiture et à pied. Quelques points chauds en bord de route sont pris en compte et sont représentés par des triangles. La valeur la plus élevée atteint 8,48 µSv/h à Futaba, ce qui est très élevé. Que la NRA se contente de quelques relevés alors qu’il y a de nombreux autres résultats de mesure disponibles est pour le moins surprenant. Presque sept années depuis le début de cette catastrophe, il n’existe aucune synthèse officielle de toutes les données de la contamination qui intègrerait les mesures citoyennes au plus proche des préoccupations des populations. A noter qu’un réseau de laboratoires indépendants auquel appartient Chikurin, le laboratoire fondé avec le soutien de l’ACRO, a sa base de données commune.

Se contenter de quelques relevés effectués le long des routes et rues n’est pas suffisant : quid des terrains agricoles, jardins, aires de jeu… La variété des situations et des expositions éventuelles doit être évaluée sérieusement avec les personnes potentiellement concernées.

Comme les niveaux de pollution restent élevés et que la décontamination est peu efficace, certains commissaires de la NRA proposent de revoir le calcul de dose. Comme nous l’avons expliqué dans un article dédié, les normes internationales sont en sievert par an, et la mesure sur le terrain est en sievert par heure. Pour passer de l’un à l’autre, il faut considérer un budget temps. Le modèle fixé au début de l’accident pour effectuer le calcul entre les deux suppose que les résidents passent 8 heures par jour à l’extérieur et qu’à l’intérieur, le débit de dose est réduit de 60%. Ainsi, la limite de dose en situation normale, fixée au niveau international à 1 millisievert (mSv) par an correspond ainsi à un débit de dose moyen de 0,23 microsievert (µSv) par heure. Ce calcul est certes conservateur, mais la limite de 1 mSv n’est pas une limite d’innocuité, mais une limite à ne pas franchir. Il faut rester bien en dessous. Viser 1 mSv/an avec un calcul conservateur permet de s’assurer  que les doses réellement reçues seront bien inférieures.

Des commissaires veulent remettre en cause ce calcul sous le prétexte que les personnes équipées de dosimètres ont enregistré des doses à 15% de celles obtenues par calcul. Et donc on peut accepter un débit de dose plus élevé. Là encore, cette affirmation ne repose sur aucune étude sérieuse : il s’agit d’un chiffre moyen et l’on doit protéger tout le monde. Les tests ont été effectués sur des personnes volontaires qui font attention à leur exposition, d’autant plus que leur dose est enregistrée et surveillée. Rien ne permet d’affirmer que toute la population se comportera de la même façon. Enfin, comme nous l’avons expliqué dans le rapport pour les 5 ans de la catastrophe les dosimètres et les radiamètres de terrain ne mesurent pas la même chose. Il y a 30 à 40% d’écart entre les deux. Et cela n’avait jamais été expliqué aux personnes concernées, comme nous l’avions révélé en janvier 2015, ce qui avait déplu à l’IRSN.

Le seul problème pour ces commissaires, qui proposent de passer à 0,8 voir 1 µSv/h au lieu de 0,23 µSv/h, c’est l’acceptabilité sociale du changement de méthode de calcul ! Avec aussi peu de sérieux dans l’évaluation et l’argumentation, pas étonnant que le public n’ait pas confiance.

Cette volonté de changer de thermomètre est un aveu d’échec. Ce qu’il y a d’inquiétant dans cette histoire, c’est que la NRA soit plus préoccupée par la reconstruction que par la protection des populations concernées. Jamais, il n’est question des enfants qui sont plus sensibles aux radiations par exemple.

Rappelons que la limite de 1 mSv/an est un objectif à long terme, sans calendrier précis, fixé par les autorités japonaises et que la politique de retour est basée sur une limite 20 fois plus élevée, qui correspond à la valeur haute des recommandations de la CIPR relatives à ce qui est généralement nommé « une situation existante », à savoir une pollution difficile à réduire. 20 mSv se traduisent par une limite de 3,8 microsieverts par heure (µSv/h) par la même méthode de calcul.

L’enjeu de la proposition de la NRA concerne donc la limite pratique à très long terme. Dit autrement, cela signifie accélérer la fin de la catastrophe en changeant la limite acceptable ou réduire les exigences en terme de décontramination. Selon nos informations, ce sujet est à l’ordre du jour du prochain « National Radiation Council » du MEXT, à savoir le ministère en charge des sciences et technologies.

Il y a fort à parier qu’une fois le calcul changé, il va être appliqué à la limite haute de 3,8 µSv/h qui ne fera pas plus 20 mSv/h, mais peut-être 5 mSv/an. Ainsi les autorités auront réduit la limite apparente pour le retour des populations sans rien changer sur place par une simple modification des règles de calcul !

72ième versement financier pour TEPCo : plus de 8 000 milliards de yens prêtés sans intérêt

TEPCo annonce avoir reçu le 72ème versement financier de la part de la structure gouvernementale de soutien qui lui avance de l’argent pour les indemnisations : 293,5 milliards de yens (2,2 milliards d’euros au cours actuel). Cette somme est environ 10 fois plus élevée que la dernière fois et cet argent est prêté sans intérêt.

TEPCo a déjà reçu un total de 8 032,1 milliards de yens (59,5 milliards d’euros au cours actuel) si l’on prend en compte le présent versement et cela ne suffira pas.

Début du retrait des débris sur le réacteur n°1

TEPCo a commencé à retirer les débris qui jonchent le sommet du réacteur n°1 afin de pouvoir accéder à la piscine de combustible. Il y en aurait environ 1 500 tonnes. Comme pour le réacteur n°3, cela doit se faire à l’aide d’engins télécommandés car le niveau de dose sur place interdit le travail humain. Deux photos sont en ligne sur le site de TEPCo.

Suite au scandale du rejet de poussières radioactives lors du retrait des débris sur le réacteur n°3, la compagnie insiste sur les mesures de prévention mises en place cette fois-ci. Promis, elle arrêtera le chantier s’il y a trop de poussières.

Il faudra ensuite reconstruire un nouveau bâtiment réacteur. Le retrait des 392 assemblages de la piscine ne devrait pas commencer avant 2023, avec trois ans de retard.

Images du corium dans l’enceinte de confinement du réacteur n°2

Comme annoncé, TEPCo a de nouveau envoyé une sonde dans l’enceinte de confinement du réacteur n°2 et a mis en ligne des images de ce qui pourrait être du combustible fondu qui jonche le fond de l’enceinte.

La compagnie avait déjà envoyé un robot dans cette enceinte de confinement, il y a moins d’un an. Les premières images de janvier 2017 étaient prises par une simple caméra vers l’entrée. D’autres images prises sous la cuve à l’aide d’une caméra faisaient apparaître des amas granuleux que TEPCo soupçonnait d’être du corium. Quelques jours plus tard, d’autres images étaient mises en ligne. Certaines ont fait l’objet d’un traitement afin de pouvoir en tirer plus d’informations. On voyait notamment le trou fait par le corium dans la grille située sous la cuve :

Cette fois-ci, au fond de l’enceinte de confinement, TEPCo a fait la découverte d’un objet qui semble être un bout d’assemblage de combustibles :

Cela signifie qu’il y a un trou suffisamment large dans la cuve pour laisser passer un assemblage de combustible et que les gravats qui entourent cet objet doivent être du combustible fondu. Mais TEPCo n’aurait pas vu de trou dans la cuve.

Sur la vidéo ajoutée par la suite, que l’on peut regarder en ligne ou télécharger, il apparaît que ce corium, à savoir un mélange de combustible fondu et métaux, n’est pas noyé, mais simplement arrosé. Des traces dues à la radioactivité balayent l’image.

Il y a quelques explications supplémentaires dans ce document en anglais. TEPCo a aussi mis en ligne une image des manipulateurs, mais ne donne aucune information sur les doses qu’ils ont prises :

Les US Marines déboutés de leur plainte contre TEPCo et GE

157 US Marines ont saisi la justice américaine pour obtenir de TEPCo et General Electric (GE), le constructeur de la centrale nucléaire de Fukushima daï-ichi, la création d’un fond d’indemnisation de 5 milliards de dollars afin de couvrir les frais médicaux découlant des dommages physiques, moraux et financiers qu’ils disent avoir subis. Ils viennent d’être déboutés par la justice de Californie par manque de juridiction adéquate. La décision est accessible ici.

Ces marines avaient participé à l’opération « Tomodachi » d’aide aux victimes du tsunami et on été exposés aux retombées radioactives lors qu’ils croisaient au large de la centrale accidentée à bord du USS Ronald Reagan. Plus de 420 Marines ont saisi la justice dans plusieurs « class-actions ».